Archives par mot-clé : gender

« In situ »: Programme du séminaire année 2012/2013

Séminaire Genre et Classes Populaires – 2012 / 2013

Genre et Classes Populaires in situ

Le séminaire « Genre et classes populaires » s’inscrit dans la perspective définie par Christelle Hamel et Johanna Siméant, dans le numéro de la revue Genèses consacré à cette thématique afin d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent ».
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce séminaire se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi à étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première, Genre/classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité…
Cette année, chaque séance sera ancrée dans un lieu (quartier, usine, rue, domicile…) comme observatoire des rapports sociaux, et des identités de genre et de classe in situ.
Les séances auront lieu le vendredi après-midi à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage), et seront composées d’un.e discutant.e et d’un ou deux intervenant.e.s. autour d’une sous- thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Programme à télécharger ICI.

26 octobre (16-18h) : In situ
Le groupe Genre et classes populaires à l’épreuve de l’espace.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : « Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation ».
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

11 janvier (16h-18h) : De l’usine au studio
Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle) :  “Un espace militant hors l’usine en bassin siderurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980”

8 février (16h-18H) : Les espaces de loisirs
Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris 13 Villetaneuse (Experice) : “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

15 mars (16h-19H) : Le lycée
Ugo Palheta, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3 (OSC) : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Et

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

17 mai (16h-19h) : Le domicile
Marie Cartier, Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Nantes (CENS)

Et

Christelle Avril,Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Iris) : “A domicile : écarts de conditions de travail dans les métiers de service féminins peu qualifiés”.

14 juin (16h-18h) : Le quartier et les rues
Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University « Les Faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels”

 

Organisatrices du séminaire :
Fanny Gallot (Doctorante en Histoire, Université Lyon 1, LARHRA); Anaïs Albert (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Mathilde
Rossigneux-Méheust (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Clyde Plumauzille (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne, IHRF EA 127); Katie Jarvis (Doctorante en Histoire, Université Wisconsin-Madison); Eve Meuret-Campfort (Doctorante en Sociologie, CENS-Centre Nantais de Sociologie Université de Nantes) ;
Anne Jusseaume (doctorante en Histoire, Centre d’Histoire de Sciences-Po).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Call for Papers: Gender in the European Town: Medieval to Modern

CALL FOR PAPERS

GENDER IN THE EUROPEAN TOWN: Medieval to Modern

University of Southern Denmark, Odense,

22-25 May 2013

From the organizers:

« As places which fostered and disseminated key social, economic, political and cultural developments, historically towns have been central to the creation of gendered identities and the transmission of ideas across local, national and transnational boundaries.

The Gender in the European Town Network invites proposals for papers of 20 minutes, completed panels (3 papers, chair and commentator) and poster sessions.

The Conference will be organised in three main strands. We encourage papers that address one of the strands, or proposals that cross the theme boundaries. They should also explore what influence gender has on the shape of towns themselves, as a force for change. We welcome local studies as well as more comparative approaches and encourage historiographical, theoretical and empirical considerations. »

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications, en anglais et en français: International Conference on “Women’s Histories: the Local and the Global,”

International Conference on “Women’s Histories: the Local and the Global,”

Appel à communications, en anglais et en français:

International Conference on “Women’s Histories: the Local and the Global,” organisé par The International Federation for Research in Women’s History (IFRWH) and the Women’s History Network, UK

http://www.ifrwh2013conf.org.uk/submit-paper

International Federation for Research in Women’s History and Women’s History Network, UK: call for papers for International Conference on ‘Women’s Histories: the Local and the Global’ to be held 29th August to 1st September 2013 at Sheffield Hallam University, Sheffield, UK.

This international conference will explore the history of women worldwide, from archaic to contemporary periods. Engaging with the recent global and transnational turns in historical scholarship, it will examine the ways in which histories of women can draw on and reshape these approaches to understanding the past. It will focus on developing gendered histories of globalisation that explore the complex interplay between the local and the global, and on exploring the relationship between nation-based traditions of womens history writing and transnational approaches which examine connections and comparisons between womens lives in different localities. Key questions to be addressed are:

How can women’s histories reshape our understanding of the relationship between the local and the global?

What implications does a transnational framework of analysis have for nation-based traditions of writing women’s history?

Keynote speakers will include: Mrinalini Sinha, Alice Freeman Palmer Professor of History, University of Michigan; Catherine Hall, Professor of Modern British Social and Cultural History, University College London.

Strand themes:

You are invited to submit proposals for individual papers or panels (3 papers plus commentator) relating to the following strands:

1. The impact of global change on women’s lives in specific localities.

2. Relations between women in the context of global inequalities of power.

3. Women’s local responses and resistances to imperialism and globalisation.

4. Women, migrations, diasporas.

5. Empires at home: women in imperial metropoles.

6. Women as local producers, traders and consumers in a globalising economy.

7. Women’s life histories and personal relationships across geo-political divides.

8. Women’s involvement in transnational networks.

9. National women’s histories in comparative perspective.

10. Teaching women’s history in a globalising world.

11. The place of the global in local, community and public histories of women.

Conference languages: English and French

http://www.ifrwh2013conf.org.uk/submit-paper

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Sortie du dernier numéro de Gender & History

Sortie du dernier numéro de Gender & History

The 2012 Spring issue of Gender & History is now available online. The contents include:

Volume 24, Issue 1

ARTICLES:

The Boundaries of Women’s Power: Gender and the Discourse of Political Friendship in Twelfth-Century England (pages 1–17) by Rebecca Slitt

 

Friendly Relations: Situating Friendships Between Men and Women in the Early American Republic, 1780–1830 (pages 18–34) by Cassandra A. Good

 

Proving One’s Manliness: Masculine Self-perceptions of Austrian Deserters in the Second World War (pages 35–55) by Maria Fritsche

 

Regulating Body Boundaries and Health during the Second World War: Nationalist Discourse, Media Representations and the Experiences of Canadian Women War Workers (pages 56–73) by Helen E. Smith and Pamela Wakewich

 

‘The World is Our Campus’: Michigan State University and Cold-War Home Economics in US-occupied Okinawa, 1945–1972 (pages 74–92) by Mire Koikari

 

An Army of Educators: Gender, Revolution and the Cuban Literacy Campaign of 1961 (pages 93–111) by Rebecca Herman

 

Male Saints and Devotional Masculinity in Late Medieval England (pages 112–133) by Katherine J. Lewis

 

Describing the Female Sculptor in Early Modern Italy: An Analysis of the vita of Properzia de’ Rossi in Giorgio Vasari’s Lives (pages 134–149) by Sally Quin

 

The Courtesan Tale: Female Musicians and Dancers in Mughal Historical Chronicles, c.1556–1748 (pages 150–171)by Katherine Butler Schofield

 

Muscles, Nerves, and Sex: The Contradictions of the Medical Approach to Female Bodies in Movement in France, 1847–1914 (pages 172–186)by Grégory Quin and Anaïs Bohuon

 

Unattached and Unhinged: The Spinster and the Psychiatrist in Liberal Italy, 1860–1922 (pages 187–204) by Linda Reeder

 

Coming of Age: Law, Sex and Childhood in Late Colonial India (pages 205–230) by Ishita Pande

 

BOOK REVIEWS:

Intersections of Gender, Religion and Ethnicity in the Middle Ages edited by Cordelia Beattie and Kirsten A. Fenton (pages 231–232)

 

Gender and Scientific Discourse in Early Modern Culture edited by Kathleen P. Long (pages 232–234)

 

Gender and Justice: Violence, Intimacy, and Community in Fin-de-Siècle Paris by Eliza Earle Ferguson (pages 234–235)

 

Rousseau’s Daughters: Domesticity, Education, and Autonomy in Modern France by Jennifer L. Popiel (pages 235–236)

 

Mates and Lovers: A Gay History of New Zealand by Chris Brickell (pages 236–238)

Working Out Egypt: Effendi Masculinity and Subject Formation in Colonial Modernity, 1870–1940 by Wilson Chacko Jacob (pages 238–240)

 

Conceiving Citizens: Women and the Politics of Motherhood in Iran by Firoozeh Kashani-Sabet (pages 240–241)

 

Managing the Body: Beauty, Health, and Fitness in Britain, 1880–1939 by Ina Zweiniger-Bargielowska  Beauty Imagined: A History of the Global Beauty Industry by Geoffrey Jones (pages 241–244)

 

BIOGRAPHIES (pages 245–246)

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Sortie du manuel Sociologies du genre d’Isabelle Clair

Isabelle Clair, Sociologies du genre, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2012, 125 p.

Après la récente coordination du dernier numéro de la revue Genre, sexualité & société, une nouvelle contribution stimulante d’Isabelle Clair, sociologue chargée de recherche au sein de l’équipe « Genre, Travail Mobilités » du laboratoire Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA).

PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR

Traduit de l’anglo-américain, le concept de genre s’est progressivement imposé en France au cours des quinze dernières années. Il recouvre désormais un corpus incluant d’autres concepts qui l’ont précédé, tels que « rapports sociaux de sexe » ou « domination masculine ». L’objectif de ce manuel est de mieux cerner la polysémie du genre et d’introduire aux recherches prolifiques qui sont rassemblées sous sa bannière.

Tous les travaux de la sociologie du genre ont en commun une problématique : la construction sociale de la différence hiérarchisée des sexes et/ou des sexualités ; une histoire, commencée dans les années 1970, ancrée dans une critique féministe de la sociologie de l’époque qui voyait dans la classe sociale le seul clivage pertinent pour analyser les relations sociales ; une ambition : faire la preuve, enquête après enquête, de la transversalité des rapports de sexe et de sexualité dans le monde social, et convaincre de la nécessité de leur prise en compte dans l’élaboration de n’importe quel objet sociologique.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La Bibliographie du genre de la contestation ouvrière est en ligne!

A consulter dans notre rubrique Bibliographie pour redécouvrir ou approfondir les enjeux épistémologiques et historiographiques abordés au cours de la séance!

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séance du 6 avril 2012 – « Le genre de la contestation ouvrière »

Attention, la séance dure 3 heures car nous recevons deux intervenants!

Suggestions de lecture en rapport avec la séance:

François Jarrige, « Le mauvais genre de la machine », RHMC, 2007

Xavier Vigna, Histoires des ouvriers en France au XXe siècle, 2012

April 6 Session- “Gender and worker contestations”

Attention, the seminar will last 3 hours because we will welcome two speakers!

From 16h to 19h, Friday April 6, François Jarrige will present on “The Gender of worker contestations in the printing shop of the 19th century” and Xavier Vigna will present on “The Gender of the strikes in the year 1968.”

Le Féminisme change-t-il nos vies ?

Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ?, Paris, Textuel, 2011

« Plus qu’un bilan, il s’agit de proposer une lecture vivante des prises de position féministes contemporaines et des questions dont elles s’emparent. Déclinée au présent, notre réflexion vise ce qui a eu lieu, ce qui est en cours et ce qui s’ouvre » (p. 10), ainsi s’ouvre cette petite encyclopédie critique, véritable boîte à outils pour penser avec l’épistémologie féministe.

L’ouvrage collectif dirigé par Delphine Gardey, historienne et sociologue, entreprend ainsi de dresser une synthèse vive des théories féministes et de leurs questionnements pour penser les rapports historiques, politiques et sociaux entre les sexes. Politique, travail, sexualité, individualisme, (post)colonialisme constituent autant de domaines investis et transformés par le féminisme.

La conclusion de l’ouvrage rappelle que pour penser le féminisme, race, genre, classe et sexualité doivent être articulés. « En contexte (post)féministe, la perte du sujet unifié (de l’action individuelle et collective) et de l’idéal de totalité est perçue comme un bienfait et le ressort pour de nouvelles connexions, de nouvelles opportunités » (p. 121). L’intersectionnalité permet alors de penser à partir de la multiplicité des expériences des femmes pour valoriser un pluralisme nécessaire à l’espace de réflexion du féminisme, mais également à son cadre d’action critique et politique.

Clyde Plumauzille

Sommaire

Le féminisme change-t-il nos vies ?
Delphine Gardey (historienne et sociologue)

Le féminisme a-t-il transformé la politique ? 
Isabelle Giraud (politiste)

Le féminisme a-t-il déplacé les frontières du travail ?
Rachel Vuagniaux (sociologue)

Le féminisme a-t-il redéfini les sexualités ?
Lorena Parini (politiste)

Un féminisme « décolonial » est-il possible ?
Lulia Hasdeu (anthropologue)

Le féminisme est-il soluble dans l’individu ? 
Laurence Bachmann (sociologue)

Le féminisme émancipera-t-il les hommes ? 
Christian Schiess (sociologue)

Définir les vies possibles, penser le monde commun 
Delphine Gardey

 

Compte-rendus en ligne:

http://lectures.revues.org/7791

http://gss.revues.org/index1995.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism

Butler, Judith and Elizabeth Weed, eds. The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism. Bloomington: Indiana University Press, 2011.

 

Twenty-five years after Joan Scott published her groundbreaking article, “Gender: A Useful Category of Historical Analysis,” scholars from multiple disciplines reflect on the ways in which Scott’s bold questions have informed their work. The essays in this volume cut across vectors of race, class, sexuality, religion, colonialism, and citizenship while treading the globe from India to France to ground diverse case studies. By contextualizing Scott’s questions within their own research, thirteen scholars from history, literature, and philosophy illustrate the dynamic uses of gender. They conclude that gender’s analytical uses are as myriad and complex as the hierarchies of power that it intersects. This thought-provoking volume confirms the continuous critical and creative potential of gender as a “question” of analysis.

Katie Jarvis

Introduction, Judith Butler and Elizabeth Weed

Part I: Reading Joan Wallach Scott

1. Speaking Up, Talking Back: Joan Scott’s Critical Feminism | Judith Butler

Part II: The Case of History

2. Language, Experience, and Identity: Joan W. Scott and the Theoretical Challenge to Historical Studies | Miguel A. Cabrera

3. Out of Their Orbit: Celebrities and Eccentrics in Nineteenth-Century France | Mary Louise Roberts

4. Historically Speaking: Gender and Citizenship in Colonial India | Mrinalini Sinha

5. Gender and the Figure of the ‘Moderate Muslim’: Feminism in the Twenty-first Century | Elora Shehabuddin

6. A Double-Edged Sword: Sexual Democracy, Gender Norms, and Racialized Rhetoric  | Éric Fassin

Part III: Seeing the Question

7. Seeing beyond the Norm: Interpreting Gender in the Visual Arts | Mary D. Sheriff

8. Unlikely Couplings: The Gendering of Print Technology in the French Fin-de-Siècle | Janis Bergman-Carton

9. Screening the Avant-Garde Face | Mary Ann Doane

Part IV: Body and Sexuality in Question

10. The Sexual Schema: Transposition and Transgenderism in Phenomenology of Perception | Gayle Salamon

11. Foucault and Feminism’s Prodigal Children | Lynne Huffer

12. From the ‘Useful’ to the ‘Impossible’ in Joan W. Scott | Elizabeth Weed

Thinking in Time: An Epilogue on Ethics and Politics | Wendy Brown

 

 

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Séance du 2 mars 2012 — « Genre, âge et vieillissement, quelques perspectives de recherche ? »

Dans le cadre du séminaire Genre et Classes populaires, le 2 mars, Juliette Rennes  (maîtresse de conférences à l’EHESS, membre du GSPM) présente:  Genre, âge et vieillissement, quelques perspective de recherche? La séance à lieu de 16 à 18h, Université Paris 1, 17 rue de la Sorbonne, Salle Picard, 3e étage, escalier C.

Intervention de Juliette Rennes (télécharger à l’aide du clic droit)

In the framework of the seminar Gender and the Popular Classes, on March 2, Juliette Rennes (professor at l’EHESS, member of GSPM) presents: Gender, age and aging, some research perspectives? The session will take place from 16h to 18h, Université Paris 1, 17 rue de la Sorbonne, Salle Picard, 3e étage, escalier C.

Séance du vendredi 3 février — « L’écriture et la consommation: des modes d’action féminins à la Belle Epoque »

Bonne année à tous. La quatrième séance du séminaire Genre et Classes Populaires aura lieu vendredi 3 février de 16h à 18h à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne en salle Picard (3e étage escalier C).

Sandrine Roll (docteure en Histoire, professeure d’Histoire-Géographie) traitera du sujet suivant:  “L’écriture et la consommation: des modes d’action féminins à la Belle Epoque.”

La bibliographie Consommation, genre et classes populaires est en ligne, n’hésitez pas à la consulter!

Happy new year to everyone. The fourth session of the seminar Genre et Classes Populaires will take place Friday, February 3 from 16h to 18h at the Université Paris I Panthéon-Sorbonne in the Picard room (3rd floor, stairway C).

Sandrine Roll (PhD in History, Professor of History-Geography) will present the following subject: “Writing and consumption: the modes of feminine action during the Belle Époque.”

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Genre et migrations – La bibliographie de la 2e séance du séminaire est en ligne!

A consulter dans la rubrique Bibliographie de notre site, la bibliographie de la 2e séance du séminaire est désormais en ligne.

L’intervention de Muriel Cohen (doctorante en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avait abordé la question suivante : “Peut-on étudier la famille sans utiliser le prisme du genre ? Le cas des familles algériennes arrivées en France entre 1945 et 1985.”

L’enregistrement audio sera mis en ligne prochainement.

Available under the « Bibliographie » tab of our site: the bibliography of our 2nd seminar session is now online.

The presentation of Muriel Cohen (doctoral student in history at the Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) had examined the following question: “Can one study the family without using the prism of gender? The case of Algerian families who arrived in France between 1945 and 1985.”

The audio recording will be uploaded next.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La bibliographie générale du séminaire est en ligne!

A consulter dans la rubrique Bibliographie de notre site, la bibliographie générale abordée au cours de la 1ère séance introductive du séminaire est désormais en ligne.

 

Available under the « Bibliographie » tab of our site: the general bibliography discussed during the first introductory session of the seminar is now online.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Genre et Classes Populaires

Ce carnet de recherche s’inscrit dans le prolongement d’un groupe de travail doctoral consacré à l’articulation genre et classes populaires. Il s’agit pour nous d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent » (Christina Hamel et Johanna Siméant, « Genre et classes populaires, » Genèses, n°64 2006/3).

De cette problématique de travail est né le séminaire « Genre et Classes populaires », inauguré à la Sorbonne en novembre 2011. A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce dernier se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi a étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première,Genre/Classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité… Les intervenant-e-s confronteront leurs terrains et leurs archives à ces interrogations, à travers des exemples précis, tels que les pratiques de consommation, les stratégies des migrant-e-s, l’engagement religieux ou encore les luttes au travail.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website