Archives du mot-clé women’s history

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History, Summer 2014

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

http://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.26.2.html

Volume 26, Number 2, Summer 2014

 

Feminists in the Global West: Advances, Reversals, and Persistence

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

Wollstonecraft as an International Feminist Meme

Eileen Hunt Botting, Christine Carey Wilkerson, Elizabeth N. Kozlow

 

Feminism and Fatherhood in Western Europe, 1900–1950s

Ann Taylor Allen

 

Transnational Pan-American Feminism: The Friendship of Bertha Lutz and Mary Wilhelmine Williams, 1926–1944

Katherine M. Marino

 

“A Rainbow of Women”: Diversity and Unity at the 1977 U.S. International Women’s Year Conference

Doreen J. Mattingly, Jessica L. Nare

 

“The Hand that Rocks the Cradle Should Rock the U. of C.”: The Faculty Wife and the Feminist Era

Katherine Turk

 

Getting to the Heart of Science: Rosalie Bertell’s Eco-Feminist Approach to Science and Anti-Nuclear Activism

Lisa Rumiel

 

Book Reviews

Women, Revolution, and the Making of a New Nation

Kim Cary Warren

 

Goodnight Ladies

Ann M. Little

 

Women and Welfare in the United States

Miriam Cohen

 

Breaching the Wall: Beyond the Convent in Catholic Reformation Europe

Lynn Wood Mollenauer

 

“Tapestries of Contacts”: Transnationalizing Women’s History

Francisca de Haan

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Séance d’affiches de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes: Histoires sur la brèche

Berks 2014

 

Appel à communications: Séance d’affiches de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes: Histoires sur la brèche
Toronto, du 22 au 25 mai 2014
Date d’échéance des propositions: le 29 novembre

http://berksconference.org/conference-blog/cfps-poster-session-2014-berkshire-conference-on-the-history-of-women/

Nous cherchons des propositions pour la séance d’affiches qui aura lieu lors de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes à l’Université de Toronto. Nous accueillerons des soumissions sur n’importe quel sujet, dans n’importe quelle discipline, du moment où elles concernent le thème plus général de la conférence, Histories on the Edge/Histoires sur la brèche.

La séance d’affiches vise à relier des chercheur(e)s de tous les domaines et disciplines et à leur fournir un espace dans lequel partager et discuter de leurs recherches en cours. Elle est aussi ouverte à d’autres présentations qui ne peuvent s’intégrer aisément dans un panel régulier, comme les work-in-progress, les projets reliés à des technologies et des expositions du format d’une table. Les étudiant(e)s de premier cycle, les étudiant(e)s diplômé(e)s, les chercheur(e)s non affiliés, et les personnes qui ne participent pas déjà au programme de la conférence sont vivement encouragées à postuler.

Les présentateurs-trices devront mettre en forme et imprimer leur propre affiche, qui ne doit pas dépasser le format de 36 po x 48 po. D’autres directives et informations seront fournies lors de la sélection.

Les soumissions pour la session d’affiches devraient inclure les éléments suivants :

– Un formulaire de demande dûment rempli (voir ci-dessous)
– Un résumé de 250 mots
– Un CV d’une page qui inclut votre nom, votre affiliation et vos coordonnées de contact
– Une maquette simple de l’affiche prévue

Veuillez envoyer votre demande et toute question à bcwhposter@utsc.utoronto.ca en un seul document .pdf  le ou avant le 29 novembre 2013.

La Seizième conférence Berkshire sur l’histoire des femmes qui se tiendra à Toronto du 22 au 25 mai 2014. L’Université de Toronto accueille ainsi la première «Big Berks» à avoir lieu au Canada, en collaboration avec des unités et des universités co-marraines de Toronto et de partout ailleurs au Canada.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Lectures d’été

Lectures d’été

L’Histoire des femmes

Gerda Lerner, Living with History/ Making Social Change (2009)

Gerda Lerner, one of the founders of women’s history in the United States, passed away in January 2013. She published her last book, Living with History / Making Social Change, in 2009. This collection of essays reflects on her struggles academia to bring marginalized groups to the fore as important historical actors. It also details some of the professional challenges she faced as a female pioneer.

