Archives du mot-clé intersectionnalité

MODIFICATION: A. Hajat absent. Séance 16-18h // Prochaine séance du séminaire : « Le bureau ». Vendredi 30 novembre

Abdellali Hajat ne pourra finalement pas participer à la prochaine séance du séminaire le 30 novembre. La séance durera donc 2h au lieu de 3, en compagnie d’Annick Lacroix et de toute l’équipe GCP. 

 

Après notre séance introductive du 26 octobre au cours de laquelle nous avons défendu l’intérêt d’inscrire l’étude de l’intersection « Genre / Classes populaires » dans des lieux, nous aurons le plaisir d’accueillir, le 30 novembre de 16h à 19h, Abdellali Hajat et Annick Lacroix pour une séance autour du bureau.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : “Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation”.
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage)

Quelques billets sur gcp pour découvrir le travail d’Abdellali Hajjat:

A propos de l’intersectionnalité: Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe

Abdellali Hajjat, Les frontières de l' »identité nationale »

Alexandre Jaunait, Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection »

Un article éclairant sur la critique intersectionnelle, sa généalogie, ses usages et ses possibilités méthodologiques:

Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin « Représenter l’intersection », Revue française de science politique, 1/2012 (Vol. 62), p. 5-20.

Résumé

La notion d’intersectionnalité forgée aux États-Unis dans les années 1980 cherchait à donner un nom aux dilemmes stratégiques et identitaires rencontrés par des catégories de personnes subissant des formes combinées de domination. Cet article retrace la généalogie de cette notion aux États-Unis et en France depuis les années 1970 et décrit la façon dont son appropriation par les sciences sociales permet de reformuler en principes d’investigation empirique les problèmes normatifs de l’espace politico-juridique. La notion d’intersectionnalité, importée en France dans la deuxième moitié des années 2000, invite ainsi à explorer de nouveaux objets et de nouvelles méthodes de recherche, en particulier en science politique.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro Genre, sexualité & société, Périphériques

Genre, sexualité & sociétés, « Périphériques », 2012/7.

Dossier établi sous la direction d’Isabelle Clair et consacré à la sexualité comme ligne de démarcation dedans/dehors.

Dans sa présentation, les auteurs se proposent de renouveler l’enquête sur les classes populaires au prisme de la sexualité, de « révéler des superpositions entre classe sociale et race », de « re-visiter le genre » et d' »accéder au subjectivités ».

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Nous, féministes

« Nous citoyennes et indigènes, immigrées et autochtones, bourgeoises et prolétaires, travailleuses et chômeuses, nationales et naturalisées, européennes et étrangères, militantes et universitaires : filles, mères, ménopausées, avortées ou hormonées, Noires, blanches, tsiganes, arabes, musulmanes, juives ou chrétiennes, croyantes, mécréantes, voilées, dévoilées, revoilées, sexy, grosses, anorexiques, valides ou non, straight, trans, gouines, queer, morales, immorales, amorales, victimes, putes, épargnées ou enragées, …« 

Un nouveau texte de la philosophe Elsa Dorlin à découvrir  sur mediapart « traquant le racisme, le sexisme et l’homophobie » : http://blogs.mediapart.fr/blog/elsa-dorlin/020512/nous-feministes-0

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Le Féminisme change-t-il nos vies ?

Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ?, Paris, Textuel, 2011

« Plus qu’un bilan, il s’agit de proposer une lecture vivante des prises de position féministes contemporaines et des questions dont elles s’emparent. Déclinée au présent, notre réflexion vise ce qui a eu lieu, ce qui est en cours et ce qui s’ouvre » (p. 10), ainsi s’ouvre cette petite encyclopédie critique, véritable boîte à outils pour penser avec l’épistémologie féministe.

L’ouvrage collectif dirigé par Delphine Gardey, historienne et sociologue, entreprend ainsi de dresser une synthèse vive des théories féministes et de leurs questionnements pour penser les rapports historiques, politiques et sociaux entre les sexes. Politique, travail, sexualité, individualisme, (post)colonialisme constituent autant de domaines investis et transformés par le féminisme.

La conclusion de l’ouvrage rappelle que pour penser le féminisme, race, genre, classe et sexualité doivent être articulés. « En contexte (post)féministe, la perte du sujet unifié (de l’action individuelle et collective) et de l’idéal de totalité est perçue comme un bienfait et le ressort pour de nouvelles connexions, de nouvelles opportunités » (p. 121). L’intersectionnalité permet alors de penser à partir de la multiplicité des expériences des femmes pour valoriser un pluralisme nécessaire à l’espace de réflexion du féminisme, mais également à son cadre d’action critique et politique.

Clyde Plumauzille

Sommaire

Le féminisme change-t-il nos vies ?
Delphine Gardey (historienne et sociologue)

Le féminisme a-t-il transformé la politique ? 
Isabelle Giraud (politiste)

Le féminisme a-t-il déplacé les frontières du travail ?
Rachel Vuagniaux (sociologue)

Le féminisme a-t-il redéfini les sexualités ?
Lorena Parini (politiste)

Un féminisme « décolonial » est-il possible ?
Lulia Hasdeu (anthropologue)

Le féminisme est-il soluble dans l’individu ? 
Laurence Bachmann (sociologue)

Le féminisme émancipera-t-il les hommes ? 
Christian Schiess (sociologue)

Définir les vies possibles, penser le monde commun 
Delphine Gardey

 

Compte-rendus en ligne:

http://lectures.revues.org/7791

http://gss.revues.org/index1995.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism

Butler, Judith and Elizabeth Weed, eds. The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism. Bloomington: Indiana University Press, 2011.

 

Twenty-five years after Joan Scott published her groundbreaking article, “Gender: A Useful Category of Historical Analysis,” scholars from multiple disciplines reflect on the ways in which Scott’s bold questions have informed their work. The essays in this volume cut across vectors of race, class, sexuality, religion, colonialism, and citizenship while treading the globe from India to France to ground diverse case studies. By contextualizing Scott’s questions within their own research, thirteen scholars from history, literature, and philosophy illustrate the dynamic uses of gender. They conclude that gender’s analytical uses are as myriad and complex as the hierarchies of power that it intersects. This thought-provoking volume confirms the continuous critical and creative potential of gender as a “question” of analysis.

Katie Jarvis

Introduction, Judith Butler and Elizabeth Weed

Part I: Reading Joan Wallach Scott

1. Speaking Up, Talking Back: Joan Scott’s Critical Feminism | Judith Butler

Part II: The Case of History

2. Language, Experience, and Identity: Joan W. Scott and the Theoretical Challenge to Historical Studies | Miguel A. Cabrera

3. Out of Their Orbit: Celebrities and Eccentrics in Nineteenth-Century France | Mary Louise Roberts

4. Historically Speaking: Gender and Citizenship in Colonial India | Mrinalini Sinha

5. Gender and the Figure of the ‘Moderate Muslim’: Feminism in the Twenty-first Century | Elora Shehabuddin

6. A Double-Edged Sword: Sexual Democracy, Gender Norms, and Racialized Rhetoric  | Éric Fassin

Part III: Seeing the Question

7. Seeing beyond the Norm: Interpreting Gender in the Visual Arts | Mary D. Sheriff

8. Unlikely Couplings: The Gendering of Print Technology in the French Fin-de-Siècle | Janis Bergman-Carton

9. Screening the Avant-Garde Face | Mary Ann Doane

Part IV: Body and Sexuality in Question

10. The Sexual Schema: Transposition and Transgenderism in Phenomenology of Perception | Gayle Salamon

11. Foucault and Feminism’s Prodigal Children | Lynne Huffer

12. From the ‘Useful’ to the ‘Impossible’ in Joan W. Scott | Elizabeth Weed

Thinking in Time: An Epilogue on Ethics and Politics | Wendy Brown

 

 

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Genre et migrations – La bibliographie de la 2e séance du séminaire est en ligne!

A consulter dans la rubrique Bibliographie de notre site, la bibliographie de la 2e séance du séminaire est désormais en ligne.

L’intervention de Muriel Cohen (doctorante en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avait abordé la question suivante : “Peut-on étudier la famille sans utiliser le prisme du genre ? Le cas des familles algériennes arrivées en France entre 1945 et 1985.”

L’enregistrement audio sera mis en ligne prochainement.

Available under the « Bibliographie » tab of our site: the bibliography of our 2nd seminar session is now online.

The presentation of Muriel Cohen (doctoral student in history at the Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) had examined the following question: “Can one study the family without using the prism of gender? The case of Algerian families who arrived in France between 1945 and 1985.”

The audio recording will be uploaded next.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Genre et Classes Populaires

Ce carnet de recherche s’inscrit dans le prolongement d’un groupe de travail doctoral consacré à l’articulation genre et classes populaires. Il s’agit pour nous d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent » (Christina Hamel et Johanna Siméant, « Genre et classes populaires, » Genèses, n°64 2006/3).

De cette problématique de travail est né le séminaire « Genre et Classes populaires », inauguré à la Sorbonne en novembre 2011. A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce dernier se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi a étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première,Genre/Classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité… Les intervenant-e-s confronteront leurs terrains et leurs archives à ces interrogations, à travers des exemples précis, tels que les pratiques de consommation, les stratégies des migrant-e-s, l’engagement religieux ou encore les luttes au travail.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séance du 4 novembre : « Introduction au séminaire Genre et classes populaires »

Anaïs Albert et Clyde  Marlo Plumauzille introduisent les définitions et les enjeux du séminaire Genre et classes populaires.

Intervention de Clyde Marlo Plumauzille et d\’Anais Albert (clic droit pour télécharger)