Compte-rendu de la journée d’études « Classes sociales en (trans)formation France, Angleterre, États-Unis »

Le 26 mai s’est tenue une journée d’études sur les classes sociales organisée par Isabelle Clair (Cresppa-GTM), Danièle Kergoat (Cresppa-GTM) et Cédric Lomba (Cresppa-CSU). Elsa Boulet, étudiante en master 2 à l’EHESS, réalisant une recherche sur «Le travail de grossesse : étudier la  »production d’enfants » » (titre provisoire) sous la direction de Marc Bessin, nous propose un compte-rendu très détaillé de cette journée.

26 mai 2014 | CNRS, site Pouchet, Paris

Journée d’étude
Classes sociales en (trans)formation : France, Angleterre, États Unis

Organisée par Isabelle Clair, Danièle Kergoat et Cédric Lomba, Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris – CRESPPA (UMR 7217, CNRS, Paris 8, POND)

Compte rendu rédigé par Elsa Boulet (EHESS).

__________________________________________________

Danièle Kergoat. Introduction de la matinée : Autour de la sortie en français de Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise, 1780-1850,  de Leonore Davidoff et Catherine Hall, ed. La Dispute, 2014 [1987]

Directrice de la collection « Le genre du monde » aux éditions La Dispute.
Cet ouvrage sort en France dans un contexte de montée des inégalités sociales, de faible conscience de l’appartenance de classe. Les classes sont aujourd’hui « objectivement visibles mais subjectivement désarticulées » (L. Chauvel). De nombreuses publications sur le « retour » des classes sociales ont paru depuis la fin des années 1990, mais reste que dans le discours dominant, « exploitation » a été remplacée par « pauvreté », « femmes de ménages » par « techniciennes de surface » etc. Le contexte français actuel est aussi celui d’un nouvel essor de la sociologie critique.
Family Fortunes pose la question des classes sociales, de leur émergence, de leurs transformations. Il permet de penser les divisions et l’unité de la classe, en l’occurrence la bourgeoisie.
Je voudrais insister sur l’importance du genre pour comprendre la classe, et sur l’importance du capitalisme pour comprendre le régime de genre. L’articulation classe/genre a été débattue par les féministes marxistes, et par les marxistes non féministes qui considéraient que la classe sociale primait dans l’explication des phénomènes sociaux y compris dans celle de l’oppression des femmes ; elle continue à l’être dans la trilogie genre/race/classe. Dans un article écrit avec Helena Hirata (« La classe ouvrière a deux sexes », Politis, 1993), nous défendions l’idée selon laquelle les rapports sociaux de sexe informent la structure de la classe ouvrière et de sa conscience, conscience de classe et aussi de genre. Dans une perspective proche, l’atelier APRE (atelier production-reproduction) avait mis en évidence que la classe est genrée et que le genre est « classé ». Il était contemporain du travail de Davidoff et Hall.

Eleni Varikas. Retour sur la formation de la bourgeoisie anglaise : un processus « genré »

