Archives par mot-clé : féminisme

Période, nouvelle revue en ligne à découvrir

Présentée sobrement comme une « revue en ligne de théorie marxiste », Période offre depuis mars 2014 un ensemble d’articles varié et de qualité dont une partie provient de communications présentées au colloque Penser l’émancipation s’étant déroulé du 19 au 22 février 2014 à Nanterre (retrouvez le programme en ligne ici). Il s’agit ainsi pour ces derniers de repenser les combats pour l’émancipation sociale « à partir de réflexions critiques sur les dynamiques régressives dominantes ainsi que sur les expériences politiques et formes d’organisation sociale alternatives » (argumentaire du colloque).

Plusieurs articles intéressants nos problématiques sont à noter (mais tous sont à lire!):

« Reproduction et lutte féministe dans la nouvelle division internationale du travail » de Silvia Federici qui, pointant les limites d’une approche exclusivement fondée sur les droits des femmes ou la prévention des violences sexistes, invite à remettre au centre de l’attention les effets de la nouvelle division internationale du travail.

« Putes, corps désirants et émancipations » de Morgane Merteuil qui, s’appuyant sur une communication de Joan Scott au colloque Penser l’émancipation, examine la façon dont le « désir » réel ou supposé des prostituées est devenu une arme aux mains des franges répressives.

« La « vie quotidienne » : une analyse féministe » de Simona de Simoni, issu d’une intervention au colloque Penser l’émancipation, et dont l’objectif est de mobiliser la catégorie de « vie quotidienne » dans une perspective féministe.

 

Pour information, d’autres contributions issues du colloque Penser l’émancipation sont consultables sur la revue en ligne Contretemps: http://www.contretemps.eu/lectures/%C3%A0-lire-extrait-penser-l%C3%A9mancipation-collectif

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution : Sirma Bilge, repolitiser l’intersectionnalité

Dans un article récent intitulé « Intersectionality Undone; Saving Intersectionality from Feminist Intersectionality Studies », Sirma Bilge, professeure de sociologie à l’université de Montréal se livre à une critique profonde et argumentée de la dépolitisation du concept d’intersectionnalité dans son utilisation universitaire et particulièrement dans le champs des études féministes. Elle commence par rappeler les origines de ce concept en insistant sur le fait que pour Kimberlé Krenshaw, l’intersectionnalité est profondément ancrée dans l’action et dans l’expérience de la domination, plus que dans l’abstraction théorique. Elle pointe ensuite la centralité de la question raciale dans cette notion. Sirma Bilge détaille ensuite les deux voies de la dépolitisation actuelle : d’une part, sa redéfinition dans une perspective néo-libérale comme une simple variante de la diversité, d’autre part le « blanchissement » de la notion (« the whitening of intersectionnality »). Cette seconde critique vise particulièrement les féministes européennes et leur tendance à expulser la race des débats autour de l’intersectionnalité que ce soit en inventant de nouvelles généalogies qui oblitèrent le rôle des féministes noires, ou en appelant à une plus grande théorisation ce qui relègue les individu-e-s subissant la domination et la décrivant au rôle d’exemples. Un passage au crible de cette notion et de ses dérives virulent et à coup sûr salutaire pour que l’intersectionnalité garde son potentiel critique et ne devienne pas un outil commode aux mains des dominant-e-s.

Résumé

This article identifies a set of power relations within contemporary feminist academic debates on intersectionality that work to “depoliticizing intersectionality,” neutralizing the critical potential of intersectionality for social justice-oriented change. At a time when intersectionality has received unprecedented international acclaim within feminist academic circles, a specifically disciplinary academic feminism in tune with the neoliberal knowledge economy engages in argumentative practices that reframe and undermine it. This article analyzes several specific trends in debate that neutralize the political potential of intersectionality, such as confining intersectionality to an academic exercise of metatheoretical contemplation, as well as “whitening intersectionality” through claims that intersectionality is “the brainchild of feminism ” and requires a reformulated “broader genealogy of intersectionality .”

Une question à : Anna Frisone, doctorante à l’Institut Universitaire Européen de Florence

  1. Labour Feminism in the 1970s

Giving voice to working women: an oral history

(Le féminisme syndicaliste dans les années 1970

Rendre la parole aux travailleuses : une histoire orale)

 GCP : Comment se nouent les questions de genre et de classe dans le féminisme syndicaliste/ouvrier des années 1970 ? Et par quelle méthodologie peut-on en rendre compte ?

Anna Frisone : (traduction à la suite)

My PhD project aims at providing an understanding of the so-called ‘labour feminism’, which stands for a moderate paradigm within the complex scenery of the second-wave women’s movement. My investigation, within a comparative framework, will take into consideration the development of labour feminism both in Italy and in France in the 1970s. The paper I presented in London at the X Annual Conference organized by “Historical Materialism” mainly focused on the case study of Genoa. First of all I found useful to briefly describe the context where Italian labour feminism took shape. Secondly, I introduced a reflection about the production and analysis of oral sources. Finally I concentrated on the case of Genoa.

The 1970s saw Italian trade unions assert themselves as significant political actors. Since the previous decade and even before the well-known ‘hot autumn’ of 1969, Italian trade unions had been going through a phase of major reforms which expanded the borders of internal democracy. This increasing openness of unions, together with the development of the international second-wave feminist movement, led women within Italian trade unions to start permeating traditional union politics with a new feminist approach. The encounter between feminist activism and trade union politics has to be understood in terms of gender relations: the feminist claims made by women within the trade unions aimed at changing not only their working conditions, but the overall gender relations outside as well as inside the workplace. Around 1975 female trade unionists built up new inter-professional and united structures, the Coordinamenti Donne.

My historiographical analysis concerns not only the histoire événementielle of labour feminism, but in particular the female subjectivity as political actor. Therefore I am working with various written sources, but in particular I am conducting interviews with the protagonists of this period.Within the research on labour feminism, enhancing the narrator’s subjectivity creates an ideal continuity (methodological and conceptual) with the research topic: the fact that women – a collective subject often relegated to historical and historiographical silence – began to speak out about themselves is, at the same time, a fundamental topos in the feminist movement’s representation and a deeply concrete need. For example when I interviewed Luisa, an employee in a Genoese factory, she explained: « Being only women was necessary because we needed to talk and to talk freely. The women in the factory did not speak ».

Genoa saw during the 1970s an increasing participation into trade union militancy of the female component of its work force. As Nina, one of my inteviewee noted: « We started to think of the fact that the only way to change an institution like the union – because it was the union that had to include our claims, not the master – we had to enter the union ». In particular, I would like to examine the use that working women made of an important union achievement: the ‘150-hour courses for educational right’. From the renewal of collective contracts in 1973, workers organizations obtained a number of paid hours that workers could use for a wide range of educational purposes. The women of the Coordinamenti issued specific courses ‘by women for women’ (which had contents such as: the working hours, sexuality, health in the workplace, the family, etc.). In Genoa, women’s workshops were organized from 1977 to 1983. When the first labour feminist workshop was presented at the faculty of Humanities, the Faculty Council voted against it. The story gained national resonance, as it was picked up by left-wing newspapers such as the Manifesto, and was made public as an emblematic episode  that showed the fierce reluctance on the part of academic culture to give space and thus legitimize the aspirations of the working class. Despite the attention given by the national media to this episode, it is curious that most of the women I interviewed prove to have a somewhat blurry memory of it. Luciana, for example, commented:

I can not remember the story of the Faculty Council. […] But, there were some troubles, right? […] To some extent, we expected things like this and beyond the emotion of the moment, that was probably strong, it was… it was just another, well, “performance of muscles” by our opponents.

In this case, it’s very interesting to note how different is the events’ relevance if we take into consideration the journalistic written sources, or rather the testimony of the women involved. The lefty media considered this episode as a symbol, therefore an abstraction: a valid paradigm to interpret the general tensions that run through the entire Italian society. In contrast, women found that the core experience about their workshops laid not so much in the public space of confrontation with the institutions, but rather in the separate (though fully political) discursive practice they established. Personal memory focuses on the practices that were developed during a long and articulated experience, while the attention of newspapers focuses on specific, iconic and « sensational » events. Here it appears clear what Passerini suggested: « The oral archive and the written archive show discrepancies, contrasts, some similarities. It will be necessary to produce cross-references between them and to propose cross-readings. […] The two memories, the oral and the written one, will shed light on each other, although weaving them could appear very difficult”.[1]

