Archives par mot-clé : GRIF

Colloque « Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe »

Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe

Colloque international co-organisé par l’Institut Emilie du Châtelet IEC et le RING

5-6 mai 2014
Université Paris Diderot, amphi Buffon,
15 rue Hélène Brion 75013 Paris, métro/RER : Bibliothèque François Mitterrand
Entrée libre, dans la limite des places disponibles . Pas d’inscriptions

Françoise Collin nous a quitté-e-s le premier septembre 2012. Elle était écrivaine, féministe, philosophe. Née à l’écriture par la poésie, ses premiers poèmes ont été publiés dans la revue Écrire et ses premiers romans, au Seuil, à la fin des années 1950. Sans abandonner la littérature, elle s’est consacrée ensuite à la philosophie et a fait paraître chez Gallimard un important essai philosophique, Maurice Blanchot et la question de l’écriture (1971), alors que Blanchot n’était connu que d’un cercle restreint.
En 1973, de retour d’un voyage à New York, elle crée et anime à Bruxelles la première revue féministe en langue française, Les Cahiers du Grif (Groupe de recherche et d’information féministe). Nomade et indépendante, elle s’installe à Paris en 1981 et relance une nouvelle version plus intellectuelle des Cahiers du Grif. Elle introduit alors sur la scène philosophique une lecture novatrice de Hannah Arendt ,qu’elle développera en 1999 dans L’homme est-il devenu superflu ? Hannah Arendt (Odile Jacob).

Françoise Collin voulait se situer à «l’articulation complexe entre poétique et politique», entre «politique et symbolique» pour penser le devenir du féminisme. Le féminisme en tant que sujet politique «imprévu» de l’histoire: tel est le défi de la «révolution permanente» de la pensée de Françoise Collin.

Par son refus de toute position dogmatique, sa pensée est aussi à même de rassembler les diverses réflexions sur le féminisme et sur le genre. Un colloque international sera donc l’occasion à la fois de faire connaître les multiples facettes de son parcours foisonnant, son envergure d’intellectuelle féministe et les aspects poétiques et politiques de son œuvre afin de poursuivre le dialogue auquel elle nous invite. 

Programme

Lundi 5 mai 2014

Accueil 9h00

I – Philosophie et féminisme. La pensée et l’agir

9h30-12h30  Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe

Ouverture : Isabelle This Saint-Jean, Vice-présidente du Conseil régional dʼÎle-de-France chargée de
lʼenseignement supérieur et de la recherche; Florence Rochefort, histoire, GSRL CNRS/EPHE, présidente de l’IEC ; Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS-Université Paris Dauphine, membre du RING.

Présidence de séance : Christine Planté, littérature, université Lumière Lyon 2
Mara Montanaro, philosophie, université Paris Descartes : Lʼécriture philosophique de Françoise Collin

Rosi Braidotti, philosophie, université dʼUtrecht: Lʼimmigrée blanche (communication enregistrée)

Lecture de textes

Pause

Geneviève Fraisse, philosophie et histoire de la pensée féministe, CNRS: Le Féminisme dans la philosophie
Martine Leibovici, philosophie, université Paris Diderot, CSPRP: Tenir aux femmes. Françoise Collin et la dissymétrie
Débat

Projection d’un extrait de film (avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir)

12h30 Déjeuner libre

14h00-15h00 Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe (suite)

Présidence de séance : Sonia Dayan Herzbrun, sociologie, université Paris Diderot

Table-ronde : Une révolution permanente
Animée par Eleni Varikas, sciences politiques, unversité Paris 8
Participantes :
Sylvia Duverger, philosophie, université Paris 8
Elsa Dorlin, philosophie, université Paris 8
Judith Revel, philosophie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Débat

15h15-18h00  L’agir féministe
Présidence de séance : Rada Iveković, philosophie, université Paris 8

Diane Lamoureux, science politique, université Laval, Québec: Le féminisme de lʼinsurrection
Florence Rochefort, histoire, CNRS (GSRL CNRS/EPHE) et Michelle Zancarini-Fournel, histoire, université Claude Bernard Lyon 1: Les Cahiers du GRIF dans le paysage féministe des années 1970-1980
Débat

Pause

Tableronde : Travailler avec Françoise Collin
Animée par Pascale Molinier, psychologie sociale, université Paris 13 Nord
Participantes :
Danielle Haase-Dubosc, littérature, université Columbia, New York
Nadine Plateau, co-fondatrice du réseau Sophia, Belgique 
Françoise Duroux
, philosophie, université Paris 8
Christiane Veauvy, sociologie, CNRS/EHESS
Débat

18h00 Cocktail
Mardi 6 mai 2014
Accueil 9h00

II – Créativité et poétique

9h30-13h00  Littérature, arts et symbolique
Présidence de séance : Laurie Laufer, psychanalyse, université Paris Diderot

Nadia Setti, littérature, université Paris 8: Poiesis et praxis : créer, agir, écrire en mouvement
Carmen Boustani, littérature, université de Beyrouth: Françoise Collin et la question de lʼécriture
Débat

Pause

Martha Rosenberg, psychanalyse, Buenos Aires: Un dialogue personnel en quête du sujet féministe
Monique Schneider, psychanalyse, université Paris Diderot:  Le Rendez-vous. Le temps dʼavant le commencement
Débat

Table-rondeCulture et représentations
Animée par Oristelle Bonis, éditions iXe
Participantes :
Evelyne Accad, écrivaine (Liban)
France Théoret, écrivaine (Québec)
Fabienne Dumont, histoire de lʼart contemporain et critique dʼart, EESAB
Débat

13h00 Déjeuner libre

III – Réception et enjeux

14h30-17h00  L’écho international
Présidence de séance : Anne Emmanuelle Berger, littérature, université Paris 8

Marisa Forcina, philosophie, université de Salento: Une réception italienne
Marie Blanche Tahon, sociologie, université dʼOttawa: Françoise Collin au Québec
Débat

Lecture

Pause

Table-rondePenser le féminisme aujourdʼhui
Animée par Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS, université Paris Dauphine
Participantes :
Eleni Varikas, sciences politiques, université Paris 8
Irène Kaufer, militante syndicale et féministe, Bruxelles
Federica Giardini, philosophie, université de Rome 3
Débat

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website