Archives par mot-clé : syndicalisme

PUB: Appropriations ordinaires des idées féministes, Politix

Le dernier numéro de la revue Politix est consacré aux appropriations ordinaires des idées féministes et sonde le continuum de ces formes d’appropriations qui permet de dépasser le clivage féministe-non féministe dans le quotidien des mouvements sociaux. Dirigé par Alban Jacquemart, Viviane Albenga et Laure Bereni, il s’appuie sur les contributions de Fanny Gallot, Eve Meuret-Campfort, Camille Masclet, Laurence Bachmann, Pauline Delage, Gwenaëlle Perrier et Pamela Aronson.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: En découdre, Fanny Gallot

C’est avec un immense plaisir (et une certaine fierté!) que nous annonçons la sortie de l’ouvrage de Fanny Gallot, maître de conférence à l’université Paris-Est-Créteil et membre du groupe Genre et Classes populaires, intitulé En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société aux Editions la Découverte.

Résumé:

Alors que depuis la fin des années 1990, le monde ouvrier revient sur le devant de la scène avec des luttes de plus en plus dures (occupations, séquestrations, grèves de la faim, menaces de faire « sauter l’usine », etc.), le rôle joué par les femmes a été passé sous silence. À la différence des hommes, elles ont souvent effectué leur carrière entière dans la même usine et subissent de plein fouet l’épreuve des restructurations ou de la liquidation pure et simple.
Qui sont ces femmes décidées à « en découdre » ? Ayant commencé à travailler après 1968, elles n’ont plus grand-chose de commun avec leurs mères : elles ne sont ni fatalistes ni résignées. Grâce à leurs combats, de nouvelles lois ont révolutionné le travail et, plus largement, la société. Elles ont obtenu d’être reconnues comme des salariée s à part entière, et non pas comme des subalternes devant se contenter d’un salaire d’appoint. Elles ont mis en cause le pouvoir des petits chefs disposant d’un quasi-droit de cuissage. Elles ont donné sa dignité au travail en usine jusqu’alors considéré comme dégradant pour une femme. Elles ont changé le fonctionnement syndical en refusant de tout déléguer aux hommes. Les syndicats ont été obligés de prendre en charge des questions comme la contraception, l’avortement ou le partage des tâches familiales.
Fanny Gallot s’est appuyée, entre autres, sur les témoignages précis des femmes engagées dans cette lente et profonde révolution. Elle raconte leurs histoires surprenantes et émouvantes, comme celles des ouvrières de Chantelle et Moulinex dont les luttes ont marqué l’actualité.

Pour en savoir plus:

La Boîte à idées de Médiapart avec Fanny Gallot

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés: Genre, féminisme et syndicalisme

Travail, genre et sociétés, 2013/2 (n° 30), (retrouvez le sommaire sur cairn)
Ce dossier entend se saisir “de la problématique genre pour analyser les transformations du syndicalisme et ses perspectives de renouveau” (Cécile Guillaume, “Présentation du dossier”, p.29). Il aborde plus spécifiquement “trois dimensions étroitement liées entre elles”:
– les mesures en faveur d’une meilleure “démocratie de genre” en interne des syndicats
– les actions menées par les syndicats pour défendre les intérêt des salarié-e-s
– les stratégies de syndicalisation en direction des femmes
A partir d’enquêtes inédites sur les stratégies syndicales en faveur de la représentation des femmes et de leurs intérêts dans différents contextes nationaux, il s’agit de questionner, par une approche comparative, la division sexuée du travail militant, les relations entre syndicalisme et féminisme ou encore les difficultés au quotidien éprouvées par les femmes de l’exercice d’une activité militante ou syndicale.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website