Archives du mot-clé violence

Dernier numéro de la revue Clio, Les lois genrées de la guerre

couv_Clio_39

À l’occasion de la parution du n°39 de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, la revue porte son regard sur les femmes et les conflits. Depuis la fin du XXe siècle, l’étude de cette thématique a été renouvelée par l’approche anthropologique du fait guerrier, par une attention à l’intime et par la focale sur les sorties de guerre. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on nomme « les lois de la guerre ».

Sommaire du dossier coordonné par Fabrice Virgili:

• Philippe Clancier, « Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien »
• Sophie Cassagnes-Brouquet, « Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle) »
• Mariana Muravyeva, « “Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne »
• Régis Schlagdenhauffen, « Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945) »
• Alain Blum & Amandine Regamey, « Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000) »
• Christine Lévy, « Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ? »

Plus d’infos sur http://clio.revues.org/

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Sarah Maza

Sarah Maza, Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Berkeley: University of California Press, 2011.

Explorer les imaginaires, traquer les problématiques sociales, sexuées et sexuelles d’une époque à travers l’étude fine d’itinéraires biographiques dans la tourmente, proposer une autre histoire sociale des années 1930, tel est le fil rouge du nouvel ouvrage de Sarah Maza consacré à Violette Nozière, dont le parricide défraya la chronique judiciaire et criminelle.

Au-delà du scandale de cette affaire et des lignes de fracture qu’il révèle dans l’opinion publique d’une époque, l’auteure procède à une biographie familiale minutieuse et située pour dérouler un trajet migratoire d’individus des classes populaires « montés » à Paris et travaillés par l’ambition d’une ascension sociale qui se cristallise sur leur fille unique, Violette. Sarah Maza analyse alors le parcours parisien de Violette, les différents univers géographiques et sociaux dans lesquels cette fille d’ouvriers gravite et se constitue une nouvelle identité hybride de « fille chic » et « émancipée ».

 L’empoisonnement, le parricide, l’inceste occupent de façon un peu surprenante une position secondaire dans l’ouvrage qui se focalise d’abord et avant tout sur l’itinéraire d’une jeune fille « voulant vivre sa vie », et sur ce que ce désir d’émancipation nous révèle d’une décennie travaillée par les contrastes et les contradictions. Le récent compte-rendu d’Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris-Diderot-Paris 7) paru sur H-France permet d’élucider ces silences sur les causes principales de l’affaire et offre surtout une lecture critique plus que passionnante pour apprécier le projet intellectuel de cet ouvrage (lien ci-dessous).

http://www.h-france.net/vol13reviews/vol13no172demartini.pdf

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« Les femmes allemandes au service de la guerre (1939-1945) »: prochaine séance du séminaire le 28 novembre avec l’historienne Elissa Mailänder

Pour sa deuxième séance, le séminaire « Genre et classes populaires » a le plaisir d’accueillir Elissa Mailänder, Associate Professor au Centre d’Histoire de Sciences Po, pour une communication portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les camps de concentration : « Les femmes allemandes au service de la guerre: dynamiques sociales, relations de genre, racismes et violences (1939-1945) »

La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 28 novembre de 17h à 19h. C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle). 

Pour découvrir ses travaux:

Elissa Mailänder, La violence des surveillantes des camps de concentration national-socialistes (1939-1945) : réflexions sur les dynamiques et logiques du pouvoir, Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne].

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Top of the lake, mini-série de Jane Campion sur Arte

top_of_the_lake_

La mini-série « Top of the lake » réalisée par Jane Campion (Un ange à ma table, La leçon de piano…) est diffusée sur Arte du 7 au 14 novembre, visible en rediffusion et en VOstfr sur le site d’Arte.

Six épisodes dans le huis clos de Laketop, Nouvelle Zélande. Tui, une adolescente de 12 ans disparaît, elle est enceinte de 5 mois. Robin, une jeune détective originaire de Laketop enquête et fait face à son passé.

La domination masculine est au cœur du propos. Du père de Tui, mâle par excellence, à la communauté de femmes venues chercher un soutien dans la vie non-mixte et exclue du monde, en passant par cette jeune détective déterminée à affronter les réactions sexistes de ses collègues, un large spectre est tendu. Évitant les caricatures, préférant la nuance des situations individuelles, l’autodérision et la force des images, Jane Campion nous parle de la violence, de ses mécanismes les plus insidieux, mais aussi du féminisme, des différentes manières d’être homme et femme, et finalement des postures de résistance possibles.

« Les travailleuses du sexe peuvent-elles penser leur émancipation ? »

« Morgane Merteuil et Damien Simonin s’attachent ici à déconstruire les discours abolitionnistes sur la prostitution, en interrogant leurs effets sur la vie des principales concernées : les travailleuses du sexe. Non seulement la prostitution ne peut être appréhendée sous le prisme de la seule violence faite aux femmes, mais il est temps d’entendre la voix de celles et ceux qui se mobilisent pour reconnaître leurs droits à la libre disposition de leur corps. Se pose donc ici la question de savoir comment émanciper la prostitution du discours abolitionniste ». 

A découvrir dans la revue Contretemps!

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture : « Corps et âme, carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur » de Loïc Wacquant

 

Cet ouvrage, en passe de devenir un classique, décrit l’immersion de l’auteur dans un club de boxe  de Woodlawn, quartier ghetto noir de Chicago, à la fin des années 1980. Publié il y a quelques années déjà, ce texte s’inscrit pleinement dans la thématique du carnet par son étude d’une population qui se situe à l’intersection des trois catégories de la différence : les boxeurs sont tous des hommes noirs des classes populaires américaines.

Corps et âme est tout d’abord un exemple très éclairant de la méthodologie de l’observation participante, qui devient ici de la participation observante, comme le dit l’auteur, puisqu’il s’est lui-même entraîné plusieurs fois par semaine avec les boys de Woodlawn, mettant en jeu et en péril son corps dans la salle d’entraînement (le gym) mais surtout sur le ring. Ces textes sont émaillés de notes annexes sur la réaction des enquêtés à l’observation, comme les nombreuses blagues sur le magnétophone ou sur son statut d’écrivain (ou plutôt d’écrivant) en attestent. Loïc Wacquant porte une attention extrême à l’espace, aux objets et à la description des interactions corporelles dans le gym, application revendiquée des théories du sociologue Erving Goffman.

Cette étude de Loïc Wacquant dénote également d’une attention fin aux catégories de sexe/classe/race, ainsi qu’à leur intersection. A propos de la race, le club dans lequel s’entraîne le sociologue est quasi-exclusivement noir, mais il note plus généralement que la boxe est un miroir de l’immigration en Amérique et que chaque nouvelle vague migratoire amène son lot de champions entre les cordes. Il explicite dès l’introduction sa place de boxeur blanc dans ce milieu très homogène et les conditions de possibilités de son intégration, qui finira par être telle que ses camarades le perçoivent comme l’un d’entre eux.

Les différenciations sociales sont évidemment également au coeur de la réflexion du disciple de Pierre Bourdieu qu’est Loïc Wacquant. Passant outre l’image de la boxe comme le sport du lumpenprolétariat, il démontre au contraire que les boxeurs qui font carrière appartiennent à la frange supérieure des classes populaires. Cela s’explique par la discipline, physique, mais aussi temporelle, qu’exige cette pratique : se lever tôt, soumettre son corps à des exercices physiques éprouvant et répétés dans une éternelle monotonie, surveiller son alimentation et ses sorties… Comme l’écrit Loïc Wacquant : « c’est par le biais des inclinaisons et des habitudes exigées par la pratique pugilistique que les jeunes issus des familles les plus démunies se trouvent éliminés : devenir boxeur exige de fait une régularité de vie, un sens de la discipline, un ascétisme physique et mental qui ne peuvent se développer dans des conditions sociales et économiques marquées par l’instabilité chronique et la désorganisation temporelle » (p.45).

Autre notation intéressante sur le rapport des classes populaires et de la boxe, Loïc Wacquant explique que ce sport peut en fait se concevoir comme un « métier manuel qualifié bien que répétitif » (p.67), parce qu’il fait appel aux mêmes compétences corporelles et qu’il déploie une conception du corps comme outil de travail.

Enfin, en terme de genre, le gym est un exemple parfait de ségrégation : c’est un espace exclusivement masculin, dédié à la sociabilité virile car la boxe est une pratique qui valorise à l’extrême les qualités, supposées naturelles, des hommes : le courage, la force, l’agressivité… Loïc Wacquant précise que « les femmes ne sont pas les bienvenues dans la salle parce que leur présence dérange, sinon le bon fonctionnement matériel, du moins l’ordonnancement symbolique de l’univers pugilistique » (p.53). Il ajoute plus loin que « les formes de respect qui ont cours dans le gym sont des formes exclusivement masculines, qui affirment la solidarité et la hiérarchie des boxeurs entre eux mais aussi, et d’une manière d’autant plus efficace qu’elle est dissimulée à la conscience, la supériorité des hommes (c’est à dire des « vrais » hommes) sur les femmes, terme physiquement absent, mais symboliquement omniprésent » (p.69). On peut cependant regretter que malgré ces quelques remarques éclairantes sur les rapports sociaux et symboliques des sexes, l’auteur ne pousse pas vraiment plus loin l’analyse. Il va même jusqu’à décrire en termes assez désobligeants le show de « danseuses exotiques » lors d’une soirée d’après match, tombant dans les clichés de l’univers qu’il observe et avec lesquels il prend, à ce moment du texte, bien peu de distance. C’est d’autant plus étonnant car ce livre est écrit après La domination masculine (1996) de Pierre Bourdieu, avec lequel Loïc Wacquant revendique une proximité personnelle et théorique.

Corps et âme est enfin un grand livre sur la pratique et l’apprentissage corporel. Il décrit une ritualisation de la violence (dans la lignée des réflexions de Norbert Elias) qui se construit en symbiose et en opposition avec celle, endémique et anomique, qui ravage la rue autour de la salle d’entraînement.

Pour les détails de l’ouvrage ainsi que d’autres critiques et compte-rendus, voir la page de l’ouvrage sur le site des Editions Agone

 

 

Sortie de « Penser la violence des femmes » sous la dir. de C. Cardi et G. Pruvost

Coline Cardi, Geneviève PruvostPenser la violence des femmes, La Découverte, 448 p., 32 euros.

Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides… Qu’y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d’exhumer, de dénaturaliser, d’historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l’ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.
Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au coeur d’enjeux d’ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707172969

Rencontre avec COLINE CARDI et GENEVIÈVE PRUVOST pour la parution de l’ouvrage qu’elles ont dirigé Penser la violence des femmes (La Découverte)
Mercredi 26 septembre à 19h à la librairie Violette and Co
Qu’elles soient tueuses, pédophiles, kamikazes, soldates, révolutionnaires, cheffes de gang ou boxeuses, qui a-t-il de commun entre elles ? Cette somme inédite, réunissant les études de 32 contributrices-teurs de différentes disciplines, révèle combien la violence exercée par les femmes est au cœur d’enjeux à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.violetteandco.com/librairie/article.php?id_article=582

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website