From the publisher:

“This stimulating collection of essays in an autobiographical framework pans the period from 1963 to the present. It encompasses Gerda Lerner’s theoretical writing and her organizational work in transforming the history profession and in establishing Women’s History as a mainstream field.
Six of the twelve essays are new, written especially for this volume; the others have previously appeared in small journals or were originally presented as talks, and have been revised for this book. Several essays discuss feminist teaching and the problems of interpretation of autobiography and memoir for the reader and the historian. Lerner’s reflections on feminism as a worldview, on the meaning of history writing, and on problems of aging lend this book unusual range and depth. Together, the essays illuminate how thought and action connected in Lerner’s life, how the life she led before she became an academic affected the questions she addressed as a historian, and how the social and political struggles in which she engaged informed her thinking. Written in lucid, accessible prose, the essays will appeal to the general reader as well as to students at all levels. Living with History / Making Social Change offers rare insight into the life work of one of the leading historians of the United States.”
Gerda Lerner’s detailed obituary from The New York Times: http://www.nytimes.com/2013/01/04/us/gerda-lerner-historian-dies-at-92.html?pagewanted=all&_r=0
Interviews with Gerda Lerner excerpted from a forthcoming documentary on her life: http://www.livinghistorymovie.com/trailer/#.Ud9t1FO9w3Y

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro du Journal of Women’s History

Sortie du dernier numéro du Journal of Women’s History:

Journal of Women's history Cover

http://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.25.1.html

 

Articles

Women’s Politics, Art, and Faith: National, Transnational, and Colonial Perspectives

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

In Pursuit of Toyen: Feminist Biography in an Art-Historical Context

Karla Huebner

 

Deutsche Heimat in Afrika: Colonial Revisionism and the Construction of Germanness through Photography

Willeke Sandler

 

A Community in the Clouds: Advertising Tobacco and Gender in Pre-revolutionary Russia

Tricia Starks

 

Betrayal, Vengeance, and the Anarchist Ideal: Virgilia D’Andrea’s Radical Antifascism in (American) Exile, 1928–1933

Franca Iacovetta, Lorenza Stradiotti

 

Engendering Contempt for Collaborators: Anti-Hanjian Discourse Following the Sino-Japanese War of 1937–1945

Yun Xia

 

Colonial Charity in Hong Kong: A Case of the Po Leung Kuk in the 1930s

Angelina Chin

 

“An Africa of Religious Life”: Fredrika Bremer’s American Faith Journey, 1849–1851

Alison Twells

 

Book Reviews

Gender, Colonialism, and Faith

Elizabeth Elbourne

 

Meeting the Challenges of Mary

Amy G. Remensnyder

 

Reproducing Sexuality in the Postwar United States

Jennifer Brier

 

Negotiating Womanhood in the Households and on the Picket Lines of the American South, 1865–1965

Giselle Roberts

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro du Journal of Women’s History: “Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms”

Sortie du dernier numéro du Journal of Women’s History: “Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms”

Journal of Women's History Cover

Un extrait de l’introduction de  Jean H. Quataert et Benita Roth:

From: Journal of Women’s History
Volume 24, Number 4, Winter 2012
pp. 11-23 | 10.1353/jowh.2012.0038

 

“This note introduces our special issue on « Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms. » In it we try to capture part of the contentious histories of feminist activism unfolding in the period after World War II. We focus specifically on the meanings for feminist thought and action worldwide of the UN sponsored world conferences on women and related international gatherings. Prodded by international and national women’s non-governmental organizations (NGOs) and facilitated through the UN’s Commission on the Status of Women (CSW), the United Nations General Assembly declared 1975 « International Women’s Year » (IWY) and named 1975-1985 as the « Decade for Women. » The UN sponsored three large international conferences beginning with Mexico City (1975), followed by Copenhagen (1980), and Nairobi (1985); these gatherings generated so much momentum that a Fourth Women’s World Conference was held in Beijing in 1995. Other UN conferences, including the World Conference Against Racism (WCAR) in Durban, South Africa in September 2001, also featured in this issue, allowed feminist antiracist activists around the globe to come together to discuss understandings of the intersections of gender and racial oppression.

These conferences took place against the backdrop of a number of formative geopolitical developments: Cold War tensions and their subsequent easing after 1989; decolonization struggles and emerging nations’ insistent drive for equitable economic development amid the continuing inequalities of the global economic and political order; the rise of neo-liberal economic agendas; women’s increased participation globally in the formal labor sector; transnational organizing for lesbian and gay rights; and a concomitant, significant rise by the mid-1990s of conservative religious and fundamentalist groups around the world. These geopolitical and cultural factors sometimes sustained and sometimes constrained the ability of diverse feminist and women’s activists to form alliances, set new international and national agendas, and see to their implementation on the ground.

Until very recently, much of what has appeared about the UN conferences in journal literature has been in the form of reports on participants’ experiences nearly exclusively in women’s studies journals. Since 1996, it has mainly been feminist sociologists and political scientists charting the effects of the UN conferences on feminist and women’s organizing around the globe. There also is a vibrant literature assessing the impact of women’s world conferences on feminist contributions to development discourses, particularly those efforts challenging the neo-liberal assumptions that drive the giving of mainstream development aid. These debates stress ongoing unequal macro-economic contexts.

The topic of the UN meetings, with a few exceptions, has been left largely unexamined in women’s history despite its undeniable importance for shaping the vibrant new patterns of transnational advocacy networks that emerged during the Decade. The same time frame saw a huge growth of feminist NGOs worldwide; the invention of innovative gatherings like the World Social Forums, which feature impressive participation by feminist activists; and the creation of UN People’s Forums, which gave voice and visibility to NGOs as well as to local leaders and activists generally marginal to governmental authority and power. Strikingly, however, the Journal of Women’s History paid scant scholarly attention to these conferences. One short report by Peggy Simpson, « Beijing in Perspective, » appeared in the Spring 1996 issue; Simpson was an acclaimed Associated Press journalist whose personal experiences are part of the larger narrative presented here. In 1997, the JWH published Wang Zheng’s article « Maoism, Feminism, and the UN Conference on Women: Women’s Studies Research in Contemporary China. » The relative neglect by historians of the more recent interface of global and local feminist organizing lies, perhaps, in the challenges for historical research of engaging contemporary themes and issues. The growing interest among women’s historians in human rights histories and comparative studies in women’s movements thus reflects a major conceptual shift, which promises a turn to transnational methodologies, interregional connections, and global historical perspectives. As we hope to show through the articles in this issue, the entry provided…”

 

The articles:

Guest Editorial Note: Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms

Jean H. Quataert, Benita Roth

 

Empires of Information: Media Strategies for the 1975 International Women’s Year

Jocelyn Olcott

 

Rethinking State Socialist Mass Women’s Organizations: The Committee of the Bulgarian Women’s Movement and the United Nations Decade for Women, 1975-1985

Kristen Ghodsee

 

Negotiating Religious and Women’s Identities: Catholic Women at the UN World Conferences, 1975-1995

Agnès Desmazières

 

Transnational Feminism and Contextualized Intersectionality at the 2001 World Conference Against Racism

Sylvanna M. Falcón

 

Global Gender Policy in the 1990s: Incorporating the « Vital Voices » of Women

Karen Garner

 

Indian Women Activists and Transnational Feminism over the Twentieth Century

Nandini Deo

 

UN Activist Forum

Historians Meet Activists at the Berkshire Conference on the History of Women, June 2011

Kathryn Kish Sklar, Thomas Dublin

 

Unfinished Agenda

Mildred Emory Persinger

 

Making History Word by Word

Arvonne S. Fraser

 

Passion: Driving the Feminist Movement Forward

Devaki Jain

 

Sustaining Advocacy for Women’s Empowerment for Four Decades

Rounaq Jahan

 

