ANNULATION Séance La déviance au quotidien-26 mai-Amélie Nuq

Nous vous informons que la séance du séminaire « Genre et classes populaires » prévue ce jeudi 26 mai en présence d’Amélie Nuq est annulée. Nous nous en excusons.

 

Podcast séance routine en institution-Mathilde Rossigneux-Méheust

Le jeudi 14 avril 2016, nous avons eu le plaisir de recevoir Mathilde Rossigneux-Méheust (historienne, Université Paris I) pour une séance autour de la routine en institution.

Elle nous a présenté une intervention intitulée : « La mise en place de la routine dans les hospices de vieux, entre soins, soucis d’administration et volonté d’encadrement »

L’enregistrement de l’intervention est disponible ci-dessous :

> Podcast séance « Routine en institution » avec Mathilde Rossigneux-Méheust

Appel à communications « Men and Masculinities/ Transnationalities»

Appel à communications « Men and Masculinities/ Transnationalities»
2nd International Conference on Men and Masculinities
Transnational Masculinities and Relationalities
8-10 September 2016, İzmir Turkey

http://www.icsmizmir2016.org
Initiative for Critical Studies of Masculinities cordially invites proposals for the 2nd International Conference on Men and Masculinities to take place between 8th and 10th of September in İzmir, Turkey. The conference aims to discuss how different transnational processes and dynamics affect as well as transform theories, experiences, discussions, discourses and activism related to men and masculinities.

Transnational policies, movements and practices have increasing relevance on the (re)structuring of the world, construction of identities and the related experiences. Transnational processes draw legitimacy from the previously established gender relations, whilst generating new transnational and local gender hierarchies. This causes some men to gain new individual and/or collective privileges and others to be disadvantaged in certain ways. We invite researchers to discuss how masculinities have been (re)constructed in the broader context of transnationalism, neoliberalism and post-colonialism as well as how men have been shaping such processes. We also aim to put under scrutiny the ways in which transnational processes affect the production of knowledge and theoretical discussions related to masculinities.

In order to contribute to these debates and offer new perspectives, researchers from social sciences, humanities, and liberal arts are invited to send proposals to discuss topics including, but

  • Influences of hierarchical divisions along national/transnational, local/global, Global North/South on men’s experiences and conceptions of masculinities.
  • The part masculinity plays in the ongoing wars, ethnic and religious conflicts, local resistance movements, and our collective visions for the future.
  • Militarization, military expenditures, peacekeeping operations of transnational organizations, and peace activism
  • Sexualities, bodies, desire, pornography
  • Intimacy, emotions, affects, subjectivities
  • Neoliberal economic policies, structures of employment, sexual division of labour
  • Sexual identities, ambiguity and fluidity in and queering of masculinities, performativity
  • Influences of feminist and LGBTI movements on masculinity studies and their affinities
  • Uses and usefulness of the current notions of masculinities in the struggle against sexism and heterosexism
  • Masculinity studies and the hierarchies within the academia and the knowledge production processes

Confirmed keynote speakers include Raewyn Connell (video-conference), Jeff Hearn (opening speech) and Gül Özyeğin.

 

The symposium will be held in English and Turkish.

Applications are invited for paper submissions, panel organizations, workshops, posters, film screenings, and photo exhibitions.

Graduate students are invited to sign in for the graduate forum in which they will have an opportunity to discuss their work-in-progress in an informal setting.

 

Important Dates and Information

1 May, 2016 → Abstract submission

29 May→ Notification of acceptance

11 August → Final program

8-9-10 September 2016 → Symposium

 

Abstracts should not exceed 300 words, and panel proposals should be limited to 600 words.

Please send your submissions along with a brief biographical note (maximum100 words) to icsmsymposium@gmail.com

Symposium is free of charge for the audience.

For the participants, the symposium fee is 70 € (graduate student fee is 40 €). We offer waivers for the registration fee for five graduate students among those who enclose a fee waiver application in their submission. Waivers will be granted based on need and merit.

Please contact the symposium organization committee at icsmsymposium@gmail.com for your queries

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at Baylor University. Je suis maître de conférences en histoire à Baylor University. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Séminaire du 14 avril : la routine en institution – Mathilde Rossigneux-Méheust

Le jeudi 14 avril, le séminaire “Genre et classes populaires” revient avec une séance sur la routine en institution dans la continuité de notre programme autour de la notion de « routine.s».

