Archives par mot-clé : INED

Le certificat d’études genre à Paris 1: la campagne de sélections est ouverte!

Cette certification en études de genre est constituée de cours et séminaires existants qui sont mutualisés, parmi lesquels un cours de tronc commun et deux séminaires au choix  en histoire, sociologie, anthropologie, économie, sciences politiques… Il est ouvert aux étudiant-es de master et de doctorat quelque soit leur université principale (et à titre dérogatoire aux étudiant-es de L3 ayant un projet de recherche de master sur le genre). Les inscriptions se font via l’application SESAME (http://www.univ-paris1.fr/ufr/idup/certificat-detudes-genre/).
Vous trouverez des informations plus complètes dans la brochure détaillée :
(http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/Axe_de_recherche_genre/Certif_genre_initial_descriptif_2015_01.pdf).

Vous pouvez contacter Marianne Blidon et Violaine Sebillotte de l’équipe pédagogique pour plus de renseignements

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire : 5 février, 3ème journée d’étude du cycle “Femmes et habitat : une question de genre ?” (INED)

L’INED organise pendant l’année 2014-2015 un cycle de journée d’étude sur le thème “Femmes et habitat : une question de genre ?”. Jeudi 5 février  aura lieu la troisième journée intitulée : “dispositifs résidentiels et socialisation genrée aux différents âges de la vie”. Les communications seront discutées par Muriel Darmon, sociologue dont le dernier livre s’attache à analyser le rapport au temps.

Voir ici le programme détaillé de cette journée d’étude.

Et voici l’argumentaire de ce cycle de recherche, organisé par Anne Lambert, Pascale Dietrich-Ragon et Catherine Bonvalet et qui croise par bien des aspects les thèmes auxquels s’intéresse le séminaire Genre et classes populaires.

“Quarante ans après les premières études féministes qui ont contribué à « politiser » l’intime (Delphy, 1975), le rôle du logement dans la production des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes n’est, aujourd’hui, plus questionné. D’un côté, avec l’institutionnalisation des recherches sur le genre, les sociologues, démographes et politistes sortent de l’espace domestique et de l’intimité des couples pour majoritairement saisir les rapports de pouvoir dans les écoles, les entreprises, les partis politiques, la sphère publique (Clair, 2012 ; Béréni et al., 2012). De l’autre côté, les sociologues de l’urbain tiennent peu compte du genre dans l’analyse de la production de l’espace résidentiel et de ses usages, qu’ils s’inscrivent dans la tradition de l’Ecole de Chicago, privilégiant l’analyse des processus migratoires et des rapports sociaux de race, ou dans le courant de la sociologie urbaine marxiste qui s’est développée en France dans les années 1970, faisant des rapports de production et de l’appartenance de classe la principale grille de lecture (Park et Burgess, 1925 ; Grafmeyer et Joseph, 1984 ; Amiot, 1986 ; Topalov, 1987, 2013).

La fécondité des travaux contemporains qui interrogent le rôle de l’espace résidentiel dans la production des identités sexuées des groupes minorisés, gays et lesbiens notamment, invite, par la perspective nouvelle qu’ils proposent, à revisiter plus largement les dimensions spatiales du genre (Courduries, 2008 ; Giraud, 2010 ; Alessandrin et Raibaud, 2013 ; Tissot, 2013).

L’objectif de ces journées d’études est, ainsi, d’analyser la manière dont le logement contribue à la (re)production des identités sexuées et à la recomposition des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes, à l’aune des transformations qui affectent la société française contemporaine : progression des divorces et des familles recomposées, reconnaissance juridique des unions de même sexe, mais aussi crise du logement dans les grandes agglomérations, montée des inégalités socio-économiques dans la sphère du travail et de l’emploi. Considérant le logement dans ses différentes dimensions – matérielles, symboliques, économiques -, ces journées doivent permettre de dresser un état des lieux des travaux empiriques et théoriques qui articulent logement et rapports de genre, pour éclairer les formes de recomposition des inégalités entre les femmes et les hommes et proposer de nouvelles perspectives de recherche.”

 

 

 

Appel: Ecole Doctorale d’Eté Genre de Condorcet 2014

Pour sa troisième édition, l’école doctorale d’été Genre du campus Condorcet est consacrée à  la thématique suivante : « Genre et pratique de la recherche ». Formation intensive, exigeante et stimulante!

Dans la continuité des deux précédentes écoles, l’Ecole d’été 2014 sera consacrée aux pratiques  de la recherche dans les études de genre. L’approche retenue ne sera pas disciplinaire mais  suivra les différentes étapes du processus de recherche : de la définition du sujet jusqu’à la  rédaction de la thèse.  Les études de genre sont moins une discipline qu’un ensemble de questions, sur la construction du masculin et du féminin, et sur la hiérarchie des sexes et ses effets, qui traversent toutes les disciplines du savoir. L’approche de genre contribue à infléchir la méthodologie des disciplines  des SHS. Nous nous proposons, à travers cette école d’été, d’interroger du point de vue du genre toutes les étapes d’une recherche :
• définir les objectifs visés, prendre conscience des prénotions, pré-constructions sociales et stéréotypes, s’approprier de façon critique les travaux existants.
• penser le matériau empirique sur lequel on travaille : définition des sources ou délimitation d’un corpus, réalisation d’une enquête, construction d’une campagne d’entretiens, appréhender les dimensions éthiques de la recherche.
• analyser les données : dialogue des méthodes, interprétation des résultats, limites de l’objectivation
• rendre compte de sa recherche : écriture et restitution. Les matinées seront consacrées à des exposés théoriques par les membres de l’équipe pédagogique, à partir de leurs expériences de recherche personnelles.

Date limite de l’envoi des dossiers : 30 avril 2014

Toutes les informations sont à retrouver ici.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website