Archives par mot-clé : travail

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization (July 2014)

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gwao.2014.21.issue-4/issuetoc

July 2014; 21 (4)

Le Sommaire:

The Scrutinized Priest: Women in the Church of England Negotiating Professional and Sacred Clothing Regimes

Sarah-Jane Page

 

Female Part-Time Managers: Careers, Mentors and Role Models

Susan Durbin and Jennifer Tomlinson

 

Imagining Gender Research: Violence, Masculinity, and the Shop Floor

Rafael Alcadipani and Maria Jose Tonelli

 

Access to Networks in Genderized Contexts: The Construction of Hierarchical Networks and Inequalities in Feminized, Caring and Masculinized, Technical Occupations

Tina Forsberg Kankkunen

 

Upsetting ‘Others’ in the Netherlands: Narratives of Muslim Turkish Migrant Businesswomen at the Crossroads of Ethnicity, Gender and Religion

Caroline Essers and Deirdre Tedmanson

 

Doing Gender, Practising Politics: Workplace Cultures in Local and Devolved Government

Nickie Charles

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

La revue Travail, genre et sociétés fête ses 15 ans

La revue Travail, genre et sociétés fête ses 15 ans et vous invite à une rencontre, suivie d’un apéritif,

Mardi 20 mai 2014 de 18h à 21h

TGS Entrepôt

 

à L’Entrepôt

7/9 rue Francis de Pressensé – 75014 Paris (M° Pernety)

Avec

Hugues Jallon, PDG des éditions La Découverte

Le mot de l’éditeur

Anne Forssell, Secrétaire de rédaction et responsable d’édition de Travail, genre et sociétés

La fabrique d’une revue

Margaret Maruani, Directrice de Travail, genre et sociétés

Notre histoire

Hyacinthe Ravet, membre du comité de rédaction de Travail, genre et sociétés

Le travail est l’avenir des femmes

Intermède musical

Clémence Savelli, auteure-compositrice-interprète, et ses musiciens

Le féminisme en chantant

… suivi d’un “apéro”

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: Genre et Techniques, XIXe-XXIe siècle

Fabien Knittel, Pascal Raggi (dir.), Genre et Techniques (XIXe-XXIe siècle), PUR, 2013

Issu des travaux réalisés à l’occasion du colloque intitulé « genre et techniques » en 2012, ce recueil d’articles souhaite déjouer le stéréotype reliant “naturellement” technique et masculinité et, par là même, offrir une nouvelle approche à la problématique des femmes au travail. Les auteurs questionnent ainsi les façons par lesquelles le genre et sa construction affectent les techniques suivant plusieurs thématiques : la formation, la médecine, le travail ainsi que la vie quotidienne et les médias. Des perspectives intéressantes sur la question du corps féminin au travail et travaillé entre naturalisation et détermination.

PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR

Les objets techniques, leur manipulation, sont presque toujours renvoyés au masculin. Or, ce stéréotype n’est que partiellement vrai une fois que l’on s’est efforcé de mener une analyse fine des rapports entre genre et techniques, ambition de tous les auteurs de ce livre. Dans l’historiographie francophone, comme le lien entre genre et techniques a été rarement effectué, les principales questions à la croisée de ces deux thématiques doivent encore être étudiées et les réponses déjà apportées approfondies.
Ainsi, l’étude du rapport entre les femmes et les techniques n’est qu’une première approche qui doit être étendue dans le cadre d’une problématique plus large tenant compte de tous les aspects du genre, notamment les questions liées à la masculinité. Ces aspects méritent d’ailleurs une attention toute particulière, dans le sens où l’enseignement technique contribue à la construction d’un certain type de masculinité, reproduisant, par exemple, des différences genrées à l’école et dans les milieux professionnels.
Cet ouvrage permet de s’interroger sur une thématique innovante. Si les travaux d’historiens dominent, le sujet abordé rend néanmoins nécessaire une approche pluridisciplinaire. La sociologie, la philosophie et l’anthropologie apportent donc également ici un éclairage sur les liens qui peuvent exister entre genre et techniques.