Nous aurons le plaisir de recevoir Mathilde Rossigneux-Méheust, (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne) qui viendra nous présenter ses recherches sur « La mise en place de la routine dans les hospices de vieux, entre soins, soucis d’administration, et volonté d’encadrement ». 

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. Afin de vous permettre l’accès au bâtiment merci de nous contacter 24 heures à l’avance.

 

Au-delà de la définition formulée par l’OMS en 1975, qu’est-ce que la « santé sexuelle » et comment est-elle produite du point de vue du genre ? Ce numéro entièrement consacré à la jeune recherche analyse la manière dont les institutions, dispositifs et pratiques véhiculent des injonctions à une « bonne santé » et à une « bonne sexualité ». Comment les patient∙e∙s le vivent-ils/elles ? En quoi cela participe-t-il de la construction d’une clinique genrée ?


Sommaire
Adeline Adam, Karine Duplan, Fanny Gallot, Lola Gonzalez-Quijano, Guillaume Roucoux, Marie-Sherley Valzema

Page 5 à 14

Le sexe sous contrôle médical

Introduction

Page 15 à 37

Avortement et norme procréative de la dernière génération soviétique en Russie

Page 39 à 60

Contrôler et contraindre : la planification médicalisée des femmes indigènes au Guatemala

Page 61 à 78

De la protection de la Nation à la protection des femmes : genèse de la criminalisation du VIH en France

Page 81 à 99

Vivre avec un corps asymétrique. Mastectomie, résistances et réappropriation

Page 101 à 122

Le genre de la contraception : représentations et pratiques des prescripteurs en France et en Angleterre

Page 123 à 144

La fièvre de lait et les maladies lactées. Des maladies genrées au XVIIIe siècle

Page 145 à 168

Qualité de vie et fertilité dans les études de suivi des personnes intersexuées
Hors-champ

Page 169 à 192

Des corps politisés : trajectoires et représentations de ‘gouines’

Page 193 à 212

La transphobie en France : insuffisance du droit et expériences de discrimination

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Travail, genre et sociétés: Femmes dirigeantes

Le numéro 35/2016 (avril) de Travail, genre et sociétés « Femmes dirigeantes » vient de paraître aux éditions La Découverte

unnamed

PARCOURS
Liu Lu, tourments quotidiens d’une ouvrière paysanne chinoise
propos recueillis par Tang Xiaojing et Tania Angeloff

DOSSIER
Femmes dirigeantes
coordonné par Marlène Benquet et Jacqueline Laufer
Femmes hautes fonctionnaires en France, l’avènement d’une égalité élitiste
Alban Jacquemart, Fanny Le Mancq et Sophie Pochic

Celles qui survivent : dispositions improbables des dirigeantes dans la finance
Valérie Boussard

Les profils des femmes membres des conseils d’administration en France
Anne-Françoise Bender, Rey Dang et Marie José Scotto

Le ciel de plomb des organisations patronales
Marion Rabier

Cheffes d’orchestre, le temps des pionnières n’est pas révolu !
Hyacinthe Ravet
MUTATIONS
Les miettes du salariat : l’engagement au travail des sans-emploi
Morgane Kuehni

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Dissidences: Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

La culture révolutionnaire est-elle indissociable d’une révolution sexuelle, assumée comme telle ? Depuis au moins le Nouveau Monde Amoureux de Charles Fourier (1816) jusqu’à l’affirmation de militantes de Tout - « Votre libération sexuelle n’est pas la nôtre  » (1971) -, en passant par les surréalistes français confrontés aux accusations des communistes de « compliquer les rapports si simples et si sains de l’homme et de la femme  » (Breton, 1932), la question des sexualités et plus largement de l’amour percute l’engagement révolutionnaire, dans toutes ses dimensions.

Cette livraison de Dissidences analyse, depuis le XIXe siècle et dans une perspective internationale, ce point d’ombre, de tensions et de contradictions que représente la sexualité autour de trois axes : la théorisation révolutionnaire des sexualités émancipées et/ou asservies ; leur traduction dans des pratiques militantes et des expérimentations collectives ; leur collision avec les organisations radicales, libertaires ou contestataires.

Les études réunies ici abordent les enjeux politiques de la sexualité, au croisement du militantisme et des sciences sociales, de la théorie et de la pratique, de l’expérimentation et de l’organisation, sous des angles divers et en fonction d’analyses originales, offrant un éclairage nouveau ou abordant une dimension méconnue.