Opening Doors for Feminism: UN World Conferences on Women

Charlotte Bunch

 

Book Reviews

« Stay Involved »: Transnational Feminist Advocacy and Women’s Human Rights

Helen Laville

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel de Communications, Berkshire Conference on Women’s History: Histories on the Edge/Histoires sur la brèche

 APPEL A COMMUNICATIONS

«Berkshire Conference on Women’s History»
Histories on the Edge/Histoires sur la brèche

Toronto: du 22 au 25 mai 2014  

Envoi des propositions: avant le 15 janvier 2013

http://berksconference.org/meetings/reminder-and-submission-site-for-2014-big-berks-is-up-and-running/

Cliquez ici pour accéder au Site des soumissions!

La description du site:

La seizième «Berkshire Conference on Women’s History» se tiendra à Toronto du 22 au 25 mai 2014. L’Université de Toronto accueillera la première «Big Berks» canadienne en collaboration avec des unités et universités co-marraines de Toronto et de l’ensemble du Canada.

Notre thème principal, Histories on the Edge/Histoires sur la brèche, illustre l’internationalisation croissante de la «Berkshire Conference». Il reconnaît également la précarité d’un monde où des millions de personnes marginalisées exigent des changements et où des intellectuelles et des intellectuels innovateurs créent des brèches et tissent des liens à l’intérieur comme à l’extérieur du monde universitaire. Le congrès organisé au Canada entend susciter un engagement afin de multiplier les brèches conceptuelles, en affinant, décentrant et décolonisant les histoires. Les brèches ont un caractère spatial – frontières impénétrables, enveloppes étouffantes ou protectrices, et points d’entrée fluides. Elles ont aussi une dimension temporelle, évoquant également la créativité et l’avant-garde. Ce concept suggère en outre un enchevêtrement de confrontations brutales, de conflits déchirants mais aussi d’échanges intimes. Il évoque les espaces alternatifs que se sont construits les personnes et populations «marginalisées» ainsi que les efforts déployés pour créer un espace commun où bâtir des histoires à caractère oppositionnel.

État-nation façonné par des récits historiques impérialistes et sa propre dynamique colonialiste, le Canada est lui-même en marge d’un empire américain très puissant, bien que peut-être en déclin. Comme d’autres sociétés investies par les Blancs, c’est un État colonial fondé sur la dépossession de Premières nations, sur une citoyenneté blanche aux marges policées et sur l’imposition de modèles patriarcaux d’assimilation. Son histoire s’est néanmoins déployée de façon très diverse selon le temps et l’espace et en suscitant une myriade de résistances. Vécue sur les marges de trois empires, la trajectoire historique du Canada comprend une première colonisation française, toujours vivante dans la présence francophone au pays, puis celle des Britanniques. Les signes distinctifs du pays comprennent aujourd’hui un système de santé public, le droit au mariage entre personnes de même sexe et un multiculturalisme officiel, même si contesté. La ville de Toronto, située en territoire Anishinabe, est un lieu créatif, cosmopolite et un foyer de contestation, qui est à la fois un «chez-soi» et un «ailleurs» pour bon nombre de ses résidentes et résidents. Quel meilleur endroit où examiner marges et brèches comme porteuses d’espoir, d’enthousiasme et de possibles, mais également de danger, de déplacement, de lutte et d’exil?

 Comme elles sont souvent les moteurs de changements, aussi lents, douloureux ou partiels soient-ils, nous sommes à l’affût d’histoires vécues «sur la brèche» partout et de toutes les époques. Nous voulons particulièrement faire place aux histoires des Caraïbes et de l’Amérique latine, de l’Asie et du Pacifique, de l’Afrique et du Moyen-Orient, ainsi qu’aux cultures indigènes, francophones et à celles des diasporas du monde entier. Nous faisons appel aux présentations qui font place à des corps et à des objets qui font brèche d’une manière ou d’une autre. Notre thème invite également les travaux qui soumettent à l’épreuve du queer les binarités de genre et de sexe. Comment historiciser l’émergence, les traces ou la persistance de constructions sociales de genre comme le «masculin» et le «féminin», ainsi que la performativité du genre, les pratiques sexuelles et les identifications sociales qui contestent les modes binaires du genre et de la sexualité?

Notre thème incite à la réflexion critique sur les nombreux modes d’opération du genre. Celui-ci présente son lot de brèches irrégulières: là où les sphères privées et publiques, et les masculinités et féminités, ont été définies et redéfinies; là où la classe, le genre, la race, l’ethnicité, la nation, la parenté, la sexualité et les in/capacités ont interagi. Le genre comme concept sera donc lui aussi sur la brèche: il faut le débattre et le passer au crible pour en exposer les usages, les contradictions, les atouts et les limites.

Ce thème central de la brèche tient compte de la théorie et de la praxis féministes qui favorisent des questionnements constants. Nous sommes en quête de travaux sur les formes du féminisme occidental et des féminismes non occidentaux et invitons à l’étude des féminismes dans le contexte sans cesse mouvant des rapports de pouvoir et des alignements internationaux. Le congrès interroge la possibilité d’une revitalisation de l’esprit critique du féminisme dominant. Devrions-nous, comme universitaires et quelle que soit notre position, chercher à ébranler le centre au profit de la marge? Affûter nos critiques d’un monde qui, aujourd’hui comme si souvent dans le passé, semble être au bord du gouffre?

Nous encourageons la mise sur pied de panels thématiques comparatifs ou transnationaux, même dans le cas de sous-thèmes plus régionaux. Un appel tout particulier est lancé aux chercheures et chercheurs dont les analyses traversent les siècles, les cultures, les lieux et les générations.

Les propositions seront approuvées par des sous-comités transnationaux de spécialistes de champs thématiques particuliers. Chaque proposition doit être rattachée à UN des sous-thèmes et être soumise par voie électronique. En rédigeant votre proposition à l’intention d’un des sous-comités, vous n’avez PAS à aborder chaque élément du thème en question. Veuillez aussi indiquer un deuxième choix de sous-thème, mais n’adressez pas votre proposition à plus d’un sous-comité

La préférence sera accordée aux discussions de tout sujet dépassant les frontières nationales, y compris pour les sous-thèmes régionaux, avec une considération spéciale pour les périodes pré-modernes (histoire ancienne, médiévale et Temps Modernes). Cependant, les articles individuels et les propositions consacrées à un seul pays ou à une seule région auront aussi droit à une entière considération. À titre de forum voué à encourager des recherches innovatrices et transdisciplinaires et des échanges transnationaux, nous faisons appel aux propositions d’étudiantes et d’étudiants diplômés, de spécialistes d’envergure internationale et autonomes, de cinéastes, de pédagogues, de conservatrices et de conservateurs, d’artistes, d’activistes, et nous voulons accueillir une riche gamme de perspectives.

 La personne qui soumet un article ou organise un panel, une table ronde ou un atelier est celle responsable de soumettre l’ensemble des éléments de cette proposition.

Types de séances (pour soumettre une proposition, vous vous identifierez comme « Auteur‑e » sur le site des soumissions)

 Articles individuels: Le fichier soumis doit inclure votre nom, le titre de l’article et un résumé d’au plus 250 mots. Veuillez soumettre également un bref c.v. (une demi-page).

Panels: Trois présentations d’articles (de 20 minutes chacune, ainsi que les noms d’un-e président-e et d’une commentatrice ou commentateur distinct. (Nous étudierons également les propositions de 2 ou 4 articles.) Le fichier soumis doit inclure le nom de l’auteur-e, le titre et un résumé de 250 mots pour chaque article, ainsi qu’un titre pour le panel, son résumé en 500 mots et le nom de l’organisatrice ou organisateur. Veuillez également soumettre un bref c.v. (une demi-page) pour chaque participant-e.