Pour en savoir plus, retrouvez le compte-rendu de l’ouvrage fait par Anne Stelmes sur lectures.revues.org: http://lectures.revues.org/13773

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Une question à : Anna Frisone, doctorante à l’Institut Universitaire Européen de Florence

  1. Labour Feminism in the 1970s

Giving voice to working women: an oral history

(Le féminisme syndicaliste dans les années 1970

Rendre la parole aux travailleuses : une histoire orale)

 GCP : Comment se nouent les questions de genre et de classe dans le féminisme syndicaliste/ouvrier des années 1970 ? Et par quelle méthodologie peut-on en rendre compte ?

Anna Frisone : (traduction à la suite)

My PhD project aims at providing an understanding of the so-called ‘labour feminism’, which stands for a moderate paradigm within the complex scenery of the second-wave women’s movement. My investigation, within a comparative framework, will take into consideration the development of labour feminism both in Italy and in France in the 1970s. The paper I presented in London at the X Annual Conference organized by “Historical Materialism” mainly focused on the case study of Genoa. First of all I found useful to briefly describe the context where Italian labour feminism took shape. Secondly, I introduced a reflection about the production and analysis of oral sources. Finally I concentrated on the case of Genoa.

The 1970s saw Italian trade unions assert themselves as significant political actors. Since the previous decade and even before the well-known ‘hot autumn’ of 1969, Italian trade unions had been going through a phase of major reforms which expanded the borders of internal democracy. This increasing openness of unions, together with the development of the international second-wave feminist movement, led women within Italian trade unions to start permeating traditional union politics with a new feminist approach. The encounter between feminist activism and trade union politics has to be understood in terms of gender relations: the feminist claims made by women within the trade unions aimed at changing not only their working conditions, but the overall gender relations outside as well as inside the workplace. Around 1975 female trade unionists built up new inter-professional and united structures, the Coordinamenti Donne.

My historiographical analysis concerns not only the histoire événementielle of labour feminism, but in particular the female subjectivity as political actor. Therefore I am working with various written sources, but in particular I am conducting interviews with the protagonists of this period.Within the research on labour feminism, enhancing the narrator’s subjectivity creates an ideal continuity (methodological and conceptual) with the research topic: the fact that women – a collective subject often relegated to historical and historiographical silence – began to speak out about themselves is, at the same time, a fundamental topos in the feminist movement’s representation and a deeply concrete need. For example when I interviewed Luisa, an employee in a Genoese factory, she explained: “Being only women was necessary because we needed to talk and to talk freely. The women in the factory did not speak”.

Genoa saw during the 1970s an increasing participation into trade union militancy of the female component of its work force. As Nina, one of my inteviewee noted: “We started to think of the fact that the only way to change an institution like the union – because it was the union that had to include our claims, not the master – we had to enter the union”. In particular, I would like to examine the use that working women made of an important union achievement: the ‘150-hour courses for educational right’. From the renewal of collective contracts in 1973, workers organizations obtained a number of paid hours that workers could use for a wide range of educational purposes. The women of the Coordinamenti issued specific courses ‘by women for women’ (which had contents such as: the working hours, sexuality, health in the workplace, the family, etc.). In Genoa, women’s workshops were organized from 1977 to 1983. When the first labour feminist workshop was presented at the faculty of Humanities, the Faculty Council voted against it. The story gained national resonance, as it was picked up by left-wing newspapers such as the Manifesto, and was made public as an emblematic episode  that showed the fierce reluctance on the part of academic culture to give space and thus legitimize the aspirations of the working class. Despite the attention given by the national media to this episode, it is curious that most of the women I interviewed prove to have a somewhat blurry memory of it. Luciana, for example, commented:

I can not remember the story of the Faculty Council. […] But, there were some troubles, right? […] To some extent, we expected things like this and beyond the emotion of the moment, that was probably strong, it was… it was just another, well, “performance of muscles” by our opponents.