 

 

Sommaire

 

Editorial : sexualités en révolutions par Ludivine Bantigny, Fanny Gallot et Frédéric Thomas

 

Discours et théorisation des sexualités

  • Révolution morale et révolution politique : de la puissance d’être à l’affranchissement, les saint-simoniennes (1832 – 1834) par Bérangère Kolly
  • La seconde mort d’alexandra kollontaï ? par Jean-Guillaume Lanuque
  • Recherches surréalistes sur la sexualité. Esquisse d’une réévaluation par Frédéric Thomas
  • Une approche matérialiste du deuxième sexe de beauvoir est-elle possible ? par Florent Schoumacher
  • Politiser les sexualités. Débats et engagements en sciences sociales par Ludivine Bantigny

 

Pratiques et expérimentations militantes

  • Faire la révolution ou faire l’amour ? Le mouvement communiste et la question de la sexualité aux Philippines par Gwenola Ricordeau
  • Contrôler et organiser la sexualité dans un mouvement armé insurgé : le cas de la guérilla colombienne des FARC- EP par Elodie Gamache
  • La revendication homosexuelle et l’extrême gauche en France dans les années 1970 : de la ligue communiste révolutionnaire au trimestriel masques par Luc Pinhas
  • Le projet révolutionnaire à l’épreuve du viol. Le cas de « Révo » puis de l’OCT (1975-1979) par Fanny Gallot
  • Notes sur la pédophilie dans les années 1968 : un combat révolutionnaire ? par Fanny Gallot

 

Mouvements sociaux informels

  • Un activisme informel : la sexualité en prison pour hommes par Arnaud Gaillard
  • « Groupies ». Expérimentations sexuelles, transgressions de genre et stigmatisation sociale des fans de rock des années 1950 aux années 1970 par Florence Tamagne

 

Dernier numéro de la revue Journal of Women’s History (Law, Marriage, and Women’s Agency: Studies from the Anglo-American and Iranian Worlds)

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

Law, Marriage, and Women’s Agency: Studies from the Anglo-American and Iranian Worlds

https://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.28.1.html

 

 

Volume 28, Issue 1, Spring 2016

 Editorial Note:

Law, Marriage, and Women’s Agency: Studies from the Anglo-American and Iranian Worlds

Elisa Camiscioli, Jean H. Quataert

 

Articles

Revisiting Ecclesiastical Adultery Cases in Eighteenth-Century England

Junko Akamatsu

 

“Woman and Her Needs”: Elizabeth Oakes Smith and the Divorce Question

Adam Tuchinsky

 

Gender, Space, and Ritual: Women Barristers, the Inns of Court, and the Interwar Press

Ren Pepitone

 

Business and Politics as Women’s Work: The Australian Colonies and the Mid-Nineteenth-Century Women’s Movement

Catherine Bishop, Angela Woollacott

 

Women Writing Women: Early Iranian Feminism and the Memoir of Tāj us-Saltanih

Shadi Ghazimoradi

 

Rejecting Reproduction: The National Organization for Non-Parents and Childfree Activism in 1970s America

Jenna Healey

 

Book Reviews

The History of Marriage through the Lens of Case Studies

Denise Z. Davidson

 

Enterprising Women

George Robb

 

Lost Stories of Women’s Alliances and Networks

Claire Schen

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at Baylor University. Je suis maître de conférences en histoire à Baylor University. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Appel à contributions « Displacement »

La revue Signs: Journal of Women in Culture and Society lance un appel à contibutions autour les questions concernant le lieu, le genre, et le « déplacement. »

Appel à contributions « Displacement »

La revue Signs: Journal of Women in Culture and Society

http://signsjournal.org/for-authors/calls-for-papers/#displacement

Call for Papers: Displacement

Signs: Journal of Women in Culture and Society invites submissions for a special issue titled “Displacement,” slated for publication in spring 2018.

The current refugee crisis gives new urgency to questions of gendered displacement. The United Nations’ most recent statistics place the number of registered Syrian refugees at 4.7 million, 50.7 percent of whom are women and over half of whom are children under eighteen. During the same period, tens of thousands of Central American women and children have crossed the Rio Grande into the United States. Feminists have already responded to concerns about sexual violence in refugee camps and during refugees’ journeys and to the gendered response to the crisis on the part of receiving states (i.e., demographic concerns surrounding gender ratios of migrants admitted). What are the larger questions of “displacement” that require an interdisciplinary and transnational feminist lens?

This special issue of Signs seeks submissions reflecting multifaceted, innovative, and interdisciplinary approaches to the question of displacement, as well as the potential for attention to displacement to address and transform central questions in feminist theory, including how feminists approach larger questions of space, place, and subjectivity. Feminist scholars have a long history of engagement with the question of displacement; across disciplines, feminist scholars have described, theorized, and critiqued gendered forms of displacement and how these displacements have shaped and reshaped geopolitics, national borders, political discourses, narrative form, and ethnic and racial formations both contemporarily and historically. Questions of place and belonging have long been at the heart of cultural work in literature, theater, visual culture, and the arts. We invite submissions on the theme of displacement widely conceived and at multiple scales—the subjective, the family, the city; regional, national, transnational, and global.  Possible subjects include:

  • How humanitarian and state responses to displaced persons depend on, reinforce, or transform gendered, racial, and sexual norms.
  • Visual and narrative representations of displacement in relation to gendered and racialized subjectivities.
  • Cultural representations of displacement, migration, belonging, and exile. Critical and historical investigations and comparisons of feminist ideas of these subjects.
  • Reverberations of historical displacements in the contemporary world.
  • Claims to space and place as forms of resistance to displacement or as the basis for social movements (i.e., landless movements, right to the city).
  • Dispossession and displacement as central to neoliberalism, capitalist development, colonization, and slavery. How are dispossession and displacement related?
  • How experiences of displacement reshape constructions of “home” or the nation.
  • Critical assessments of homophobic and gender-based violence as sources of displacement.
  • Gendered figurations of internally and externally displaced persons as threats to national sovereignty or borders. The production of new forms of intimacy through displacement or the creation of new social movements through and in response to displacement.
  • The way that ethical norms and perspectives ignore or undervalue the importance of gender and gendered perspectives with regard to displacement.

Pieces that critically examine or call into question distinctions between migrants, refugees, and internally displaced persons are also welcome.

Signs particularly encourages transdisciplinary and transnational essays that address large questions, debates, and controversies without employing disciplinary or academic jargon. We welcome essays that make a forceful case for why displacement demands a specific and thoughtfully formulated interdisciplinary feminist analysis and why it demands our attention now.  We seek essays that are forceful, passionate, strongly argued, and willing to take risks.

The deadline for submissions is September 15, 2016. Denise Horn, Assistant Professor of Political Science and International Relations at Simmons College, and Serena Parekh, Associate Professor of Philosophy at Northeastern University, will serve as guest editors of the issue.

Manuscripts may be submitted electronically through Signs’ Editorial Manager system at http://signs.edmgr.com and must conform to the guidelines for submission available at http://signsjournal.org/for-authors/author-guidelines/. This call for papers is also available as a PDF.

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at Baylor University. Je suis maître de conférences en histoire à Baylor University. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Séminaire 10 mars – La routine en Révolution – Déborah Cohen

Le jeudi 10 mars, le séminaire “Genre et classes populaires” propose une séance sur la thématique de la routine en Révolution, dans la continuité de notre programme annuel autour de la notion de « routine.s ».

Nous aurons le plaisir de recevoir Déborah Cohen, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Rouen qui réalise actuellement une enquête portant sur « Faire entendre la voix du peuple, surveiller les traitres et les puissants: dire-vrai et dénonciation  (1789-1794) ».

Elle nous présentera une communication intitulée « Des hommes dénaturés par le despotisme ? La Révolution française et l’idée d’habitude, 1789-1795 »

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. Afin de vous permettre l’accès au bâtiment merci de nous contacter 24 heures à l’avance.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Présentation-débat du numéro Age et Sexualité de la revue Clio à la librairie Violette & co, 2 mars 2016

A l’occasion de la sortie du dossier spécial de la revue Clio sur « Age et Sexualité », la librairie Violette & Co, 102 rue de Charonne (Paris 11e) organise une présentation-débat le mercredi 2 mars 2016 de 19H à 20H30. Marie Bergström, Lucas Monteil et Mathieu Arbogast seront invités à échanger autour du thème Genre, sexualité et écart d’âge. Les échanges sont animés par Michel Bozon et Juliette Rennes qui ont coordonné ce numéro thématique. L’entrée est libre.

