Archives du mot-clé classes populaires

Dernier numéro de la revue Genre et Histoire: Genre et classes populaires, in situ

17 | Printemps 2016
Genre et classes populaires, in situ

Sous la direction de Anaïs Albert, Fanny Gallot, Katie Jarvis, Anne Jusseaume, Ève Meuret-Campfort, Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

SEM – Les classes populaires aujourd’hui

Nous relayons l’information sur le lancement du séminaire « Les classes populaires aujourd’hui », organisé par des doctorants du CMH, le 25 novembre prochain.

Programme:

25 novembre 2015 : Pierre Gilbert (Centre Max Weber), « Les styles de vie populaires à l’épreuve de la rénovation urbaine. La cuisine ouverte, entre rejets et appropriations hétérodoxes » Discutant : Olivier Masclet (CERLIS)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm) 

17 décembre 2015 : Raphael Challier (CRESPPA-GTM), « Un rendez-vous presque réussi : retour sur une expérience de mobilisation communiste chez des jeunes des quartiers populaires »

Discutant : Julian Mischi (INRA-CESAER)

18h – 20h, Salle 10, ENS Jourdan (48  boulevard Jourdan)

4 février 2016 : Akim Ouhalaci (CERSM), « Sport, style de vie populaire et réflexivité »

Discutant : Manuel Schotté (CERAPS)

16h – 18h, Salle 10, ENS Jourdan (48  boulevard Jourdan)                                                           

18 février 2016 : Fabien Brugière (CRESPPA-GTM), « Les ouvriers de piste : un groupe professionnel à la périphérie du monde aéroportuaire »

Discutant : Cédric Lomba (CRESPA-CSU)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

17 mars 2016 : Eve Meuret-Campfort (CENS), « Le devenir de la classe ouvrière observé depuis une usine d’ouvrière d’habillement en lutte : le cas des ouvrières de l’usine Chantelle de Saint-Herblain (1966-2005) »

Discutante : Sylvie Monchatre (SAGE)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

21 avril 2016 : Etienne Pingaud (ISP), « La religion comme offre symbolique. Les classes populaires de Nanterre et l’Islam »

Discutant : Stéphane Beaud (CMH)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

19 mai 2016 : Sarah Vincourt (CESSP), « Dockers à Abidjan »

Discutant : Jean Luc Deshayes (2L2S)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

16 juin 2016 : Mustapha Belhocine (éducateur et professeur des écoles), « Auto-socio-analyse d’une pratique littéraire en milieu précaire »

Discutant : Gérard Mauger (CESSP)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

 

Comité d’organisation : Vincent Burckel, Sebastian Carbonell, Benoit Coquard, Cyril Nazareth, Ana Portilla

Cont@cts : benoit.coquard@gmail.comnazareth.cyril@gmail.com

Le cycle de conférences du Comité d’Histoire de la ville de Paris « L’invention des bas-fonds parisiens » est en ligne

 

Le cycle de conférences organisé par le Comité d’Histoire de la Ville de Paris en partenariat avec le Petit Palais sur l’invention des bas-fonds est en ligne. Au sommaire: femmes du peuple, voleurs et brigands, prostituées et cours des miracles!

« Qui sont ces misérables, ces criminels, prostituées et mendiants qui hantaient la capitale aux yeux des bons citoyens ? Notion mouvante, les bas-fonds, vus comme le refuge de ceux qui vivent aux marges de la société, véhiculent nombre de fantasmes historiques ou littéraires.Pour cerner au mieux cette infra-société urbaine, différents cas d’études vous seront proposés par des historiens spécialistes du Moyen Âge au XIXe siècle, s’appuyant sur les archives pénitentiaires ou policières, les témoignages des contemporains,les romans puisant dans l’imaginaire ».

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Article: Michelle Perrot ou le goût des autres, La Vie des Idées

« Explorer les marges et les non-dits, restituer les paroles et les vies oubliées, c’est encore traduire en actes ce goût des autres jamais démenti et qui trouve de multiples espaces pour s’exprimer. »

Un portrait de l’historienne pionnière des femmes, du genre et des classes populaires Michelle Perrot par Isabelle Lacoue-Labarthe sur La Vie des Idées: http://www.laviedesidees.fr/Michelle-Perrot-ou-le-gout-des-autres.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Exposition: « Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)»

Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)

Femmes au travail

Fruit d’une coopération entre les Archives départementales et l’Université de Rouen (GRHis), l’exposition explore la relation des femmes au travail, du Moyen Age à 1914.