Eleni Varikas a écrit la préface de Family Fortunes.
En histoire du XIXè siècle en France, il y a peu de perméabilité avec les travaux anglo-saxons, E. P. Thompson par exemple a été traduit tardivement. Selon certains historiens français, l’approche en termes de genre mettrait à mal l’analyse des classes sociales. Gender and the Politics of History, Joan Scott marque le début du linguistic turn, elle vise notamment E. P. Thompson qui ne s’intéresse pas à la spécificité de la condition des ouvrières (Cf . article critique par Varikas). Des historiennes féministes ont mis en lumière les femmes et le genre dans l’expérience ouvrière. Cette démarche était déjà présente (Cf. Rancière, Les ouvriers en grève ; travaux sur les ouvrières saint-simonniennes). D’après Varikas il n’y a pas eu une crise de l’histoire sociale avec la prise en compte du genre, mais un renouveau de l’histoire sociale. L’ouvrage de Davidoff et Hall ouvre en quelque sorte cette période de renouveau, c’est un des premiers ouvrages qui a cette préoccupation de comprendre ensemble la classe et le genre. Il se situe dans le sillage de La formation de la classe ouvrière anglaise, bien que de manière critique. Le débat sur ces questions recommence aujourd’hui, à un moment de crise de l’anticapitalisme, de la résistance au néolibéralisme.
Family Fortunes est une histoire de la bourgeoisie écrite au prisme du genre ; l’histoire est – en France en tout cas –  une discipline assez fermée au genre, pas aux femmes (leurs occupations, leurs carrières etc.) : fermée à la manière dont on devient homme ou femme, à la manière dont les rapports d’interdépendance entre homme et femme façonnent la classe sociale, ici la bourgeoisie. La sociologie a été beaucoup plus accueillante envers la notion de rapports sociaux de sexe. (Cf. article de Danièle Kergoat « Ouvrier= ouvrière ? Propositions pour une articulation théorique de deux variables: sexe et classe sociale», Critique de l’économie politique, 1978)
Family Fortunes ouvre une série de travaux historiques qui se saisissent du genre. L’ouvrage parle de l’économie, la famille, les rapports hommes-femmes, la sexualité, la culture. Il traite des modalités sexuées de la formation de la bourgeoisie anglaise : comment la bourgeoisie anglaise est-elle devenue ce qu’elle est ? Il se situe dans une double inspiration marxiste et wébérienne. Il rompt avec une version déterministe et économiciste de l’histoire sociale.
La revue Gender and History naît deux ans après la publication de Family Fortunes en Angleterre, dirigée par Leonore Davidoff. La revue sr situe dans la lignée de Thompson tout en étant critique, comme la plupart des historiennes féministes anglaises. L’histoire féministe qui se développe se penche sur les vécus différents de la classe, montre que le genre, un des principaux axes du pouvoir dans la société, n’est pas un simple indicateur mais organise la structure sociale, l’État, les classes etc. (Cf. J. Scott).
Catherine Hall a proposé dans un article, « The Tale of Samuel and Jemina » (in Feminism and Cultural Studies, M. Shiach éd., Oxford University Press, 1999, pp. 174-199), une relecture de l’histoire sociale à travers le prisme du genre, qui ne soit pas seulement une histoire des femmes. Elle reprend un épisode raconté par Thompson, un événement fondateur du mouvement ouvrier britannique. Comme Thompson elle s’attache à raconter l’histoire à partir des acteurs. Hall met en lumière que le récit de Samuel est particulier à sa position d’homme.
Family Fortunes est devenu un ouvrage de référence dans l’histoire économique, l’histoire de la famille, et les études de genre. L’impact de cet ouvrage tient à une perspective originale, qui tient ensemble l’économique, le culturel, le familial, à partir d’acteurs particuliers. Comment la bourgeoise s’est constituée comme classe unifiée ? Il suit la question de la formation subjective de la classe sociale, dans lignée de Thompson. Les auteures utilisent des méthodes qualitatives et quantitatives : elles racontent l’histoire de deux familles sur un siècle, et mènent une étude de la vie religieuse, familiale, et économique de la bourgeoisie (en s’appuyant sur des testaments, registres de mariages, journaux intimes…). Ce travail empirique minutieux est couplé à des intuitions théoriques et épistémologiques importantes. Il a remis en cause une version androcentré de l’histoire sociale, une démarche que l’on retrouve par exemple chez Barbara Taylor. Il a réintroduit le corps dans l’histoire, la souffrance du corps, le corps au travail, à la maison ; et a remis en question la division privé/public.
Cf. Eve and the New Jerusalem. Socialism and Feminism in the Nineteenth Century, Barbara Taylor, 1983. Le premier grand syndicat anglais a opté pour le salaire familial et l’exclusion des ouvriers non qualifiés qui étaient généralement étrangers (irlandais).

Table ronde : Comment traduire les catégories d’analyse ?

Isabelle Clair (chercheuse CRESPPA, révision de la traduction de Family Fortunes)
Cette table ronde à pour objectif de réfléchir sur les termes utilisés pour décrire les groupes sociaux, à travers les traductions de plusieurs ouvrages.
NB. Le texte français de Family Fortunes n’est pas le texte intégral, des coupes ont été faites en lien avec les auteures. La traductrice (professionnelle) a travaillé à partir de deux manuscrits, l’édition originale et l’édition espagnole qui était fortement coupées, d’après les consignes des auteures. Dans l’édition française il manque les illustrations, surtout pour des raisons économiques. Les notes de bas de page ont été limitées par volonté de l’éditeur.
Le titre « Family Fortunes » a été maintenu en anglais, il y a eu peu de débat là dessus au sein de l’équipe de traduction. Le livre était déjà connu par son titre anglais depuis fin années 1980 en France, il y avait déjà une histoire de la circulation de ce livre. Et se posait aussi la question de la polysémie : « fortune » en français aussi renvoie à la destinée, mais en anglais le lien entre les deux termes n’est pas explicité. On peut comprendre qu’il s’agit de richesses familiales, de destins de familles, de bonne fortune et de mauvaise fortune au gré des générations.
Le terme « middle-class » a été traduit par « bourgeoisie ». C’est un choix qui a des conséquences sur la réception du livre. Il était impossible de traduire par « classe(s) moyenne(s) », qui constituait un anachronisme et qui occultait les différences entre les contextes anglais et français. Le sens de « classe moyenne » a en effet évolué différemment en Angleterre et en France. En France, la classe moyenne désignait jusqu’à la moitié du XIXè siècle le groupe en dessous de l’aristocratie et au dessus du peuple ; il a évolué pour désigner le groupe en dessous de la bourgeoisie et au dessus de peuple à mesure que la bourgeoisie a affirmé sa position dominante. En français le terme classe moyenne renvoie presque à une notion statistique : c’est le groupe dont les caractéristiques sont proches de la moyenne (average).  Le sens n’est pas le même en anglais. Finalement peu de termes ont été maintenus en anglais : « gentlemen », « gentry » qui est un groupe situé entre la bourgeoisie et l’aristocratie, un groupe qui n’a pas vraiment de réalité dans la société française.
Traduire « middle class » par bourgeoisie donne une teinte marxiste, mais le texte d’origine mobilise un cadre marxiste, c’est donc fidèle au texte original. Le terme « bourgeois » apparaît (en français) dans le texte original, dans une partie qui traite des idéologues de la bourgeoisie, les écrivains. Ce choix de traduire « middle class » par « bourgeoisie » produit des bizarreries : par exemple des fermiers non propriétaires qui sont des « bourgeois ». Mais le livre retrace l’émergence de la bourgeoisie : les bourgeois ne possédaient pas les terres, qui étaient la propriété des aristocrates. L’ouvrage raconte l’accès à la propriété des hommes bourgeois.
« Middle class men/women » a été traduit par « hommes/femmes de la bourgeoisie », pas par bourgeois/bourgeoise : cela permet d’éviter de réifier l’appartenance de classe, d’éviter des termes connotés, qui marquent une distance entre l’auteure et les sujets (bourgeois·e·s). Une traduction différente a été adoptée par Ch. et C. Grignon dans autobiographie de Hoggart : les traducteurs ont choisi le terme « bourgeois·e », qui marque la distance entre « eux » et « nous », ce qui est dans l’esprit de ce livre centré sur la classe ouvrière, contrairement à Family Fortunes.
« Gender relations » a été traduit par « rapports de sexe ». Le délai entre la parution originale et la traduction française a été une période pendant laquelle se sont développées les études féministes et études de genre, le terme genre s’est imposé. En Angleterre le terme était plus présent. Les auteures utilisent le terme « sexual difference » (qui disparaît dans une préface plus récente par les auteures), le terme « sexuel » a aujourd’hui pris un sens lié à la sexualité, donc il a été traduit par « différence de sexe » et non pas « différence sexuelle ».
Toutes les personnes qui ont contribué à la traduction sont chercheuses·eurs, ce qui est important pour la traduction des concepts, avec leur histoire, les débats théoriques auxquels ils ont donné lieu.

