Archives du mot-clé ouvrier

Prochaine séance du séminaire le 12 juin autour de « l’espace rural » avec Nicolas Renahy et Vincent Robert

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes Populaire, nous avons le plaisir de recevoir Nicolas Renahy et Vincent Robert, qui viendront tous les deux nous parler, avec des angles d’approche très différents de l’espace rural.

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) nous propose une communication intitulée « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon)  intervient sur le thème « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Nous nous interrogerons avec eux sur les spécificités de l’espace rural dans la production d’identités de genre et de classe, du XIXe siècle au très contemporain.

Attention : cette séance étant double, elle dure trois heures (de 17h à 20h). Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Quelques pistes bibliographiques pour préparer la séance :

Publications de Nicolas Renahy:

– Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 [2005].
– Nicolas Renahy et Frédéric Rasera, « Virilités : au-delà du populaire »,  Travail, genre et sociétés, n° 29, 2013, p. 169-173.
La communication de Nicolas Renahy sera issue plus particulièrement d’un travail de coopération avec Sébastien Mary, un des « gars du coin » avec qui il a réalisé son enquête :
– Voir : Nicolas Renahy et Sébastien Mary, « “La soif du travail ?” Alcool, salariat & masculinité dans le bâtiment : le témoignage d’un adepte du “black” », Agone, n° 51 : campagnes populaires, campagnes bourgeoises, 2013, p. 86-100.- Et sur la démarche d’enquête de coopération entre sociologues et enquêtés, voir aussi : Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue. Marseille, Agone, 2011.

Sur la sorcellerie

Pour présentation de l’historiographie de départ, il y a un excellent texte de Philippe Boutruy dans l’Histoire de la France religieuse (t. III, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine), « La mutation des croyances », p. 440 -474 de l’édition de poche.

–Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard, 1977, 330 p. sur la sorcellerie dans le Bocage des années 1970

–Carmelo Lisón Tolosana, Sorcellerie, structure sociale et symbolisme en Galice, Paris, PUF, 1994, 350 p. Un anthropologue espagnol remarquable, travaillant sur la Galice des années 70-80.

–Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe– XVIIIe siècle), Paris, Gallimard Julliard, 1979, 240 p.
–André Julliard. « Le malheur des sorts. Sorcellerie d’aujourd’hui en France ». In Robert Muchembled, (dir.) Magie et sorcellerie en Europe du Moyen-Age jusqu’à nos jours, Paris, A. Colin, 1994, 335 p. p. 267-320.

 

 

 

Le dernier numéro de la revue Clio : « Ouvriers, ouvrières »

La revue Clio, Femmes, Genre, Histoire, consacre son dernier numéro aux ouvriers et aux ouvrières, c’est-à-dire à l’intersection de l’histoire du genre et de l’histoire ouvrière. Dirigé par Xavier Vigna et Michelle Zancarini-Fournel, ce volume fournit un aperçu bienvenu des enjeux historiographiques ainsi que des dernières recherches menées sur le sujet.

Le sommaire, l’édito ainsi que le texte de nombreux compte-rendus sont disponibles sur le site de la revue Clio.

 

Le 11 janvier 2013 : “De l’usine au studio” avec Ingrid Hayes.

Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle), a ouvert l’année 2013 pour le séminaire in situ, le 11 janvier.

Son intervention intitulée “De l’usine au studio. Un espace militant hors l’usine en bassin sidérurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980” est en écoute dans notre rubrique « Archives 2012/2013 ».

Pour approfondir:
– une série de webdocu sur dailymotion, Longwy radio lorraine coeur d’acier
– et pour se mettre dans le bain radiophonique, deux émissions de Là-Bas si j’y suis sur France Inter, sur Radio Lorraine, avec la participation d’Ingrid Hayes.

Lectures d’été

Du temps pour la lecture et l’évasion, quelques suggestions pour prolonger notre réflexion sur les rapports sociaux et la domination, les identités de genre et de classe et l’émancipation…

Polars et féminisme

  • Amanda Cross, Ruth Rendell, Dorothy Sayers…. Quelques suggestions de lectures en lien avec la féminisation du polar et le polar féministe à découvrir dans l’article d’Ilana Löwy « Féminisme et roman policier« .

Auto-analyses, genre, sexe et classes populaires

  • Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Champs, 2009, voir notre billet. Et pour prolonger l’auto-analyse de l’auteur, Retour sur Retour à Reims, paru dernièrement aux éditions Cartouche.  L’auteur s’y explique sur les enjeux intellectuels et politiques de Retour à Reims : les classes et les identités, le vote des milieux populaires, le rôle du système scolaire dans la reproduction sociale, etc. Il réinscrit sa démarche dans l’ensemble de son œuvre, notamment Réflexions sur la question gayUne morale du minoritaire, ou encore Echapper à la psychanalyse
  • Martine Sonnet, Atelier 62, Le Temps qu’il fait, 2008. Travail historien et littéraire à la fois, ce livre est une enquête sur le père de Martine Sonnet, artisan-forgeron normand devenu ouvrier des forges chez Renault à Billancourt. Historienne des femmes, du travail, Martine Sonnet s’éloigne de l’exercice (auto)biographique pour saisir au quotidien l’expérience du travail ouvrier, en même temps que les transformations intimes et sociales qui affectent une famille tout juste sortie de la campagne. On peut retrouver l’actualité du groupe femme et travail surhttp://fht.hypotheses.org/2112
  • Annie Ernaux, La Place, Gallimard, 1983, réed. Folio 1986. Mentionnée à plusieurs reprises dans l’ouvrage d’Eribon, l’auteure retrace dans un style épuré la vie et la mort de son père, garçon de ferme devenu ouvrier et petit commerçant qui espérait qu’elle soit « mieux que lui » et évoque ainsi la distance de classe qui s’est construite entre eux. Elle écrit alors  » j’ai fini de mettre à jour que j’ai dû déposer au seuil du monde bourgeois et cultivé quand j’y suis entrée ». (Entretien dans Politix)
  • Dorothy Allison, Peau, éd. Baland, 1999 (1994 pour l’édition originale). Série d’essais sur la mise à nu biographique. Skin. Talking about Sex, Litterature and Class, le titre anglais est révélateur du parti pris littéraire de cette oeuvre radicale d’une militante féministe lesbienne prosexe convaincue de l’importance de sa classe sociale (elle, femme pauvre de Caroline du Sud) dans la formation de son identité sexuelle et sexuée.
  • Jeanette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal?, ed. de l’Olivier, 2012. Une biographie-fiction (« j’ai écrit une histoire avec laquelle je pouvais vivre, l’autre était trop douloureuse, je n’y aurais pas survécu. ») dans l’Angleterre proléraire des années 60-70, où littérature et identité sexuelle et rapports de classe occupent une place décisive dans ce roman d’apprentissage et d’émancipation féministe. (Recension dans le Monde des Livres)

Black feminism et récit de soi

  • Un ouvrage pionnier du Black Feminism, l’autobiographie d’Angela Davis (Angela Davis, Une Autobiographie, 1975) une des grandes figures du mouvement afro-américain et militante révolutionnaire aux Etats-Unis, offre une analyse simultanée des rapports de race et de genre dans l’Amérique « postesclavagiste » du XXe siècle. Condamnée à mort en 1972, elle sera libérée à la suite d’un très fort mouvement de mobilisation international. Elle approfondira par la suite son analyse des systèmes de domination à l’intersection du genre, du sexe, de la race et de la classe ( notamment dans Femmes, race et classe, Paris, Des Femmes, 2007 (1reéd. : 1981)).

Des romans pour restituer la parole des ouvrières

  • Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, La Découverte, 2008. Après la fermeture de Roussel-Uclaf, à Romainville, l’auteur réalise soixante entretiens auprès d’ancien-ne-s salarié-e-s sur leurs parcours à l’usine depuis 1967. Ainsi, il crée, à partir des propos rapportés par chacun d’entre eux des personnages de fiction. Pour plus d’informations: http://www.nonfiction.fr/article-1368-plus_belle_la_vie_dusine.htm
  • Francois Bon, Daewoo, Livre de poche, 2006. Daewoo, c’est le nom d’une usine, d’une pièce de théâtre et d’un roman. François Bon, entre enquête et fiction, part à la rencontre des anciennes ouvrières de Daewoo, intercalant dans son récit des extraits de la pièce de théâtre. Il évoque leur vie à et hors l’usine, la reconversion, les p’tits boulots, pour « Refuser. Faire face à l’effacement même »: http://www.espacestemps.net/document1637.html
  • Franck Magloire, Ouvrière, Editions de l’Aube, 2004. Après la fermeture de Moulinex, Franck Magloire demande à sa mère, ancienne ouvrière, de lui parler, de lui raconter, sa vie, son travail à l’usine. Dans une sorte de monologue, elle se prend au jeu et transmet à son fils, une histoire, une mémoire.

A Dystopian Classic

  • Angela Carter, The Passion of New Eve, Virago Modern Classics, 1992,(originally published in 1977). Carter’s novel portrays the physical, psychological, and cultural transformation of a man named Evelyn into a woman against the backdrop of an unstable dystopia. This raw world is spun partly from Carter’s vivid imagination and, more tellingly, from the underbelly of gendered norms naturalized in modern society. Carter’s romp through Evelyn’s self-discovery is unsettling, commanding, and thought-provoking. It is a fictional tour de force as a microstudy of modern subjectivity, agency, subversion, and power relations. A review from 2003:  http://trashotron.com/agony/reviews/2003/carter-passion_of_new_eve.htm.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Vendredi 1er juin 2012, dernier séminaire de l’année: la prostitution ouvrière au XIXe siècle.

Nous retrouvons vendredi 1er juin (de 16hà 18H en Salle Picard au 17 rue de Sorbonne) Lola Gonzalez-Quijano (doctorante à l’EHESS / Université l’Orientale de Naples) qui présentera  sa communication intitulée: Le cinquième quart : la prostitution des ouvrières parisiennes de la seconde moitié du XIXe siècle.

Retrouvez ses travaux et sa bibliographie : http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/doctorants-ater-et-post-doctorants/1492-gonzalez-quijano-lola

Pour un résumé de son Master II intitulé Les petites femmes du quartier latin. Prostitution et sexualité (1850-1900)http://genrehistoire.revues.org/index263.html

 

Friday, June 1, 2012, last seminar of the year: Worker Prostitutes in the 19th Century

We will meet Friday, June 1st (from 16h to 18h in Salle Picard at 17 rue de Sorbonne). Lola Gonzalez-Quijano (a doctoral student at  l’EHESS / Université l’Orientale de Naples) will give a presentation on her work entitled: Le cinquième quart : la prostitution des ouvrières parisiennes de la seconde moitié du XIXe siècle.

Find her research and bibliography here : http://crh.ehess.fr/index.php?/membres/doctorants-ater-et-post-doctorants/1492-gonzalez-quijano-lola

La Bibliographie du genre de la contestation ouvrière est en ligne!

A consulter dans notre rubrique Bibliographie pour redécouvrir ou approfondir les enjeux épistémologiques et historiographiques abordés au cours de la séance!

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website