Tables rondes: De quatre à six présentatrices ou présentateurs et un-e président-e qui peut aussi agir comme modératrice ou modérateur. L’objectif visé est un échange de type collégial au sein du groupe et avec l’auditoire. Le fichier soumis doit inclure le titre de la table ronde, le nom de l’organisateur ou organisatrice, un résumé de 500 mots et la liste des participant-es, accompagnée d’une brève description de leur contribution à l’échange. Veuillez soumettre un bref c.v. (une demi-page) pour chaque participant-e.

Ateliers: De six à neuf articles pré-diffusés, ainsi que les noms d’un-e président-e et d’un-e discutant-e distinct-e. (Nous considérerons jusqu’à 10 articles.) Les articles devront être déposés avant le 30 avril 2014 et seront pré-diffusés par affichage sur un site Web accessible à toutes les personnes inscrites à la conférence. Le fichier soumis doit inclure le titre, le nom de l’auteur-e et un résumé de 250 mots pour chaque article, ainsi qu’un titre pour l’atelier, le nom de l’organisatrice ou organisateur et un résumé de 500 mots. Veuillez soumettre un bref c.v. (une demi-page) pour chaque participant-e. L’auditoire et les participant-es se livreront à une conversation thématique.)

Adressez votre soumission à UN des sous-thèmes (appelés « Sections » sur le site des soumissions)

*Frontières, rencontres, régions frontalières, zones de conflit et mémoire

*Empires, pays et bien commun

*Droit, enchevêtrements familiaux, tribunaux, criminalité et prisons

*Corps, santé, technologies médicales et sciences

*Histoires indigènes et mondes indigènes

*Caraïbes, Amérique latine et mondes afro/francophones

*Asie, circuits transnationaux et diasporas mondiales

*Économies, environnements, travail et consommation

*Sexualités, genres/LGBTIQ2 et intimités

*Politiques, religions/croyances et féminismes

*Cultures visuelles, matérielles et médiatiques: imprimé, image, objet, son, performance

Cliquez ici pour accéder au Site des soumissions!

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications, en anglais et en français: International Conference on “Women’s Histories: the Local and the Global,”

International Conference on “Women’s Histories: the Local and the Global,”

Appel à communications, en anglais et en français:

International Conference on “Women’s Histories: the Local and the Global,” organisé par The International Federation for Research in Women’s History (IFRWH) and the Women’s History Network, UK

http://www.ifrwh2013conf.org.uk/submit-paper

International Federation for Research in Women’s History and Women’s History Network, UK: call for papers for International Conference on ‘Women’s Histories: the Local and the Global’ to be held 29th August to 1st September 2013 at Sheffield Hallam University, Sheffield, UK.

This international conference will explore the history of women worldwide, from archaic to contemporary periods. Engaging with the recent global and transnational turns in historical scholarship, it will examine the ways in which histories of women can draw on and reshape these approaches to understanding the past. It will focus on developing gendered histories of globalisation that explore the complex interplay between the local and the global, and on exploring the relationship between nation-based traditions of womens history writing and transnational approaches which examine connections and comparisons between womens lives in different localities. Key questions to be addressed are:

How can women’s histories reshape our understanding of the relationship between the local and the global?

What implications does a transnational framework of analysis have for nation-based traditions of writing women’s history?

Keynote speakers will include: Mrinalini Sinha, Alice Freeman Palmer Professor of History, University of Michigan; Catherine Hall, Professor of Modern British Social and Cultural History, University College London.

Strand themes:

You are invited to submit proposals for individual papers or panels (3 papers plus commentator) relating to the following strands:

1. The impact of global change on women’s lives in specific localities.

2. Relations between women in the context of global inequalities of power.

3. Women’s local responses and resistances to imperialism and globalisation.

4. Women, migrations, diasporas.

5. Empires at home: women in imperial metropoles.

6. Women as local producers, traders and consumers in a globalising economy.

7. Women’s life histories and personal relationships across geo-political divides.

8. Women’s involvement in transnational networks.

9. National women’s histories in comparative perspective.

10. Teaching women’s history in a globalising world.

11. The place of the global in local, community and public histories of women.

Conference languages: English and French

http://www.ifrwh2013conf.org.uk/submit-paper

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn