Archives par mot-clé : Institut Emilie du Châtelet

Conférence: Joan Scott, “Comment je suis devenue une historienne féministe”, 30 mars

Conférences de l’Institut Emilie du Châtelet

Joan W. Scott: “Comment je suis devenue une historienne féministe”

20150330_191045

Dans le cadre du cycle “Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre”

30 mars 2015

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 18h-20h30, conférence en français, suivie d’un cocktail

Avec Joan Wallach Scott, Historienne (Institute for Advanced Study, Princeton)

Joan W. Scott, historienne américaine, spécialiste de la France ouvrière du XIXe siècle et du travail des femmes, est une des grandes pionnières des études de genre. Son article le «Genre: une catégorie utile d’analyse historique» (1986, trad. française en 1988) a fait date et reste une référence majeure autant pour une théorie critique de l’histoire qu’elle poursuit, que  pour un questionnement épistémologique de toutes les disciplines. Observatrice critique des enjeux féministes en France, elle s’est intéressée plus particulièrement aux paradoxes de la lutte pour la citoyenneté, à la parité ou aux dimensions politiques et post coloniales des affaires de voile.Joan W. Scott est aujourd’hui professeure émérite à l’Institute for Advanced Study de Princeton (School of Social Science).

Plus d’informations sur le site de l’IEC: http://www.institutemilieduchatelet.org/details-conferences?id=268
Retrouvez notre entretien avec Joan Scott dans la rubrique “Une question à”: http://gcp.hypotheses.org/254

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Colloque “Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe”

Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe

Colloque international co-organisé par l’Institut Emilie du Châtelet IEC et le RING

5-6 mai 2014
Université Paris Diderot, amphi Buffon,
15 rue Hélène Brion 75013 Paris, métro/RER : Bibliothèque François Mitterrand
Entrée libre, dans la limite des places disponibles . Pas d’inscriptions

Françoise Collin nous a quitté-e-s le premier septembre 2012. Elle était écrivaine, féministe, philosophe. Née à l’écriture par la poésie, ses premiers poèmes ont été publiés dans la revue Écrire et ses premiers romans, au Seuil, à la fin des années 1950. Sans abandonner la littérature, elle s’est consacrée ensuite à la philosophie et a fait paraître chez Gallimard un important essai philosophique, Maurice Blanchot et la question de l’écriture (1971), alors que Blanchot n’était connu que d’un cercle restreint.
En 1973, de retour d’un voyage à New York, elle crée et anime à Bruxelles la première revue féministe en langue française, Les Cahiers du Grif (Groupe de recherche et d’information féministe). Nomade et indépendante, elle s’installe à Paris en 1981 et relance une nouvelle version plus intellectuelle des Cahiers du Grif. Elle introduit alors sur la scène philosophique une lecture novatrice de Hannah Arendt ,qu’elle développera en 1999 dans L’homme est-il devenu superflu ? Hannah Arendt (Odile Jacob).

Françoise Collin voulait se situer à «l’articulation complexe entre poétique et politique», entre «politique et symbolique» pour penser le devenir du féminisme. Le féminisme en tant que sujet politique «imprévu» de l’histoire: tel est le défi de la «révolution permanente» de la pensée de Françoise Collin.

Par son refus de toute position dogmatique, sa pensée est aussi à même de rassembler les diverses réflexions sur le féminisme et sur le genre. Un colloque international sera donc l’occasion à la fois de faire connaître les multiples facettes de son parcours foisonnant, son envergure d’intellectuelle féministe et les aspects poétiques et politiques de son œuvre afin de poursuivre le dialogue auquel elle nous invite. 

Programme

Lundi 5 mai 2014

Accueil 9h00

I – Philosophie et féminisme. La pensée et l’agir

9h30-12h30  Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe

Ouverture : Isabelle This Saint-Jean, Vice-présidente du Conseil régional dʼÎle-de-France chargée de
lʼenseignement supérieur et de la recherche; Florence Rochefort, histoire, GSRL CNRS/EPHE, présidente de l’IEC ; Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS-Université Paris Dauphine, membre du RING.

Présidence de séance : Christine Planté, littérature, université Lumière Lyon 2
Mara Montanaro, philosophie, université Paris Descartes : Lʼécriture philosophique de Françoise Collin

Rosi Braidotti, philosophie, université dʼUtrecht: Lʼimmigrée blanche (communication enregistrée)

Lecture de textes

Pause

Geneviève Fraisse, philosophie et histoire de la pensée féministe, CNRS: Le Féminisme dans la philosophie
Martine Leibovici, philosophie, université Paris Diderot, CSPRP: Tenir aux femmes. Françoise Collin et la dissymétrie
Débat

Projection d’un extrait de film (avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir)

12h30 Déjeuner libre

14h00-15h00 Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe (suite)

Présidence de séance : Sonia Dayan Herzbrun, sociologie, université Paris Diderot

Table-ronde : Une révolution permanente
Animée par Eleni Varikas, sciences politiques, unversité Paris 8
Participantes :
Sylvia Duverger, philosophie, université Paris 8
Elsa Dorlin, philosophie, université Paris 8
Judith Revel, philosophie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Débat

15h15-18h00  L’agir féministe
Présidence de séance : Rada Iveković, philosophie, université Paris 8

Diane Lamoureux, science politique, université Laval, Québec: Le féminisme de lʼinsurrection
Florence Rochefort, histoire, CNRS (GSRL CNRS/EPHE) et Michelle Zancarini-Fournel, histoire, université Claude Bernard Lyon 1: Les Cahiers du GRIF dans le paysage féministe des années 1970-1980
Débat

Pause

Tableronde : Travailler avec Françoise Collin
Animée par Pascale Molinier, psychologie sociale, université Paris 13 Nord
Participantes :
Danielle Haase-Dubosc, littérature, université Columbia, New York
Nadine Plateau, co-fondatrice du réseau Sophia, Belgique 
Françoise Duroux
, philosophie, université Paris 8
Christiane Veauvy, sociologie, CNRS/EHESS
Débat

18h00 Cocktail
Mardi 6 mai 2014
Accueil 9h00

II – Créativité et poétique

9h30-13h00  Littérature, arts et symbolique
Présidence de séance : Laurie Laufer, psychanalyse, université Paris Diderot

Nadia Setti, littérature, université Paris 8: Poiesis et praxis : créer, agir, écrire en mouvement
Carmen Boustani, littérature, université de Beyrouth: Françoise Collin et la question de lʼécriture
Débat

Pause

Martha Rosenberg, psychanalyse, Buenos Aires: Un dialogue personnel en quête du sujet féministe
Monique Schneider, psychanalyse, université Paris Diderot:  Le Rendez-vous. Le temps dʼavant le commencement
Débat

Table-rondeCulture et représentations
Animée par Oristelle Bonis, éditions iXe
Participantes :
Evelyne Accad, écrivaine (Liban)
France Théoret, écrivaine (Québec)
Fabienne Dumont, histoire de lʼart contemporain et critique dʼart, EESAB
Débat

13h00 Déjeuner libre

III – Réception et enjeux

14h30-17h00  L’écho international
Présidence de séance : Anne Emmanuelle Berger, littérature, université Paris 8

Marisa Forcina, philosophie, université de Salento: Une réception italienne
Marie Blanche Tahon, sociologie, université dʼOttawa: Françoise Collin au Québec
Débat

Lecture

Pause

Table-rondePenser le féminisme aujourdʼhui
Animée par Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS, université Paris Dauphine
Participantes :
Eleni Varikas, sciences politiques, université Paris 8
Irène Kaufer, militante syndicale et féministe, Bruxelles
Federica Giardini, philosophie, université de Rome 3
Débat

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Allocations doctorales et post-doctorales : Femmes, sexe, genre, discriminations

Dans le cadre de la subvention que lui accorde la Région Île-de-France, le DIM «Genre, Inégalités, Discriminations» (GID) lance le 3 décembre deux appels à candidatures pour l’attribution d’allocations doctorales et post-doctorales.

L’Institut Émilie du Châtelet (IEC) coordonne la sélection du pôle «Genre» et l’Alliance de Recherche sur les Discriminations (ARDIS) celle du pôle «Discriminations» du programme scientifique du DIM «Genre, Inégalités, Discriminations».

Ces allocations sont destinées à soutenir des recherches menées dans un établissement de recherche et d’enseignement supérieur de la Région Île-de-France:

– soit sur les femmes, le sexe ou le genre

– soit sur les discriminations

 

Elles concernent toutes les disciplines.

Les candidat-es indiqueront leur préférence pour l’un des deux thèmes.

 

– Allocations doctorales : elles prennent la forme d’un contrat à durée déterminée d’une période de 36 mois (pour les étudiant-es qui s’inscriront en 1ère année de thèse) et 24 mois (pour celles et ceux qui s’inscriront en 2e année). Le salaire mensuel net est de 1 450 € minimum.

– Allocations post-doctorales : elles prennent la forme d’un contrat à durée déterminée, d’une durée de 12 à 18 mois, pour un salaire mensuel net minimum de 2100 €.

La date limite de renvoi des dossiers est fixée au 30 janvier 2013.

Plus d’infos ICI.

COLL: Le tournant spatial des études genre, 16-17 novembre 2012

La volonté de consacrer notre séminaire de cette année à la question des lieux participe d’une réflexion globale qui s’articule actuellement dans le champ des études genre et dont témoigne la tenue de ce colloque organisé par le CEDREF et soutenu par l’Institut Emilie du Châtelet, à découvrir pour faire le point sur l’état de l’art!

Le tournant spatial des études genre

Argumentaire du colloque (programme à la fin de l’article)

L’intérêt pour la dimension spatiale des phénomènes sociaux connaît actuellement un renouveau dans les sciences humaines et sociales, si bien que certains auteurs parlent de tournant spatial pour désigner ce nouveau regard (Warf, Arias, 2009). Ce tournant spatial se manifeste à travers un intérêt renouvelé pour les notions de lieu, d’échelle, d’espace et de territoire, ainsi que de la façon dont elles s’articulent à d’autres catégories de la recherche en sciences humaines et sociales. Les travaux sur le genre s’inscrivent dans cette tendance, qu’on pense par exemple au succès de la revue Gender, Place and Culture.
Nous proposons, au cours de ces deux journée d’études interdisciplinaires de réfléchir à l’apport de la perspective spatiale aux études de genre, à partir des thèmes suivants :

1. Intersectionnalité et situation spatiale :

Quelles sont articulations possibles entre l’étude des situations spatiales des femmes et des hommes et les autres aspects sociaux et identitaires (race, classe, sexualité…) pris en compte dans les approches de l’intersectionnalité ?

2. Catégories spatiales et catégories du genre :

Comment l’entrée par le genre permet-elle de renouveler la réflexion sur des notions géographiques comme celle de lieu, d’espace, d’échelle et de territoire ? Comment, à l’inverse, l’entrée par l’espace permet-elle de questionner certaines catégories des études sur le genre ? Les interactions entre le genre et les structures spatiales : comment des conflits genrés peuvent-ils émerger autour des questions d’appropriation spatiale et de droit à l’espace ? Dans quelle mesure les mobilisations féministes peuvent-elles contribuer à l’appropriation et à la transformation des espaces ?

3. Interactions entre genre et structures spatiales

Quelles connections y a-t-il entre les conflits de genre et les problèmes des droits spatiaux et d’appropriation spatiale? Dans quelle mesure les mobilisations féministes participent à informer et transformer les espaces?

3. Les limites de l’approche spatialiste :

L’approche spatiale se focalise souvent sur certains lieux et échelles. Le « fétichisme spatial » peut-il être un obstacle à la compréhension des inégalités et, plus généralement, des relations de genre ?

4. L’utilisation de méthodes géographiques dans les études féministes et de genre :

On entend par méthodes géographiques l’ensemble des méthodes visant à connaître et à représenter la dimension spatiale des sociétés : cartographie, suivis de trajectoires, parcours commentés….Dans quelle mesure ces méthodes peuvent-elles contribuer à la mise en évidence de cartographies du pouvoir et de pratiques spatiales de résistance ?


Programme détaillé


Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website