Archives par mot-clé : rue

Prochaine séance : « La rue » avec Valentin Chémery le 20 février

Pour la cinquième séance du séminaire, nous avons le plaisir jeudi 20 février d’accueillir  Valentin Chémery (doctorant en histoire au Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et, avec lui, de nous pencher sur le regard policier porté sur les rapports sociaux et sur les rapports de genre dans l’Algérie coloniale.

Le séminaire aura lieu de 17h à 19h en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

 

Prochaine séance du séminaire – la RUE – Rachel Fuchs

Prochaine (et dernière) séance du séminaire : LA RUE 

Elle aura lieu le vendredi 14 juin de 16h à 18h en compagnie de Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University, avec une intervention intitulée :

« Les faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels »

ou

« Est-il possible pour une historienne qui s’était spécialisée dans l’histoire de la longue durée d’être heureuse avec micro-histoire ? »

Comment est-ce qu’une historienne sociale de la longue durée écrit la micro-histoire? Cette communication explore quelques questions soulevées en écrivant l’histoire par une histoire particulière des archives judiciaires. Celle-ci est de la Cour d’Assises. Cette communication commence par une brève discussion sur la valeur des archives judiciaires, et focalise rapidement sur le dramatis personae d’une affaire judiciaire d’avortement qui est jugé pendant décembre 1873. Cette procédure n’était pas une cause célèbre avec une large couverture médiatique, mais un procès qui concerne les gens ordinaires qui ont les vies difficiles. Ensuite, cette communication pose plusieurs questions méthodologiques. Elle cherche des contextes historiques pour cet aperçu sur un aspect de la vie intime des femmes. Je conclus que, avec les contextes historiques pertinents, une micro-histoire comme celle-ci est capable d’humaniser l’histoire sociale. Aussi, elle nous aide à comprendre comment la vie personnelle et spécifique était profondément touchée par les aspects politiques, économiques, sociaux et culturels de la société.

Toujours à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage)