Archives du mot-clé Joan Scott

Conférence: Joan Scott, « Comment je suis devenue une historienne féministe », 30 mars

Conférences de l’Institut Emilie du Châtelet

Joan W. Scott: « Comment je suis devenue une historienne féministe »

20150330_191045

Dans le cadre du cycle « Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre »

30 mars 2015

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 18h-20h30, conférence en français, suivie d’un cocktail

Avec Joan Wallach Scott, Historienne (Institute for Advanced Study, Princeton)

Joan W. Scott, historienne américaine, spécialiste de la France ouvrière du XIXe siècle et du travail des femmes, est une des grandes pionnières des études de genre. Son article le «Genre: une catégorie utile d’analyse historique» (1986, trad. française en 1988) a fait date et reste une référence majeure autant pour une théorie critique de l’histoire qu’elle poursuit, que  pour un questionnement épistémologique de toutes les disciplines. Observatrice critique des enjeux féministes en France, elle s’est intéressée plus particulièrement aux paradoxes de la lutte pour la citoyenneté, à la parité ou aux dimensions politiques et post coloniales des affaires de voile.Joan W. Scott est aujourd’hui professeure émérite à l’Institute for Advanced Study de Princeton (School of Social Science).

Plus d’informations sur le site de l’IEC: http://www.institutemilieduchatelet.org/details-conferences?id=268
Retrouvez notre entretien avec Joan Scott dans la rubrique « Une question à »: http://gcp.hypotheses.org/254

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Joan W. Scott ou l’histoire critique des inégalités

Clyde Plumauzille, « Joan W. Scott ou l’histoire critique des inégalités », La Vie des idées, 17 juin 2014.

Source: Culture on the Edge. Studies on Identity Formation, http://edge.ua.edu/russell-mccutcheon/the-evidence-of-experience/

« Depuis plus de trente ans, Joan Scott informe et transforme notre histoire comme notre façon de faire de l’histoire et nous oblige à repenser nos catégories, à déplacer notre regard. De la lutte des classes à la différence des sexes en passant par l’émancipation sexuelle et la question raciale, elle propose une analyse critique des rhétoriques républicaines pour déjouer les formes naturalisées de l’inégalité. »

A l’heure de l’offensive contre ladite « théorie du genre », retour sur un parcours épitstémologique salutaire.

http://www.laviedesidees.fr/Joan-W-Scott-ou-l-histoire.html

 

Voir également

« History Trouble, Entretien avec Joan Scott »Vacarmes, 2014.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Entretien : Joan Scott, historienne des « rapports de force dissymétriques »

 

Dans un entretien publié dans le dernier numéro de la revue Vacarme, l’historienne Joan Scott revient sur son parcours politique et universitaire, sur l’évolution de sa pensée du genre et de la classe, et plus fondamentalement de tous les « rapports de pouvoirs dissymétriques ». Joan Scott explique comment elle a été un « bébé couche rouge », élevée par des parents marxistes, avant de découvrir le féminisme dans les années 1970 : ces deux engagements politiques éclairent ses premiers travaux sur les ouvriers verriers de Carmaux d’une part, puis sur l’histoire des femmes . Sa découverte de la French Théory (Derrida et Foucault surtout) dans les années 1980, puis sa pratique de la psychanalyse dans les années 1990, la poussent à déplacer son regard et à interroger la production des catégories, dans et par le langage. Cette mise en perspective de Joan Scott donne des outils pour (re)lire son travail et penser les intersections.

 

Extraits (entretien complet de la revue Vacarme  à lire ici) :

  • Histoire ouvrière, histoire des femmes, French Theory

Mais peut-être qu’au fond, ma question a toujours été celle des rapports de force dissymétriques. Mon premier travail portait sur l’organisation sociale et politique des verriers de Carmaux à la fin du XIXe siècle. Je m’y intéressais à la prolétarisation d’un artisanat hautement qualifié, liée à la mécanisation des techniques de production. Et je l’ai décrite en termes de rapports de forces économiques et politiques : comment et pourquoi ces travailleurs ont-ils résisté aux transformations de leur travail ?

Quand la vigueur du féminisme des années 1970 m’a convaincue de la nécessité de penser l’histoire des femmes, j’ai tenté de comprendre les modalités de l’inégalité : j’ai questionné par exemple la façon dont le principe universel d’égalité des citoyens s’était accommodé de l’exclusion politique des femmes. Dans tous mes ouvrages, je m’attache ainsi à décrire la façon dont les gens qui vivent dans un rapport inégalitaire l’éprouvent, le pensent et le formulent.

En même temps, je n’ai pas toujours appréhendé cette question dans la même perspective. J’ai commencé par raisonner en termes d’inégalités : entre les ouvriers et les patrons, entre les femmes et les hommes, entre les gouvernants et les gouvernés. À partir du début des années 1980, j’ai été saisie par ce qu’on appelle aux États-Unis « French theory ». La lecture de Foucault, de Derrida ou d’Irigaray m’a convaincue qu’il y avait des moyens de penser autrement les questions de domination, en introduisant l’idée de différence dans ma façon d’appréhender mes objets.

[…]

En travaillant comme je le faisais sur l’histoire de la classe ouvrière, en démontrant que telle ou telle émeute ou action violente était stratégique, conduite par des intérêts cohérents et même organisés, je cherchais aussi à légitimer les mouvements de protestation sociale et les émeutes urbaines que j’observais autour de moi. Avec d’autres, je m’efforçais donc de démontrer que ces mobilisations constituaient des formes politiques légitimes et rationnelles, quoi qu’en disaient gouvernement et patrons.

Sur un plan historique cette démarche avait évidemment des conséquences. La notion d’« action collective » de Charles Tilly nous permettait de révéler toute une panoplie de comportements militants jugés infra-politiques dans les histoires officielles. Cette extension de la notion de politique a sûrement rendu possible la réévaluation du rôle des femmes comme acteurs historiques, et même l’idée que « le personnel est politique ».

  • La définition du genre selon Joan Scott et ses inflexions

La notion de genre permettait de questionner l’attribution à la biologie des rôles sociaux de sexe : comment les sujets « masculin » et « féminin » sont-ils construits ? comment opèrent les systèmes normatifs ? comment les gens parviennent-ils à s’imaginer eux-mêmes hors des normes de comportement ? et le cas échéant, quelles sont les ressources discursives spécifiques à leur disposition ? Ces questions politiques de la critique féministe devaient pouvoir s’appliquer au matériau historique. Et c’est en effet ce qui m’a conduite à saluer le genre comme « une catégorie utile d’analyse historique ».

[…] Il n’y a pas d’hommes et de femmes, de classes ou de races, hors de leurs relations et de la façon dont ces relations sont entendues. Souligner que le genre, la classe ou la race participent de l’identité d’une femme n’est pas la même chose que demander comment ces attributs sont employés pour identifier et situer la femme dans des relations spécifiques. Il faut donc questionner ce qu’« homme » et « femme » signifient dans les contextes historiques ou géographiques où nous les rencontrons, sans croire que nous savons déjà qui et ce qu’ils sont. Le langage est ainsi devenu pour moi un objet d’enquête pour comprendre la construction des sujets, des organisations sociales et des relations de pouvoir.

[…] Quand elle a émergé, c’était une notion facile à saisir : genre renvoyait à la construction sociale des rôles masculin et féminin ; sexe à l’anatomie et à la biologie. Judith Butler expliquait que c’est le genre qui construit le sexe : sans doute y a-t-il des différences biologiques, mais elles n’ont aucun sens en elles-mêmes, elles sont ouvertes à l’interprétation ; le genre est donc ce qui assigne une signification à la différence biologique. Je suis encore attachée à cette conception : c’est elle qui a permis de dénaturaliser les rôles dévolus aux femmes et aux hommes, de montrer que l’anatomie n’est pas un destin, et donc de combattre les traitements inégalitaires justifiés par la différence anatomique.

Le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes.

[…] Alors qu’est-ce que le genre ? Disons que c’est la tentative, jamais définitive, jamais aboutie, de réponse à cette question sans réponse [la différence]. Cette tentative est culturelle et historique — et c’est en cela qu’elle intéresse ma discipline : le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes, la tentative toujours manquée de stabilisation des significations de cette différence.

  • Genre et race : la question du voile en France

Peut-être y a-t-il un biais, dès lors que je travaille sur le genre. Mais j’ai souvent rencontré dans mes recherches les intersections des questions de genre et des questions de race, par exemple. Les unes et les autres sont des constructions. Je ne crois pas pouvoir être soupçonnée de négliger une différence. Dans le livre que j’ai consacré au débat français sur le voile, Politics of the Veil, le chapitre intitulé « racisme » analyse la façon dont a été construite l’idée même du musulman : j’observe dans les discours contemporains de la colonisation de l’Algérie la prégnance des métaphores du dévoilement et de la pénétration, la façon dont se superposent domination impériale et domination sexuelle. Et je reste frappée par la sexualisation du débat récent : il concerne bien sûr l’immigration, mais il vise en premier lieu les femmes, leur corps, leur exposition « ostentatoire » ! Les personnes issues de l’immigration post-coloniale subissent des discriminations du fait de la couleur de leur peau ou de leur nom ; mais on s’en prend au voile des femmes pour faire des migrants les responsables des échecs de l’intégration.

[…] On m’a dit que [ce livre] ne se vendrait pas, particulièrement si c’était écrit par une personne étrangère… C’est vrai que ses deux premiers chapitres résument, pour le public américain, une histoire que les Français connaissent très bien. Mais le dernier a certainement été perçu comme trop critique. J’y explore les différences entre les représentations du sexe et de la sexualité dans un certain imaginaire de l’islam et un certain imaginaire de « l’identité française ». Pour des musulmans, le sexe et la sexualité sont des problèmes ; il faut tout particulièrement éviter que surgissent, dans l’espace public, des troubles entre les sexes. Mais l’imaginaire français fait de la séduction — comme négociation de la différence des sexes — un caractère national, en négligeant d’ailleurs l’inégalité entre les hommes et les femmes et les rapports de pouvoir sur lesquels elle repose, puisqu’on affirme en même temps que la France est le lieu de l’égalité de genre. On l’a vu au moment de l’affaire DSK ! Il y a donc là, comme trait d’une « identité nationale », la négation que le sexe et la sexualité soient des problèmes. Les musulmanes qui portent le voile, pour des raisons qui peuvent être très différentes les unes des autres, exposent comme problème la différence des sexes et la sexualité. C’est la reconnaissance de ce problème qui est jugée inacceptable.

En France, nier que le sexe et la sexualité soient des problèmes est un trait de “l’identité nationale”.

[…] Je n’ai jamais critiqué « la France », mais des Français qui justifient des comportements racistes et discriminatoires par des idées universelles et républicaines. Je ne suis pas étonnée de voir aujourd’hui ce féminisme-là revendiqué par des partis d’extrême droite. On peut toujours me traiter de « multiculturaliste américaine », j’ai appris de mon expérience américaine à débusquer le racisme et la discrimination.

 

 

Sortie de « De l’utilité du genre » de Joan Scott

Note de l’éditeur

Qu’est-ce que le genre ? Comment les identités sexuelles et les rapports entre hommes et femmes sont-ils construits, et comment se transforment-ils ? Quel rôle jouent, dans ces processus, la politique et les mobilisations collectives, l’économique et le social, mais aussi le langage et l’inconscient ? Historienne mondialement reconnue, Joan W. Scott a imposé l’idée selon laquelle le genre ne constitue pas seulement un domaine d’investigation : c’est un instrument critique destiné à transformer la réflexion dans tous les secteurs. Pour elle, il se situe au cœur de toute relation de pouvoir et traverse l’ensemble des dynamiques à l’œuvre dans la société. Ce volume réunit les grands essais de Joan W. Scott sur le genre publiés entre 1986 et 2011. Des textes qui renouvellent l’analyse de questions aussi diverses que la laïcité, la démocratie, la représentation de l’État et de l’identité nationale, ou encore celle du marxisme et des classes sociales. À l’heure où les études sur le genre se multiplient, Joan W. Scott s’interroge sur l’avenir du féminisme. Elle s’inquiète de la manière dont cette catégorie est si souvent vidée de ses implications radicales. Et montre comment elle peut continuer à nous inciter à penser autrement.

Table des matières :

– Introduction
– Le genre, une catégorie utile d’analyse historique, 1986.
– Les femmes dans La Formation de la classe ouvrière anglaise, 1988.
– Quelques autres réflexions sur le genre et la politique, 1998.
– Sécularité ou Sexularité? La laïcité et l’égalité des sexes, 2010.
– La séduction, une théorie française, 2011.
– Conclusion. Le « lourd passé » du féminisme, 2004.

http://www.fayard.fr/livre/fayard-380273-De-l-utilite-du-genre-hachette.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism

Butler, Judith and Elizabeth Weed, eds. The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism. Bloomington: Indiana University Press, 2011.

 

Twenty-five years after Joan Scott published her groundbreaking article, “Gender: A Useful Category of Historical Analysis,” scholars from multiple disciplines reflect on the ways in which Scott’s bold questions have informed their work. The essays in this volume cut across vectors of race, class, sexuality, religion, colonialism, and citizenship while treading the globe from India to France to ground diverse case studies. By contextualizing Scott’s questions within their own research, thirteen scholars from history, literature, and philosophy illustrate the dynamic uses of gender. They conclude that gender’s analytical uses are as myriad and complex as the hierarchies of power that it intersects. This thought-provoking volume confirms the continuous critical and creative potential of gender as a “question” of analysis.

Katie Jarvis

Introduction, Judith Butler and Elizabeth Weed

Part I: Reading Joan Wallach Scott

1. Speaking Up, Talking Back: Joan Scott’s Critical Feminism | Judith Butler

Part II: The Case of History

2. Language, Experience, and Identity: Joan W. Scott and the Theoretical Challenge to Historical Studies | Miguel A. Cabrera

3. Out of Their Orbit: Celebrities and Eccentrics in Nineteenth-Century France | Mary Louise Roberts

4. Historically Speaking: Gender and Citizenship in Colonial India | Mrinalini Sinha

5. Gender and the Figure of the ‘Moderate Muslim’: Feminism in the Twenty-first Century | Elora Shehabuddin

6. A Double-Edged Sword: Sexual Democracy, Gender Norms, and Racialized Rhetoric  | Éric Fassin

Part III: Seeing the Question

7. Seeing beyond the Norm: Interpreting Gender in the Visual Arts | Mary D. Sheriff

8. Unlikely Couplings: The Gendering of Print Technology in the French Fin-de-Siècle | Janis Bergman-Carton

9. Screening the Avant-Garde Face | Mary Ann Doane

Part IV: Body and Sexuality in Question

10. The Sexual Schema: Transposition and Transgenderism in Phenomenology of Perception | Gayle Salamon

11. Foucault and Feminism’s Prodigal Children | Lynne Huffer

12. From the ‘Useful’ to the ‘Impossible’ in Joan W. Scott | Elizabeth Weed

Thinking in Time: An Epilogue on Ethics and Politics | Wendy Brown

 

 

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Une question à : Joan Scott sur la notion d’expérience

 

Groupe Genre et Classes populaires: Vous expliquez dans votre ouvrage comment l’expérience, en préexistant, conduit à une naturalisation, que cette dernière n’est que discours, vous ajoutez: « l’expérience vécue des femmes est vue comme le facteur qui nourrit directement la résistance à l’oppression, c’est à dire le féminisme. Précisément, le politique devient possible parce qu’il repose sur ou procède d’une expérience des femmes qui lui préexiste. » Comment faire émerger une capacité d’agir sans cela?

Gender and the Popular Classes Group: You explain in your work how experience, by preexisting, leads to a sort of naturalization. This naturalization is only a discourse. You add: “the lived experience of women is seen as leading directly to resistance to oppression, that is, to feminism. Indeed, the possibility of politics is said to rest on, to follow from, a preexisting women’s experience.” How can we act collectively without this?

Joan Scott: In my essay on experience, I’m talking to historians and the determining power they give to the notion of « experience. »  This is a different question from the one you ask about « la capacité d’agir. »  It is, indeed, the notion of a shared experience that creates the possibility for collective action in the name of some group interest, what Denise Riley refers to as the « massification » of women around questions of suffrage, for example.  The operations of politics though are different from the analytic work of the historian.  There, to simply take experience as an explanation, without asking how it works to create collective identity, prefers description to analysis.  I want to know: what aspects of women’s lives are selected to count as ‘experience’, what aspects are left out?  By what processes (political, rhetorical, psychological) are individuals welded into a group that understands it has something in common?  How and in what contexts does, for example motherhood, become the defining trait around which women identify, instead of, say, sexuality, or legal rights or similarity to men?  Problematizing the concept of « experience » for analytic purposes of writing history in no way denies the importance of claiming experience in the political realm.

Joan Scott : Dans mon essai sur l’expérience, je dialogue avec les historiens et je questionne le pouvoir déterminant qu’ils donnent à la notion d’ « expérience ». C’est une question différente de celle que vous posez à propos de « la capacité d’agir ».  C’est, effectivement, la notion d’une expérience partagée qui crée la possibilité d’une action collective au nom d’un groupe d’intérêt, ce dont parle Denise Riley avec la « massification » des femmes à propos des questions de suffrage par exemple. Cependant, les opérations du politique sont différentes du travail analytique de l’historien. Car, prendre simplement l’expérience comme une explication, sans se demander comment cette notion travaille à créer une identité collective, c’est préférer la description à l’analyse.  Je veux savoir : quels aspects de la vie des femmes sont sélectionnés pour compter comme « expérience », et quels sont exclus ? Par quels procédés (politiques, rhétoriques, psychologiques) les individus sont-ils soudés en un groupe qui se comprend comme ayant quelque chose en commun ? Comment et dans quel contexte la maternité, par exemple, devient l’axe de définition autour duquel chaque femme s’identifie au lieu de, disons, la sexualité, ou les droits légaux, ou la similarité avec les hommes ? Problématiser le concept d’ « expérience » dans une visée analytique d’écriture de l’histoire ne nie aucunement l’importance de revendiquer l’expérience dans le domaine politique.

Une recension sur l’ouvrage: http://clio.revues.org/9948?&id=9948