Archives du mot-clé Marie Cartier

Parution: Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire

Pour penser les classes ouvrières au féminin, l’ouvrage de Berverley Skeggs, paru initialement en 1997, vient enfin d’être traduit en français.

On pourra lire l’article de Marie Cartier sur cette approche renouvelée des classes populaires articulée à la question du genre et du care: Cartier Marie, « Le caring, un capital culturel populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales 1/ 2012 (n° 191-192), p. 106-113
URL : www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2012-1-page-106.htm.

Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015.

http://agone.org/lordredeschoses/desfemmesrespectables/

Traduit de l’anglais par Marie-Pierre Pouly

Préface d’Anne-Marie Devreux

« On est sorties à Manchester l’autre samedi, toutes les trois. C’était bien en fait, on s’est bien marrées. Mais à un moment on est allées dans le quartier bourge, et on se marrait devant les chocolats en se demandant combien on en aurait mangé si on avait pu se les payer, et il y a cette femme qui nous a lancé un regard. Si les regards pouvaient tuer. Genre, on était là, c’est tout, on faisait rien de mal, on n’était pas crades ni rien. Elle nous a juste regardées. On aurait dit que c’était chez elle et qu’on n’avait rien à faire là. Ben tu sais quoi, on est parties, on n’a plus rien dit pendant une demi-heure. T’imagines ? On s’est bien fait remettre à notre place. On aurait dû lui mettre notre poing dans la gueule. C’est des trucs comme ça qui te dégoûtent de sortir. Il vaut mieux rester chez soi. »

La matière première de ce livre est une série d’entretiens menés par Beverley Skeggs avec quatre-vingt-trois jeunes femmes issues de la classe ouvrière anglaise, inscrites à une formation d’aide à la personne et travaillées par leur propre respectabilité. Abordant leur rapport à la sexualité, à la classe ou au féminisme, cet ouvrage vient apporter un prolongement essentiel aux travaux de Pierre Bourdieu et de Paul Willis.

Sociologue britannique comptant parmi les spécialistes des cultural studies et de la pensée féministe, Beverley Skeggs a notamment codirigé Transformations : Thinking Through Feminism (Routledge, 2000) et Feminism after Bourdieu (Blackwell, 2004).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« In situ »: Programme du séminaire année 2012/2013

Séminaire Genre et Classes Populaires – 2012 / 2013

Genre et Classes Populaires in situ

Le séminaire « Genre et classes populaires » s’inscrit dans la perspective définie par Christelle Hamel et Johanna Siméant, dans le numéro de la revue Genèses consacré à cette thématique afin d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent ».
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce séminaire se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi à étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première, Genre/classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité…
Cette année, chaque séance sera ancrée dans un lieu (quartier, usine, rue, domicile…) comme observatoire des rapports sociaux, et des identités de genre et de classe in situ.
Les séances auront lieu le vendredi après-midi à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage), et seront composées d’un.e discutant.e et d’un ou deux intervenant.e.s. autour d’une sous- thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Programme à télécharger ICI.

26 octobre (16-18h) : In situ
Le groupe Genre et classes populaires à l’épreuve de l’espace.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : « Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation ».
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

11 janvier (16h-18h) : De l’usine au studio
Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle) :  “Un espace militant hors l’usine en bassin siderurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980”

8 février (16h-18H) : Les espaces de loisirs
Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris 13 Villetaneuse (Experice) : “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

15 mars (16h-19H) : Le lycée
Ugo Palheta, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3 (OSC) : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Et

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

17 mai (16h-19h) : Le domicile
Marie Cartier, Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Nantes (CENS)

Et

Christelle Avril,Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Iris) : “A domicile : écarts de conditions de travail dans les métiers de service féminins peu qualifiés”.

14 juin (16h-18h) : Le quartier et les rues
Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University « Les Faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels”

 

Organisatrices du séminaire :
Fanny Gallot (Doctorante en Histoire, Université Lyon 1, LARHRA); Anaïs Albert (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Mathilde
Rossigneux-Méheust (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Clyde Plumauzille (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne, IHRF EA 127); Katie Jarvis (Doctorante en Histoire, Université Wisconsin-Madison); Eve Meuret-Campfort (Doctorante en Sociologie, CENS-Centre Nantais de Sociologie Université de Nantes) ;
Anne Jusseaume (doctorante en Histoire, Centre d’Histoire de Sciences-Po).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website