In this case, it’s very interesting to note how different is the events’ relevance if we take into consideration the journalistic written sources, or rather the testimony of the women involved. The lefty media considered this episode as a symbol, therefore an abstraction: a valid paradigm to interpret the general tensions that run through the entire Italian society. In contrast, women found that the core experience about their workshops laid not so much in the public space of confrontation with the institutions, but rather in the separate (though fully political) discursive practice they established. Personal memory focuses on the practices that were developed during a long and articulated experience, while the attention of newspapers focuses on specific, iconic and “sensational” events. Here it appears clear what Passerini suggested: “The oral archive and the written archive show discrepancies, contrasts, some similarities. It will be necessary to produce cross-references between them and to propose cross-readings. […] The two memories, the oral and the written one, will shed light on each other, although weaving them could appear very difficult”.[1]

 

Traduction

Mon projet de thèse cherche à comprendre ce que l’on entend par « féminisme syndicaliste» [labour feminism], engagement qui constitue un paradigme modéré dans le paysage complexe de la deuxième vague du mouvement des femmes. Mes recherches s’inscrivent dans une perspective comparatiste et prennent en considération le développement du féminisme au travail à la fois en France et en Italie, dans les années 1970. La communication que j’ai présentée à Londres pour la Xe conférence organisée par la revue Historical Materialism est centrée sur le cas de Gênes. Dans un premier temps, il faut décrire le contexte dans lequel s’inscrit le féminisme au travail italien. Je réfléchirai ensuite sur la production et l’analyse de sources orales. Enfin, je me concentrerai sur le cas génois.

Les années 1970 voient les syndicats italiens s’affirmer comme des acteurs politiques importants. Dans la décennie précédente, et avant même le célèbre « automne chaud » de 1969, les syndicats italiens sont passés par une phase de réformes majeures qui ont étendu les frontières de la démocratie interne. Cette ouverture croissante des syndicats, parallèlement au développement de la seconde vague du féminisme à l’échelle internationale, a conduit les femmes syndiquées à faire pénétrer une nouvelle approche féministe à l’intérieur des politiques syndicales traditionnelles. La rencontre entre le militantisme féministe et les politiques syndicales doit être comprise en termes de rapports de genre : les revendications féministes portées par les femmes à l’intérieur des syndicats n’ont pas seulement pour but de changer leurs conditions de travail, mais bien les rapports de genre dans leur ensemble, à l’intérieur comme à l’extérieur du lieu de travail. Autour de 1975, les militantes syndicales développent de nouvelles structures unifiées et interprofessionnelles, les Coordinamenti Donne.

Mon analyse historiographique ne porte pas uniquement sur l’histoire évènementielle du féminisme syndicaliste, mais aussi et plus particulièrement sur la subjectivité féminine comme acteur politique. Je travaille avec des sources écrites variées, mais je réalise surtout des entretiens avec les protagonistes de la période. Dans une recherche sur le féminisme syndicaliste, mettre l’accent sur la subjectivité du narrateur crée une continuité idéale (méthodologique et conceptuelle) avec le sujet de la recherche : le fait que les femmes – sujet collectif souvent assigné au silence historique et historiographique – commencent à se raconter est, dans le même temps un topos fondamental des représentations du mouvement féministe et un besoin profondément concret.

Durant les années 1970, Gênes a connu une participation croissante des femmes qui travaillaient au militantisme syndical. Comme le notait Nina, une de mes enquêtées : « nous avons commencé à penser que la seule manière de changer une institution comme le syndicat – parce que c’était le syndicat qui devait porter nos revendications, pas le patron – c’était d’y entrer ». Je souhaiterais en particulier analyser l’utilisation que les travailleuses ont pu faire d’une conquête syndicale importante : les 150 heures de cours intitulées « droit à la formation ». A partir du renouvellement des conventions collectives en 1973, les organisations de travailleurs ont obtenu un nombre d’heures rémunérées que les travailleurs pouvaient utiliser pour un large éventail d’activités à finalité éducative. Les femmes de la Coordinamenti ont produit des cours spécifiques « par les femmes pour les femmes» (qui abordaient des thèmes comme les heures de travail, la sexualité, la santé au travail, la famille, etc.). À Gênes, des ateliers de recherche furent organisés de 1977 à 1983. Lorsque le premier de ces ateliers féministes syndicalistes fut présenté à la faculté des sciences humaines, le conseil de la faculté vota contre. L’histoire, reprise et rendue publique par les journaux de gauche tels que le Manifesto comme le symbole de la résistance de la culture universitaire à l’intégration et donc à la légitimation des aspirations de la classe ouvrière, eut des répercussions à l’échelle nationale. Pourtant, malgré l’attention portée par les médias nationaux à cet épisode, il est surprenant que les femmes que j’ai interrogées en gardent un souvenir plutôt confus. Luciana par exemple, commente ainsi l’événement :

