Archives par mot-clé : postcoloniale

MODIFICATION: A. Hajat absent. Séance 16-18h // Prochaine séance du séminaire : “Le bureau”. Vendredi 30 novembre

Abdellali Hajat ne pourra finalement pas participer à la prochaine séance du séminaire le 30 novembre. La séance durera donc 2h au lieu de 3, en compagnie d’Annick Lacroix et de toute l’équipe GCP. 

 

Après notre séance introductive du 26 octobre au cours de laquelle nous avons défendu l’intérêt d’inscrire l’étude de l’intersection “Genre / Classes populaires” dans des lieux, nous aurons le plaisir d’accueillir, le 30 novembre de 16h à 19h, Abdellali Hajat et Annick Lacroix pour une séance autour du bureau.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : “Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation”.
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage)

Quelques billets sur gcp pour découvrir le travail d’Abdellali Hajjat:

A propos de l’intersectionnalité: Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe

Abdellali Hajjat, Les frontières de l'”identité nationale”

11 juin 2012, “Droit et politiques de l’intimité dans la France (post) coloniale”

Droit et politiques de l’intimité dans la France (post) coloniale.

Mariage, famille et nationalité
Journée d’études organisée par Éric Fassin (ENS / Paris 8, IRIS)
avec le soutien de l’IRIS
LUNDI 11 JUIN 2012
 
14h – 18h
École normale supérieure, Grande salle
48 boulevard Jourdan Paris 14e
Les politiques de l’intimité sont au cœur de la politique : la situation coloniale en est un révélateur privilégié, tout comme ses avatars postcoloniaux. Ainsi le droit de la famille et du mariage est-il lié au droit de la nationalité. Renoncer en conséquence à penser séparément les deux sphères, publique et privée, permet en retour d’appréhender la constitution des subjectivités : les liens du cœur et ceux du sang sont traversés par la politique.
14h : ouverture (Éric Fassin)
14h15-14h45 :
Florence Renucci (historienne, CNRS, Centre d’histoire judiciaire / Lille 2)
« Les femmes, la famille et le droit dans l’Algérie coloniale ».
14h45-15h15 :
Discussion introduite par Jean-Louis Halpérin (juriste, ENS)
15h15-15h45 :
Judith Surkis (historienne, Rutgers University, professeur invitée ENS)
« La crise du droit familial après la décolonisation : le cas des ‘Mères d’Alger’ »
15h45-16h15 :
Discussion introduite par Emmanuelle Saada (sociologue, Columbia University)
Pause
16h30-17h00 :
Éric Fassin (sociologue, ENS/Paris 8) et Manuela Salcedo (sociologue, doctorante IRIS / EHESS) :
« Devenir gay. Politique migratoire, identité sexuelle et conjugalité. »
17h00-17h30 :
Discussion introduite par Mathieu Trachman (sociologue, postdoctorant IRIS / EHESS)
17h30-18h00 : Discussion générale et conclusion

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website