Archives par mot-clé : criminalité

Lecture: Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Sarah Maza

Sarah Maza, Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Berkeley: University of California Press, 2011.

Explorer les imaginaires, traquer les problématiques sociales, sexuées et sexuelles d’une époque à travers l’étude fine d’itinéraires biographiques dans la tourmente, proposer une autre histoire sociale des années 1930, tel est le fil rouge du nouvel ouvrage de Sarah Maza consacré à Violette Nozière, dont le parricide défraya la chronique judiciaire et criminelle.

Au-delà du scandale de cette affaire et des lignes de fracture qu’il révèle dans l’opinion publique d’une époque, l’auteure procède à une biographie familiale minutieuse et située pour dérouler un trajet migratoire d’individus des classes populaires “montés” à Paris et travaillés par l’ambition d’une ascension sociale qui se cristallise sur leur fille unique, Violette. Sarah Maza analyse alors le parcours parisien de Violette, les différents univers géographiques et sociaux dans lesquels cette fille d’ouvriers gravite et se constitue une nouvelle identité hybride de “fille chic” et “émancipée”.

 L’empoisonnement, le parricide, l’inceste occupent de façon un peu surprenante une position secondaire dans l’ouvrage qui se focalise d’abord et avant tout sur l’itinéraire d’une jeune fille “voulant vivre sa vie”, et sur ce que ce désir d’émancipation nous révèle d’une décennie travaillée par les contrastes et les contradictions. Le récent compte-rendu d’Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris-Diderot-Paris 7) paru sur H-France permet d’élucider ces silences sur les causes principales de l’affaire et offre surtout une lecture critique plus que passionnante pour apprécier le projet intellectuel de cet ouvrage (lien ci-dessous).

http://www.h-france.net/vol13reviews/vol13no172demartini.pdf

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Karine Lambert “Itinéraires féminins de la déviance”

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850

 PU de Provence, 312 p., 21 euros. ISBN : 978-2-85399-825-3

Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestionnormative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l’espace domestique, ces femmes tentent d’imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s’affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d’appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s’expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du «  vivre-ensemble  ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu’une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d’apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

http://gsite.univ-provence.fr/document.php?pagendx=1480

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website