Archives par mot-clé : féminisme

Nous, féministes

« Nous citoyennes et indigènes, immigrées et autochtones, bourgeoises et prolétaires, travailleuses et chômeuses, nationales et naturalisées, européennes et étrangères, militantes et universitaires : filles, mères, ménopausées, avortées ou hormonées, Noires, blanches, tsiganes, arabes, musulmanes, juives ou chrétiennes, croyantes, mécréantes, voilées, dévoilées, revoilées, sexy, grosses, anorexiques, valides ou non, straight, trans, gouines, queer, morales, immorales, amorales, victimes, putes, épargnées ou enragées, …« 

Un nouveau texte de la philosophe Elsa Dorlin à découvrir  sur mediapart « traquant le racisme, le sexisme et l’homophobie » : http://blogs.mediapart.fr/blog/elsa-dorlin/020512/nous-feministes-0

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Le Féminisme change-t-il nos vies ?

Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ?, Paris, Textuel, 2011

« Plus qu’un bilan, il s’agit de proposer une lecture vivante des prises de position féministes contemporaines et des questions dont elles s’emparent. Déclinée au présent, notre réflexion vise ce qui a eu lieu, ce qui est en cours et ce qui s’ouvre » (p. 10), ainsi s’ouvre cette petite encyclopédie critique, véritable boîte à outils pour penser avec l’épistémologie féministe.

L’ouvrage collectif dirigé par Delphine Gardey, historienne et sociologue, entreprend ainsi de dresser une synthèse vive des théories féministes et de leurs questionnements pour penser les rapports historiques, politiques et sociaux entre les sexes. Politique, travail, sexualité, individualisme, (post)colonialisme constituent autant de domaines investis et transformés par le féminisme.

La conclusion de l’ouvrage rappelle que pour penser le féminisme, race, genre, classe et sexualité doivent être articulés. « En contexte (post)féministe, la perte du sujet unifié (de l’action individuelle et collective) et de l’idéal de totalité est perçue comme un bienfait et le ressort pour de nouvelles connexions, de nouvelles opportunités » (p. 121). L’intersectionnalité permet alors de penser à partir de la multiplicité des expériences des femmes pour valoriser un pluralisme nécessaire à l’espace de réflexion du féminisme, mais également à son cadre d’action critique et politique.

Clyde Plumauzille

Sommaire

Le féminisme change-t-il nos vies ?
Delphine Gardey (historienne et sociologue)

Le féminisme a-t-il transformé la politique ? 
Isabelle Giraud (politiste)

Le féminisme a-t-il déplacé les frontières du travail ?
Rachel Vuagniaux (sociologue)

Le féminisme a-t-il redéfini les sexualités ?
Lorena Parini (politiste)

Un féminisme « décolonial » est-il possible ?
Lulia Hasdeu (anthropologue)

Le féminisme est-il soluble dans l’individu ? 
Laurence Bachmann (sociologue)

Le féminisme émancipera-t-il les hommes ? 
Christian Schiess (sociologue)

Définir les vies possibles, penser le monde commun 
Delphine Gardey

 

Compte-rendus en ligne:

http://lectures.revues.org/7791

http://gss.revues.org/index1995.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séance du vendredi 3 février — « L’écriture et la consommation: des modes d’action féminins à la Belle Epoque »

Bonne année à tous. La quatrième séance du séminaire Genre et Classes Populaires aura lieu vendredi 3 février de 16h à 18h à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne en salle Picard (3e étage escalier C).

Sandrine Roll (docteure en Histoire, professeure d’Histoire-Géographie) traitera du sujet suivant:  “L’écriture et la consommation: des modes d’action féminins à la Belle Epoque.”

La bibliographie Consommation, genre et classes populaires est en ligne, n’hésitez pas à la consulter!

Happy new year to everyone. The fourth session of the seminar Genre et Classes Populaires will take place Friday, February 3 from 16h to 18h at the Université Paris I Panthéon-Sorbonne in the Picard room (3rd floor, stairway C).

Sandrine Roll (PhD in History, Professor of History-Geography) will present the following subject: “Writing and consumption: the modes of feminine action during the Belle Époque.”

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website