Archives du mot-clé routine

Podcast séance routine en institution-Mathilde Rossigneux-Méheust

Le jeudi 14 avril 2016, nous avons eu le plaisir de recevoir Mathilde Rossigneux-Méheust (historienne, Université Paris I) pour une séance autour de la routine en institution.

Elle nous a présenté une intervention intitulée : « La mise en place de la routine dans les hospices de vieux, entre soins, soucis d’administration et volonté d’encadrement »

L’enregistrement de l’intervention est disponible ci-dessous :

> Podcast séance « Routine en institution » avec Mathilde Rossigneux-Méheust

Séminaire du 14 avril : la routine en institution – Mathilde Rossigneux-Méheust

Le jeudi 14 avril, le séminaire “Genre et classes populaires” revient avec une séance sur la routine en institution dans la continuité de notre programme autour de la notion de « routine.s».

Nous aurons le plaisir de recevoir Mathilde Rossigneux-Méheust, (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne) qui viendra nous présenter ses recherches sur « La mise en place de la routine dans les hospices de vieux, entre soins, soucis d’administration, et volonté d’encadrement ». 

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. Afin de vous permettre l’accès au bâtiment merci de nous contacter 24 heures à l’avance.

 

Séminaire 10 mars – La routine en Révolution – Déborah Cohen

Le jeudi 10 mars, le séminaire “Genre et classes populaires” propose une séance sur la thématique de la routine en Révolution, dans la continuité de notre programme annuel autour de la notion de « routine.s ».

Nous aurons le plaisir de recevoir Déborah Cohen, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Rouen qui réalise actuellement une enquête portant sur « Faire entendre la voix du peuple, surveiller les traitres et les puissants: dire-vrai et dénonciation  (1789-1794) ».

Elle nous présentera une communication intitulée « Des hommes dénaturés par le despotisme ? La Révolution française et l’idée d’habitude, 1789-1795 »

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. Afin de vous permettre l’accès au bâtiment merci de nous contacter 24 heures à l’avance.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Podcast séance « routine de l’allaitement » – Caroline Chautems

Le jeudi 1er octobre, le séminaire Genre et classes populaires a eu le plaisir de recevoir Caroline Chautems, anthropologue à l’Université de Lausanne pour une communication intitulée : « Du “rythme du bébé” au rythme des tétées : en quête d’une “routine” d’allaitement »

Vous pouvez écouter cette intervention sur la routine de l’allaitement en cliquant sur le lien ci-dessous :

Podcast séance routine de l’allaitement – Caroline Chautems

Première séance du séminaire 2015/2016 : 1er octobre, le quotidien de l’allaitement

Le séminaire Genre et Classes Populaires reprend en cette rentrée, avec une première séance consacrée à la thématique de l’allaitement. Nous avons le plaisir d’accueillir Caroline Chautems, anthropologue à l’Université de Lausanne pour une communication intitulée :  « Du “rythme du bébé” au rythme des tétées : en quête d’une “routine” d’allaitement »

Le séminaire aura lieu le jeudi 1er octobre de 17h à 19h. Attention, de manière exceptionnelle, la première séance aura lieu dans la salle de l’IHMC, à l’Ens, 45 rue d’Ulm.

Pour retrouver le programme détaillé du séminaire pour l’année 2015/2016, consulter la page dédiée de notre blog .

 

Prochaine séance du séminaire: 25 juin, Les religieuses

Dernière séance du séminaire de l’année : 25 juin, 17 h, Les Religieuses

Pour sa dernière séance de l’année, le jeudi le 25 juin, le séminaire Genre et classes populaires consacré cette année à l’exploration des savoir-faire et des savoir-être routiniers aura le plaisir d’accueillir Anne Jusseaume et Nicole Pellegrin pour une séance croisée autour des religieuses.

L’historienne Anne Jusseaume (Centre d’Histoire de Sciences Po) nous proposera une communication intitulée « Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle » et l’historienne Nicole Pellegrin (Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1) nous proposera une communication intitulée: « Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus »

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 11 juin la salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

Pour préparer la séance, quelques suggestions de lecture des travaux de nos invitées:

Anne Jusseaume

« Soigner des femmes en couches, un interdit levé pour rechristianiser? Des sœursauprès des parturientes au XIXe siècle ». Chrétiens et sociétés XVIe– XXIe, N°19 «Médecine et religion », 2012. http://chretienssocietes.revues.org/3342

« De la disgrâce à la grâce, la trajectoire des Filles de la Charité « de condition » auXIXe siècle », Hypothèses. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire, Publications de la Sorbonne, 2014, https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2014-1-page-255.htm

Nicole Pellegrin

« Habits du soi, costume de l’autre. Pour une approche critique des sources écrites de l’histoire vestimentaire des identités françaises », in Des habits et nous. Vêtements et identités nationales, éd. Jean-Pierre Lethuillier, Rennes, PUR, 2007, p. 15-23.
« La Nonne en ses costumes de scène. Le cas du théâtre révolutionnaire français », in D. Doumergue et A. Verdier (dir.), Le Costume de scène, objet de recherche, Cirey-les-Mareilles, Lampsaque, 2014, pp. 139-156, ill.
« Quand le voile fait son cinéma. Notes sur les parures blanches de quelques religieuses « hollywoodiennes » préconciliaires » in Claude Coupry et Françoise Cousin (dir.), Lumières du blanc, Saint-Maur-des-Fossés, AFET et Sépia, 2014, pp. 129-138 ill.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Prochaine séance du séminaire : 11 juin, 17h, Les Personnes âgées

Prochaine séance du séminaire : 11 juin, 17h, Les Personnes âgées

Jeudi le 11 juin, le séminaire Genre et classes populaires, qui a pour thème cette année les “Routines,” aura le plaisir d’accueillir Valentine Trépied pour une séance autour des “personnes âgées.”

La sociologue Valentine Trépied (Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS/CNRS) présentera une intervention intitulée: « Routines et dépendance, l’étiquetage des personnes âgées en EHPAD ».

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 11 juin la salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l’University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j’analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française – et une grande partie de l’Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

L’infa-ordinaire selon Georges Perec : un questionnement sur la routine

 

Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?

En 1973, dans un texte bref intitulé « Approches de quoi ? », Georges Perec pose la question de la matière du quotidien et de la manière de l’analyser. Son invitation à explorer l’infra-ordinaire rejoint et prolonge les questions que nous nous posons cette année dans le séminaire GCP, articulé autour de la notion « routine ».  Les réponses que donnent Georges Perec sont essentiellement littéraires, mais les questions posées nous permettent d’approfondir l’analyse socio-historique qui nous tient à coeur. Voici donc ce texte incisif.

Georges Perec, Approches de quoi ?, 1973

Ce qui nous parle, me semble-t-il, c’est toujours l’événement, l’insolite, l’extra-ordinaire : cinq colonnes à la une, grosses manchettes. Les trains ne se mettent à exister que lorsqu’ils déraillent, et plus il y a de voyageurs morts, plus les trains existent; les avions n’accèdent à l’existence que lorsqu’ils sont détournés; les voitures ont pour unique destin de percuter les platanes: cinquante-deux week-ends par an, cinquante-deux bilans: tant de morts et tant mieux pour l’information si les chiffres ne cessent d’augmenter ! Il faut qu’il y ait derrière l’événement un scandale, une fissure, un danger, comme si la vie ne devait se révéler qu’à travers le spectaculaire, comme si le parlant, le significatif était toujours anormal: cataclysmes naturels ou bouleversements historiques, conflits sociaux, scandales politiques…
Dans notre précipitation à mesurer l’historique, le significatif, le révélateur, ne laissons pas de côté l’essentiel: le véritablement intolérable, le vraiment inadmissible: le scandale, ce n’est pas le grisou, c’est le travail dans les mines. Les  » malaises sociaux  » ne sont pas  » préoccupants  » en période de grève, ils sont intolérables vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois cent soixante-cinq jours par an.

[…]
Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?
Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?
Comment parler de ces  » choses communes « , comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes.
Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie: celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique.
Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine. […]
Ce qu’il s’agit d’interroger, c’est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons des escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?
Décrivez votre rue. Décrivez-en une autre. Comparez.
Faites l’inventaire de vos poches, de votre sac. Interrogez-vous sur la provenance, l’usage et le devenir de chacun des objets que vous en retirez.
Questionnez vos petites cuillers.
Qu’y a-t-il sous votre papier peint ?
Combien de gestes faut-il pour composer un numéro de téléphone ? Pourquoi ?
Pourquoi ne trouve-t-on pas de cigarettes dans les épiceries ? Pourquoi pas ?

Il m’importe peu que ces questions soient, ici, fragmentaires, à peine indicatives d’une méthode, tout au plus d’un projet. Il m’importe beaucoup qu’elles semblent triviales et futiles : c’est précisément ce qui les rend tout aussi, sinon plus, essentielles que tant d’autres au travers desquelles nous avons vainement tenté de capter notre vérité.

Texte reproduit dans Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989, p. 9-13.

Podcast séance « sportifs » avec Nicolas Damont et Manuel Schotté

Vous trouverez ci-dessous le podcast de la séance du séminaire qui s’est tenue le 12 février 2015 autour des « sportifs »

Nous avons à cette occasion exploré les « routines » de la construction de la masculinité à travers la pratique du football dans le cas de Nicolas Damont et la course athlétique dans le cas de Manuel Schotté. L’étude de la routine dans le sport se révèle particulièrement féconde dans la mesure où la répétition toujours recommencée de gestes précis est essentielle à l’entraînement. Cette temporalité mineure (l’entraînement) s’oppose en outre à la temporalité majeure de l’événement qu’est la compétition sportive (le match ou la course) qui ne pourrait cependant exister sans l’entraînement, cet « apprentissage par corps » (Sylvia Faure) quotidien.

En suivant de près la formation progressive des apprentis footballeurs d’un centre d’apprentissage de région parisienne, Nicolas Damont montre quelle masculinité est construite par le sport, entre les injonctions des entraineurs sur le terrain et les injonctions des camarades de formation. Ces masculinités, fortement hétérosexuelles, sont néanmoins variées et posent la question de la manière dont la pratique sportive vient retravailler la masculinité populaire.

Dans un autre univers sportif et social, Manuel Schotté revient sur la formation de jeunes athlètes marocains qui s’engagent dans la course athlétique au Maroc et en viennent progressivement à organiser leur avenir autour de cette pratique. La migration en France pour un sport où les élus sont très peu nombreux et la précarité qu’elle implique montre que la différenciation des parcours sportifs dépend beaucoup des ressources sociales que les coureurs sont à même de mobiliser dans cette situation.

Intervention de Nicolas Damont, « D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs » :

Podcast intervention Nicolas Damont

Intervention de Manuel Schotté, « La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité » : 

Podcast intervention Manuel Schotté

Bonne écoute !