Archives par mot-clé : épistémologie

Colloque “Le printemps international du genre”, 26-27 mai

Le printemps international du genre

 

ACTE V,  26 et 27 mai 2014. Les scènes se passent à l’amphi X de  Paris 8, et au Grand Auditorium des Archives Nationales

Colloque international organisé par Anne E. Berger et Éric Fassin

– Enjeux politiques et savants de l’institutionnalisation et de l’internationalisation d’un champ d’études –

Ce colloque international clôturera l’ensemble des manifestations d’anniversaire en invitant à la réflexion collective, en langues naturelles et langages théoriques variés,  sur l’avenir intellectuel, politique et institutionnel des études de genre à l’heure de leur internationalisation. Le Centre d’études féminines et d’études de genre accueillera des représentant-e-s de centres ou de programmes en études de genre et/ou Women’s Studies fondés en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud, en Asie, en Europe et en Océanie au cours des quarante dernières années, et avec lesquels il a engagé des relations intellectuelles et collégiales, ainsi que des  collaborations scientifiques.

Participant-e-s invité-e-s : Carmen Belloni, professeure de sociologie de la famille et directrice du Centro Internationale di Ricerche e Studi delle Donne,  Université de Turin, Italie ; George Chauncey, professeur d’histoire, co-directeur de la Yale Research Initiative on The History of Sexualities, Yale University, États-Unis ; Francine Demichel, professeure de droit émérite, ancienne présidente de l’Université, Paris 8 ; Delphine Gardey, professeure de sociologie, directrice des études genre, Université de Genève, Suisse ; Clare Hemmings, professeure d’études de Genre à l’Institut d’études de genre, London School of Economics, Royaume-Uni ; Ranjanna Khanna, professeure de littérature anglophone et de théorie féministe,  directrice du programme de Women’s Studies, Duke University, États-Unis ; Léon Matangila Musadila, professeur à l’Université de Kinshasa, République démocratique du Congo ;Griselda Pollock, professeure d’histoire de l’art et de théorie féministe, School of Fine Arts and Cultural Studies, Université de Leeds, Royaume-Uni ; Tuija Pulkkinen, professeure de philosophie politique et d’études de genre, directrice du programme en études de genre, Department of History, Philosophy, Culture and Art Studies, Université d’Helsinki, Finlande ; Fatou Sarr, professeure de sociologie et fondatrice du Centre d’études de genre de l’université de Dakar, Sénégal ; Marta Segarra, professeure de littérature française et francophone et d’études de genre, directrice du Centre Dona y Literatura, Université de Barcelone, Espagne ; Mara Viveros Vigoya, professeure d’anthropologie, ancienne directrice de l’école en études de genre, Université Nationale de Colombie à Bogota ; Elizabeth Weed, co-fondatrice de la revue américaine d’études culturelles féministes differences et ancienne directrice du Pembroke Center, Brown University, États-Unis.

Argumentaire

Les paradoxes de l’institutionnalisation

Le développement d’études féminines ou de genre (women’s studies ou gender studies), en France comme ailleurs, repose sur un paradoxe : d’un côté, c’est un mouvement social et politique qui en a été le catalyseur ; de l’autre, leur essor implique que la recherche s’autonomise du militantisme. De fait, aujourd’hui, les études sur le genre et les sexualités constituent bien un champ autonome, comme l’attestent les revues et colloques pour ce qui concerne la recherche, en même temps que les nouvelles formations et les diplômes universitaires qui en dessinent les contours pédagogiques.

Le paradoxe redouble actuellement : on peut s’inquiéter non plus seulement d’une marginalisation de ce champ d’études, mais aussi désormais, symétriquement, de sa normalisation. L’institutionnalisation expose en effet à la dépolitisation : la (relative) reconnaissance de recherches jusqu’alors illégitimes se paierait ainsi d’un prix élevé s’il leur fallait se contenter de rentrer dans le rang universitaire.

Pour autant, rien ne condamne ce champ académique à se couper du féminisme, ou plutôt des féminismes. L’autonomisation savante n’est pas nécessairement une rupture avec la politique. D’ailleurs, ce sont les épistémologies féministes du « savoir situé » qui ont permis d’interroger les illusions de la « neutralité » scientifique. Enfin, les analyses que produisent ces études peuvent à leur tour alimenter et  infléchir l’action politique. La tension productive entre recherche et engagement dans ce domaine fera ainsi l’objet d’une attention particulière tout au long de notre colloque.

Les tournants politico-théoriques

Penser les enjeux politiques et épistémologiques des études de genre, ce n’est pas seulement confronter celles-ci à la politique féministe (et vice-versa) ; c’est aussi explorer les tensions à la fois théoriques et politiques qui les traversent – en particulier autour de l’articulation problématique entre questions de genre et de sexualité (voire entre femmes et minorités sexuelles), mais aussi entre questions sexuelles et raciales (sinon entre femmes blanches et minorités raciales).  Comment ces tensions se sont-elles formulées et théorisées depuis trente ans ? Qu’en est-il aujourd’hui ?

Les effets de l’internationalisation

Réfléchir à la constitution de ce champ d’études aujourd’hui, c’est enfin interroger la géopolitique du genre. Les féminismes ont fleuri un peu partout dans le monde. Mais l’institutionnalisation des études féministes, de genre et de sexualité se révèle très variable : selon les pays, elles restent très inégalement reconnues. Toutefois, c’est à tort qu’on les identifie, en particulier en France, à la seule « Amérique ». Non seulement ces études ont pris pied dans lesAmériques, mais aussi sur les différents continents. L’heure n’est donc plus à opposer un centre et une périphérie : ce colloque s’intéressera plutôt, pour penser cette internationalisation, à la pluralité des centres d’études, et au décentrement qui en résulte.

Il importe désormais d’analyser l’internationalisation des études de genre dans toute leur complexité, soit à la fois l’élaboration d’un langage commun, y compris dans les institutions internationales, et la pluralité des féminismes, voire des postféminismes, inscrits dans des histoires inséparablement locales et globales ; bref, il faut prendre pour objet tout à la fois la construction nationale des études de genre et la circulation internationale qui les constitue.

Ainsi, commémorer quarante années d’existence d’un Centre d’études, ce n’est pas tant célébrer l’endurance du féminisme universitaire, désormais inscrit dans la durée, que revenir sur cette histoire pour orienter notre présent vers un avenir. « D’où venons-nous ? » : cette question prend tout son sens par rapport à deux autres : « Où en sommes nous ? » et « Où allons-nous ? »

26 Mai, Amphi X, Paris 8

Matin

9h30 : Ouverture par Sandra Laugier, professeure de philosophie, université Paris 1, Directrice adjointe scientifique, chargée de l’interdisciplinarité, INSHS, CNRS

9:45 : Laurence Gavarini, vice-présidente adjointe du Conseil Scientifique de Paris 8, ancienne co-directrice de l’École Doctorale Pratiques et Théories du Sens, enseignante-chercheuse associée au Centre

10h : Introduction, Anne E. Berger et Éric Fassin

10h 30 – 13h:  Session 1

Institutionnalisation et pluralisation des féminismes

Griselda Pollock, professeure d’histoire de l’art et d’études féministes, Université de Leeds, UK : « Is Feminism a Bad Memory? »

Tuija Pulkinnen,  professeure de philosophie politique et d’études de genre, Université de Helsinki, Finlande : « Institutionalization of Gender Studies and Pluralization of Feminist Theory »

Delphine Gardey, professeure d’histoire et d’études de genre, Université de Genève, CH : « Ouvrir, traduire et coaliser : l’hospitalité des études féministes »

12h: Discutantes : Yannick Ripa et Coline Cardi

Après-midi

14H30- 17h : Session 2

L’internationalisation entre obstacles et  avancées

Carmen Belloni,  professeure de sociologie et d’études de genre, Université de Turin, Italie : « Un centre d’études de genre dans un contexte social bloqué et une institution en difficulté »

Pinar Selek : “Le genre oublié. Les difficultés de penser et d’enseigner le genre en Turquie”

Mara Viveros Vigoya, professeure d’anthropologie et d’études de genre,

Université nationale de Colombie, Bogota : « Les études de genre en Amérique latine entre défi et méfiance »

16h30: Discutant-e-s: Elsa Dorlin et Éric Fassin

Pause

27 mai, Grand Auditorium des Archives Nationales

Matin

10h : Ouverture de la journée par Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite en histoire moderne et histoire du genre, fondatrice du RING, ancienne membre du Centre

10h30 – 13h : Session 3

Les métamorphoses d’un champ: tournants politiques et avenirs théoriques

Clare Hemmings, professeure d’études de genre, Gender Institute, London School of Economics, RU : « From Phallic Feminist Mothers to Polymorphous Queer Children: Institutionalising Stories of Queer/Feminist Difference »

Ranjanna Khanna, professeure de littérature et de Women’s Studies, Duke University, EUA : « Futurity:  Thinking about ‘the future’ in Feminist theory »

Elizabeth Weed, Co-fondatrice et ancienne directrice, Pembroke Center for  Teaching and Research on Women, Brown University, EUA : « The Lure of the Post-Critical »

Discutantes: Anne E. Berger et Nacira Guénif-Souilamas

Après-midi

14h30- 17h: Session 4

Logiques (trans)nationales

Miriam Pillar Grossi

Fatou Sarr, sociologue, Maître de conférences et directrice du Laboratoire Genre et recherche scientifique de l’IFAN Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal :                  « Institutionnalisation du genre dans l’espace universitaire et légitimation scientifique de l’action politique en faveur de l’égalité de genre au Sénégal : le rôle du Laboratoire Genre de l’IFAN dans l’aboutissement de la loi sur la parité »

Marta Segarra, professeure de littérature française et francophone et d’études de genre, Université de Barcelone, Espagne : « Le genre est mort. Vive le genre! Les études de genre en Espagne »

Discutantes: Valérie Pouzol et Mercedes Yusta

17h: Conclusion

Plus d’informations sur http://blogefeg40ans.wordpress.com/le-printemps-international-du-genre/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

GenERe: le carnet du laboratoire junior «Genre : épistémologie & recherches»

Un tout nouveau carnet de recherche sur le genre et son épistémologie à découvrir.

Compte-rendu de manifestations scientifique (voir notamment celui de la journée “Ouvriers, ouvrières” organisée  par l’équipe Genre et Société ainsi que le comité de rédaction de la revue Clio à l’ENS Lyon en janvier dernier: http://genere.hypotheses.org/16), lectures personnalisées de l’actualité éditoriale autour du genre (une mention toute spéciale à la recension de Testo Junkie de Beatriz Preciado: http://genere.hypotheses.org/40) et informations relatives au séminaire de ce laboratoire junior viennent nourrir ce carnet qui débute mais promet.

Plus sur http://genere.hypotheses.org/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website