Archives du mot-clé masculinité

Podcast séance « sportifs » avec Nicolas Damont et Manuel Schotté

Vous trouverez ci-dessous le podcast de la séance du séminaire qui s’est tenue le 12 février 2015 autour des « sportifs »

Nous avons à cette occasion exploré les « routines » de la construction de la masculinité à travers la pratique du football dans le cas de Nicolas Damont et la course athlétique dans le cas de Manuel Schotté. L’étude de la routine dans le sport se révèle particulièrement féconde dans la mesure où la répétition toujours recommencée de gestes précis est essentielle à l’entraînement. Cette temporalité mineure (l’entraînement) s’oppose en outre à la temporalité majeure de l’événement qu’est la compétition sportive (le match ou la course) qui ne pourrait cependant exister sans l’entraînement, cet « apprentissage par corps » (Sylvia Faure) quotidien.

En suivant de près la formation progressive des apprentis footballeurs d’un centre d’apprentissage de région parisienne, Nicolas Damont montre quelle masculinité est construite par le sport, entre les injonctions des entraineurs sur le terrain et les injonctions des camarades de formation. Ces masculinités, fortement hétérosexuelles, sont néanmoins variées et posent la question de la manière dont la pratique sportive vient retravailler la masculinité populaire.

Dans un autre univers sportif et social, Manuel Schotté revient sur la formation de jeunes athlètes marocains qui s’engagent dans la course athlétique au Maroc et en viennent progressivement à organiser leur avenir autour de cette pratique. La migration en France pour un sport où les élus sont très peu nombreux et la précarité qu’elle implique montre que la différenciation des parcours sportifs dépend beaucoup des ressources sociales que les coureurs sont à même de mobiliser dans cette situation.

Intervention de Nicolas Damont, « D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs » :

Podcast intervention Nicolas Damont

Intervention de Manuel Schotté, « La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité » : 

Podcast intervention Manuel Schotté

Bonne écoute !

Prochaine séance du séminaire le 12 juin autour de « l’espace rural » avec Nicolas Renahy et Vincent Robert

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes Populaire, nous avons le plaisir de recevoir Nicolas Renahy et Vincent Robert, qui viendront tous les deux nous parler, avec des angles d’approche très différents de l’espace rural.

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) nous propose une communication intitulée « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon)  intervient sur le thème « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Nous nous interrogerons avec eux sur les spécificités de l’espace rural dans la production d’identités de genre et de classe, du XIXe siècle au très contemporain.

Attention : cette séance étant double, elle dure trois heures (de 17h à 20h). Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Quelques pistes bibliographiques pour préparer la séance :

Publications de Nicolas Renahy:

– Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 [2005].
– Nicolas Renahy et Frédéric Rasera, « Virilités : au-delà du populaire »,  Travail, genre et sociétés, n° 29, 2013, p. 169-173.
La communication de Nicolas Renahy sera issue plus particulièrement d’un travail de coopération avec Sébastien Mary, un des « gars du coin » avec qui il a réalisé son enquête :
– Voir : Nicolas Renahy et Sébastien Mary, « “La soif du travail ?” Alcool, salariat & masculinité dans le bâtiment : le témoignage d’un adepte du “black” », Agone, n° 51 : campagnes populaires, campagnes bourgeoises, 2013, p. 86-100.- Et sur la démarche d’enquête de coopération entre sociologues et enquêtés, voir aussi : Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue. Marseille, Agone, 2011.

Sur la sorcellerie

Pour présentation de l’historiographie de départ, il y a un excellent texte de Philippe Boutruy dans l’Histoire de la France religieuse (t. III, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine), « La mutation des croyances », p. 440 -474 de l’édition de poche.

–Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard, 1977, 330 p. sur la sorcellerie dans le Bocage des années 1970

–Carmelo Lisón Tolosana, Sorcellerie, structure sociale et symbolisme en Galice, Paris, PUF, 1994, 350 p. Un anthropologue espagnol remarquable, travaillant sur la Galice des années 70-80.

–Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe– XVIIIe siècle), Paris, Gallimard Julliard, 1979, 240 p.
–André Julliard. « Le malheur des sorts. Sorcellerie d’aujourd’hui en France ». In Robert Muchembled, (dir.) Magie et sorcellerie en Europe du Moyen-Age jusqu’à nos jours, Paris, A. Colin, 1994, 335 p. p. 267-320.

 

 

 

Parution: Une histoire sans les hommes est-elle possible?

« On ne naît pas homme, on le devient. »

Genre, masculinités et classes populaires, une articulation bien présente dans cet ouvrage et qui reste à explorer. Sur ce point, voir notamment les contributions de Richard Holt: « Jackie Milburn, « footballeur » et « gentleman ». Culture régionale et masculinité populaire dans l’Angleterre de l’après-guerre », Nicolas Hatzfeld: « Derrière l’universel de classe, redessiner le masculin. Les ouvriers de l’automobile au XXe siècle » et de Xavier Vigna que nous avions eu le plaisir de recevoir dans notre séminaire en 2012, « De la conscience fière au stigmate social : le virilisme ouvrier à l’épreuve des années 1968 ».

Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinités, édité par Anne-Marie Sohn, Paris ENS Editions, 2014.

On ne naît pas homme, on le devient. Cet ouvrage se propose de déconstruire ce qui a fait longtemps figure d’invariant et de montrer que la masculinité a une histoire. Les contributions, qui courent de la préhistoire à nos jours, peignent ainsi des masculinités à la fois multiples et changeantes.
Ce livre examine en premier lieu les signes et marqueurs de la masculinité qui permettent d’emblée de savoir qui est un homme. Il analyse ensuite les preuves et épreuves de masculinité, qu’elles soient professionnelles, sexuelles ou militaires. Les hommes, en effet, se doivent de démontrer, toute leur vie durant, qu’ils remplissent bien les critères de « bonne masculinité » attendus d’eux. Sont en jeu ici les processus sociaux et éducatifs qui transforment le sexe en genre et la nature en culture. Ces preuves et épreuves non seulement font « l’homme » mais construisent également les hiérarchies masculines, opposant dominants et dominés, gagnants et perdants de la masculinité.
Une histoire des hommes et des masculinités fondée sur le genre permet ainsi de mieux comprendre la résistance de la domination masculine et les inégalités présentes entre hommes et femmes.

Introduction
Les hommes ont-ils une histoire ?
Anne-Marie Sohn

1. Mots, concepts, usages

Le masculin : promotion et mutilation
Monique Schneider

« Être homme » : Manhood et histoire politique du Moyen Âge. Quelques réflexions sur le changement et la longue durée
Christopher Fletcher

2. Signes et marqueurs

Préhistoire et masculinité. La construction du guerrier au Néolithique et à l’Âge du bronze
Jean Guilaine

Masculinités grecques : images de l’athlète et du guerrier
François Lissarrague

Les marqueurs de masculinité entre Antiquité et Moyen Âge en Occident (IVe-VIIe siècle)
Magalie Coumert

Clergé, mariage et masculinité au Moyen Âge
Ruth Mazo Karras

Consommation d’alcool et culture masculine dans l’Europe de l’Époque moderne
B. Ann Tlusty

Paradoxes d’une masculinité mutilée : les castrats au péril des Lumières
Mélanie Traversier

Pandore au masculin : la virilité incertaine des gendarmes du XIXe siècle
Arnaud-Dominique Houte

Jackie Milburn, « footballeur » et « gentleman ». Culture régionale et masculinité populaire dans l’Angleterre de l’après-guerre
Richard Holt

Masculinités militaires et civiles en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale
Kaspar Maase

Le gay macho en France dans les années 1970
Florence Tamagne

3. Preuves et épreuves

Euandrie, concours de beauté virile et masculinité en Grèce ancienne
Florence Gherchanoc

Dévirilisation poétique : étude de quelques cas de démembrements littéraires de Marie de France à Marguerite de Navarre
Tovi Bibring

« Penser comme un homme » ? Expressions et répressions de la masculinité dans les milieux universitaires médiévaux
Antoine Destemberg

Des virilités guerrières à la masculinité militaire (France, XVIIe-XVIIIesiècles)
Hervé Drévillon

Lieux et expériences de fraternité et de virilité (Rome et Sienne, XVIIe-XVIIIesiècles)
Benedetta Borello

Être un corps. Un mari impuissant dans l’Italie de la fin du XIXe siècle
Domenico Rizzo

Masculinités indiennes confrontées à la guerre du Chaco (1932-1935)
Luc Capdevila et Nicolas Richard

La masculinité vaincue : transformations de la masculinité dans les récits autobiographiques de deux anciens soldats autrichiens de la Wehrmacht (1945-1960)
Michael S. Maier

Derrière l’universel de classe, redessiner le masculin. Les ouvriers de l’automobile au XXe siècle
Nicolas Hatzfeld

De la conscience fière au stigmate social : le virilisme ouvrier à l’épreuve des années 1968
Xavier Vigna

Conclusion
Faire une histoire sans hommes et sans femmes est décidément impossible
Didier Lett et Fabrice Virgili

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Masculinité, classe et race : Entretien avec la sociologue australienne Raewyn Connell dans Contretemps

Raewyn Connell, qui a forgé le concept de masculinité hégémonique s’est aussi intéressée par le passé aux rapports de classe (Ruling Class, Ruling Culture, 1977) et aux effets du colonialisme (Southern Theory, 2007). Elle revient sur son parcours intellectuel dans un entretien donné à Contretemps (propos recueillis et traduits par Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros) consultable sur le site de la revue.

Elle aborde plus précisément la question de l’intersection et de la méthodologie permettant de la cerner – entretien biographique et étude de cas :

« Je crois que mes recherches sur les masculinités, les rapports de classe et la colonialité du savoir partagent un même engagement critique envers le pouvoir, les inégalités sociales, l’institutionnalisation des privilèges et la justice sociale dans son sens le plus large.

Elles partagent aussi une conscience historique (un de mes ouvrages les plus connus en Australie s’intitule d’ailleurs Class Structure in Australian History7) et, ainsi, une attention aux changements structurels et aux luttes sociales. C’est une démarche qui me paraît essentielle pour toute recherche – y compris très localisée – mue par un souci de justice sociale.

Ces agendas de recherche ont par ailleurs en commun de s’attacher à rendre compte de la texture du réel, de la matière rugueuse des processus sociaux et de l’irréductibilité des gens, de l’expérience et des institutions. Durant ces années, l’entretien biographique et l’analyse par étude de cas sont les outils que j’ai le plus mobilisés. Il s’agit d’une méthode lente, laborieuse, rétive à l’automatisation. Elle est sans équivalent pour rendre compte de la complexité des situations locales tout en prenant le pouls des dynamiques globales. Cette méthode force également les chercheur•e•s à interagir avec des personnes en chair et en os, que les routines scientifiques tendent à abstraire à travers leur lexique : « sujet », « acteur », « agent ». Ils et elles sont alors contraint•e•s à les traiter avec respect, y compris lorsque leurs pratiques sociales leurs sont détestables. Je me suis par exemple retrouvée dans cette situation lors mes entretiens avec des hommes d’affaire »

 

Dernier numéro de Géographie et cultures « Les espaces des masculinités »

Du grain à moudre dans cette revue de géographie culturelle pour penser les rapports sociaux de sexe et de sexualité in situ, et des perspectives stimulantes pour interroger la question encore peu traitée des masculinité dans le champ des études genre.

Dernier numéro en ligne de Géographie et cultures
83 | 2012
Les espaces des masculinités

Sous la direction de Charlotte Prieur et Louis Dupont

L’étude des masculinités est récente dans les sciences sociales. Elle l’est encore plus en géographie. Ce constat ne remet cependant pas en cause sa pertinence. Sa généalogie permet de tirer le fil qui est lié historiquement, épistémologiquement et politiquement à l’ensemble de ce que l’on appelle aujourd’hui « la géographie des sexes, genres et sexualités ». Le positionnement scientifique de cette géographie est simple : les lieux n’ont de sens que parce que des corps s’y trouvent. Or ces corps sont l’expression de personnes « genrées » et sexuées dont les relations sociales qui les font interagir incluent la sexualité, quand ce n’est pas cette dernière qui conditionnent les relations sociales. L’étude de la masculinité, puis des masculinités, partagent les débats et les enjeux qui traversent ces thématiques et ces méthodologies de recherche. Un de ces enjeux concerne la production même de la connaissance : la géographie est-elle masculine ? Un autre concerne la production même de la masculinité : elle n’est pas une mais pluriel et ne relève pas que d’un sexe, mais d’un rapport entre les sexes. Un troisième soulève la question du pouvoir et de la domination, d’un genre sur l’autre, d’un sexe sur l’autre, d’une sexualité sur l’autre, dans et par l’espace.

Découvrir le sommaire et les textes en intégralités sur http://gc.revues.org/

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture : « Corps et âme, carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur » de Loïc Wacquant

 

Cet ouvrage, en passe de devenir un classique, décrit l’immersion de l’auteur dans un club de boxe  de Woodlawn, quartier ghetto noir de Chicago, à la fin des années 1980. Publié il y a quelques années déjà, ce texte s’inscrit pleinement dans la thématique du carnet par son étude d’une population qui se situe à l’intersection des trois catégories de la différence : les boxeurs sont tous des hommes noirs des classes populaires américaines.

Corps et âme est tout d’abord un exemple très éclairant de la méthodologie de l’observation participante, qui devient ici de la participation observante, comme le dit l’auteur, puisqu’il s’est lui-même entraîné plusieurs fois par semaine avec les boys de Woodlawn, mettant en jeu et en péril son corps dans la salle d’entraînement (le gym) mais surtout sur le ring. Ces textes sont émaillés de notes annexes sur la réaction des enquêtés à l’observation, comme les nombreuses blagues sur le magnétophone ou sur son statut d’écrivain (ou plutôt d’écrivant) en attestent. Loïc Wacquant porte une attention extrême à l’espace, aux objets et à la description des interactions corporelles dans le gym, application revendiquée des théories du sociologue Erving Goffman.

Cette étude de Loïc Wacquant dénote également d’une attention fin aux catégories de sexe/classe/race, ainsi qu’à leur intersection. A propos de la race, le club dans lequel s’entraîne le sociologue est quasi-exclusivement noir, mais il note plus généralement que la boxe est un miroir de l’immigration en Amérique et que chaque nouvelle vague migratoire amène son lot de champions entre les cordes. Il explicite dès l’introduction sa place de boxeur blanc dans ce milieu très homogène et les conditions de possibilités de son intégration, qui finira par être telle que ses camarades le perçoivent comme l’un d’entre eux.

Les différenciations sociales sont évidemment également au coeur de la réflexion du disciple de Pierre Bourdieu qu’est Loïc Wacquant. Passant outre l’image de la boxe comme le sport du lumpenprolétariat, il démontre au contraire que les boxeurs qui font carrière appartiennent à la frange supérieure des classes populaires. Cela s’explique par la discipline, physique, mais aussi temporelle, qu’exige cette pratique : se lever tôt, soumettre son corps à des exercices physiques éprouvant et répétés dans une éternelle monotonie, surveiller son alimentation et ses sorties… Comme l’écrit Loïc Wacquant : « c’est par le biais des inclinaisons et des habitudes exigées par la pratique pugilistique que les jeunes issus des familles les plus démunies se trouvent éliminés : devenir boxeur exige de fait une régularité de vie, un sens de la discipline, un ascétisme physique et mental qui ne peuvent se développer dans des conditions sociales et économiques marquées par l’instabilité chronique et la désorganisation temporelle » (p.45).

Autre notation intéressante sur le rapport des classes populaires et de la boxe, Loïc Wacquant explique que ce sport peut en fait se concevoir comme un « métier manuel qualifié bien que répétitif » (p.67), parce qu’il fait appel aux mêmes compétences corporelles et qu’il déploie une conception du corps comme outil de travail.

Enfin, en terme de genre, le gym est un exemple parfait de ségrégation : c’est un espace exclusivement masculin, dédié à la sociabilité virile car la boxe est une pratique qui valorise à l’extrême les qualités, supposées naturelles, des hommes : le courage, la force, l’agressivité… Loïc Wacquant précise que « les femmes ne sont pas les bienvenues dans la salle parce que leur présence dérange, sinon le bon fonctionnement matériel, du moins l’ordonnancement symbolique de l’univers pugilistique » (p.53). Il ajoute plus loin que « les formes de respect qui ont cours dans le gym sont des formes exclusivement masculines, qui affirment la solidarité et la hiérarchie des boxeurs entre eux mais aussi, et d’une manière d’autant plus efficace qu’elle est dissimulée à la conscience, la supériorité des hommes (c’est à dire des « vrais » hommes) sur les femmes, terme physiquement absent, mais symboliquement omniprésent » (p.69). On peut cependant regretter que malgré ces quelques remarques éclairantes sur les rapports sociaux et symboliques des sexes, l’auteur ne pousse pas vraiment plus loin l’analyse. Il va même jusqu’à décrire en termes assez désobligeants le show de « danseuses exotiques » lors d’une soirée d’après match, tombant dans les clichés de l’univers qu’il observe et avec lesquels il prend, à ce moment du texte, bien peu de distance. C’est d’autant plus étonnant car ce livre est écrit après La domination masculine (1996) de Pierre Bourdieu, avec lequel Loïc Wacquant revendique une proximité personnelle et théorique.

Corps et âme est enfin un grand livre sur la pratique et l’apprentissage corporel. Il décrit une ritualisation de la violence (dans la lignée des réflexions de Norbert Elias) qui se construit en symbiose et en opposition avec celle, endémique et anomique, qui ravage la rue autour de la salle d’entraînement.

Pour les détails de l’ouvrage ainsi que d’autres critiques et compte-rendus, voir la page de l’ouvrage sur le site des Editions Agone