Archives par mot-clé : migration

Publication: Sociologie de la prostitution, Lilian Mathieu

Vient de paraître aux éditions La Découverte un repère salutaire consacré à la sociologie de la prostitution par Lilian Mathieu : retour sur un faisceau de pratiques économico-sexuelles stigmatisées qui nous donne à voir les rapports de pouvoir qui s’exercent sur une partie de la population marquée par son mauvais genre, sa position économique subalterne et son insubordination sexuelle.

 

Résumé:
La prostitution est un objet social double. Il s’agit bien sûr d’une pratique singulière qui articule sexualité et économie et qui implique divers protagonistes (femmes et hommes prostitués, clients, proxénètes). Mais elle est aussi un « problème social » à la définition et au traitement desquels participent entrepreneurs de morale, législateurs, policiers ou encore travailleurs sociaux, dont l’action exerce en retour de considérables effets sur la pratique et le quotidien des personnes prostituées.
C’est toute la complexité des rapports entre ces deux dimensions de la prostitution que cet ouvrage s’est donné pour objet d’explorer, en dressant un bilan des recherches sociologiques qui lui sont consacrées. Un tel enjeu n’est pas anodin, s’agissant d’une réalité sociale davantage objet de polémique, voire de fantasme, que de connaissance scientifique. Pourtant, la sociologie de la prostitution a connu ces dernières années d’importants développements, en France comme à l’étranger, qui ont permis d’atténuer son statut d’« objet sale » trop longtemps relégué aux marges de la recherche.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_la_prostitution-9782707179159.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Sarah Maza

Sarah Maza, Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Berkeley: University of California Press, 2011.

Explorer les imaginaires, traquer les problématiques sociales, sexuées et sexuelles d’une époque à travers l’étude fine d’itinéraires biographiques dans la tourmente, proposer une autre histoire sociale des années 1930, tel est le fil rouge du nouvel ouvrage de Sarah Maza consacré à Violette Nozière, dont le parricide défraya la chronique judiciaire et criminelle.

Au-delà du scandale de cette affaire et des lignes de fracture qu’il révèle dans l’opinion publique d’une époque, l’auteure procède à une biographie familiale minutieuse et située pour dérouler un trajet migratoire d’individus des classes populaires “montés” à Paris et travaillés par l’ambition d’une ascension sociale qui se cristallise sur leur fille unique, Violette. Sarah Maza analyse alors le parcours parisien de Violette, les différents univers géographiques et sociaux dans lesquels cette fille d’ouvriers gravite et se constitue une nouvelle identité hybride de “fille chic” et “émancipée”.

 L’empoisonnement, le parricide, l’inceste occupent de façon un peu surprenante une position secondaire dans l’ouvrage qui se focalise d’abord et avant tout sur l’itinéraire d’une jeune fille “voulant vivre sa vie”, et sur ce que ce désir d’émancipation nous révèle d’une décennie travaillée par les contrastes et les contradictions. Le récent compte-rendu d’Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris-Diderot-Paris 7) paru sur H-France permet d’élucider ces silences sur les causes principales de l’affaire et offre surtout une lecture critique plus que passionnante pour apprécier le projet intellectuel de cet ouvrage (lien ci-dessous).

http://www.h-france.net/vol13reviews/vol13no172demartini.pdf

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? »: prochaine séance du séminaire le 19 décembre avec la sociologue Ya-Han Chuang

Pour sa troisième séance, le séminaire “Genre et classes populaires” a le plaisir d’accueillir Ya-Han Chuang, doctorante en sociologie au GEMASS à l’Université Paris IV Sorbonne, pour une communication portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les lieux du travail informel (domicile et salon de manucure) :  « “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? ».

La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 19 décembre de 17h à 19h. C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Pour découvrir ses travaux:

“Problematizing “Chinatowns”: conflicts and narratives surrounding Chinese quartiers in and around Paris 2013″: http://www.gemass.fr/IMG/pdf/Chinatowns_Chuang_and_Tremon_Offprint.pdf

“Les manifestation des chinois de Belleville”, http://www.laviedesidees.fr/Les-manifestations-des-chinois-de.html

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen (dir.) “Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme”

Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen (dir.), Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme, PU de Rennes, 190 p., 15 euros.

Les migrations sont à envisager comme autant de contextes, à la lumière du genre entendu comme la production sociale des différences et des distinctions et leur incorporation matérielle, et comme l’ensemble des processus de fabrication, d’institution et de légitimation de rapports sociaux dissymétriques. Le fil conducteur est donc ici celui d’une réflexion sur les théorisations de la norme, énoncées depuis ce double point de vue, et sur les violences symboliques que celles-ci révèlent ou dont elles procèdent, qu’il s’agisse de la tentation universaliste de la théorie occidentale, d’une part, du refus radical de cette théorie, d’autre part, ou encore de la cristallisation autour des discours masculins de décolonisation.
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3110

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website