Je n’arrive pas à me souvenir de l’histoire du conseil de la faculté […] Mais il y avait eu des problèmes c’est ça ? […] Jusqu’à un certain point, nous nous attendions à des choses de la sorte et passé l’émotion du moment, qui était probablement forte, c’était… c’était juste une autre de ces, eh bien, de ces « performances de gros bras »  de nos adversaires.

Dans ce cas, il est très intéressant de noter à quel point la pertinence de cet événement varie dès lors que l’on prend en compte les sources imprimées journalistiques, ou au contraire le témoignage des femmes concernées. Les médias de gauche ont considéré cet épisode comme un symbole et donc comme une abstraction : un paradigme permettant d’interpréter les tensions plus générales traversant l’ensemble de la société italienne. Pour les femmes en revanche, le point de cristallisation de leurs ateliers réside moins dans l’espace public des confrontations avec les institutions que dans les pratiques discursives distinctes (bien que totalement politiques) qu’ils établirent. Les souvenirs personnels se concentrent ainsi sur les pratiques qui furent développées au cours d’une expérience longue et articulée, tandis que l’attention de journaux porte en priorité sur des évènements particuliers, iconiques et “sensationnels”. Ce que Passerini a suggéré apparaît donc ici clairement : “les archives orales et les archives écrites sont marquées par des contradictions, des contrastes, et quelques ressemblances. Il sera nécessaire d’établir des références croisées entre elles et d’en proposer des analyses croisées. […] Les deux mémoires, l’orale et écrite,s’éclaireront ainsi mutuellement, bien que leur entrelacement puisse paraître très difficile » [1].

 Présentation de l’auteur

Anna Frisone discussed her M. A. thesis at the University of Bologna on July 2011. She is currently attending the PhD programme at the European University Institute, Department of History and Civilization. Her research interests are: oral history, gender history, second-wave feminism, labour history, political thought. Her PhD project deals with the development of labour feminism in the 1970s in Italy and in France (comparative and transnational approach, oral history methodology).”

Anna Frisone a soutenu son master en juillet 2011 à l’Université de Bologne. Elle est actuellement inscrite en doctorat à l’Institut Universitaire Européen, dans le département Histoire et Civilisation. Ses recherches portent sur l’histoire orale, l’histoire du genre, la deuxième vague du féminisme, l’histoire du travail et la pensée politique. Son projet de thèse est consacré au « développement du féminisme syndicaliste en France et en Italie dans les années 1970 (approche comparative et transnationale, méthodologie d’histoire orale) ».

 

 


[1]           Luisa Passerini, Per una memoria storica delle donne: proposte di metodologia e di interpretazione, in Centro di documentazione delle donne – Bologna (a cura di), Il movimento delle donne in Emilia Romagna. Alcune vicende tra storia e memoria (1970-1980), Edizioni Analisi, Bologna, 1990, pp. 29-30.

 

Les noms de métiers au prisme du genre et de la classe

Dans un article paru sur le blog Féminismes en tout genre, la socio-linguiste Maria Candea explique la résistance à la féminisation des noms de certains métiers par le niveau de revenu correspondant. La langue française enregistre la dévalorisation symbolique de métiers féminins des classes populaires par l’existence d’un nom au féminin (comme vendeuse) tandis qu’il est difficile d’imposer la féminisation dans des métiers traditionnellement masculins et fortement valorisés (auteur, professeur).

Extrait

Il est frappant d’observer que la question de la féminisation des noms de métiers et titres ne se pose qu’à partir d’un seuil de revenus assez important. Dans certaines langues, comme en anglais, ou en hongrois, les noms de métiers sont invariables quel que soit le genre de la personne qui les exerce (assigné en général selon le sexe) ; dans d’autres langues, comme en allemand, les noms de métiers s’accordent au féminin ou au masculin en fonction du genre assigné aux personnes concernées. En français, comme dans d’autres langues romanes, la règle est variable : l’accord dépend du prestige de chaque métier ! Par exemple, les métiers d’infirmier ou de puériculteur sont très largement féminins et mal rémunérés : or, toutes les femmes qui les exercent se nomment infirmières ou puéricultrices tandis que les rares hommes qui les exercent se nomment infirmiers ou puériculteurs ; personne ne trouve rien à redire à  ces formes accordées. Il en est de même pour les métiers de vendeur et caissier où on parle de vendeuses/vendeurs et caissières/caissiers sans se poser la moindre question. En revanche, on trouve encore beaucoup de femmes dans des métiers plus prestigieux, des avocates, pharmaciennes, directrices de cabinet, directrices de recherche, conservatrices de grandes bibliothèques, chercheuses, députées … qui se présentent au masculin dans leur milieu professionnel, comme si tout d’un coup les noms de métiers devenaient invariables en genre. Elles ne se rendent pas compte qu’elles ne font que contribuer ainsi activement à la rigidification de l’association qui s’établit entre bas salaire et forme féminine du nom de métier, ou, autrement dit à la dévalorisation symbolique du féminin par rapport au masculin.

Or, cette règle variable en fonction du prestige social des métiers n’a rien à voir avec la morphologie de la langue française, comme certainEs tentent de s’en persuader, mais uniquement avec la hiérarchie des genres puisque la question de l’accord au féminin se pose uniquement à partir d’un certain seuil de revenus. L’exemple du mot directeur/directrice est très révélateur : on parlera d’une femme directrice d’école et d’une femme directeur de cabinet Souvenons-nous des débats d’il y a une dizaine d’années, dans la presse, pour savoir si on a le droit de dire « la ministre » ! Jamais on n’aurait de débats pour savoir si on peut dire « le secrétaire » dans des milieux où les secrétaires sont le plus souvent des femmes.

[…]

Je pense que les tensions contradictoires que subissent les femmes, entre leurs aspirations à l’égalité avec les hommes et la crainte de porter des combats individuels et de s’isoler, ont favorisé la création de flexions nouvelles au féminin comme professeure, chercheure, défenseure, auteure, etc. Ces formes permettent de marquer le féminin à l’écrit mais pas à l’oral, ce qui n’aurait pas été le cas avec les formes fléchies régulières professeuse, chercheuse, défenseuse, autrice. Ces formes nouvelles sont donc des sortes de compromis. Là encore, cela concerne uniquement les métiers et les titres prestigieux, car personne n’a songé à créer la forme vendeure pour nommer les vendeuses.

 

 

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization

 

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization

November 2013

Volume 20, Issue 6

Les articles:

Negotiating Gender Relations: Muslim Women and Formal Employment in Pakistan’s Rural Development Sector (pages 599–615)

Julia Grünenfelder

 

Lawyers’ Professional Careers: Increasing Women’s Inclusion in the Partnership of Law Firms (pages 616–631)

Ashly H. Pinnington and Jörgen Sandberg

 

Fathers at Work: A Ghost in the Organizational Machine (pages 632–646)

Simon B. Burnett, Caroline J. Gatrell, Cary. L. Cooper and Paul Sparrow

 

Balls Enough: Manliness and Legitimated Violence in Hell’s Kitchen (pages 647–663)

Gabriella Nilsson

 

‘Heroes and Matriarchs’: Working-Class Femininities, Violence and Door Supervision Work (pages 664–677)

Bridgette Rickett and Andrew Roman

 

Decision-Making Factors within Paternity and Parental Leaves: Why Spanish Fathers Take Time Off from Work (pages 678–691)

Pedro Romero-Balsas, Dafne Muntanyola-Saura and Jesús Rogero-García

 

Customer First and Customer Sexual Harassment: Some Evidence from the Taiwan Life Insurance Industry (pages 692–708)

Tseng Lu-Ming

 

The Last Stitch in the Quilt (pages 709–719)

Elena Bendien

 

Location, Vocation, Location? Spatial Entrapment among Women in Dual Career Households (pages 720–736)

Dan Wheatley

 

‘Dirty Work?’ Gender, Race and the Union in Industrial Cleaning (pages 737–751)

Urvashi Soni-Sinha and Charlotte A.B. Yates

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Retour sur le séminaire Genre et classes populaires: intervention du 14 novembre au séminaire “Comment penser le travail au croisement des catégories”

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories ? » 2ème année

Séminaire organisé par
Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Atelier de recherche
Les séances auront lieu à 14h au 59/61 rue Pouchet 75017
Salle 255
(Bus 66, métros Brochant ou Guy Môquet)
Entrée libre
Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée
explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres.
Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.

Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

Présentation de la communication du 14 novembre (14 h)

Pour la troisième année consécutive, le séminaire « Genre et classes populaires » se tient à la Sorbonne. Ce dernier est le produit d’une réflexion et d’un travail collectif et collaboratif que nous avons menés en tant que doctorantes et jeunes chercheuses désireuses d’interroger les effets concomitants des catégories sociales de classe et de genre au carrefour de l’histoire et de la sociologie. Si l’enjeu premier de notre groupe de recherche comme de notre séminaire fut notre volonté de penser l’intersectionnalité et la manière de mener une recherche dans ce domaine, nos problématiques se sont progressivement affinées et les niveaux d’analyse précisés. Aussi cette séance nous offre-t-elle la possibilité de revenir sur cette expérience, ses origines et ses concrétisations, et d’en dresser un premier bilan.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés: Genre, féminisme et syndicalisme

Travail, genre et sociétés, 2013/2 (n° 30), (retrouvez le sommaire sur cairn)
Ce dossier entend se saisir “de la problématique genre pour analyser les transformations du syndicalisme et ses perspectives de renouveau” (Cécile Guillaume, “Présentation du dossier”, p.29). Il aborde plus spécifiquement “trois dimensions étroitement liées entre elles”:
– les mesures en faveur d’une meilleure “démocratie de genre” en interne des syndicats
– les actions menées par les syndicats pour défendre les intérêt des salarié-e-s
– les stratégies de syndicalisation en direction des femmes
A partir d’enquêtes inédites sur les stratégies syndicales en faveur de la représentation des femmes et de leurs intérêts dans différents contextes nationaux, il s’agit de questionner, par une approche comparative, la division sexuée du travail militant, les relations entre syndicalisme et féminisme ou encore les difficultés au quotidien éprouvées par les femmes de l’exercice d’une activité militante ou syndicale.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à communications: Gender, Work, and Organization, 8th Biennial International Interdisciplinary Conference

Appel à communications:

 

Gender, Work and Organization

8th Biennial International Interdisciplinary Conference

24th – 26th June, 2014, Keele University, UK

 

As a central theme in social science research in the field of work and organisation, the study of gender has achieved contemporary significance beyond the confines of early discussions of women at work. Launched in 1994, Gender, Work and Organization was the first journal to provide an arena dedicated to debate and analysis of gender relations, the organisation of gender and the gendering of organisations. The Gender, Work and Organization conference provides an international forum for debate and analysis of a variety of issues in relation to gender studies. The 2012 conference at Keele University attracted approximately 380 international scholars from over 30 nations. The Conference will be held at Keele University, Staffordshire, in Central England, the UK’s largest integrated campus university.

Visit Keele Hall Info pdf at: http://www.keele-conference.com/2/keele-hall The University occupies a 617 acre campus site with Grade II registration by English Heritage and has good road and rail access. Many architectural and landscape features dating from the 19th century are of regional significance. International travellers are served by Manchester and Birmingham airports. On campus accommodation caters for up to 100,000 visitors per year in day and residential conferences.

 

Conference Organisers: Deborah Kerfoot (Keele University, UK) d.kerfoot@keele.ac.uk

Ida Sabelis (Vrije University, NETHERLANDS)

Conference Administrator Nicola Nixon at: gwo@keele.ac.uk

International travellers are served by Manchester and Birmingham airports. On campus accommodation caters for up to 100,000 visitors per year in day and residential conferences.

Travel and transport: http://www.keele-conference.com/21/directions

Conference venue: http://www.keele-conference.com/2/keele-hall

University campus information: http://www.keele-conference.com/21/directions (follow pdf link)

Conference package fee: booking form for GWO2014 (conference, meals and 2 nights en-suite accommodation) and discounted `early-bird’ rate, forthcoming on `News and Announcements’ section of our website http://onlinelibrary.wiley.com/journal/10.1111/(ISSN)1468-0432

Sample accommodation information: http://www.keele-conference.com/5/accommodation and

http://www.keele-conference.com/125/accommodation-picture-gallery

 

Submit your abstract direct to one of the streams listed here. Most are due November 1, 2013. (http://www.britsoc.co.uk/media/58518/GWO2014_Call_for_abstracts_all%20streams_1.pdf)

 

 

We look forward to welcoming you in person to GWO2014!

Deborah Kerfoot and Ida Sabelis,

Gender, Work & Organization.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de Travail, Genre et Société

Le dernier numéro de Travail, Genre et Sociétés vient de paraître. Le dossier principal s’intitule “Tenir au travail”.

A noter également une série d’articles intitulée “La virilité mise à mâle” dans la rubrique CONTROVERSE , avec notamment une mise au point sur virilité et classes populaires de Frédéric Rasera et Nicolas Renahy.

Nicolas Renahy a par ailleurs publié un livre essentiel sur la question de la jeunesse rurale dans une région ouvrière, qui insiste particulièrement sur la question de la construction de la virilité : Les gars du coin, enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.

 

 

 

Appel à communications: Women’s International Labor Organization: Transnational Networks, Working Conditions, and Gender Equality

Call for Papers

Women’s International Labor Organization: Transnational Networks, Working Conditions, and Gender Equality

https://www.ilo.org/century/events/WCMS_195590/lang–en/index.htm

 

With the passage of “Decent Work for Domestic Workers,” Convention #189 in June 2011, the International Labor Organization (ILO) re-emerged as a venue for wage earning women to demand economic justice. The planned collaborative volume Women’s ILO: Transnational Networks, Working Conditions, and Gender Equality, to become part of the ILO Century Series published by Palgrave, gives a history to the involvement of women in the ILO and the ways that gender entered into the construction of global labor standards. We ask, what role have women’s networks played inside and outside the ILO to improve working conditions for women and gender equality? How can we analyze the interaction between the national and the international level in the struggle to promote labor standards matching the needs of working women? What was the impact of ILO’s standards, technical cooperation programs and research, especially in non-selfgoverning territories and the (newly independent) states of the global South, in this regard? What impact did the Cold War have on ILO’s debate on working women? And finally, how has the ILO’s concern for domestic care and the informal economy broadened the concept of work?

Building upon a workshop held at the ILO in December 2012, we seek additional papers of around 7,000 words (including endnotes) preferably in English, but translation can be provided.  We are particularly interested in articles based on research in or focusing on Asia, Latin America, and Africa, which consider rural workers, specific conventions or occupational groups, and offer new perspectives. Our focus is the entire century, 1919 to the Present. Broad topics include, but are not limited to:

*The role of women’s networks inside and outside the ILO and their impact on how women’s issues moved from the margin to the center of ILO’s activities. This topic includes the relation between the ILO and the activities of woman reformers and activists in national and international organizations (NGOs, trade unions, research communities, feminist associations etc.)

*The interaction between the national and the international level in the struggle to promote labor standards for women

*The transformation of the debate on women’s work and related agenda-setting inside and outside the ILO in terms of un/gendered labor standards and changing/broadening concepts of work

*The reconfiguration of the debates on women’s work in the context of ILO’s concern with “native” or “non-metropolitan” workers, the informal economy and the fight against poverty

Paper abstracts should designate the topic, present the interpretation, and describe sources. Please send abstracts (c.300 words) in English, French or Spanish with a short C.V. by May 1 to:

Eileen Boris, Hull Professor and Chair, Department of Feminist Studies, University of California, Santa Barbara, USA: boris@femst.ucsb.edu

Dorothea Hoehtker, International Labour Organization (ILO), The ILO Century Project, Geneva, Switzerland: hoehtker@ilo.org

Susan Zimmerman, Professor of History, Department of Gender Studies – Department of History, Central European University: zimmerma@ceu.hu

Notification will be by June 1. It is our intent to workshop the paper drafts at an appropriate conference venue either in Europe or the United States during Spring 2014.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

“Les travailleuses du sexe peuvent-elles penser leur émancipation ?”

“Morgane Merteuil et Damien Simonin s’attachent ici à déconstruire les discours abolitionnistes sur la prostitution, en interrogant leurs effets sur la vie des principales concernées : les travailleuses du sexe. Non seulement la prostitution ne peut être appréhendée sous le prisme de la seule violence faite aux femmes, mais il est temps d’entendre la voix de celles et ceux qui se mobilisent pour reconnaître leurs droits à la libre disposition de leur corps. Se pose donc ici la question de savoir comment émanciper la prostitution du discours abolitionniste”. 

A découvrir dans la revue Contretemps!

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire “Comment penser le travail au croisement des catégories”, 22 février

Co-organisé par Fanny Gallot animatrice du séminaire GCP: l’intersectionnalité appliquée à la sphère du travail.

Comment penser le travail au croisement des catégories ?

Atelier de recherche organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Les séances auront lieu au 59/61 rue Pouchet, Paris. La salle sera affichée à l’entrée du bâtiment 

Présentation :
   Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co- construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-doctorantes, chercheure). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner    la    réflexion    sur    le    croisement    des    catégories    et    l’ imbrication    des    rapports    de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique. Dans chaque séance de ce séminaire mensuel, la présentation d’une recherche sera suivie d’un débat introduit par une discutante.
Programme :
1ère séance, vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) – Introduction (séance exceptionnelle de 2h30, introduction de l’atelier)
Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)
2nd séance, vendredi 29 mars de 14h à 16h (Salle 159) – La capacité d’agir des travailleuses dans l’économie informelle Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne – GEMASS)
« La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)
3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) “Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des
terrains d’enquête.”
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)
4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) Les femmes dans les
coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil)
“Rapports sociaux de genre et de classe dans l’expérience de travail collectif au Brésil.”
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, IHARA et IHEST)
5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à annoncer) – Séance conclusion Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective.
Contact :
michelle.paiva@hotmail.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

14 février 2013 “Le genre du mal être au travail”

“Le genre du mal être au travail
Séminaire CRESPPA Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris
UMR du CNRS 7217
Les séances auront lieu
59 rue Pouchet 75017 Paris métro Guy Môquet, bus 66
Organisation et renseignements : Régine Bercot :reginebercot@gmail.com
Comité scientifique : Régine Bercot, Julien Choquet, Florence Chappert, Anne-Sophie Cousteaux, Anne Jacquelin, Danièle Linhart,  Arnaud Mias, Michèle Paiva,  Danièle Kergoat
Présentation :
   En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.
 Séance 5 – Jeudi 14 février 2013, 14h-18h. Salle 159, Invisibilisation des liens de causalité entre santé et travail.
NATHALIE FRIGUL, Maitre de conférence, Université de Picardie, CURAPP.
MICHELLE PAIVA, Doctorante, Université Paris 10, CRESPPA-GTM
HELENE BRETIN, Maitre de conférence, Université, Paris 13, IRIS.
L’analyse des liens entre santé et travail ne relève pas seulement de la stricte causalité. Elle passe  aussi par la mise à jour des articulations souvent complexes entre des formes de dégradation de la santé et des processus de marginalisation progressive sur le marché du travail et de l’emploi.
Femmes de ménage exposées à des substances qui s’avèreront toxiques des années plus tard, ouvrièr(e)s exposées aux restructurations et à leurs effets… Travailleuses précaires de la distribution et des services à la personne… En bout de course, chômeuses de longue durée, pour lesquelles les expériences passées du travail et de l’emploi, les atteintes à la santé qui y sont liées sont déniées.
A partir de biographies professionnelles, il s’agira de voir comment se construit l’invisibilisation des liens travail-santé, sur quels ressorts de la division sexuée du travail elle s’appuie et dans quelles temporalités – professionnelles, familiales, institutionnelles – elle s’inscrit et s’exprime.
Séances suivantes :
http://www.gtm.cnrs.fr/Seminaires/presentation%20seminaires.htm

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Mise à jour de la Bibliographie “Prostitution”

Grisélidis Réal

 En lien avec la dernière séance de notre séminaire, une suggestion actualisée de titres à découvrir ici en histoire, sociologie et anthropologie de la prostitution.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website