Sans titre
****
Sommaire du dossier. CLIO. Femmes, Genre, Histoire 42/201

 Âge et sexualité

Responsables du numéro : Michel BOZON & Juliette RENNES

Michel BOZON & Juliette RENNES
Histoire des normes sexuelles : l’emprise de l’âge et du genre

*Dossier*
Sandra BOEHRINGER & Stefano CACIAGLI
 L’âge des amours.
Genre et réciprocité érotique en Grèce archaïque

Christine THÉRÉ
 Âge de retour et retour d’âge :
l’asymétrie entre les sexes dans les discours médicaux
en France (1770-1836)

Ophélie RILLON
 Sexualité juvénile sous contrôle
dans les écoles secondaires maliennes (1960-1970)

Jean BÉRARD & Nicolas SALLÉE
 Les âges du consentement. Militantisme gai et sexualité des mineurs en France et au Québec (1970-1980)

Marie BERGSTRÖM
 L’âge et ses usages sexués sur les sites
de rencontres en France (années 2000)

Lucas MONTEIL
 De l’« Amour vieux-jeune ». Âge, classe et homosexualité masculine en Chine post-maoïste

*Regards complémentaires*

Mathieu ARBOGAST
 Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle

*Documents*
Christiane KLAPISCH-ZUBER La Fontaine de Jouvence.
Bain et jeunesse entre XIVe et XVIe siècle

Lynn BOTELHO
/Les Trois âges et la Mort /du peintre Hans Baldung (XVIe siècle)

Didier LETT Genre et violence sexuelle à l’encontre des enfants dans les archives judiciaires de Bologne au XVe siècle

Sommaire complet du numéro

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Conférence de Geneviève FRAISSE « La sexuation du monde, réflexions sur l’émancipation », 23 février

Mardi 23 février 2016, de 17h15 à 19h15 aura lieu une conférence de Geneviève FRAISSE, philosophe, directrice de recherche émérite au CNRS, membre du comité scientifique de PRESAGE sur « La sexuation du monde, réflexions sur l’émancipation »

La conférence se tiendra à Sciences Po, 27 rue St Guillaume (75007), dans la salle F. Goguel (5ème étage – en passant par le jardin).

Pour assister, il faut s’inscrire par mail auprès de valerie.richard@sciences-po.fr

Plus d’informations sur le site http://www.programme-presage.com/conferences.html

Journée d’étude du jeudi 25 février 2016: Pour une approche croisée des quartiers populaires

Le Groupe de Travail « Produire la ville “ordinaire” » du LabEx DynamiTe organise une journée d’étude sur le thème « Pour une approche croisée des quartiers populaires ». Elle se déroulera :

le jeudi 25 février 2015
de 9h à 17h
EHESS – Bâtiment « Le France » (salle 005)
190-198 avenue de France – 75013 Paris

 Ce séminaire part de travaux analysant les quartiers populaires comme espaces de ressources, d’ancrage et d’appropriation. Il souhaite ouvrir une réflexion à la fois théorique et méthodologique sur les apports d’une démarche qui croiserait plusieurs disciplines, la sociologie, l’histoire, la géographie, l’urbanisme et la photographie, en discutant de leurs cadres théoriques et pratiques, de leurs singularités comme de leurs points communs et éventuelles filiations. La journée s’articulera autour de courtes présentations dans l’objectif de laisser une large part aux discussions collectives. Avec la participation de : Cécile Cuny (sociologue) ; Sylvie Fol (urbaniste) ; Pierre Gilbert (sociologue) ; Marie Morelle (géographe) ; Hortense Soichet (photographe) ; Cécile Vignal (sociologue) ; Charlotte Vorms (historienne).
Voici le programme:

Séminaire 11 février – La routine à l’hôtel – Amélie Beaumont

Le jeudi 11 janvier, le séminaire “Genre et classes populaires” propose une séance sur la thématique de la routine à l’hôtel, dans la continuité de notre programme annuel autour de la notion de « routine.s ».

Nous aurons le plaisir de recevoir Amélie Beaumont, sociologue (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, CESSP/CRESPPA-CSU) qui réalise actuellement une thèse portant sur la socialisation des employés du luxe.

Elle nous présentera une communication intitulée : « L’importance du contact quotidien dans la transformation des pratiques genrées : le cas de l’apprentissage des classes supérieures par les employés de l’hôtellerie de luxe »

Le séminaire est ouvert à toutes et tous a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. L’entrée des bâtiments est libre,  en disant que vous venez assister au séminaire Genre et Classes Populaires.

Appel à communications, Congrès International des Sociologues de Langue Française

XXe Congrès International des Sociologues de Langue Française

Sociétés en Mouvement, Sociologie en Changement

4-8 juillet 2016

Montréal

 

Avant le 31 janvier 2016 :

  • Proposer une communication
  • Demander un bourse AISLF du Congrès

CR04 – Sociologie des rapports sociaux de sexe


Pour un renouveau des approches sociologiques du genre dans les sociétés contemporaines en mouvement

La thématique générale du XXe congrès de l’AISLF invite à un renouvellement potentiel des approches théoriques et méthodologiques visant à rendre compte de la réalité sexuée des sociétés contemporaines. Les approches théoriques du genre sont fortement marquées par les conditions sociohistoriques (les « Trente glorieuses ») et géographiques (occidentales) de leur élaboration. Il paraît alors légitime de s’interroger sur les apports et limites des outils diffusés dans le dernier tiers du XXe siècle, dès lors qu’il s’agit d’appréhender de nouveaux phénomènes sociaux à l’orée du XXIe siècle. Comment appréhender les expériences sexuées au sein des sociétés contemporaines et rendre compte des nouveaux modes de régulation du genre qui émergent au sein des « sociétés en mouvement  ?

1. La complexité des effets sexués des grandes évolutions sociétales contemporaines

Un premier ensemble de communications prend pour objet central les grandes évolutions contemporaines, telles que la globalisation des enjeux économiques et écologiques, la transformation du travail, la dématérialisation, le vieillissement et le care, etc. Dans chaque cas, il s’agira d’analyser les effets de ces évolutions sur les configurations de genre, toujours de manière précise et historicisée.

2. L’institutionnalisation des politiques d’égalité et des études genre dans les sociétés de l’individualisation

Ces communications s’intéressent au processus d’institutionnalisation des activités de promotion de l’égalité femmes-hommes et/ou aux espaces formels de production et diffusion de connaissances sur les inégalités de sexe. Il s’agit de comprendre la pluralité des représentations de « l’égalité », qui sous-tendent les actions publiques en sa faveur, et les initiatives en matière d’enseignement et de recherche sur le genre, dans un contexte parfois marqué de fortes résistances sociales.

3. Les implications des grandes évolutions sociales pour l’approche sociologique du genre

Si les sociétés contemporaines sont effectivement marquées par « l’indétermination croissante des expériences sociales des femmes et des hommes » (cf. Actes du Congrès de Rabat), quels sont le sens et la finalité d’une sociologie du genre ? Depuis une quarantaine d’années, les travaux sur le genre ont été fondés sur le postulat d’une signification sociale majeure des appartenances catégorielles et sur l’idée de leur pouvoir prédictif des devenirs sociaux, différenciés et hiérarchisés, chez les individus sexués. Les « épreuves de vie » auxquelles hommes et femmes sont confronté·e·s dans différents contextes sociaux deviennent-elles de plus en plus indifférenciées ou demeurent-elles marquées par des spécificités de sexe, même partiellement reconfigurées ? Ces évolutions sonnent-t-elles le glas de la sociologie du genre ou appellent-t-elles à son adaptation ?

Les propositions comportant une dimension empirique documentée seront privilégiées. Elles devront s’inscrire dans la thématiques des « sociétés en mouvement » et dans celle d’un sociologie « en changement ». Il s’agit bien de montrer comment les « transformations sociales » se manifestent dans les expériences des individus sexués et comment elles alimentent une consolidation ou une reconfiguration des normes et des pratiques de genre.

Les responsables du CR4 prévoient d’organiser plusieurs séances communes avec d’autres CR ou GT de l’AISLF. Les partenariats seront déterminés en fonction des propositions de communication reçues et sélectionnées, notamment avec le GT07 (Sociologie des sexualités), le CR06 (Parcours de vie et vieillissement), le CR07 (Éducation, formation, socialisation), et le CR32 (Savoirs, métiers, identités professionnelles). Les propositions de communication qui s’inscrivent à l’interface de ces thématiques seront particulièrement appréciées.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at Baylor University. Je suis maître de conférences en histoire à Baylor University. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website