La coutume de Normandie laissait aux femmes très peu d’indépendance et pourtant, à Rouen, celles-ci jouaient un rôle important dans les corporations de métier. C’est le « paradoxe rouennais ».

Vies et destins de ces femmes sont racontés dans cette exposition : de la brodeuse passée maîtresse à l’ouvrière contrainte d’abandonner son enfant…l’exposition aborde également la lente conquête de droits pour les femmes.

Un parcours spécifique est destiné aux 10-14 ans, avec dessins et explications adaptées.

Visites guidées gratuites de l’exposition les mardis 14 avril, 12 mai et 16 juin à 14h30.

Sur réservation

Renseignements et réservations

02 35 03 54 95 – archives@cg76.fr

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences :

> jeudi 12 mars 2015 à 14 heures 30

Maison de l’Université à Mont-Saint-Aignan

Conférence de Daryl Hafter, Professeure émérite à l’Université de Michigan,

«La femme Normande : un «homme honoraire»

> vendredi 13 mars 2015 à 9 heures 30

Pôle culturel Grammont

Journée d’études organisée par le GRHis de l’Université de Rouen

«Femmes, droits, travail à l’époque moderne et contemporaine(Normandie/Europe)»

http://www.archivesdepartementales76.net/exposition-femmes-au-travail/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: Paris, ville ouvrière, de Maurizio Gribaudi.

Dans la continuité de plusieurs travaux récents d’histoire sur Paris et les Parisiens au premier XIXe siècle (Vivre la Ville de Piette et Racliffe, par exemple), cet ouvrage revient sur les dynamiques sociales, économiques et démographiques de cette période pour révéler « la grouillante vitalité avec laquelle se croisent, cohabitent et collaborent, bon gré mal gré, quantité de différentes physionomies professionnelles et sociales ». Avec ce livre, Maurizio Gribaudi cherche à établir une modernité du Paris populaire. Le livre se révèle particulièrement stimulant quand il examine les transformations du maillage urbain et les logiques d’appropriations populaires de l’espace urbain.

Parution: Daryl Hafter and Nina Kushner, Women and Work in Eighteenth-Century France

Les femmes au travail, une question de genre, de classe et de race.

Daryl M. Hafter and Nina Kushner (éd.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Louisiana State University Press, 2015

In the eighteenth century, French women were active in a wide range of employments from printmaking to running wholesale businesses although social and legal structures frequently limited their capacity to work independently. The contributors to Women and Work in Eighteenth-Century France reveal how women at all levels of society negotiated these structures with determination and ingenuity in order to provide for themselves and their families.

Recent historiography on women and work in eighteenth-century France has focused on the model of the family economy, in which women’s work existed as part of the communal effort to keep the family afloat, usually in support of the patriarch’s occupation. The ten essays in this volume offer case studies that complicate the conventional model: wives of ship captains managed family businesses in their husbands extended absences; high-end prostitutes managed their own households; female weavers, tailors, and merchants increasingly appeared on eighteenth-century tax rolls and guild membership lists; and female members of the nobility possessed and wielded the same legal power as their male counterparts.

Examining female workers within and outside of the context of family, Women and Work in Eighteenth-Century France challenges current scholarly assumptions about gender and labor. This stimulating and important collection of essays broadens our understanding of the diversity, vitality, and crucial importance of women s work in the eighteenth-century economy.

Table of Contents:

Nina Kushner and Daryl M. Hafter, “Introduction”

Rafe Blaufarb, “The Phenomenon of Female Lordship”

Nancy Locklin, “Women and Work Identity”

Nina Kushner, “The Business of Being Kept: Elite Prostitution as Work”

Jacob D. Melish, “The Power of Wives: Managing Money and Men in the Family Businesses of Old Regime France”

Cynthia M. Truant, “Many Exceptional Women: Female Artists in Old Regime Paris”

Jane McLeod, “Printer Widows and the State in Eighteenth-Century France”

Jennifer L. Palmer, “Women and Contracts in the Age of Transatlantic Commerce”

James B. Collins, “Women and the Birth of Modern Consumer Capitalism”

Daryl M. Hafter, “French Industrial Growth in Women’s Hands”

Judith A. DeGroat, “Women in the Paris Manufacturing Trades at the end of the Long Eighteenth Century”

Bonnie G. Smith, “Afterwards”

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire

Pour penser les classes ouvrières au féminin, l’ouvrage de Berverley Skeggs, paru initialement en 1997, vient enfin d’être traduit en français.

On pourra lire l’article de Marie Cartier sur cette approche renouvelée des classes populaires articulée à la question du genre et du care: Cartier Marie, « Le caring, un capital culturel populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales 1/ 2012 (n° 191-192), p. 106-113
URL : www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2012-1-page-106.htm.

Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015.

http://agone.org/lordredeschoses/desfemmesrespectables/

Traduit de l’anglais par Marie-Pierre Pouly

Préface d’Anne-Marie Devreux

« On est sorties à Manchester l’autre samedi, toutes les trois. C’était bien en fait, on s’est bien marrées. Mais à un moment on est allées dans le quartier bourge, et on se marrait devant les chocolats en se demandant combien on en aurait mangé si on avait pu se les payer, et il y a cette femme qui nous a lancé un regard. Si les regards pouvaient tuer. Genre, on était là, c’est tout, on faisait rien de mal, on n’était pas crades ni rien. Elle nous a juste regardées. On aurait dit que c’était chez elle et qu’on n’avait rien à faire là. Ben tu sais quoi, on est parties, on n’a plus rien dit pendant une demi-heure. T’imagines ? On s’est bien fait remettre à notre place. On aurait dû lui mettre notre poing dans la gueule. C’est des trucs comme ça qui te dégoûtent de sortir. Il vaut mieux rester chez soi. »

La matière première de ce livre est une série d’entretiens menés par Beverley Skeggs avec quatre-vingt-trois jeunes femmes issues de la classe ouvrière anglaise, inscrites à une formation d’aide à la personne et travaillées par leur propre respectabilité. Abordant leur rapport à la sexualité, à la classe ou au féminisme, cet ouvrage vient apporter un prolongement essentiel aux travaux de Pierre Bourdieu et de Paul Willis.

Sociologue britannique comptant parmi les spécialistes des cultural studies et de la pensée féministe, Beverley Skeggs a notamment codirigé Transformations : Thinking Through Feminism (Routledge, 2000) et Feminism after Bourdieu (Blackwell, 2004).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Prochaine séance du séminaire le 12 juin autour de « l’espace rural » avec Nicolas Renahy et Vincent Robert

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes Populaire, nous avons le plaisir de recevoir Nicolas Renahy et Vincent Robert, qui viendront tous les deux nous parler, avec des angles d’approche très différents de l’espace rural.

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) nous propose une communication intitulée « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon)  intervient sur le thème « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Nous nous interrogerons avec eux sur les spécificités de l’espace rural dans la production d’identités de genre et de classe, du XIXe siècle au très contemporain.

Attention : cette séance étant double, elle dure trois heures (de 17h à 20h). Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Quelques pistes bibliographiques pour préparer la séance :

Publications de Nicolas Renahy:

– Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 [2005].
– Nicolas Renahy et Frédéric Rasera, « Virilités : au-delà du populaire »,  Travail, genre et sociétés, n° 29, 2013, p. 169-173.
La communication de Nicolas Renahy sera issue plus particulièrement d’un travail de coopération avec Sébastien Mary, un des « gars du coin » avec qui il a réalisé son enquête :
– Voir : Nicolas Renahy et Sébastien Mary, « “La soif du travail ?” Alcool, salariat & masculinité dans le bâtiment : le témoignage d’un adepte du “black” », Agone, n° 51 : campagnes populaires, campagnes bourgeoises, 2013, p. 86-100.- Et sur la démarche d’enquête de coopération entre sociologues et enquêtés, voir aussi : Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue. Marseille, Agone, 2011.

Sur la sorcellerie

Pour présentation de l’historiographie de départ, il y a un excellent texte de Philippe Boutruy dans l’Histoire de la France religieuse (t. III, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine), « La mutation des croyances », p. 440 -474 de l’édition de poche.

–Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard, 1977, 330 p. sur la sorcellerie dans le Bocage des années 1970

–Carmelo Lisón Tolosana, Sorcellerie, structure sociale et symbolisme en Galice, Paris, PUF, 1994, 350 p. Un anthropologue espagnol remarquable, travaillant sur la Galice des années 70-80.

–Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe– XVIIIe siècle), Paris, Gallimard Julliard, 1979, 240 p.
–André Julliard. « Le malheur des sorts. Sorcellerie d’aujourd’hui en France ». In Robert Muchembled, (dir.) Magie et sorcellerie en Europe du Moyen-Age jusqu’à nos jours, Paris, A. Colin, 1994, 335 p. p. 267-320.

 

 

 

Parution: Une histoire sans les hommes est-elle possible?

« On ne naît pas homme, on le devient. »

Genre, masculinités et classes populaires, une articulation bien présente dans cet ouvrage et qui reste à explorer. Sur ce point, voir notamment les contributions de Richard Holt: « Jackie Milburn, « footballeur » et « gentleman ». Culture régionale et masculinité populaire dans l’Angleterre de l’après-guerre », Nicolas Hatzfeld: « Derrière l’universel de classe, redessiner le masculin. Les ouvriers de l’automobile au XXe siècle » et de Xavier Vigna que nous avions eu le plaisir de recevoir dans notre séminaire en 2012, « De la conscience fière au stigmate social : le virilisme ouvrier à l’épreuve des années 1968 ».

Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinités, édité par Anne-Marie Sohn, Paris ENS Editions, 2014.

On ne naît pas homme, on le devient. Cet ouvrage se propose de déconstruire ce qui a fait longtemps figure d’invariant et de montrer que la masculinité a une histoire. Les contributions, qui courent de la préhistoire à nos jours, peignent ainsi des masculinités à la fois multiples et changeantes.
Ce livre examine en premier lieu les signes et marqueurs de la masculinité qui permettent d’emblée de savoir qui est un homme. Il analyse ensuite les preuves et épreuves de masculinité, qu’elles soient professionnelles, sexuelles ou militaires. Les hommes, en effet, se doivent de démontrer, toute leur vie durant, qu’ils remplissent bien les critères de « bonne masculinité » attendus d’eux. Sont en jeu ici les processus sociaux et éducatifs qui transforment le sexe en genre et la nature en culture. Ces preuves et épreuves non seulement font « l’homme » mais construisent également les hiérarchies masculines, opposant dominants et dominés, gagnants et perdants de la masculinité.
Une histoire des hommes et des masculinités fondée sur le genre permet ainsi de mieux comprendre la résistance de la domination masculine et les inégalités présentes entre hommes et femmes.

Introduction
Les hommes ont-ils une histoire ?
Anne-Marie Sohn

1. Mots, concepts, usages

Le masculin : promotion et mutilation
Monique Schneider

« Être homme » : Manhood et histoire politique du Moyen Âge. Quelques réflexions sur le changement et la longue durée
Christopher Fletcher

2. Signes et marqueurs

Préhistoire et masculinité. La construction du guerrier au Néolithique et à l’Âge du bronze
Jean Guilaine

Masculinités grecques : images de l’athlète et du guerrier
François Lissarrague

Les marqueurs de masculinité entre Antiquité et Moyen Âge en Occident (IVe-VIIe siècle)
Magalie Coumert

Clergé, mariage et masculinité au Moyen Âge
Ruth Mazo Karras

Consommation d’alcool et culture masculine dans l’Europe de l’Époque moderne
B. Ann Tlusty

Paradoxes d’une masculinité mutilée : les castrats au péril des Lumières
Mélanie Traversier

Pandore au masculin : la virilité incertaine des gendarmes du XIXe siècle
Arnaud-Dominique Houte

Jackie Milburn, « footballeur » et « gentleman ». Culture régionale et masculinité populaire dans l’Angleterre de l’après-guerre
Richard Holt

Masculinités militaires et civiles en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale
Kaspar Maase

Le gay macho en France dans les années 1970
Florence Tamagne

3. Preuves et épreuves

Euandrie, concours de beauté virile et masculinité en Grèce ancienne
Florence Gherchanoc

Dévirilisation poétique : étude de quelques cas de démembrements littéraires de Marie de France à Marguerite de Navarre
Tovi Bibring

« Penser comme un homme » ? Expressions et répressions de la masculinité dans les milieux universitaires médiévaux
Antoine Destemberg

Des virilités guerrières à la masculinité militaire (France, XVIIe-XVIIIesiècles)
Hervé Drévillon

Lieux et expériences de fraternité et de virilité (Rome et Sienne, XVIIe-XVIIIesiècles)
Benedetta Borello

Être un corps. Un mari impuissant dans l’Italie de la fin du XIXe siècle
Domenico Rizzo

Masculinités indiennes confrontées à la guerre du Chaco (1932-1935)
Luc Capdevila et Nicolas Richard

La masculinité vaincue : transformations de la masculinité dans les récits autobiographiques de deux anciens soldats autrichiens de la Wehrmacht (1945-1960)
Michael S. Maier

Derrière l’universel de classe, redessiner le masculin. Les ouvriers de l’automobile au XXe siècle
Nicolas Hatzfeld

De la conscience fière au stigmate social : le virilisme ouvrier à l’épreuve des années 1968
Xavier Vigna

Conclusion
Faire une histoire sans hommes et sans femmes est décidément impossible
Didier Lett et Fabrice Virgili

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Sarah Maza

Sarah Maza, Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Berkeley: University of California Press, 2011.

Explorer les imaginaires, traquer les problématiques sociales, sexuées et sexuelles d’une époque à travers l’étude fine d’itinéraires biographiques dans la tourmente, proposer une autre histoire sociale des années 1930, tel est le fil rouge du nouvel ouvrage de Sarah Maza consacré à Violette Nozière, dont le parricide défraya la chronique judiciaire et criminelle.

Au-delà du scandale de cette affaire et des lignes de fracture qu’il révèle dans l’opinion publique d’une époque, l’auteure procède à une biographie familiale minutieuse et située pour dérouler un trajet migratoire d’individus des classes populaires « montés » à Paris et travaillés par l’ambition d’une ascension sociale qui se cristallise sur leur fille unique, Violette. Sarah Maza analyse alors le parcours parisien de Violette, les différents univers géographiques et sociaux dans lesquels cette fille d’ouvriers gravite et se constitue une nouvelle identité hybride de « fille chic » et « émancipée ».

 L’empoisonnement, le parricide, l’inceste occupent de façon un peu surprenante une position secondaire dans l’ouvrage qui se focalise d’abord et avant tout sur l’itinéraire d’une jeune fille « voulant vivre sa vie », et sur ce que ce désir d’émancipation nous révèle d’une décennie travaillée par les contrastes et les contradictions. Le récent compte-rendu d’Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris-Diderot-Paris 7) paru sur H-France permet d’élucider ces silences sur les causes principales de l’affaire et offre surtout une lecture critique plus que passionnante pour apprécier le projet intellectuel de cet ouvrage (lien ci-dessous).

http://www.h-france.net/vol13reviews/vol13no172demartini.pdf

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire Classes Populaires et Institution – CESSP

Un séminaire cherchant à approcher la domination « du point de vue des dominés et des classes populaires pour  poser  la  question  des  effets  concrets  de  la  domination  mais  aussi  des  éventuelles  formes  de soumissions, d’adhésions, d’esquives ou de résistances qu’elle suscite ».

Le programme en PDF ICI.

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

CNRS – Université Paris 1 – EHESS

Axe de recherche « Pouvoir et rapports de domination »

Séminaire 2013-2014

Classes populaires et institutions


L’axe de recherche du CESSP « Pouvoir et rapports de domination » a pour objectif de fédérer les réflexions et les enquêtes menées dans différents espaces sociaux pour comprendre les mécanismes de domination, leur dimension relationnelle et leurs fondements. Dans le cadre d’une sociologie des élites ou de l’encadrement des classes populaires, la domination est souvent étudiée « d’en haut » et appréhendée à travers ses supports les plus institutionnels. Ce séminaire se propose de déplacer le regard et de saisir la domination du point de vue des dominés et des classes populaires pour poser la question des effets concrets de la domination mais aussi des éventuelles formes de soumissions, d’adhésions, d’esquives ou de résistances qu’elle suscite. Les différentes recherches qui seront présentées lors des séances porteront cette année sur les attitudes des classes populaires face aux institutions.

Le séminaire est ouvert.

Responsables : Jean-Louis BRIQUET (jean-louis.briquet@univ-paris1.fr), François DENORD (denord@msh-paris.fr), Delphine SERRE (delphine.serre@univ-paris1.fr)

 

Mardi 3 décembre 13h.-15h.

Violaine Girard (Université de Rouen)

Des fractions populaires encore mobilisées? Engagements municipaux, rapports au vote et politisation parmi les ouvriers et techniciens pavillonnaires du périurbain

CESSP, salle de réunion. Université Paris 1 – Département de science politique – 14 rue Cujas – Escalier N, 3ème étage

Mardi 14 janvier 13h.-15h.

Ana Perrin-Heredia (CURAPP, Université d’Amiens)

Les classes populaires face aux institutions de contrôle budgétaire

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

Mardi 4 février 13h.-15h.

Yasmine Siblot (CRESSPA, Université Paris 8)

Des rapports « mobilisés » aux institutions en milieu populaire : du guichet à l’emploi à statut

CESSP, Salle de réunion. Université Paris 1 – Département de science politique – 14 rue Cujas – Escalier N, 3ème étage

Mardi 11 mars 13h.-15h.

Daniel THIN (Université Lyon 2, Laboratoire Triangle)

Les familles populaires et l’institution scolaire : entre attentes, remise de soi et défiance

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

 

Mardi 8 avril 13h.-15h. 

Benoit COQUARD (Université de Poitiers)
Famille et respectabilité en milieu populaire rural

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

Retour sur le séminaire Genre et classes populaires: intervention du 14 novembre au séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories »

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories ? » 2ème année

Séminaire organisé par
Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Atelier de recherche
Les séances auront lieu à 14h au 59/61 rue Pouchet 75017
Salle 255
(Bus 66, métros Brochant ou Guy Môquet)
Entrée libre
Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée
explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres.
Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.

Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

Présentation de la communication du 14 novembre (14 h)

Pour la troisième année consécutive, le séminaire « Genre et classes populaires » se tient à la Sorbonne. Ce dernier est le produit d’une réflexion et d’un travail collectif et collaboratif que nous avons menés en tant que doctorantes et jeunes chercheuses désireuses d’interroger les effets concomitants des catégories sociales de classe et de genre au carrefour de l’histoire et de la sociologie. Si l’enjeu premier de notre groupe de recherche comme de notre séminaire fut notre volonté de penser l’intersectionnalité et la manière de mener une recherche dans ce domaine, nos problématiques se sont progressivement affinées et les niveaux d’analyse précisés. Aussi cette séance nous offre-t-elle la possibilité de revenir sur cette expérience, ses origines et ses concrétisations, et d’en dresser un premier bilan.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Femmes des quartiers populaires, en résistance contre les discriminations, Collectif

Femmes des quartiers populaires : en résistance contre les discriminations, Travail collectif mené par des femmes du Blanc-Mesnil et Saïd Bouamama, préfacé par Didier Mignot et Hervé Bramy, Le Temps des Cerises, 212 p.

Zouina Meddour  (chargée de mission, « lutte contre les discriminations ») et Saïd Bouamama (sociologue) sont allés à la rencontre de femmes des quartiers populaires du Blanc-Mesnil. Dans ce livre collectif, qui retrace à la première personne les trajectoires et les expériences de ces femmes âgées de 30 à 75 ans, d’origines diverses et représentatives de la population de cette ville de la Seine-Saint-Denis, s’exprime un quartier pauvre de la banlieue parisienne « raconté par un « je » pluriel d’habitantes qui en ont assez que d’autres parlent à leur place » (médiapart-femmes-des-quartiers-populaires (1)).

La notion d’empowerment est au cœur de ces présentations de soi qui veulent non seulement décrire les multiples résistances du quotidien, mais également déjouer les clichés associés aux quartiers populaires pour les transformer.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

 

Chloë Cruchaudet, Mauvais genre, Paris, Delcourt/Mirages, 2013, 160 p.

Réalisé d’après La Garçonne et l’assassin, un essai de Fabrice Virgili et Danièle Voldman (voir le compte-rendu de Florence Tamagne pour la revue Clio) , Mauvais genre raconte un fait divers réel, l’histoire d’un déserteur de la première guerre mondiale qui se travestit en femme pour échapper aux tranchées.

Une BD passionnante qui sait faire profit de la micro-histoire pour révéler cette étude de cas d’un travestissement en un objet d’étude historique. S’y trouvent convoquées les problématiques de l’histoire des masculinités, celles des études de genre ainsi que les questions socio-économique relatives aux usages du travestissement.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website