 

Traduction

Mon projet de thèse cherche à comprendre ce que l’on entend par « féminisme syndicaliste» [labour feminism], engagement qui constitue un paradigme modéré dans le paysage complexe de la deuxième vague du mouvement des femmes. Mes recherches s’inscrivent dans une perspective comparatiste et prennent en considération le développement du féminisme au travail à la fois en France et en Italie, dans les années 1970. La communication que j’ai présentée à Londres pour la Xe conférence organisée par la revue Historical Materialism est centrée sur le cas de Gênes. Dans un premier temps, il faut décrire le contexte dans lequel s’inscrit le féminisme au travail italien. Je réfléchirai ensuite sur la production et l’analyse de sources orales. Enfin, je me concentrerai sur le cas génois.

Les années 1970 voient les syndicats italiens s’affirmer comme des acteurs politiques importants. Dans la décennie précédente, et avant même le célèbre « automne chaud » de 1969, les syndicats italiens sont passés par une phase de réformes majeures qui ont étendu les frontières de la démocratie interne. Cette ouverture croissante des syndicats, parallèlement au développement de la seconde vague du féminisme à l’échelle internationale, a conduit les femmes syndiquées à faire pénétrer une nouvelle approche féministe à l’intérieur des politiques syndicales traditionnelles. La rencontre entre le militantisme féministe et les politiques syndicales doit être comprise en termes de rapports de genre : les revendications féministes portées par les femmes à l’intérieur des syndicats n’ont pas seulement pour but de changer leurs conditions de travail, mais bien les rapports de genre dans leur ensemble, à l’intérieur comme à l’extérieur du lieu de travail. Autour de 1975, les militantes syndicales développent de nouvelles structures unifiées et interprofessionnelles, les Coordinamenti Donne.

Mon analyse historiographique ne porte pas uniquement sur l’histoire évènementielle du féminisme syndicaliste, mais aussi et plus particulièrement sur la subjectivité féminine comme acteur politique. Je travaille avec des sources écrites variées, mais je réalise surtout des entretiens avec les protagonistes de la période. Dans une recherche sur le féminisme syndicaliste, mettre l’accent sur la subjectivité du narrateur crée une continuité idéale (méthodologique et conceptuelle) avec le sujet de la recherche : le fait que les femmes – sujet collectif souvent assigné au silence historique et historiographique – commencent à se raconter est, dans le même temps un topos fondamental des représentations du mouvement féministe et un besoin profondément concret.

Durant les années 1970, Gênes a connu une participation croissante des femmes qui travaillaient au militantisme syndical. Comme le notait Nina, une de mes enquêtées : « nous avons commencé à penser que la seule manière de changer une institution comme le syndicat – parce que c’était le syndicat qui devait porter nos revendications, pas le patron – c’était d’y entrer ». Je souhaiterais en particulier analyser l’utilisation que les travailleuses ont pu faire d’une conquête syndicale importante : les 150 heures de cours intitulées « droit à la formation ». A partir du renouvellement des conventions collectives en 1973, les organisations de travailleurs ont obtenu un nombre d’heures rémunérées que les travailleurs pouvaient utiliser pour un large éventail d’activités à finalité éducative. Les femmes de la Coordinamenti ont produit des cours spécifiques « par les femmes pour les femmes» (qui abordaient des thèmes comme les heures de travail, la sexualité, la santé au travail, la famille, etc.). À Gênes, des ateliers de recherche furent organisés de 1977 à 1983. Lorsque le premier de ces ateliers féministes syndicalistes fut présenté à la faculté des sciences humaines, le conseil de la faculté vota contre. L’histoire, reprise et rendue publique par les journaux de gauche tels que le Manifesto comme le symbole de la résistance de la culture universitaire à l’intégration et donc à la légitimation des aspirations de la classe ouvrière, eut des répercussions à l’échelle nationale. Pourtant, malgré l’attention portée par les médias nationaux à cet épisode, il est surprenant que les femmes que j’ai interrogées en gardent un souvenir plutôt confus. Luciana par exemple, commente ainsi l’événement :

Je n’arrive pas à me souvenir de l’histoire du conseil de la faculté […] Mais il y avait eu des problèmes c’est ça ? […] Jusqu’à un certain point, nous nous attendions à des choses de la sorte et passé l’émotion du moment, qui était probablement forte, c’était… c’était juste une autre de ces, eh bien, de ces « performances de gros bras »  de nos adversaires.

Dans ce cas, il est très intéressant de noter à quel point la pertinence de cet événement varie dès lors que l’on prend en compte les sources imprimées journalistiques, ou au contraire le témoignage des femmes concernées. Les médias de gauche ont considéré cet épisode comme un symbole et donc comme une abstraction : un paradigme permettant d’interpréter les tensions plus générales traversant l’ensemble de la société italienne. Pour les femmes en revanche, le point de cristallisation de leurs ateliers réside moins dans l’espace public des confrontations avec les institutions que dans les pratiques discursives distinctes (bien que totalement politiques) qu’ils établirent. Les souvenirs personnels se concentrent ainsi sur les pratiques qui furent développées au cours d’une expérience longue et articulée, tandis que l’attention de journaux porte en priorité sur des évènements particuliers, iconiques et « sensationnels ». Ce que Passerini a suggéré apparaît donc ici clairement : « les archives orales et les archives écrites sont marquées par des contradictions, des contrastes, et quelques ressemblances. Il sera nécessaire d’établir des références croisées entre elles et d’en proposer des analyses croisées. […] Les deux mémoires, l’orale et écrite,s’éclaireront ainsi mutuellement, bien que leur entrelacement puisse paraître très difficile » [1].

 Présentation de l’auteur

Anna Frisone discussed her M. A. thesis at the University of Bologna on July 2011. She is currently attending the PhD programme at the European University Institute, Department of History and Civilization. Her research interests are: oral history, gender history, second-wave feminism, labour history, political thought. Her PhD project deals with the development of labour feminism in the 1970s in Italy and in France (comparative and transnational approach, oral history methodology). »

Anna Frisone a soutenu son master en juillet 2011 à l’Université de Bologne. Elle est actuellement inscrite en doctorat à l’Institut Universitaire Européen, dans le département Histoire et Civilisation. Ses recherches portent sur l’histoire orale, l’histoire du genre, la deuxième vague du féminisme, l’histoire du travail et la pensée politique. Son projet de thèse est consacré au « développement du féminisme syndicaliste en France et en Italie dans les années 1970 (approche comparative et transnationale, méthodologie d’histoire orale) ».

 

 


[1]           Luisa Passerini, Per una memoria storica delle donne: proposte di metodologia e di interpretazione, in Centro di documentazione delle donne – Bologna (a cura di), Il movimento delle donne in Emilia Romagna. Alcune vicende tra storia e memoria (1970-1980), Edizioni Analisi, Bologna, 1990, pp. 29-30.

 

Lecture: Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler

Le jeudi 20 février 2014, l’Institut du Genre et le Columbia Global Center de Reid Hall organisent une rencontre-débat de 18h30 à 20h30  autour de l’ouvrage Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler de Frédéric Regard (dir.), professeur de littérature anglaise (Université Paris-Sorbonne, Paris 4) avec la participation de Michel Prum, professeur de civilisation britannique (Université Paris 7) et d’Anne-E. Berger, professeure de littérature française et d’études de genre (Université Paris 8).

Introduction à la vie et à l’oeuvre de l’Anglaise Josephine Butler (1828-1906), qui « précipita une révolution du regard porté sur la prostitution à l’époque victorienne » (4e de couverture), cet ouvrage coordonné sous la direction de Frédéric Regard revient sur une figure complexe de l’abolitionnisme et paradoxalement méconnue de l’historiographie de la prostitution. Quatre parties divisent ce recueil,  allant de la biographie de cette femme issue de la grande bourgeoisie progressiste à l’édition d’un nombre important de ses textes en passant par un essai critique sur son engagement abolitionniste et son rapport au féminisme de l’ère victorienne.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage, Lilian Mathieu évoque à son propos la notion d' »entrepreneur de moral » d’Howard Becker:

« Elle aussi s’est montrée « fervent[e] et vertueu[se], souvent même imbu[e] de sa vertu », « inspiré[e] d’une éthique intransigeante » après avoir découvert une réalité qui lui a paru « mauvais[e] sans réserve ni nuances » et « tous les moyens lui [ont] sembl[é] justifiés pour l’éliminer ». Elle aussi a consacré sa vie à « une croisade pour la réforme des mœurs » parce qu’elle estimait qu’il subsistait dans la société anglaise de son époque une « forme de mal qui [la] choqu[ait] profondément » et que « le monde ne [pouvait] être en ordre tant que des normes n’aur[aient] pas été instaurées pour l’amender ». Ce mal, ce fut la réglementation de la prostitution, progressivement instaurée en Angleterre à partir de 1864, et pour l’abolition de laquelle elle se fit une propagandiste exaltée, n’hésitant pas à braver les restrictions imposées par la morale victorienne à l’expression politique des femmes. »

L’ouvrage permet ainsi d’interroger les ambiguïtés et les ambivalences du féminisme victorien aux origines du courant abolitionniste, et ce, « spécialement dans son abord des questions sexuelles et des rapports de classe, ainsi que dans son inspiration (imprégnation, vaudrait-il mieux dire, dans le cas de J. Butler) religieuse » souligne Lilian Mathieu.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Top of the lake, mini-série de Jane Campion sur Arte

top_of_the_lake_

La mini-série « Top of the lake » réalisée par Jane Campion (Un ange à ma table, La leçon de piano…) est diffusée sur Arte du 7 au 14 novembre, visible en rediffusion et en VOstfr sur le site d’Arte.

Six épisodes dans le huis clos de Laketop, Nouvelle Zélande. Tui, une adolescente de 12 ans disparaît, elle est enceinte de 5 mois. Robin, une jeune détective originaire de Laketop enquête et fait face à son passé.

La domination masculine est au cœur du propos. Du père de Tui, mâle par excellence, à la communauté de femmes venues chercher un soutien dans la vie non-mixte et exclue du monde, en passant par cette jeune détective déterminée à affronter les réactions sexistes de ses collègues, un large spectre est tendu. Évitant les caricatures, préférant la nuance des situations individuelles, l’autodérision et la force des images, Jane Campion nous parle de la violence, de ses mécanismes les plus insidieux, mais aussi du féminisme, des différentes manières d’être homme et femme, et finalement des postures de résistance possibles.

Parution : Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale

Un livre récent de philosophie politique qui permet de penser une des questions centrales dans notre séminaire : celle de la dialectique domination/émancipation. Noter deux contributions en rapport direct avec nos thématiques :

Quelles capacités politiques des classes populaires? Démobilisation, délégation, auto-organisation, par Christian Laval

La violence comme praxis libératrice : de Frantz Fanon à l’autodéfense, Entretien avec Elsa Dorlin

Présentation de l’ouvrage

Ouvrage collectif Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale, sous la direction de Alexis Cukier, Fabien Delmotte et Cécile Lavergne, qui réunit les contributions de Hourya Bentouhami, Luc Boltanski, Alexis Cukier, Fabien Delmotte, Elsa Dorlin, Stéphane Haber, Razmig Keucheyan, Christian Laval, Cécile Lavergne, Irène Pereira, Jacques Rancière, Olivier Voirol. 


Pour penser et agir dans la société contemporaine, en vue de l’émancipation de toutes et tous, il faut comprendre les processus de domination, mais aussi connaître les nouvelles stratégies, les références et les cultures de la critique sociale.Quelles formes d’émancipation les théories critiques, féministes, marxistes, anarchistes, du post-colonialisme et de la démocratie radicale, défendent-elles ? Quels rapports entretiennent-elles avec les discours militants et politiques ? Quels sont les sujets, les méthodes, les problèmes et les objectifs de la critique sociale aujourd’hui ?Cet ouvrage collectif répond à ces questions, à travers analyses et prises de position de chercheur-e-s de courants théoriques et politiques différents. Ils abordent certains des domaines majeurs où les pratiques d’émancipation se réinventent : le travail, les identités, les cultures, le corps, l’engagement dans le rapport à la violence… les transformations récentes du capitalisme et de la question sociale, les nouvelles formes de mobilisation collective.

Par leur dialogue et leur confrontation, ces contributions proposent une cartographie des métamorphoses en cours de la critique sociale, des outils théoriques d’analyse des sociétés contemporaines et des pistes vers de nouvelles luttes politiques pour l’émancipation sociale.

Présentation, le sommaire et toutes les informations concernant cet ouvrage sur Le Carnet du Sophiapol.


L’ouvrage est en vente en librairie et sur le site de l’éditeur.

 

 

ART: Sirma Bilge « Feminism After Bourdieu »

Recension de Sirma Bilge de l’ouvrage Feminism After Bourdieu de Lisa Adkins et Bev Skeggs (eds.)

Ou comment mobiliser aujourd’hui la boîte à outils bourdieusienne dans les études féministes

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Table ronde avec Nancy Fraser, « Le Féminisme en mouvements », 18 février

« Le Féminisme en mouvements »
Table ronde autour du livre Le Féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale (La Découverte) soutenu par l’Institut du Genre


   Lundi 18 février, à 18h30
Fondation Calouste Gulbenkian | 39, bd de la Tour-Maubourg | Paris 7e
En présence de l’auteur, Nancy Fraser (New School for Social Research in New York/Collège d’études mondiales), Clémentine Autain, Sandra Laugier (université Paris 1), Anne Berger (université Paris 8), Elsa Dorlin (université Paris 8), Yves Sintomer (Université Paris 8) et Estelle Ferrarese (traductrice du livre).
Présentation :
   Autour de l’ouvrage de Nancy Fraser, Le Féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, octobre 2012.
Vue d’aujourd’hui, l’histoire du féminisme américain depuis les années 1960 apparaît comme un drame en trois actes. Dans un premier temps, le mouvement de libération des femmes naît comme une force insurrectionnelle visant à faire voler en éclats une politique technicisée et un imaginaire social-démocrate qui avait occulté l’injustice de genre. Ensuite, alors que les énergies utopiques commencent à s’épuiser, le féminisme est aspiré par la politique de l’identité. Ses élans transformateurs se trouvent canalisés vers un nouvel imaginaire politique qui place « la différence » au premier plan. Passant de la redistribution à la reconnaissance, le mouvement déplace son attention vers la politique culturelle au moment où un néolibéralisme naissant déclare la guerre à l’égalité sociale.
Enfin, depuis que le néolibéralisme est entré en crise, les conditions semblent réunies pour voir un féminisme revigoré rejoindre d’autres forces d’émancipation cherchant à assujettir des marchés déchaînés à un contrôle démocratique. Ainsi, le mouvement pourrait récupérer son esprit insurrectionnel tout en approfondissant les idées qui le caractérisent : sa critique structurelle de l’androcentrisme inhérent au capitalisme, son analyse systémique de la domination masculine et ses propositions d’amendements, informées par le genre, de la démocratie et de la justice.
Écrits entre 1984 et 2010, les articles qui composent ce livre donnent à lire la trajectoire théorique et politique d’une théoricienne féministe majeure de notre temps.
 Contact :
delavergne@msh-paris.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« La lutte des classes est en moi », sortie d' »Ecrire la vie » d’Annie Ernaux

Annie Ernaux, auteur féministe et marxiste, conciliant et articulant dans son écriture problématiques de genre et problématiques de classe autour de la difficulté de « sortir de son milieu ».

A lire ce très bel entretien sur Rue 89 à l’occasion de la parution de son anthologie Ecrire la vie.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie de « Le Féminisme en mouvement », de N. Fraser

Présentation de l’éditeur

Vue d’aujourd’hui, l’histoire du féminisme américain depuis les années 1960 apparaît comme un drame en trois actes. Dans un premier temps, le mouvement de libération des femmes naît comme une force insurrectionnelle visant à faire voler en éclats une politique technicisée et un imaginaire social-démocrate qui avait occulté l’injustice de genre. Ensuite, alors que les énergies utopiques commencent à s’épuiser, le féminisme est aspiré par la politique de l’identité. Ses élans transformateurs se trouvent canalisés vers un nouvel imaginaire politique qui place « la différence » au premier plan. Passant de la redistribution à la reconnaissance, le mouvement déplace son attention vers la politique culturelle au moment où un néolibéralisme naissant déclare la guerre à l’égalité sociale.
Enfin, depuis que le néolibéralisme est entré en crise, les conditions semblent réunies pour voir un féminisme revigoré rejoindre d’autres forces d’émancipation cherchant à assujettir des marchés déchaînés à un contrôle démocratique. Ainsi, le mouvement pourrait récupérer son esprit insurrectionnel tout en approfondissant les idées qui le caractérisent : sa critique structurelle de l’androcentrisme inhérent au capitalisme, son analyse systémique de la domination masculine et ses propositions d’amendements, informées par le genre, de la démocratie et de la justice.
Écrits entre 1984 et 2010, les articles qui composent ce livre donnent à lire la trajectoire théorique et politique d’une théoricienne féministe majeure de notre temps.

Voir le site de l’éditeur

Table des matières

Le féminisme en mouvements, une introduction
I / Le féminisme insurrectionnel. La radicalisation de la critique à l’ère de la social-démocratie
1. Qu’y a-t-il de critique dans la Théorie Critique ? Le cas de Habermas et du genre
Une interrogation féministe du cadre théorique habermassien
Le public et le privé dans le capitalisme classique. Leur implicite en matière de genre
La dynamique du capitalisme de l’État-providence : une critique féministe
Conclusion
2. La lutte pour l’interprétation des besoins. Ébauche d’une Théorie critique féministe et socialiste de la culture politique du capitalisme tardif
3. Une généalogie de la « dépendance ». Enquête sur un concept-clé de l’État-providence américain
Registres de sens
La dépendance préindustrielle
La « dépendance » industrielle. Le travailleur et ses négatifs
L’essor de la « dépendance à l’aide sociale » (1890-1945)
La société postindustrielle et la disparition de la « bonne » dépendance
La dépendance à l’aide sociale comme pathologie postindustrielle
Politiques publiques postindustrielles et politique de la dépendance
Conclusion
4. Après le revenu familial. Exercice de réflexion postindustrielle
L’équité entre les hommes et les femmes. Une conception complexe
Le modèle du « soutien de famille universel »
Vers un modèle de « pourvoyeur universel du care»
II / Le féminisme dompté. Le passage de la redistribution à la reconnaissance à l’âge identitaire
5. Structuralisme ou pragmatique ? Sur la théorie du discours et la politique féministe

Pourquoi les féministes veulent-elles une théorie du discours ?
Le « lacanisme » et les limites du structuralisme
Julia Kristeva, entre structuralisme et pragmatique
Conclusion
6. Pour une politique féministe à l’âge de la reconnaissance. Une approche bidimensionnelle de la justice de genre
Une analyse bidimensionnelle pour une théorie du genre revue et corrigée
Repenser la parité entre les hommes et les femmes : pour une conception bidimensionnelle de la justice
Repenser la reconnaissance : pour une politique féministe non identitaire
Intégrer la redistribution et la reconnaissance dans la politique féministe
Conclusion
7. Hétérosexisme, déni de reconnaissance et capitalisme. Une réponse à Judith Butler
III / Le féminisme renaissant ? La confrontation avec la crise capitaliste à l’ère néolibérale
8. Le cadre de la justice dans un monde globalisé
La spécificité du politique
Trois niveaux de dénis de représentation
De la territorialitéétatique à l’efficacité sociale ?
Un cadrage post-westphalien
La justice méta-politique
Théorie monologique et dialogue démocratique
9. Le féminisme, le capitalisme et la ruse de l’Histoire
Le féminisme et le capitalisme organisé par l’État
L’économisme – L’androcentrisme – L’étatisme – Le modèle westphalien – Contre l’économisme – Contre l’androcentrisme – Contre l’étatisme – Pour et contre le modèle westphalien
Le féminisme et le « nouvel esprit du capitalisme »
La resignification de l’anti-économisme féministe – La resignification de la lutte féministe contre l’androcentrisme – La resignification de l’anti-étatisme féministe – La resignification de l’ambiguïté féministe face au modèle westphalien
Y a-t-il des perspectives d’avenir ?
10. Entre marchandisation et protection sociale
Les ambivalences du féminisme dans la crise du capitalisme
Les concepts clés de Polanyi : marchés désencastrés, protection sociale et double mouvement
L’émancipation : le « tiers » manquant
L’émancipation des protections hiérarchiques
Conceptualiser un triple mouvement
Changer de perspective : l’ambivalence de l’émancipation dans la nouvelle grande transformation
Ambivalences féministes
Conclusion : pour une nouvelle alliance entre émancipation et protection sociale.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Mise à jour de la Bibliographie « Prostitution »

Grisélidis Réal

 En lien avec la dernière séance de notre séminaire, une suggestion actualisée de titres à découvrir ici en histoire, sociologie et anthropologie de la prostitution.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Assises de l’IEC, 10/2012 – « Le genre à quoi ça sert »

Les lundis 15 et 22 octobre, de 14h à 20h

Université Paris Diderot- Paris 7, Amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion 75013 Paris

Avec le soutien de l’Université Paris Diderot.

Affiche Assises IEC 2012 Le mot genre est désormais passé dans le vocabulaire courant de la recherche, de la vie institutionnelle et des politiques publiques. Il s’est même invité dans les programmes des candidat-e-s à l’élection présidentielle française de mai 2012: le nouveau Président de la République avait ainsi inscrit au nombre de ses engagements la lutte «contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou l’identité de genre».
Cependant la notion reste souvent floue pour le grand public, incertaine dans la façon dont elle peut à la fois participer et se distinguer d’autres notions comme le sexe, les discriminations de sexe et de sexualité, le système patriarcal… Elle suscite des interrogations récurrentes que l’Institut Émilie du Châtelet, souvent sollicité sur ce thème, a décidé d’aborder de front au cours de ses Cinquièmes Assises: quand, comment, pourquoi a surgi et évolué ce concept dans les différents champs du savoir? En quoi fait-il progresser la compréhension des inégalités entre les femmes et les hommes, et entre les sexualités? En quoi permet-il d’agir contre ces inégalités? Comment diffuser et transmettre les acquis de ces analyses et de ces pratiques? Le genre est aussi un outil concret convoqué, au niveau transnational, dans la mise en œuvre de politiques publiques et de lois. Comment est-il adapté aux règlements et aux actions de développement en direction des pays du Sud, notamment, en Afrique méditerranéenne et en Afrique sub-saharienne ? En quoi est-il un outil pour penser plus globalement les rapports de pouvoir?
L’ambition de l’Institut Emilie du Châtelet est de répondre à ces questions en abordant le sujet sous des angles d’attaque dynamiques, susceptibles d’engager le débat et le dialogue, mais aussi de fournir des instruments à celles et ceux – enseignant-e-s, militant-e-s, politiques, citoyens et citoyennes – qui sont ou seront amené-e-s à travailler avec ce concept. À la première question: Le genre, à quoi, ça sert? s’en ajoute donc une seconde: Le genre, comment s’en servir?

Deux après-midi de débats sont proposés: les séances comprendront deux tables rondes, organisées autour de chercheur-e-s et de membres de la société civile et politique. L’objectif est de permettre des échanges avec le public et de faire surgir des propositions et des suggestions d’actions.

PROGRAMME

Lundi 15 octobre 2012: «Penser et agir»

Première table ronde: «Le genre en questions»
Deuxième table ronde: «Diffuser, former, transmettre»

Lundi 22 octobre 2012: «Le genre transnational»

Première table ronde: «Politiques de genre»
Deuxième table ronde: «Genre et développement»

pour plus d »informations, rendez-vous sur le site de l’IEC.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« La photographie, une arme pour le féminisme  », Eva Besnyö au Jeu de Paume

L’été à Paris?

Une première rétrospective des travaux d’Eva Besnyö entre féminisme, photographie et modernisme. L’image sensible: à découvrir jusqu’au 23 septembre au Jeu de Paume.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Alexandre Jaunait, Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection »

Un article éclairant sur la critique intersectionnelle, sa généalogie, ses usages et ses possibilités méthodologiques:

Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin « Représenter l’intersection », Revue française de science politique, 1/2012 (Vol. 62), p. 5-20.

Résumé

La notion d’intersectionnalité forgée aux États-Unis dans les années 1980 cherchait à donner un nom aux dilemmes stratégiques et identitaires rencontrés par des catégories de personnes subissant des formes combinées de domination. Cet article retrace la généalogie de cette notion aux États-Unis et en France depuis les années 1970 et décrit la façon dont son appropriation par les sciences sociales permet de reformuler en principes d’investigation empirique les problèmes normatifs de l’espace politico-juridique. La notion d’intersectionnalité, importée en France dans la deuxième moitié des années 2000, invite ainsi à explorer de nouveaux objets et de nouvelles méthodes de recherche, en particulier en science politique.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website