Archives par mot-clé : classes populaires

Masculinité, classe et race : Entretien avec la sociologue australienne Raewyn Connell dans Contretemps

Raewyn Connell, qui a forgé le concept de masculinité hégémonique s’est aussi intéressée par le passé aux rapports de classe (Ruling Class, Ruling Culture, 1977) et aux effets du colonialisme (Southern Theory, 2007). Elle revient sur son parcours intellectuel dans un entretien donné à Contretemps (propos recueillis et traduits par Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros) consultable sur le site de la revue.

Elle aborde plus précisément la question de l’intersection et de la méthodologie permettant de la cerner – entretien biographique et étude de cas :

Je crois que mes recherches sur les masculinités, les rapports de classe et la colonialité du savoir partagent un même engagement critique envers le pouvoir, les inégalités sociales, l’institutionnalisation des privilèges et la justice sociale dans son sens le plus large.

Elles partagent aussi une conscience historique (un de mes ouvrages les plus connus en Australie s’intitule d’ailleurs Class Structure in Australian History7) et, ainsi, une attention aux changements structurels et aux luttes sociales. C’est une démarche qui me paraît essentielle pour toute recherche – y compris très localisée – mue par un souci de justice sociale.

Ces agendas de recherche ont par ailleurs en commun de s’attacher à rendre compte de la texture du réel, de la matière rugueuse des processus sociaux et de l’irréductibilité des gens, de l’expérience et des institutions. Durant ces années, l’entretien biographique et l’analyse par étude de cas sont les outils que j’ai le plus mobilisés. Il s’agit d’une méthode lente, laborieuse, rétive à l’automatisation. Elle est sans équivalent pour rendre compte de la complexité des situations locales tout en prenant le pouls des dynamiques globales. Cette méthode force également les chercheur•e•s à interagir avec des personnes en chair et en os, que les routines scientifiques tendent à abstraire à travers leur lexique : « sujet », « acteur », « agent ». Ils et elles sont alors contraint•e•s à les traiter avec respect, y compris lorsque leurs pratiques sociales leurs sont détestables. Je me suis par exemple retrouvée dans cette situation lors mes entretiens avec des hommes d’affaire”

 

Prochaine séance du séminaire le 17 mai 2013 : la maison comme lieu de travail, avec Marie Cartier et Christelle Avril + bibliographie indicative

La prochaine séance du séminaire aura lieu le 17 mai de 16h à 18h, à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage).

Nous accueillerons Marie Cartier et Christelle Avril, deux sociologues qui présenteront leurs travaux autour des emplois de service à domicile (femmes de ménage, aides à domicile pour personnes âgées et assistantes maternelles) très majoritairement exercés par des femmes des classes populaires.

Cette séance sera l’occasion d ‘aborder la maison comme lieu d’observation de l’intersection entre le genre et la classe sociale.

Quelques publications des intervenantes :

Avril Christelle, « Ressources et lignes de clivage parmi les aides à domicile. Spécifier une position sociale : quelles opérations de recherche ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 191-192, 2012, p. 86-105.

Avril Christelle, « Une mobilisation collective dans l’aide à domicile à la lumière des pratiques et des relations de travail », Politix, n° 86, 2009, p. 97-118

Avril Christelle, « Les aides à domicile pour personnes âgées face à la norme de sollicitude », Retraite et société, n° 53, 2008, p. 49-65

Cartier Marie, (avec  E. d’Halluin, M.-H. Lechien, J. Rousseau), “La “sous-activité” des assistantes maternelles : un rapport au métier différencié selon le positionnement social”, Politiques sociales et familiales, n°109, 2012.

Cartier Marie, “Le caring,  un capital culturel populaire ? A propos de Formations of Class & gender de Beverley Skeggs”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°191-192, 2012.

Avril Christelle, Cartier Marie, Siblot Yasmine (coord.), dossier « Classes populaires et services publics », Sociétés Contemporaines, n°58, 2005/2

Avril Christelle, Cartier Marie, Serre Delphine, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris : La Découverte, 2010.

 

Bibliographie indicative :

Numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés : « Femmes providentielles, enfants et parents à charge »,  N° 6, 2001/2.

A. Dussuet, Travaux de femmes. Enquêtes sur les services à domicile, L’Harmattan, 2005.

A. Fouquet. 2001, “Le travail domestique : du travail invisible au “gisement” d’emplois », In Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Edited by J. Laufer, C. Marry, M. Maruani, Paris : PUF, p.99-127.

E.N. Glenn. 1992. “From Servitude to Service Work: Historical Continuities in the Racial Division of Women’s Work”, Signs, 18 (I), p. 1-43.

M. Gollac, S. Volkoff. 2002, « La mise au travail des stéréotypes de genre : les conditions de travail des ouvrières », Travail, genre et sociétés, n°8, septembre, p. 25-53.

A. R. Hochschild, « Love and Gold » 2003. Global Woman. Nannies, maids, and sex workers in the new economy (ed. by B. Ehrenreich, A.R. Hochschild), New York: Metropolitan books, p.15-30.

G. Laforge, « Le statut d’emploi des intervenant(e)s à domicile dans le champ de l’aide et des services aux personnes : quelques réflexions sur une politique du « gisement d’emplois » », Revue de droit sanitaire et social, 2, 2005.

L. Mozère, 2001, « Comment se configurent les compétences dans un métier au féminin ? Le cas des assistantes maternelles, Recherches féministes (Montréal), Féminin pluriel, vol 14, n° 2, 83-114.

J. Rollins. 1985. Between women: Domestics and their Employers. Philadelphia :Temple University Press.

M. Segalen, 2010. À qui appartiennent les enfants ?., Paris : Tallandier.

B. Skeggs, Formations of Class and Gender: Becoming Respectable (single authored monograph) Theory, Culture and Society series. London. Sage. 1997.

F. Weber, S. Gojard, A. Gramain (dir.), Charges de famille., Dépendance et parenté dans la France contemporaine, La Découverte, collection « enquêtes de terrain », Paris, 2003, 420 p.

V. Zelizer. 2005. The Purchase of Intimacy, Princeton, N.J. : Princeton University Press.

 

Parution : Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale

Un livre récent de philosophie politique qui permet de penser une des questions centrales dans notre séminaire : celle de la dialectique domination/émancipation. Noter deux contributions en rapport direct avec nos thématiques :

Quelles capacités politiques des classes populaires? Démobilisation, délégation, auto-organisation, par Christian Laval

La violence comme praxis libératrice : de Frantz Fanon à l’autodéfense, Entretien avec Elsa Dorlin

Présentation de l’ouvrage

Ouvrage collectif Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale, sous la direction de Alexis Cukier, Fabien Delmotte et Cécile Lavergne, qui réunit les contributions de Hourya Bentouhami, Luc Boltanski, Alexis Cukier, Fabien Delmotte, Elsa Dorlin, Stéphane Haber, Razmig Keucheyan, Christian Laval, Cécile Lavergne, Irène Pereira, Jacques Rancière, Olivier Voirol. 


Pour penser et agir dans la société contemporaine, en vue de l’émancipation de toutes et tous, il faut comprendre les processus de domination, mais aussi connaître les nouvelles stratégies, les références et les cultures de la critique sociale.Quelles formes d’émancipation les théories critiques, féministes, marxistes, anarchistes, du post-colonialisme et de la démocratie radicale, défendent-elles ? Quels rapports entretiennent-elles avec les discours militants et politiques ? Quels sont les sujets, les méthodes, les problèmes et les objectifs de la critique sociale aujourd’hui ?Cet ouvrage collectif répond à ces questions, à travers analyses et prises de position de chercheur-e-s de courants théoriques et politiques différents. Ils abordent certains des domaines majeurs où les pratiques d’émancipation se réinventent : le travail, les identités, les cultures, le corps, l’engagement dans le rapport à la violence… les transformations récentes du capitalisme et de la question sociale, les nouvelles formes de mobilisation collective.

Par leur dialogue et leur confrontation, ces contributions proposent une cartographie des métamorphoses en cours de la critique sociale, des outils théoriques d’analyse des sociétés contemporaines et des pistes vers de nouvelles luttes politiques pour l’émancipation sociale.

Présentation, le sommaire et toutes les informations concernant cet ouvrage sur Le Carnet du Sophiapol.


L’ouvrage est en vente en librairie et sur le site de l’éditeur.

 

 

Dernier numéro de Travail, Genre et Société

Le dernier numéro de Travail, Genre et Sociétés vient de paraître. Le dossier principal s’intitule “Tenir au travail”.

A noter également une série d’articles intitulée “La virilité mise à mâle” dans la rubrique CONTROVERSE , avec notamment une mise au point sur virilité et classes populaires de Frédéric Rasera et Nicolas Renahy.

Nicolas Renahy a par ailleurs publié un livre essentiel sur la question de la jeunesse rurale dans une région ouvrière, qui insiste particulièrement sur la question de la construction de la virilité : Les gars du coin, enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.

 

 

 

Mises au point sur la notion d’empowerment

Deux livres  récents reviennent sur cette notion-clé pour penser l’émancipation et sur ses ambiguïtés :

Refaire la cité, avenir des banlieues de Didier Lapeyonnie et Michel Kokoreff, publié au Seuil

L’empowerment, une pratique émancipatrice, de Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener

Ecouter la très claire mise au point sur cette notion lors de  l’émission La Grande Table du 4 mars sur France Culture, consacrée à ces deux ouvrages.

 

Prochaine séance du séminaire GCP, le 8 février 2013: “Les espaces de loisirs” avec Alexandra Ferreira

La prochaine séance du séminaire aura lieu le 8 février, 16h-18h, à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage). Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université Paris 13 Villetaneuse, viendra discuter de sa recherche.

Son intervention est intitulée: “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

Pour préparer notre séance, un texte de notre intervenante “Temporalités et apprentissages de genre en centre de loisirs” et plusieurs suggestions bibliographiques: Quelques éléments bibliographiques autour des centre de loisirs, laboratoires du genre

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Lecture : “Corps et âme, carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur” de Loïc Wacquant

 

Cet ouvrage, en passe de devenir un classique, décrit l’immersion de l’auteur dans un club de boxe  de Woodlawn, quartier ghetto noir de Chicago, à la fin des années 1980. Publié il y a quelques années déjà, ce texte s’inscrit pleinement dans la thématique du carnet par son étude d’une population qui se situe à l’intersection des trois catégories de la différence : les boxeurs sont tous des hommes noirs des classes populaires américaines.

Corps et âme est tout d’abord un exemple très éclairant de la méthodologie de l’observation participante, qui devient ici de la participation observante, comme le dit l’auteur, puisqu’il s’est lui-même entraîné plusieurs fois par semaine avec les boys de Woodlawn, mettant en jeu et en péril son corps dans la salle d’entraînement (le gym) mais surtout sur le ring. Ces textes sont émaillés de notes annexes sur la réaction des enquêtés à l’observation, comme les nombreuses blagues sur le magnétophone ou sur son statut d’écrivain (ou plutôt d’écrivant) en attestent. Loïc Wacquant porte une attention extrême à l’espace, aux objets et à la description des interactions corporelles dans le gym, application revendiquée des théories du sociologue Erving Goffman.

Cette étude de Loïc Wacquant dénote également d’une attention fin aux catégories de sexe/classe/race, ainsi qu’à leur intersection. A propos de la race, le club dans lequel s’entraîne le sociologue est quasi-exclusivement noir, mais il note plus généralement que la boxe est un miroir de l’immigration en Amérique et que chaque nouvelle vague migratoire amène son lot de champions entre les cordes. Il explicite dès l’introduction sa place de boxeur blanc dans ce milieu très homogène et les conditions de possibilités de son intégration, qui finira par être telle que ses camarades le perçoivent comme l’un d’entre eux.

Les différenciations sociales sont évidemment également au coeur de la réflexion du disciple de Pierre Bourdieu qu’est Loïc Wacquant. Passant outre l’image de la boxe comme le sport du lumpenprolétariat, il démontre au contraire que les boxeurs qui font carrière appartiennent à la frange supérieure des classes populaires. Cela s’explique par la discipline, physique, mais aussi temporelle, qu’exige cette pratique : se lever tôt, soumettre son corps à des exercices physiques éprouvant et répétés dans une éternelle monotonie, surveiller son alimentation et ses sorties… Comme l’écrit Loïc Wacquant : “c’est par le biais des inclinaisons et des habitudes exigées par la pratique pugilistique que les jeunes issus des familles les plus démunies se trouvent éliminés : devenir boxeur exige de fait une régularité de vie, un sens de la discipline, un ascétisme physique et mental qui ne peuvent se développer dans des conditions sociales et économiques marquées par l’instabilité chronique et la désorganisation temporelle” (p.45).

Autre notation intéressante sur le rapport des classes populaires et de la boxe, Loïc Wacquant explique que ce sport peut en fait se concevoir comme un “métier manuel qualifié bien que répétitif” (p.67), parce qu’il fait appel aux mêmes compétences corporelles et qu’il déploie une conception du corps comme outil de travail.

Enfin, en terme de genre, le gym est un exemple parfait de ségrégation : c’est un espace exclusivement masculin, dédié à la sociabilité virile car la boxe est une pratique qui valorise à l’extrême les qualités, supposées naturelles, des hommes : le courage, la force, l’agressivité… Loïc Wacquant précise que “les femmes ne sont pas les bienvenues dans la salle parce que leur présence dérange, sinon le bon fonctionnement matériel, du moins l’ordonnancement symbolique de l’univers pugilistique” (p.53). Il ajoute plus loin que “les formes de respect qui ont cours dans le gym sont des formes exclusivement masculines, qui affirment la solidarité et la hiérarchie des boxeurs entre eux mais aussi, et d’une manière d’autant plus efficace qu’elle est dissimulée à la conscience, la supériorité des hommes (c’est à dire des “vrais” hommes) sur les femmes, terme physiquement absent, mais symboliquement omniprésent” (p.69). On peut cependant regretter que malgré ces quelques remarques éclairantes sur les rapports sociaux et symboliques des sexes, l’auteur ne pousse pas vraiment plus loin l’analyse. Il va même jusqu’à décrire en termes assez désobligeants le show de “danseuses exotiques” lors d’une soirée d’après match, tombant dans les clichés de l’univers qu’il observe et avec lesquels il prend, à ce moment du texte, bien peu de distance. C’est d’autant plus étonnant car ce livre est écrit après La domination masculine (1996) de Pierre Bourdieu, avec lequel Loïc Wacquant revendique une proximité personnelle et théorique.

Corps et âme est enfin un grand livre sur la pratique et l’apprentissage corporel. Il décrit une ritualisation de la violence (dans la lignée des réflexions de Norbert Elias) qui se construit en symbiose et en opposition avec celle, endémique et anomique, qui ravage la rue autour de la salle d’entraînement.

Pour les détails de l’ouvrage ainsi que d’autres critiques et compte-rendus, voir la page de l’ouvrage sur le site des Editions Agone

 

 

Lectures d’été

Du temps pour la lecture et l’évasion, quelques suggestions pour prolonger notre réflexion sur les rapports sociaux et la domination, les identités de genre et de classe et l’émancipation…

Polars et féminisme

  • Amanda Cross, Ruth Rendell, Dorothy Sayers…. Quelques suggestions de lectures en lien avec la féminisation du polar et le polar féministe à découvrir dans l’article d’Ilana Löwy “Féminisme et roman policier“.

Auto-analyses, genre, sexe et classes populaires

  • Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Champs, 2009, voir notre billet. Et pour prolonger l’auto-analyse de l’auteur, Retour sur Retour à Reims, paru dernièrement aux éditions Cartouche.  L’auteur s’y explique sur les enjeux intellectuels et politiques de Retour à Reims : les classes et les identités, le vote des milieux populaires, le rôle du système scolaire dans la reproduction sociale, etc. Il réinscrit sa démarche dans l’ensemble de son œuvre, notamment Réflexions sur la question gayUne morale du minoritaire, ou encore Echapper à la psychanalyse
  • Martine Sonnet, Atelier 62, Le Temps qu’il fait, 2008. Travail historien et littéraire à la fois, ce livre est une enquête sur le père de Martine Sonnet, artisan-forgeron normand devenu ouvrier des forges chez Renault à Billancourt. Historienne des femmes, du travail, Martine Sonnet s’éloigne de l’exercice (auto)biographique pour saisir au quotidien l’expérience du travail ouvrier, en même temps que les transformations intimes et sociales qui affectent une famille tout juste sortie de la campagne. On peut retrouver l’actualité du groupe femme et travail surhttp://fht.hypotheses.org/2112
  • Annie Ernaux, La Place, Gallimard, 1983, réed. Folio 1986. Mentionnée à plusieurs reprises dans l’ouvrage d’Eribon, l’auteure retrace dans un style épuré la vie et la mort de son père, garçon de ferme devenu ouvrier et petit commerçant qui espérait qu’elle soit “mieux que lui” et évoque ainsi la distance de classe qui s’est construite entre eux. Elle écrit alors ” j’ai fini de mettre à jour que j’ai dû déposer au seuil du monde bourgeois et cultivé quand j’y suis entrée”. (Entretien dans Politix)
  • Dorothy Allison, Peau, éd. Baland, 1999 (1994 pour l’édition originale). Série d’essais sur la mise à nu biographique. Skin. Talking about Sex, Litterature and Class, le titre anglais est révélateur du parti pris littéraire de cette oeuvre radicale d’une militante féministe lesbienne prosexe convaincue de l’importance de sa classe sociale (elle, femme pauvre de Caroline du Sud) dans la formation de son identité sexuelle et sexuée.
  • Jeanette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal?, ed. de l’Olivier, 2012. Une biographie-fiction (“j’ai écrit une histoire avec laquelle je pouvais vivre, l’autre était trop douloureuse, je n’y aurais pas survécu.”) dans l’Angleterre proléraire des années 60-70, où littérature et identité sexuelle et rapports de classe occupent une place décisive dans ce roman d’apprentissage et d’émancipation féministe. (Recension dans le Monde des Livres)

Black feminism et récit de soi

  • Un ouvrage pionnier du Black Feminism, l’autobiographie d’Angela Davis (Angela Davis, Une Autobiographie, 1975) une des grandes figures du mouvement afro-américain et militante révolutionnaire aux Etats-Unis, offre une analyse simultanée des rapports de race et de genre dans l’Amérique “postesclavagiste” du XXe siècle. Condamnée à mort en 1972, elle sera libérée à la suite d’un très fort mouvement de mobilisation international. Elle approfondira par la suite son analyse des systèmes de domination à l’intersection du genre, du sexe, de la race et de la classe ( notamment dans Femmes, race et classe, Paris, Des Femmes, 2007 (1reéd. : 1981)).

Des romans pour restituer la parole des ouvrières

  • Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, La Découverte, 2008. Après la fermeture de Roussel-Uclaf, à Romainville, l’auteur réalise soixante entretiens auprès d’ancien-ne-s salarié-e-s sur leurs parcours à l’usine depuis 1967. Ainsi, il crée, à partir des propos rapportés par chacun d’entre eux des personnages de fiction. Pour plus d’informations: http://www.nonfiction.fr/article-1368-plus_belle_la_vie_dusine.htm
  • Francois Bon, Daewoo, Livre de poche, 2006. Daewoo, c’est le nom d’une usine, d’une pièce de théâtre et d’un roman. François Bon, entre enquête et fiction, part à la rencontre des anciennes ouvrières de Daewoo, intercalant dans son récit des extraits de la pièce de théâtre. Il évoque leur vie à et hors l’usine, la reconversion, les p’tits boulots, pour “Refuser. Faire face à l’effacement même”: http://www.espacestemps.net/document1637.html
  • Franck Magloire, Ouvrière, Editions de l’Aube, 2004. Après la fermeture de Moulinex, Franck Magloire demande à sa mère, ancienne ouvrière, de lui parler, de lui raconter, sa vie, son travail à l’usine. Dans une sorte de monologue, elle se prend au jeu et transmet à son fils, une histoire, une mémoire.

A Dystopian Classic

  • Angela Carter, The Passion of New Eve, Virago Modern Classics, 1992,(originally published in 1977). Carter’s novel portrays the physical, psychological, and cultural transformation of a man named Evelyn into a woman against the backdrop of an unstable dystopia. This raw world is spun partly from Carter’s vivid imagination and, more tellingly, from the underbelly of gendered norms naturalized in modern society. Carter’s romp through Evelyn’s self-discovery is unsettling, commanding, and thought-provoking. It is a fictional tour de force as a microstudy of modern subjectivity, agency, subversion, and power relations. A review from 2003:  http://trashotron.com/agony/reviews/2003/carter-passion_of_new_eve.htm.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro de Savoir/Agir, “Couples, sexualités, vie privée/vie publique”

La problématique du dossier Couples, sexualités, vie privée/vie publique s’inscrit dans les recherches actuelles sur la sexualité : pratiques, représentations, normes et rapports de genre, sur l’évolution des comportements en France et en Europe, sur les représentations et les théories de la sexualité.

Dans le sillage des problématiques du séminaires Genre et classes populaires on soulignera également dans ce numéro, l’entretien avec Margaret Maruani: “Travail, genre, deux fils rouges pour décrypter le réel”.

http://www.atheles.org/editionsducroquant/revuesavoiragir/revuesavoiragirn20/

Sommaire

Dossier
Couples, sexualités, vie privée/vie publique
Frédéric Lebaron, Louis Weber

Trajectoires sexuelles, représentations sexuelles
Nathalie Bajos, Michel Bozon

De la nature des petits arrangements entre les sexes
Odile Fillod

Politique familiale et politique de la sexualité ne font pas bon ménage
Virginie De Luca Barrusse

Élever un enfant un week-end sur deux
Aurélie Fillod-Chabaud

Théories du genre et théorie du droit
Stéphanie Hennette-Vauchez, Charlotte Girard

Régulation de la vie privée dans le contrat social en Islande et en Suède
Marie Digoix, Nathalie Le Bouteillec

Transgenre et transsexualité dans la littérature marocaine de langue française
Jean Zaganiaris

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro Genre, sexualité & société, Périphériques

Genre, sexualité & sociétés, “Périphériques”, 2012/7.

Dossier établi sous la direction d’Isabelle Clair et consacré à la sexualité comme ligne de démarcation dedans/dehors.

Dans sa présentation, les auteurs se proposent de renouveler l’enquête sur les classes populaires au prisme de la sexualité, de “révéler des superpositions entre classe sociale et race”, de “re-visiter le genre” et d'”accéder au subjectivités”.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séance du 6 avril 2012 – “Le genre de la contestation ouvrière”

Attention, la séance dure 3 heures car nous recevons deux intervenants!

Suggestions de lecture en rapport avec la séance:

François Jarrige, “Le mauvais genre de la machine”, RHMC, 2007

Xavier Vigna, Histoires des ouvriers en France au XXe siècle, 2012

April 6 Session- “Gender and worker contestations”

Attention, the seminar will last 3 hours because we will welcome two speakers!

From 16h to 19h, Friday April 6, François Jarrige will present on “The Gender of worker contestations in the printing shop of the 19th century” and Xavier Vigna will present on “The Gender of the strikes in the year 1968.”

Séance du 2 mars 2012 — “Genre, âge et vieillissement, quelques perspectives de recherche ?”

Dans le cadre du séminaire Genre et Classes populaires, le 2 mars, Juliette Rennes  (maîtresse de conférences à l’EHESS, membre du GSPM) présente:  Genre, âge et vieillissement, quelques perspective de recherche? La séance à lieu de 16 à 18h, Université Paris 1, 17 rue de la Sorbonne, Salle Picard, 3e étage, escalier C.

Intervention de Juliette Rennes (télécharger à l’aide du clic droit)

In the framework of the seminar Gender and the Popular Classes, on March 2, Juliette Rennes (professor at l’EHESS, member of GSPM) presents: Gender, age and aging, some research perspectives? The session will take place from 16h to 18h, Université Paris 1, 17 rue de la Sorbonne, Salle Picard, 3e étage, escalier C.

Genre et migrations – La bibliographie de la 2e séance du séminaire est en ligne!

A consulter dans la rubrique Bibliographie de notre site, la bibliographie de la 2e séance du séminaire est désormais en ligne.

L’intervention de Muriel Cohen (doctorante en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) avait abordé la question suivante : “Peut-on étudier la famille sans utiliser le prisme du genre ? Le cas des familles algériennes arrivées en France entre 1945 et 1985.”

L’enregistrement audio sera mis en ligne prochainement.

Available under the « Bibliographie » tab of our site: the bibliography of our 2nd seminar session is now online.

The presentation of Muriel Cohen (doctoral student in history at the Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) had examined the following question: “Can one study the family without using the prism of gender? The case of Algerian families who arrived in France between 1945 and 1985.”

The audio recording will be uploaded next.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La bibliographie générale du séminaire est en ligne!

A consulter dans la rubrique Bibliographie de notre site, la bibliographie générale abordée au cours de la 1ère séance introductive du séminaire est désormais en ligne.

 

Available under the “Bibliographie” tab of our site: the general bibliography discussed during the first introductory session of the seminar is now online.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séance du vendredi 6 janvier — “Filles et gars de la jeunesse ouvrière chrétienne et remise en cause du genre dans les années 68.”

La troisième séance du séminaire Genre et Classes Populaires aura lieu vendredi 6 janvier de 16h à 18h à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne en salle Picard (3e étage escalier C).

Anthony Favier (doctorant en histoire à l’Université Lyon 2 Lumière) traitera du sujet suivant:  “Filles et gars de la jeunesse ouvrière chrétienne et remise en cause du genre dans les années 68.”

Intervention de Anthony Favier (télécharger à l’aide du clic droit)

 

Blog de l’intervenant: Penser le genre catholique

 

The third session of the seminar Genre et Classes Populaires will take place Friday, January 6 from 16h to 18h at the Université Paris I Panthéon-Sorbonne in the Picard room (3rd floor, staircase C).

Anthony Favier (Doctoral student in History at the Université Lyon 2 Lumière) will discuss the following subject: “Girls and boys of the Young Christian Workers and the reevaluation of gender in the year ’68.”

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website