Claude Grignon (chercheur à l’INRA, co-traducteur et co-éditeur de l’autobiographie de Richard Hoggart , avec Christiane Grignon)
Le sous-titre de l’autobiographie de Hoggart est « un intellectuel issu des classes populaires anglaises ». Le terme intellectuel peut poser problème, il ne renvoie pas à la même tradition en France et en Angleterre. Cet ouvrage est paru en 1988 en anglais, il a été traduit en français une première fois en 1991 ; il a été assez vite épuisé, puis publié à nouveau au Points avec une nouvelle traduction et une nouvelle présentation.  L’autobiographie comporte 3 tomes, celui-ci est le premier : il raconte l’enfance de Hoggart, son adolescence, et le basculement de sa trajectoire d’enfant d’ouvriers.
The Uses of Litteracy, traduit en français par Passeron par La Culture du pauvre. Passeron a volontairement « sociologisé » le titre de l’ouvrage en le traduisant.
(1) Pourquoi traduire l’autobiographie de Richard Hoggart ?
L’autobiographie de Hoggart est un livre émouvant, mais ce n’est pas la raison principale qui nous a poussé à le traduire. Les raisons principales sont des raisons professionnelles. Notre traduction a été soumise à Hoggart. Nous avons fait quelques coupes. L’intérêt que nous y voyions en tant que chercheur·euse (nous avons aussi traduit un ouvrage de socio-linguistique de Basil Bernstein) est que Hoggart fait voir l’ambivalence des cultures populaires, il montre une enfant très démunie et très riche de souvenirs, il montre que les groupes dominés ont aussi une culture, et que toute culture d’un groupe dominée est hantée par le rapport entre la classe dominée et la classe dominante. Mais une culture ouvrière n’est pas que négative. Hoggart montre que ce qui protège est aussi ce qui étouffe, ce qui enferme.
Hoggart montre par sa propre trajectoire que les régularités sociologiques ne sont pas des lois, ne sont pas un déterminisme absolu : d’après son origine sociale, Hoggart n’aurait pas dû faire d’études. Il y a deux façons de répondre à cela. La première, c’est rechercher les caractéristiques qui distinguent Hoggart de la classe ouvrière : sa mère est une déclassée, une partie de sa famille est une famille de « bonne classe ouvrière », de l’élite ouvrière pauvre mais respectable. En tant qu’orphelin susceptible de poser problème, Hoggart a été relativement coupé de ses pairs ouvriers. Et Hoggart a été élevé par sa mère et sa grand mère qui ne sont pas des ouvrières. La deuxième façon de répondre, c’est de prendre au sérieux cette trajectoire exceptionnelle, et de se pencher sur les bifurcations, comprendre comment les mécanismes de reproduction n’ont pas fonctionné pour mieux comprendre comment ils fonctionnent d’habitude. Les régularités statistiques sont des boîtes noires : on ne sait pas ce qu’ils se passe entre « origine ouvrière » et « ne pas faire d’études supérieures ». Des trajectoires comme celles d’Hoggart permettent d’ouvrir la boîte noire, de connaître l’enchaînement des causes et des effets. On passe du déterminisme au probabilisme.
(2) La question de la traduction des catégories
Se pose le problème des limites de la traduction littérale, la nécessité d’interpréter. La traduction libérale suppose que les objets dont on parle existent dans la culture et la société de la langue dont on part et dans celles de la langue dans laquelle on traduit ; cela suppose aussi que les termes ont la même fonction (par exemple « un toit » signifie un logement en français, mais pas « roof » en anglais).
Deuxième difficulté : la société anglaise et la société française ne sont pas structurées de la même manière. « Middle-class » englobe des catégories que l’on range dans les catégories supérieures en France (professions libérales, professions intellectuelles), « upper-class » contient les personnes qui possèdent un titre de noblesse. « Middle-class » a été traduit par « bourgeoisie » (petite et grande bourgeoisie pour « lower/upper middle-class »). « Working-class » a été traduit par « classe ouvrière » quand Hoggart parle des distinctions internes à la working-class, par classes populaires quant « working-class » est opposé à « middle-class ».
Faut-il traduire les noms propres et les noms de lieu ? Les divisions de classe se matérialisent dans les lieux. Nous avons décidé de conserver les termes anglais, de laisser les lecteurs imaginer des lieux proches de ceux décrits en fonction de leur propre expérience et de leur propre histoire.
Le titre n’a pas été conservé, nous avons choisi le titre d’un chapitre pour intituler le livre.
(3) La question de l’écriture littéraire
Des difficultés de traduction sont liées aux qualités littéraires de l’ouvrage, qui est le récit d’un destin romanesque. La « traductibilité » d’un texte est un critère de scientificité (quand les termes tirent leur pouvoir évocateur de la dénotation, désignent un objet/vs. connotation : évoquent des émotions, des sensations, un sens symboliques), d’où une difficulté particulière aux sciences sociales de traiter avec un texte littéraire. En tant que spécialistes des sciences narratives, des sciences historiques, nous avons besoin d’utiliser le pouvoir d’évocation du langage pour parler à l’intellect par le biais de l’évocation, de l’imagination, mais on risque toujours de s’enfermer dans l’évocation aux dépens de la dénotation.

Célia Bense Ferreira Alves
Célia Bense est la traductrice de Street Wise. Race, Class and Change in an Urban Community, un ouvrage de Elijah Anderson paru aux Etats Unis en 1990 (traduction en cours, à paraître). Cet ouvrage est le résultat d’une enquête débutée au milieu des années 1970 dans les quartiers Nord de Philadelphie.
Elijah Anderson est né au début des années 1940 sur une plantation de coton dans le Sud des Etats Unis, il est le fils d’un couple de métayers noirs à une époque où les lois Jim Crow imposent la ségrégation. Son père est embauché comme ouvrier avec un bon salaire dans le Nord des Etats Unis, la famille prend part à la seconde grande migration (1951-1970). Sa mère est domestique dans une famille bourgeoise, puis elle ouvre une épicerie à son compte. Au cours de ses études, la lecture de Tally’s Corner. A Study of Negro Streetcorner Men, de Elliott Liebow) est une révélation pour Anderson, il veut faire la même chose. Il réalise un mémoire de recherche sous la direction de Howard Becker, puis  une thèse sur les hommes noirs du coin de la rue, également sous la direction de Becker.
Il devient enseignant-chercheur, spécialisé dans l’ethnographie urbaine. Il est sollicité par le président Clinton pour participer à un groupe de travail sur la violence urbaine.
Anderson mobilise un cadre interactionniste (étiquette, inquiétude de statut, code de la rue, ombre du ghetto).
Sur la question des frontières, des limites entres classes, il montre comment les habitants se comparent les uns aux autres, s’évaluent.
Anderson adopte une démarche historico-matérialiste : il s’agit de caractériser une société historiquement, identifier la base matérielle des comportements et des idées. Les Noirs d’un quartier en délabrement étudié par Anderson constituent d’après lui l’« under-class ». NB. « Gentry » désigne la bourgeoise foncière au XIXè siècle aux États Unis, aujourd’hui elle désigne la classe dominante. Anderson identifie une « working-class » qui comprend des ouvrier·e·s et des employé·e·s, mais le quartier étudié, désindustrialisé, est le lieu de l’« under-class » (précaires et chômeurs, position économique marginale et isolement sociale). Le terme d’under-class est traduit par sous-prolétariat pour revendiquer le cadre théorique marxiste. L’exploitation des Noir·e·s de l’under-class est comparée par Anderson à l’esclavage, il parle de « mentalité de plantation ».
Cf. « L’urban underclass chez les sociologues américains. Exclusion sociale et pauvreté », Nicolas Herpin, Revue française de sociologie, 1993, volume 34, N° 34, pp. 421-439
Pour réagir à l’intervention de Claude Grignon, je pense que le langage scientifique est organisé en fonction de concepts, pas en fonction de termes courants. Les concepts sont des termes synthétiques qui réduisent la réalité, traduire un concept suppose de rendre compte de la démarche d’abstraction et de synthèse de la réalité.

__________________________________________________

Cédric Lomba. Introduction de l’après-midi : Reconfigurations des classes sociales et renouvellement de leur analyse

Les communications de l’après-midi présenteront des approches empiriques des classes sociales. Ces approches sont multiples : il peut s’agir d’analyser l’intrication des rapports de domination. On peut aussi penser à la tradition des enquêtes quantitative de grande ampleur, qui ont permis de mettre en lumière les inégalités de ressources, scolaires par exemple, et qui permettent de délimiter des groupes sociaux (CSP – de moins en moins utilisées dans les politiques publiques).
Les auteures de Family Fortunes ont regretté, lors de leur communication à l’amphi du MAGE où a été présenté la publication française, de ne pas avoir intégré la  dimension coloniale dans leur histoire de la constitution de la bourgeoisie anglaise.

Table ronde

Marion Rabier
J’ai effectué une recherche doctorale sur des femmes dirigeantes économiques en France aujourd’hui. J’ai rencontré un problème de dénomination : d’abord le « patronat », puis les « cheffes d’entreprises », pour aboutir au nom de « dirigeantes économiques ». En parlant des dirigeantes économiques je ne désigne pas un groupe homogène, c’est un groupe qui comprend des cheffes d’entreprises, des professions libérales employeures, des cadres dirigeantes de grands groupes. Mais le terme renvoie à des positions similaires dans l’espace social. Ces dirigeantes (objets de ma recherche) sont de plus sont engagées dans des organisations qui promeuvent la cause des dirigeantes : la cause de l’accès des femmes aux responsabilités dans le monde économique, l’articulation d’une double identité, une identité de genre et de classe. J’ai cherché à faire dialoguer plusieurs domaines : la sociologie de l’engagement, la sociologie du genre et la sociologie des élites.
L’intérêt pour les femmes des classes dominantes n’est pas nouveau. L’étude de Veblen avait mis en avant l’importance des épouses dans la stratégie de distinction des hommes de l’élite, notamment par leur beauté et leurs vêtements et bijoux de luxe (les épouses comme biens de consommation ostentatoire). Mais cette approche a tendance à réifier la place des épouses, à ne pas prendre en compte les rapports sociaux de sexe ni les stratégies mises en place par ces femmes. D’autres approches se sont intéressé à la contribution des épouses à l’entretient du capital social du foyer (Cf. les travaux de Monique de Saint Martin et ceux des Pinçon et Pinçot-Charlot – maintenir le nom et les capitaux dans la lignée). Une autre approche a été plutôt investie par des historiennes : remettre en cause la division économique/social, privé/public, activité/inactivité . Certaines ont par exemple montré que les femmes de la bourgeoisie ont joué un rôle politique par les activités philanthropiques (Cf. Magali della Suda, Battagliola). Ce sont des choses qui apparaissent dans le chapitre sur l’investissement caché des femmes bourgeoises dans Family Fortunes.
Mais il est souvent question des épouses, et non pas des femmes dirigeantes, dans la littérature sur les élites. Depuis fin des années 1990, la féminisation relative des élites a conduit les chercheuses·eurs à s’intéresser aux femmes dirigeantes. Dans le Who’s who, la proportion de femmes est passé de quelques % à 14 %.
Qu’est-ce que l’activité des femmes des élites fait à la classe sociale, notamment en termes de la reproduction des capitaux détenus par la famille ? L’activité des femmes dirigeantes remet en question le modèle de la disponibilité permanente, et donc l’investissement caché des femmes qui favorise le succès des hommes.
Les femmes dirigeantes parlent souvent d’une sorte de « révélation » de l’appartenance au groupe des femmes, notamment au moment d’un congé maternité ou du retour du congé maternité. Cependant elles ne se définissent pas comme féministes et mettent en avant une vision différentialiste des sexes (complémentarité des sexes). La cause des dirigeantes et la cause des femmes se différencient à partir des années 1970, alors que pendant l’entre-deux-guerres les associations de dirigeantes se définissent comme féministes et participent aux campagnes pour le droit de vote des femmes, de l’accès des femmes aux professions libérales etc. Les femmes dirigeantes interrogées portent des revendications sur l’accès des femmes aux postes de direction économique, mais pas de revendications sur la sphère privée : elles organisent la sous-traitance du travail domestique, embauchent et dirigent les travailleuses domestiques. Le rôle du conjoint reste déterminant dans la mesure où le conjoint « accepte » l’activité de son épouse (Cf. Catherine Marry sur les « maris formidables »). Les dirigeantes ont 2 enfants en moyenne, elles sur-investissent et valorisent le rôle traditionnel de la mère de famille, insistent sur le rôle d’éducation et de soin des enfants.
La cause des dirigeantes est une cause de classe, au sens où ce qui est défendu c’est l’accès des femmes à une position de domination économique, et non pas une cause de sexe (les femmes dirigeantes ne mettent pas en place de politique d’égalité salariale pour leurs employées/subalternes).

Prisca Kergoat
Je m’intéresse à la jeunesse populaire face à l’appartenance de classe. J’ai suivi des apprentis, qui sont en majorité des hommes, blancs, de parents ouvriers, employés voire petits artisans ou commerçants. Les apprentis se distinguent des élèves des lycées pros, qui sont plus féminisées, dont les élèves sont souvent issus de l’immigration et issus des franges les plus précarisées des classes populaires. Cet écart est dû au fait que pour être apprenti il faut trouver un employeur, les apprentis ont surmonté cet obstacle, ils ont passé la sélection. Dans l’entreprise publique étudiée, seuls 4 % des candidats ont été recrutés. Ils peuvent espérer être embauchés en CDI au terme de leur apprentissage (2 ans en alternance entreprise/lycée). J’ai choisi cette entreprise car elle me permettait de comparer deux groupes d’apprentis, des garçons en apprentissage technique (électricien), et des filles en apprentissage dans le service client. C’est une configuration rare du fait de l’importante majorité de garçons parmi les apprentis.
L’obsession de la direction de l’entreprise est de convaincre les apprentis de s’affranchir de leur classe et de se conformer à leur son genre. La volonté d’expurger la culture ouvrière est assez explicite ; l’apprentissage constitue un dispositif de tri. L’entreprise a commandé un rapport à un cabinet d’étude pour identifier les bassins d’emploi où la culture ouvrière est la moins présente. Elle cherche à repérer « les rouges » (citation), à s’assurer de la docilité du candidat; elle va jusqu’à vérifier que le père du candidat n’est pas syndiqué à la CGT (!!).
Ces inquiétudes de la direction ne sont pas absentes lorsqu’il s’agit de recruter des filles, mais elles sont tempérées : parce que les services n’ont pas une histoire de syndicalisation, et parce que les filles sont censées être dociles, notamment si elles sont maghrébines (elles sont censées être « mieux éduquées » – citation).
Les garçons apprentis sont très vite placés devant des injonctions contradictoires et un choix entre leur classe d’appartenance et des chances de promotion (devenir technicien). Les chances de promotion sont faibles mais sont compensés par une vie collective, une solidarité importante (pots, parties de belote etc.). Les filles sont également vite désillusionnées quant à leurs chances de promotion, mais elles ne bénéficient pas d’un cadre collectif, elles rejettent leur travail mais ont besoin d’un emploi. Les filles jouent le jeu et se distancient de l’habitus populaire lorsqu’elles sont au travail, elles n’épousent pas l’identité de genre policé qu’on exige d’elles mais jouent « à la bourge ». Elles en rient, ironisent.
Les garçons sont menés à déprécier l’école trop théorique, alors que les filles valorisent l’école comme un espace de liberté. Les filles sont nombreuses à ruser avec les procédures pour ne pas couper l’électricité, elles s’identifient aux clients pauvres et formulent à cette occasion leur appartenance de classe.
A mon avis il faut comprendre des phénomènes tels que la meilleure réussite des filles à l’école comme des phénomènes qui sont liés à la capacité des filles de s’adapter avec distance à un rôle, ce n’est pas qu’une question de socialisation à la docilité.

Discussion :
Marion Rabier –  Est-ce que les femmes dirigeants se voient reprocher un manque de féminité, une déviance par rapport à un rôle de mère et ménagère ? Elles sont renvoyées au rôle de bonne mère de famille, y compris dans les critiques qu’on leur adresse, et elles essaient de s’en défendre.
Quels sont les caractéristiques des entreprises que dirigent ces femmes ? Globalement, elles travaillent dans le secteur des services, et majoritairement ce sont des créatrices de leurs entreprises, il y a quelques héritières qui sont davantage dans le secteur industriel que les créatrices.
Prisca Kergoat – L’entreprise sélectionne les jeunes qui ont déjà travaillé (McDo etc.) et qui ont connu le chômage, avec l’idée que les jeunes supporteront n’importe quelles conditions de travail après avoir connu le travail à McDo.
Chez les garçons, il y a une très grande valorisation du collectif ouvrier, qui est attaqué par l’entreprise et qui se sent attaqué par la sous-traitance, d’où la nécessité de faire corps contre la direction et contre les sous-traitants. A contrario les filles ne valorisent pas leurs collègues femmes (qu’elles voient couper l’électricité à des clients), il n’y a pas de solidarité entre elles.

Olivier Schwartz. Étudier les classes populaires aujourd’hui
Qu’est-ce qu’étudier les classes populaires aujourd’hui implique comme exigences ? Je ne vais pas revenir sur les débats sur la notion de « classes populaires », je vais juste apporter quelques précisions . Le terme « populaire » est bi-valent, il fonctionne dans deux registres : il peut désigner des groupes sociaux qui occupent les positions les plus basses dans la distribution des richesses et des statuts ; il peut aussi désigner des pratiques culturelles qui présentent la caractéristique d’être en écart, en opposition à des pratiques dites savantes, légitimes, distinguées. Il me paraît important de distinguer les deux sens et de contrôler la tentation que l’on a de supposer un recouvrement des deux significations. D’un côté des pratiques dites populaires n’ont pas nécessairement pour substrat social des classes populaires ; et les membres des classes populaires n’ont pas toujours, pas nécessairement, des pratiques populaires : par exemple dans le cas du langage (Cf. article de Bourdieu, « Vous avez dit « populaire » ? », Actes de la recherche en sciences sociales, 1983, Vol. 46, N° 46, pp. 98-105), ce n’est pas le même type de langage qui est utilisé par des hommes entre eux ou par des femmes en interaction avec un instituteur, une assistante sociale. Pour ma part, je prends ici « populaire » au sens strictement de groupe social, je ne présuppose en aucun cas un type de pratiques culturelles : je désigne donc une grande partie des ouvriers, une partie des employés ; ces personnes occupent une position subalterne dans la division du travail, connaissent un éloignement relatif par rapport au capital culturel, à la culture savante, à la culture scolairement exigée, et occupent une position inférieure en termes de patrimoine.
Quand à « aujourd’hui » : il s’agit d’un découpage historique, donc arbitraire. Il y a un relatif accord parmi ceux et celles qui ont travaillé sur les classes populaires dans l’après-guerre, sur le fait qu’il y a une coupure à la fin des années 1960-début des années 1970 : cette coupure marque le début de la déstructuration de la classe ouvrière, la précarisation, la déstructuration de la sécurité sociale.
(1) Je vais commencer par un point bref et banal, mais utile à rappeler, sur les manières de travailler sur les conditions d’existence des classes populaires. Je parle ici des conditions d’existence au sens large : les conditions économiques, travail, emploi, et aussi socialisation scolaire, état du rapport de force entre classe populaire et classe dominante. Le contexte est celui de la reproduction des situations de domination et de l’accentuation des dominations. Depuis les années 1980 les classes populaires ont eu un accès croissant à certains types de biens : la propriété foncière (pavillon – première moitié des années 1980) ; le baccalauréat mais bac pro (très peu d’enfants d’ouvriers en bac général – années 1990) ; l’équipement numérique et informatique, mais qui ne réduit pas les inégalités sociales (années 2000). Il y a eu une série de phénomènes de dé-ségrégation pour l’accès à certains types de biens, mais ça ne signifie pas une réduction des inégalités. Dé-ségrégation ne signifie pas démocratisation. Autre phénomène : le maintien à un niveau relativement important des possibilités d’accès à des trajectoires ascendantes. Les situations d’ascension sociale concernent une fraction relativement importante des enfants d’ouvrier·e·s, même si ça n’entrave pas la reproduction des inégalités sociales. Par contre les possibilités d’ascension professionnelle en cours de carrière se sont beaucoup réduites. Il ne faut pas oublier les « petits déplacements sociaux » (Lahire), les petites ascensions sociales, qui restent relativement fréquents. (Cf. La France des « petits moyens », M.  Cartier, I  Coutant, O. Masclet et Y. Siblot).
Nous sommes donc face à une ambivalence : l’accentuation des inégalités et des dominations, en même temps qu’une augmentation de l’accès à plusieurs catégories de bien et le maintien de possibilités d’ascension sociale. Cela a des conséquences sur les manières de décrire les conditions de vie des classes populaires : il y a deux types d’approches, de types de description. D’une part des approches en termes d’accentuation de la domination ; d’autre part des approches anti-misérabilistes, qui développent une attention particulière à la perduration d’évolution des espaces des possibilités. Par exemple, sur l’accès à la propriété populaire pavillonnaire : certains sociologues insistent sur les phénomènes de relégation, notamment sur les femmes qui peuvent être amenées à perdre leur emploi quand le logement du ménage s’éloigne des lieux de travail ; d’autres décrivent le phénomène comme une évolution positive. Il n’est pas évident que l’on défende mieux la cause des classes populaires lorsque l’on insiste sur l’accentuation des inégalités sociales.
(2) Je veux maintenant passer aux formes de culture (au sens ethnologique), aux manières d’être, aux manières de vire, aux formes de rapport au monde. La question de la culture, du rapport au monde est un parent pauvre de la sociologie des classes populaires en France aujourd’hui. Il y a un ensemble d’attitudes « traditionnelles » dans les classes populaires, traditionnelles pas au sens chronologique, pas au sens de survivances d’un passé vouées à disparaître, mais au sens de récurrentes et relativement spécifiques (c’est le sens dans lequel Hoggart emploie le terme).
Questions : qu’en est-il de la reproduction des attitudes caractéristiques/traditionnelles, des habitus, des classes populaires ? Dans quelles mesure cette reproduction continue de s’effectuer, de quelles manières ? Y a-t-il des situations dans lesquelles on observe que des membres des classes populaires se sont écartés des habitudes/habitus des classes populaires ? Sous quelles formes, de quelles manières, pourquoi ? Comment les frontières de classe ont-elles évolué ? Y a-t-il eu un brouillage des frontières ou un déplacement ?
La détérioration des conditions d’existence d’une partie importante des classes populaires est tellement importante qu’on peut avoir l’impression que l’urgence est à étudier les conditions matérielles d’existence et pas la culture. Je pense au contraire qu’il est essentiel d’étudier la culture.

Discussion :
La classe ouvrière est divisée, par exemple entre la classe ouvrière intégrée et le sous-prolétariat, entre un chauffeur de la RATP et un dealer de shit en prison. Il ne faut pas prendre la culture ouvrière comme la culture ouvrière intégrée, et il faut éviter le piège de la « culture de pauvreté » (Esther Duflot) qui définit la culture ouvrière comme un ensemble de manques et de défauts (trop d’enfants, pas assez d’épargne etc.).
Sur la première question, qu’est-ce qu’il y a de commun entre un chauffeur de la RATP et un sous-prolétaire ? Certes il y a beaucoup de différences, quand je parle de traits caractéristiques ou de pratiques traditionnelles, je ne veux pas dire que c’est homogène. Cf. Mauger sur les types d’attitude des jeunes de classe populaire. Parmi les jeunes qui valorisent la virilité, Mauger donne l’exemple du chauffeur routier et du loubard. Un habitus récurrent n’est pas une culture homogène.
Quand j’ai soutenu mon HDR en 1998 il me semblait que la théorie de Hoggart allait de soi pour la plupart des sociologues, ça n’était pas questionné. Ça m’a conduit à forcer un peu le trait, et à laisser un peu de côté la reproduction des inégalités, de la domination, sous la forme de déplacements, de nouveaux clivages. Il y a eu des phénomènes de déconfinements : l’explosion du travail dans les services, majorité des membres des classes populaires travaillent dans les services, même s’il reste une part importante d’ouvriers ; jeunes générations sont scolarisées de manière plus durable ; médias – on ne peut pas se contenter de dire que les gens trient, à la Hoggart . Il faut se demander comment les médias influencent les classes populaires (Cf. article Schwartz sur les médias). Par exemple la culture psychologique de masse a pénétré chez les conducteurs de bus.
Il y a co-présence de déconfinement et relégation (non accès à des biens, à des services, à des éléments de bien-être) : on peut être très relégué et très connecté au monde extérieur.
Quels ont été les effets de la contraception, du retard du mariage etc. sur la culture populaire, les habitus populaires ?
Il y a eu des transformations essentielles dans la famille, la diffusion de la propriété foncière, l’importance de la réussite scolaire des enfants pour les parents, la salarisation des femmes.
Pouvez-vous présenter votre étude de cas sur les chauffeurs de la RATP ?
Mon étude sur les chauffeurs de la RATP, en quelques mots. L’hypothèse de déplacements importants dans les habitus doit être prise au sérieux. Une caractéristique des classes populaires est la valeur accordée à la virilité, chez beaucoup d’hommes, comme critère pour s’estimer soi-même. Cette valorisation de la virilité comporte trois traits : la force, le courage, et la capacité à ne pas laisser passer les atteintes à l’honneur, les atteintes au respect, de se battre physiquement si nécessaire. J’ai rapidement été frappé par le fait qu’une caractéristique du travail des conducteurs est d’être confronté à des préjudices, des contrariétés, des insultes, des manquements aux règles du code de la route ou au respect, par des passagers, des piétons, des automobilistes etc.  Face à ces situations, une partie des conducteurs s’en plaignaient, et une partie en parlaient en disant que c’étaient des situations pénibles car ils ne peuvent pas répondre, ils ne peuvent pas aller au conflit, ce n’est pas autorisé par la hiérarchie. Parmi ceux-là, certains formulaient la chose en termes de sentiment de perte de virilité, « On baisse notre froc ». Ils avaient le sentiment de ne pas se comporter en hommes ou d’apparaître comme ne se comportant pas en hommes. J’y ai vu d’abord un indice de la perduration de cette valorisation de la virilité dans la culture populaire, notamment de la valorisation de la force physique et de la capacité à aller à l’affrontement. Puis plus tard je me suis rendu compte que certains conducteurs réagissaient différemment, tenaient un autre type de discours : ils retiraient une forme de fierté d’avoir été capable de ne pas répondre, de ne pas aller à l’affrontement, « il faut être fort » pour être capable de ne pas réagir, de ne pas s’énerver, « restez zen ». Notamment de la part de certains jeunes, notamment des jeunes issus de l’immigration, des quartiers populaires, que la RATP a embauché massivement dans les 10 dernières années. Ces jeunes hommes disaient qu’il fallait « être fort dans sa tête » ; ils disaient que les femmes savaient conduire aussi bien que les hommes mais s’énervaient plus facilement. Donc ces jeunes hommes reproduisaient la valorisation de la force virile, mais une force différente, une force mentale : il y a un déplacement par rapport à la définition de la virilité comme la non-tolérance des injures ; la virilité est redéfinie comme une force mentale, une capacité à laisser passer les injures.
Autre exemple de la pénétration de cette « culture psychologique de masse (Cf. Castell). L’Équipe est ouvert sur une table au dépôt, on peut lire en gros titres : « tout va se jouer au mental ». La psychologie est présente dans les médias, dans les formations des chauffeurs. Il y a aussi les caractéristiques propres du travail (contact avec le public) ; il y a la scolarisation plus longue. Les conditions d’existence ont changé, donc il y a eu une transformation dans la définition de la virilité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *