Archives par mot-clé : genre

Journée d’étude: « Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après »

Journée d’étude

« Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après »

organisée par Sandra Boehringer et Daniele Lorenzini

Amphi Buffon, Université Paris Diderot-Paris 7, Paris

11 avril 2015, 9h-18h

La sexualité est l’un des derniers grands chantiers ouverts par Michel Foucault. L’Histoire de la sexualité est une entreprise immense, qui marqua profondément le champ des sciences humaines : dans les deux volumes portant sur l’Antiquité, Michel Foucault allait proposer de nouveaux epistemai aux spécialistes pour aborder les sociétés grecque et romaine, et un nouveau cadre épistémologique pour penser l’érotisme et le processus par lequel l’individu est amené à se reconnaître comme sujet de son désir et de sa propre existence.

Qu’en est-il, trente ans après ? Comment définir l’impact dans le champ des sciences humaines des travaux de Michel Foucault sur la sexualité et l’Antiquité, au moment où paraît le volume Subjectivité et vérité – le premier cours de Michel Foucault au Collège de France entièrement consacré à l’Antiquité gréco-romaine ? Et quel est l’usage qu’en font actuellement les anthropologues des mondes grec et romain, vingt-cinq ans après l’ouvrage pionnier Before Sexuality : The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World ? Lors de cette journée, il s’agira de comprendre comment les travaux de Michel Foucault ont infléchi les réflexions des chercheur-e-s et des intellectuel-le-s qui s’appuient aujourd’hui sur l’Antiquité dans les champs nombreux que sont l’éthique, les études de genre, la philosophie, l’histoire, l’anthropologie, la politique et la psychanalyse.

Le programme: http://www.anhima.fr/spip.php?article1354&lang=fr

Abstract : The history of sexuality is one of the last major projects launched by Michel Foucault. The History of Sexuality is a momentous undertaking that profoundly affected the fields of humanities and social sciences: in the two volumes dealing with Antiquity, Michel Foucault proposed new epistemai with which specialists could approach the societies of ancient Greece and Rome; in particular, he created a new epistemological framework for analyzing the erotic realm, and the process by which the individual is required to recognize him/herself as the subject of his/her desire and his/her own existence.

Where does this leave us, thirty years later? How should we define the impact that Michel Foucault’s work on sexuality and Antiquity had on the fields of humanities and social sciences, now that the volume Subjectivity and Truth has appeared – Michel Foucault’s first course at the Collège de France entirely devoted to Greco-Roman Antiquity? How do current anthropologists of the Greek and Roman worlds do their work, twenty-five years after the pioneering book Before Sexuality: The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World? In this conference, we will consider how the work of Michel Foucault reoriented the investigations of researchers and intellectuals, who today use Antiquity as a site of analysis in many fields such as ethics, gender studies, philosophy, history, anthropology, politics and psychoanalysis.

Avec : Jean Allouch, Thamy  Ayouch, Sandra Boehringer, Claude Calame, Frédéric Gros,  Laurie Laufer, Daniele  Lorenzini, Kirk Ormand,  Olivier Renaut, Arianna  Sforzini, Luca Paltrinieri,  Violaine Sebillotte-Cuchet

Comité scientifique : Vincent  Azoulay, Luc Brisson, Arnold I. Davidson, David M. Halperin, Judith Revel

Exposition: « Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)»

Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)

Femmes au travail

Fruit d’une coopération entre les Archives départementales et l’Université de Rouen (GRHis), l’exposition explore la relation des femmes au travail, du Moyen Age à 1914.

La coutume de Normandie laissait aux femmes très peu d’indépendance et pourtant, à Rouen, celles-ci jouaient un rôle important dans les corporations de métier. C’est le « paradoxe rouennais ».

Vies et destins de ces femmes sont racontés dans cette exposition : de la brodeuse passée maîtresse à l’ouvrière contrainte d’abandonner son enfant…l’exposition aborde également la lente conquête de droits pour les femmes.

Un parcours spécifique est destiné aux 10-14 ans, avec dessins et explications adaptées.

Visites guidées gratuites de l’exposition les mardis 14 avril, 12 mai et 16 juin à 14h30.

Sur réservation

Renseignements et réservations

02 35 03 54 95 – archives@cg76.fr

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences :

> jeudi 12 mars 2015 à 14 heures 30

Maison de l’Université à Mont-Saint-Aignan

Conférence de Daryl Hafter, Professeure émérite à l’Université de Michigan,

«La femme Normande : un «homme honoraire»

> vendredi 13 mars 2015 à 9 heures 30

Pôle culturel Grammont

Journée d’études organisée par le GRHis de l’Université de Rouen

«Femmes, droits, travail à l’époque moderne et contemporaine(Normandie/Europe)»

http://www.archivesdepartementales76.net/exposition-femmes-au-travail/

Dernier numéro de la revue: Gender & History

Dernier numéro de la revue: Gender & History

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gend.2014.26.issue-3/issuetoc

November 2014; 26 (3)

Articles

Introduction: Gender, Imperialism and Global Exchanges (pages 393–413)

Michele Mitchell and Naoko Shibusawa with Stephan F. Miescher

 

Labour

The Sexual Politics of Imperial Expansion: Eunuchs and Indirect Colonial Rule in Mid-Nineteenth-Century North India

Jessica Hinchy

Remaking Anglo-Indian Men: Agricultural Labour as Remedy in the British Empire, 1908–38

Jane McCabe

 

‘Robot Farmers’ and Cosmopolitan Workers: Technological Masculinity and Agricultural Development in the French Soudan (Mali), 1945–68

Laura Ann Twagira

 

Commodities

Pursuing Her Profits: Women in Jamaica, Atlantic Slavery and a Globalising Market, 1700–60

Christine Walker

 

Fashioning their Place: Dress and Global Imagination in Imperial Sudan

Marie Grace Brown

 

The Transnational Homophile Movement and the Development of Domesticity in Mexico City’s Homosexual Community, 1930–70

Víctor M. Macías-González

 

Fashioning Politics

 

Dressed for Success: Hegemonic Masculinity, Elite Men and Westernisation in Iran, c.1900–40

Sivan Balslev

 

‘It Gave Us Our Nationality’: US Education, the Politics of Dress and Transnational Filipino Student Networks, 1901–45

Sarah Steinbock-Pratt

 

‘A Life of Make-Believe’: Being Boy Scouts and ‘Playing Indian’ in British Malaya (1910–42)

Jialin Christina Wu

 

The Tank Driver who Ran with Poodles: US Visions of Israeli Soldiers and the Cold War Liberal Consensus, 1958–79

Shaul Mitelpunkt

 

Mobility and Activism

Marta Vergara, Popular-Front Pan-American Feminism and the Transnational Struggle for Working Women’s Rights in the 1930s

Katherine M. Marino

 

Guerrilla Ganja Gun Girls: Policing Black Revolutionaries from Notting Hill to Laventille

W. Chris Johnson

 

Gender and Visuality: Identification Photographs, Respectability and Personhood in Colonial Southern Africa in the 1920s and 1930s (pages 688–708)

Lorena Rizzo

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Publication: Dernier numéro de la revue Clio “Objets et fabrication du genre”

Le dernier numéro de la revue Clio  sous la direction de Leora Auslander, Rebecca Rogers et de Michelle Zancarini-Fournel est consacré à l’histoire matérielle. Intitulé “Objets et fabrication du genre”, il pose la question de la construction de la différence des sexes par et avec les objets.

 

Résumé

Qu’est-ce que les objets ont à apprendre aux historiennes et historiens qui cherchent à mieux comprendre les dynamiques du genre ? Ce numéro de Clio HGF « Objets et fabrication du genre » tente de répondre à cette interrogation. En insistant sur la spécificité de la culture matérielle des temps bibliques au très contemporain, les auteur.e.s analysent des mouchoirs politiques, des uniformes de soldat, des bijoux, des jouets publicitaires, de la vaisselle, des fragments de tissu et de poteries, mais aussi des représentations littéraires et visuelles… À partir de ces approches et de ces sources variées, les articles montrent comment les femmes et les hommes se construisent grâce aux objets, comment l’objet-acteur construit le genre, comment les objets nous racontent une autre histoire que les mots.

http://clio.revues.org/12064

Sommaire

Leora Auslander, Éditorial

Katharina Galor, Des femmes à Qumrân ? Entre textes et objets

Katherine L. French, Nouveaux arts de la table et convivialités sexuées

Elizabeth Heath, Apprendre l’Empire, un jeu d’enfants ? 

Natalie Scholz, Genre et éthique des objets dans le cinéma de l’Allemagne d’après-guerre

Louise Purbrick, Le mouchoir d’Armagh. Tissu, genre et politique

Regard complémentaire

Sarah Jones Weicksel, Quand l’uniforme fait l’homme libre

Actualités de la recherche

Anne Monjaret, Objets du genre et genre des objets en ethnologie et sociologie françaises

Leora Auslander, Culture matérielle, histoire du genre et des sexualités

Documents

Sylvie Sagnes, Aurore l’Arlésienne, reine des poupées

Ellen Rothenberg, Chelen Amenca (Danse avec nous)

Témoignage

Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel, À propos du bazar du genre…

 

 

Séminaire : 5 février, 3ème journée d’étude du cycle “Femmes et habitat : une question de genre ?” (INED)

L’INED organise pendant l’année 2014-2015 un cycle de journée d’étude sur le thème “Femmes et habitat : une question de genre ?”. Jeudi 5 février  aura lieu la troisième journée intitulée : “dispositifs résidentiels et socialisation genrée aux différents âges de la vie”. Les communications seront discutées par Muriel Darmon, sociologue dont le dernier livre s’attache à analyser le rapport au temps.

Voir ici le programme détaillé de cette journée d’étude.

Et voici l’argumentaire de ce cycle de recherche, organisé par Anne Lambert, Pascale Dietrich-Ragon et Catherine Bonvalet et qui croise par bien des aspects les thèmes auxquels s’intéresse le séminaire Genre et classes populaires.

“Quarante ans après les premières études féministes qui ont contribué à « politiser » l’intime (Delphy, 1975), le rôle du logement dans la production des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes n’est, aujourd’hui, plus questionné. D’un côté, avec l’institutionnalisation des recherches sur le genre, les sociologues, démographes et politistes sortent de l’espace domestique et de l’intimité des couples pour majoritairement saisir les rapports de pouvoir dans les écoles, les entreprises, les partis politiques, la sphère publique (Clair, 2012 ; Béréni et al., 2012). De l’autre côté, les sociologues de l’urbain tiennent peu compte du genre dans l’analyse de la production de l’espace résidentiel et de ses usages, qu’ils s’inscrivent dans la tradition de l’Ecole de Chicago, privilégiant l’analyse des processus migratoires et des rapports sociaux de race, ou dans le courant de la sociologie urbaine marxiste qui s’est développée en France dans les années 1970, faisant des rapports de production et de l’appartenance de classe la principale grille de lecture (Park et Burgess, 1925 ; Grafmeyer et Joseph, 1984 ; Amiot, 1986 ; Topalov, 1987, 2013).

La fécondité des travaux contemporains qui interrogent le rôle de l’espace résidentiel dans la production des identités sexuées des groupes minorisés, gays et lesbiens notamment, invite, par la perspective nouvelle qu’ils proposent, à revisiter plus largement les dimensions spatiales du genre (Courduries, 2008 ; Giraud, 2010 ; Alessandrin et Raibaud, 2013 ; Tissot, 2013).

L’objectif de ces journées d’études est, ainsi, d’analyser la manière dont le logement contribue à la (re)production des identités sexuées et à la recomposition des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes, à l’aune des transformations qui affectent la société française contemporaine : progression des divorces et des familles recomposées, reconnaissance juridique des unions de même sexe, mais aussi crise du logement dans les grandes agglomérations, montée des inégalités socio-économiques dans la sphère du travail et de l’emploi. Considérant le logement dans ses différentes dimensions – matérielles, symboliques, économiques -, ces journées doivent permettre de dresser un état des lieux des travaux empiriques et théoriques qui articulent logement et rapports de genre, pour éclairer les formes de recomposition des inégalités entre les femmes et les hommes et proposer de nouvelles perspectives de recherche.”

 

 

 

“Les métiers ont-ils un sexe”, événement organisé par le PRESAGE le 10 février

Le Programme de recherche et d’enseignements des savoirs sur le genre propose une réflexion sur le sexe des métiers.

Dans le cadre des journées proposées par le PRESAGE, le 10 février, à 17h, en partenariat avec le Laboratoire de l’égalité, Françoise Vouillot viendra présenter son ouvrage « Les métiers ont-ils un sexe ? »

http://www.programme-presage.com/details/events/les-metiers-ont-ils-un-sexe.html

Lieu : Sciences Po, 56 rue des St Pères, salle Goguel (5ème étage)

Pour s’inscrire: https://www.weezevent.com/rdv-de-legalite-les-metiers-ont-ils-un-sexe

Présentation du livre

En France, seuls 12% des métiers sont mixtes. Aux hommes la production et l’ingénierie, aux femmes l’éducation, la santé, le social. Existerait-il des métiers plutôt féminins ou plutôt masculins ? Filles et garçons auraient-ils des aptitudes spécifiques qui les orienteraient « naturellement » vers des professions différentes ? L’objet de ce livre est de démonter les ressorts de la division sexuée du travail, porteuse d’inégalités, et de révéler tout l’intérêt pour la société d’une réelle mixité des métiers.
Cet ouvrage aborde notamment, chiffres à l’appui, l’influence des stéréotypes de sexe, des pratiques des personnels pédagogiques et de l’histoire des politiques d’éducation sur l’orientation des filles et des garçons. Les nombreuses citations et zooms informatifs apportent un éclairage essentiel sur les études existantes et les initiatives développées pour favoriser la mixité des métiers.

Appel à contribution: Genre et âge.

APPEL À TEXTES

Âges de vie, genre et temporalités sociales

Parution prévue automne 2016

Rédacteurs invités

Aline Charles, Université Laval (Canada)

David Troyansky, CUNY, Brooklyn College (États-Unis)

Remise des propositions (résumés) : 16 mars 2015

Les résumés (1500 à 2000 caractères, espace compris)
doivent être soumis en ligne : efg.inrs.ca

 

Remise des manuscrits complets : 14 septembre 2015

 

 

Longtemps menées en parallèle, les études sur les âges de vie et sur le genre convergent davantage depuis quelques années, tout en laissant encore de vastes territoires à découvert. Ce numéro de la revue Enfances Famille Générations propose donc de contribuer à cette convergence. Il y sera question de constructions sexuées des âges et de trajectoires structurées par le genre. Ce qui mènera tout naturellement à tenir compte du temps qui passe et des évolutions historiques, des cycles de vie féminins et masculins, des expériences (inter)générationnelles ou encore des temporalités sociales sexuées (travail, famille, loisir, etc.).

Si plusieurs chercheurs-es ont déjà ouvert la voie, il reste du chemin à parcourir pour que l’âge et le genre soient traités comme deux systèmes de rapports sociaux à la fois distincts et inter-reliés. Les sciences sociales et humaines traitent encore l’âge (et parfois le genre) comme une simple variable qui n’exige pas de problématisation. De leur côté, les approches féministes intersectionnelles qui combinent pourtant le genre avec d’autres formes de rapports sociaux (classe, « race », ethnie, etc.) négligent encore l’âge. Les travaux sur les différents âges de vie, quant à eux, se sont multipliés et tiennent mieux compte des rapports sociaux de sexe. Généralement limités à la jeunesse, l’adultéité, la parentalité ou la vieillesse, ils perdent toutefois de vue le fait que grandir et vieillir constituent des processus continus. Bref, des historiens-nes le disent, des sociologues l’avancent, des littéraires et des anthropologues le confirment : l’arrimage entre genre et âge pourrait être resserré.

Joan Scott plaidait dans les années 1980 pour que le genre prenne valeur de « catégorie utile d’analyse ». Un peu plus tard, Margaret M. Gullette militait de son côté pour que l’âge soit lui aussi élevé au rang de catégorie analytique. Manier – simultanément ou en parallèle – ces deux formes de catégorisation sociale fait ressortir les similarités qu’elles partagent, les différences qui les séparent et les interactions qui les associent. L’âge et le genre structurent autant l’organisation collective que les trajectoires individuelles, génèrent des rapports de pouvoir complexes, initient nombre de représentations culturelles très sensibles aux contextes spatio-temporels considérés, et sont régulièrement naturalisés, voire « biologisés ». Mais le tout n’est pas qu’affaire de similitudes. Des spécificités importantes les démarquent aussi.

Pour ce numéro d’EFG, nous en appelons surtout à des articles offrant des perspectives larges, qui ne se limitent pas à un âge ou une phase de vie. Embrasser le cycle de vie dans sa globalité offre une autre prise sur la jeunesse qui bénéficie déjà d’études nombreuses, qu’elle soit féminine ou masculine. Saisir, dans leur ensemble, les rapports sexués d’âge ou de génération déplace le regard vers une adultéité et une vieillesse encore négligées. Cela incite aussi à raffiner, à l’aune de l’âge, l’analyse des masculinités. Bref, ces perspectives permettent de mieux mesurer en termes de genre et d’âge l’impact des évolutions démographiques, des normes culturelles, des régimes d’éducation ou de retraite, des filets de sécurité sociale, des migrations ou encore de la médicalisation des corps. Elles jettent aussi un nouvel éclairage sur plusieurs évolutions majeures : la généralisation des seuils d’âge sexués, la pénurie de jeunes femmes en Asie, la déchronologisation des cycles de vie féminins et masculins, la féminisation de la vieillesse en Occident, etc.

Lancé aux spécialistes d’horizons régionaux et nationaux variés, cet appel s’adresse aussi à celles et ceux qui adoptent une perspective transnationale pour saisir comment les normes, pratiques ou représentations d’âge et de genre circulent par-delà les frontières. Les approches théoriques et empiriques sont toutes deux bienvenues.

 

RÉférences

Bessin, Marc et Hervé Levilain, Parents après 40 ans, Autrement, « Mutations », Paris, 2012.

Gullette, Margaret Morganroth, Aged by Culture, University of Chicago Press, Chicago, 2004.

Hearn, Jeff, « Neglected Intersectionalities in Studying Men: Age(ing), Virtuality, Transnationality », dans Helma Lutz, Maria Theresa Herrera Vivar et Linda Supik (dir.), Framing Intersectionality. Debates on a Multifaced Concept in Gender Studies, Ashgate Publihing, Burlington (R.-U.), p. 80-104.

Jaspard, Maryse, et Michèle Massari, « Age et rapports de sexe », Table-ronde de l’A.P.R.E. : Rapports sociaux de sexe : problématique, méthodologie, champs d’analyse, CNRS, Paris, 1987.

Jyrkinen, Marjut et Linda McKie, « Gender, age and ageism: experiences of women managers in Finland and Scotland », Work, Employment & Society, vol. 26, no 1, 2012, p. 61-77.

Kergoat, Danièle, « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux », L’Homme et la Société, nos 176-177, 2010, p. 27-42.

Legrand, Monique et Ingrid Voléry (dir.), Genre et parcours de vie : vers une nouvelle police des corps et des âges ?, Nancy, Presses universitaires de Nancy / Éditions universitaires de Lorraine, 2013.

Søland, Birgitte, « Ages of Women: Age as a Category of Analysis in Women’s History », Journal of Women’s History, vol. 12, no 4, 2001, p. 6-10

Taefi, Nura, « The Synthesis of Age and Gender: Intersectionality, International Human Rights Law and the Marginalisation of the Girl-Child », International Journal of Children’s Rights, vol. 17, no 3, 2009, p. 345 -377.

 

La proposition doit être soumise en ligne sur le site web de la revue avant le 16 mars 2015. Pour ce faire, vous devez créer un compte d’usager en tant qu’auteur, en cliquant sur l’onglet « S’inscrire ». Votre soumission doit comprendre un titre provisoire, un résumé (1 500 à 2 000 caractères, espace compris) ainsi que les coordonnées de tous les auteurs.

Les manuscrits complets des propositions retenues (50 000 à 60 000 caractères, espaces compris, excluant le résumé et la bibliographie) devront être soumis en ligne avant le 14 septembre 2015.

Les auteurs sont priés de se conformer aux règles d’édition de la revue :
www.efg.inrs.ca/index.php/EFG/about/submissions#authorGuidelines

Tous les manuscrits sont acceptés ou refusés sur la recommandation de la direction et des responsables du numéro thématique, après avoir été évalués à l’aveugle par deux ou trois lecteurs externes.

Parution: Daryl Hafter and Nina Kushner, Women and Work in Eighteenth-Century France

Les femmes au travail, une question de genre, de classe et de race.

Daryl M. Hafter and Nina Kushner (éd.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Louisiana State University Press, 2015

In the eighteenth century, French women were active in a wide range of employments from printmaking to running wholesale businesses although social and legal structures frequently limited their capacity to work independently. The contributors to Women and Work in Eighteenth-Century France reveal how women at all levels of society negotiated these structures with determination and ingenuity in order to provide for themselves and their families.

Recent historiography on women and work in eighteenth-century France has focused on the model of the family economy, in which women’s work existed as part of the communal effort to keep the family afloat, usually in support of the patriarch’s occupation. The ten essays in this volume offer case studies that complicate the conventional model: wives of ship captains managed family businesses in their husbands extended absences; high-end prostitutes managed their own households; female weavers, tailors, and merchants increasingly appeared on eighteenth-century tax rolls and guild membership lists; and female members of the nobility possessed and wielded the same legal power as their male counterparts.

Examining female workers within and outside of the context of family, Women and Work in Eighteenth-Century France challenges current scholarly assumptions about gender and labor. This stimulating and important collection of essays broadens our understanding of the diversity, vitality, and crucial importance of women s work in the eighteenth-century economy.

Table of Contents:

Nina Kushner and Daryl M. Hafter, “Introduction”

Rafe Blaufarb, “The Phenomenon of Female Lordship”

Nancy Locklin, “Women and Work Identity”

Nina Kushner, “The Business of Being Kept: Elite Prostitution as Work”

Jacob D. Melish, “The Power of Wives: Managing Money and Men in the Family Businesses of Old Regime France”

Cynthia M. Truant, “Many Exceptional Women: Female Artists in Old Regime Paris”

Jane McLeod, “Printer Widows and the State in Eighteenth-Century France”

Jennifer L. Palmer, “Women and Contracts in the Age of Transatlantic Commerce”

James B. Collins, “Women and the Birth of Modern Consumer Capitalism”

Daryl M. Hafter, “French Industrial Growth in Women’s Hands”

Judith A. DeGroat, “Women in the Paris Manufacturing Trades at the end of the Long Eighteenth Century”

Bonnie G. Smith, “Afterwards”

Parution: Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire

Pour penser les classes ouvrières au féminin, l’ouvrage de Berverley Skeggs, paru initialement en 1997, vient enfin d’être traduit en français.

On pourra lire l’article de Marie Cartier sur cette approche renouvelée des classes populaires articulée à la question du genre et du care: Cartier Marie, « Le caring, un capital culturel populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales 1/ 2012 (n° 191-192), p. 106-113
URL : www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2012-1-page-106.htm.

Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015.

http://agone.org/lordredeschoses/desfemmesrespectables/

Traduit de l’anglais par Marie-Pierre Pouly

Préface d’Anne-Marie Devreux

“On est sorties à Manchester l’autre samedi, toutes les trois. C’était bien en fait, on s’est bien marrées. Mais à un moment on est allées dans le quartier bourge, et on se marrait devant les chocolats en se demandant combien on en aurait mangé si on avait pu se les payer, et il y a cette femme qui nous a lancé un regard. Si les regards pouvaient tuer. Genre, on était là, c’est tout, on faisait rien de mal, on n’était pas crades ni rien. Elle nous a juste regardées. On aurait dit que c’était chez elle et qu’on n’avait rien à faire là. Ben tu sais quoi, on est parties, on n’a plus rien dit pendant une demi-heure. T’imagines ? On s’est bien fait remettre à notre place. On aurait dû lui mettre notre poing dans la gueule. C’est des trucs comme ça qui te dégoûtent de sortir. Il vaut mieux rester chez soi.”

La matière première de ce livre est une série d’entretiens menés par Beverley Skeggs avec quatre-vingt-trois jeunes femmes issues de la classe ouvrière anglaise, inscrites à une formation d’aide à la personne et travaillées par leur propre respectabilité. Abordant leur rapport à la sexualité, à la classe ou au féminisme, cet ouvrage vient apporter un prolongement essentiel aux travaux de Pierre Bourdieu et de Paul Willis.

Sociologue britannique comptant parmi les spécialistes des cultural studies et de la pensée féministe, Beverley Skeggs a notamment codirigé Transformations : Thinking Through Feminism (Routledge, 2000) et Feminism after Bourdieu (Blackwell, 2004).

“Un quart en moins et un écart en plus”, bien commencer l’année avec Rachel Silvera sur les inégalités salariales

L’équipe du séminaire Genre et classes populaires vous présente tous ses voeux pour 2015!

Pour bien commencer l’année, la recension de Christian Baudelot de l’ouvrage Rachel Silvera, Un quart en moins, des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaires, sur la Vie des idées.

Rachel Silvera, Un quart en moins, des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaires, préface de Michelle Perrot, La Découverte, Paris, 2014. 224 p.

Un ouvrage qui fait réfléchir et qui engage pour déstabiliser la division sexuée du travail.

Appel à communications: Good and Mad Women: Histories of Gender, Then, and Now

Call for Papers

“Australian Women’s History Network Symposium 2015

Good and Mad Women: Histories of Gender, Then and Now

 

Just over three decades ago, Jill Julius Matthews published Good and Mad Women: The historical construction of femininity in twentieth century Australia (1984), her path-breaking feminist history. This important book pre-dated Joan W. Scott’s proclamation of gender as a ‘useful category of historical analysis’ (1986) and continues to be influential. The Australian Women’s History Network celebrates the book’s anniversary by calling for papers that historicise gender and/ or reflect on the historiography of gender. In particular we seek work that aims to trace and analyse – as Matthews did in Good and Mad Women – ‘the specific meaning and experience of becoming a woman’, whether in twentieth century Australia or elsewhere in time and place. ‪The symposium also offers a platform for speakers – individually or on panels – to revisit classic works of gender history, examining how these were foundational and for whom, or to survey contemporary currents in gender history.

The AWHN welcomes broad engagement with the field of gender history; other possible topics and themes include:

–          Gender and sexualities

–          Gender in cross-cultural comparison

–          Gender, politics and resistance

–          Transgender

–          Feminist critiques of gender

–          Gender and embodiment

–          Gender, race and ethnicity

–          Men and masculinities

–          Gender and pleasure

–          Class and gender

–          Gender and colonialism; gender and nationalism.

The AWHN Symposium will be held on Wednesday 8 July as part of the 2015 Australian Historical Association conference ‘Foundational Histories’ to be held at the University of Sydney 6-10 July 2015. The keynote speaker will be Professor Jill Matthews. The annual general meeting will be held at lunch time with a reception and dinner to follow the symposium.

Please submit abstracts of no more than 200 words (for individual papers and panels) to the symposium convenor Zora Simic <z.simic@unsw.edu.au> by 28 February 2015. Please send as word or RTF files with an author bio of no more than 50 words.

Papers that are not selected as part of the AWHN program will be considered for the AHA program.

Each paper will run for twenty minutes with ten minutes for question time. Panels are allocated 90 minutes in total.”

 

The Australian Women’s History Network is convened by Sharon Crozier-de Rosa (University of Wollongong), Vera Mackie (University of Wollongong) and Zora Simic (University of New South Wales).

 

The Network can be contacted at

<auswhn@gmail.com>

or

Australian Women’s History Network

c/o Professor Vera Mackie

Faculty of Law, Humanities and the Arts

University of Wollongong

Wollongong, NSW, 2522

<http://www.auswhn.org.au/>

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire “Domestique” : une condition plurielle ?, 18 décembre 2014, EHESS

« DOMESTIQUE » : UNE CONDITION PLURIELLE ?
Les relations de travail des employé.e.s à domicile

 
Séminaire de recherche 
ouvert au public organisé par 
 
Christelle Avril (Iris, U. Paris 13) & Marie Cartier (CENS, U. de Nantes, IUF) 
à l’occasion de la venue en France de Débora Gorbán (CONICET-IDAES, Univ. Nacional de San Martín) 
 
avec la participation de Eleonora Elguezabal (INRA)Marie-Hélène Lechien (GRESCO, U. de Limoges) et Ania Tizziani (CONICET-ICI, Univ. Nacional de General Sarmiento) 
Ce séminaire propose une réflexion sur les « relations de travail » (relations hiérarchiques, entre pairs, professionnelles) des employé.e.s à domicile. Il innove en proposant de centrer l’attention non pas seulement sur les situations de domination exacerbées repérées dans les recherches sur lesdomestic workers aux Etats-Unis mais plus largement sur la diversité inter-nationale et intra-nationale des conditions d’emplois et de travail chez les employé.e.s à domicile. Comment cette diversité des situations de subordination influence-t-elle les « relations de travail » des employé.e.s à domicile ?
 
Jeudi 16 décembre 2014 
9h00-13h00
EHESS 190 av. de France 75013 Paris salle 1
http://iris.ehess.fr/index.php?2664

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization, November 2014

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization, November 2014

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gwao.2014.21.issue-6/issuetoc 

November 2014; 21 (6)

Le Sommaire:

The Social Dynamics Channelling Latina College Graduates into the Teaching Profession (pages 491–515)

Glenda M. Flores and Pierrette Hondagneu-Sotelo

 

Cultural Correlates of Gender Integration in Science (pages 516–530)

Cindy L. Cain and Erin Leahey

 

Gendered Constructions of Leadership in Danish Job Advertisements (pages 531–545)

Inger Askehave and Karen Korning Zethsen

 

‘Dirt, Death and Danger? I Don’t Recall Any Adverse Reaction …’: Masculinity and the Taint Management of Hospital Private Security Work (pages 546–558)

Matthew S. Johnston and Edwin Hodge

 

Reflexivity and the Construction of Competing Discourses of Masculinity in a Female-Dominated Profession (pages 559–572)

Maria Adamson

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

L’entre-soi masculin en politique, ce soir au Lieu-Dit, Paris XXe

L’entre-soi masculin en politique 

Soirée-débat, 25 novembre 2014, 19h au Lieu-Dit, Paris XXe. 

 

 



A l’occasion de la parution de son numéro 204 et de la journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes, la revue Actes de la recherche en sciences sociales vous invite à un débat sur l’entre-soi masculin en politique.



Deux femmes qui s’affrontent aux élections municipales de Paris en 2014, une loi sur la parité qui a permis d’assurer un même nombre d’élus et d’élues dans certaines assemblées : la domination traditionnelle des hommes dans le champ politique semble ébranlée.


Le travail proposé par les sociologues Catherine Achin et Sandrine Levêque montre qu’il n’en est rien, et que les hommes parviennent à maintenir un entre-soi excluant dans les coulisses du pouvoir.


Deux militantes féministes, Sarah Benichou et Celine Mouzon, viendront débattre de l’intérêt et des limites de la parité pour combattre le sexisme en politique. Leurs analyses montreront que, loin de se cantonner aux sphères institutionnelles, la question de l’entre-soi masculin concerne aussi les groupes et les organisations qui se déclarent les plus progressistes, radicales et même révolutionnaires.


Le débat aura lieu au bar

le Lieu-dit le 25 novembre 2014, 19h. www.le <http://www.lelieudit.com/

Intervenantes : Catherine Achin, Sandrine Lévêque, sociologues ; Sarah Benichou, Celine Mouzon, militantes. Modération : Sylvie Tissot.

 
Voir le sommaire du numéro : http://www.arss.fr/

Dernier numéro de la revue: Gender & Society, December 2014

Dernier numéro de la revue: Gender & Society, December 2014

 

http://gas.sagepub.com/content/28/6.toc

December 2014; 28 (6)

 

Le Sommaire:

Articles

Krista M. Brumley

The Gendered Ideal Worker Narrative: Professional Women’s and Men’s Work Experiences in the New Economy at a Mexican Company

Gender & Society December 2014 28: 799-823, first published on August 19, 2014

 

Rachel Rinaldo

Pious and Critical: Muslim Women Activists and the Question of Agency

Gender & Society December 2014 28: 824-846, first published on September 9, 2014

 

Catherine Bolzendahl

Opportunities and Expectations: The Gendered Organization of Legislative Committees in Germany, Sweden, and the United States

Gender & Society December 2014 28: 847-876, first published on August 1, 2014

 

Éléonore Lépinard

Doing Intersectionality: Repertoires of Feminist Practices in France and Canada

Gender & Society December 2014 28: 877-903, first published on July 25, 2014

 

Kristin Natalier and Belinda Hewitt

Separated Parents Reproducing and Undoing Gender Through Defining Legitimate Uses of Child Support

Gender & Society December 2014 28: 904-925, first published on August 19, 2014

 

Book Reviews

Bethany L. Brown

Book Review: Into the Fire: Disaster and the Remaking of Gender by Shelley Pacholok

Gender & Society December 2014 28: 926-928, first published on March 13, 2014

 

Jennifer L. Martin

Book Review: The Rise of Women: The Growing Gender Gap in Education and What It Means for American Schools by Thomas A. Diprete and Claudia Buchmann

Gender & Society December 2014 28: 928-929, first published on March 18, 2014

 

Kylie Parrotta

Book Review: Sexual Minorities in Sports: Prejudice at Play edited by Melanie L. Sartore-Baldwin

Gender & Society December 2014 28: 930-932, first published on March 21, 2014

 

Marybeth C. Stalp

Book Review: The Marginalized Majority: Media Representation and Lived Experiences of Single Women by Kristie Collins

Gender & Society December 2014 28: 932-934, first published on March 17, 2014

 

Catherine Mobley

Book Review: Our Roots Run Deep as Ironweed: Appalachian Women and the Fight for Environmental Justice by Shannon Elizabeth Bell

Gender & Society December 2014 28: 934-936, first published on April 25, 2014

 

Laura S. Logan

Book Review: Compassionate Confinement: A Year in the Life of Unit C by Laura S. Abrams and Ben Andersen-Nathe

Gender & Society December 2014 28: 936-938, first published on April 25, 2014

 

Laura V. Heston

Book Review: Queering Marriage: Challenging Family Formation in the United States by Katrina Kimport

Gender & Society December 2014 28: 938-940, first published on April 22, 2014

 

Emily S. Mann

Book Review: Amigas y Amantes: Sexually Nonconforming Latinas Negotiate Family by Katie L. Acosta

Gender & Society December 2014 28: 940-942, first published on June 23, 2014

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn