Archives du mot-clé catégories de la différence

Appel à contribution: Genre et âge.

APPEL À TEXTES

Âges de vie, genre et temporalités sociales

Parution prévue automne 2016

Rédacteurs invités

Aline Charles, Université Laval (Canada)

David Troyansky, CUNY, Brooklyn College (États-Unis)

Remise des propositions (résumés) : 16 mars 2015

Les résumés (1500 à 2000 caractères, espace compris)
doivent être soumis en ligne : efg.inrs.ca

 

Remise des manuscrits complets : 14 septembre 2015

 

 

Longtemps menées en parallèle, les études sur les âges de vie et sur le genre convergent davantage depuis quelques années, tout en laissant encore de vastes territoires à découvert. Ce numéro de la revue Enfances Famille Générations propose donc de contribuer à cette convergence. Il y sera question de constructions sexuées des âges et de trajectoires structurées par le genre. Ce qui mènera tout naturellement à tenir compte du temps qui passe et des évolutions historiques, des cycles de vie féminins et masculins, des expériences (inter)générationnelles ou encore des temporalités sociales sexuées (travail, famille, loisir, etc.).

Si plusieurs chercheurs-es ont déjà ouvert la voie, il reste du chemin à parcourir pour que l’âge et le genre soient traités comme deux systèmes de rapports sociaux à la fois distincts et inter-reliés. Les sciences sociales et humaines traitent encore l’âge (et parfois le genre) comme une simple variable qui n’exige pas de problématisation. De leur côté, les approches féministes intersectionnelles qui combinent pourtant le genre avec d’autres formes de rapports sociaux (classe, « race », ethnie, etc.) négligent encore l’âge. Les travaux sur les différents âges de vie, quant à eux, se sont multipliés et tiennent mieux compte des rapports sociaux de sexe. Généralement limités à la jeunesse, l’adultéité, la parentalité ou la vieillesse, ils perdent toutefois de vue le fait que grandir et vieillir constituent des processus continus. Bref, des historiens-nes le disent, des sociologues l’avancent, des littéraires et des anthropologues le confirment : l’arrimage entre genre et âge pourrait être resserré.

Joan Scott plaidait dans les années 1980 pour que le genre prenne valeur de « catégorie utile d’analyse ». Un peu plus tard, Margaret M. Gullette militait de son côté pour que l’âge soit lui aussi élevé au rang de catégorie analytique. Manier – simultanément ou en parallèle – ces deux formes de catégorisation sociale fait ressortir les similarités qu’elles partagent, les différences qui les séparent et les interactions qui les associent. L’âge et le genre structurent autant l’organisation collective que les trajectoires individuelles, génèrent des rapports de pouvoir complexes, initient nombre de représentations culturelles très sensibles aux contextes spatio-temporels considérés, et sont régulièrement naturalisés, voire « biologisés ». Mais le tout n’est pas qu’affaire de similitudes. Des spécificités importantes les démarquent aussi.

Pour ce numéro d’EFG, nous en appelons surtout à des articles offrant des perspectives larges, qui ne se limitent pas à un âge ou une phase de vie. Embrasser le cycle de vie dans sa globalité offre une autre prise sur la jeunesse qui bénéficie déjà d’études nombreuses, qu’elle soit féminine ou masculine. Saisir, dans leur ensemble, les rapports sexués d’âge ou de génération déplace le regard vers une adultéité et une vieillesse encore négligées. Cela incite aussi à raffiner, à l’aune de l’âge, l’analyse des masculinités. Bref, ces perspectives permettent de mieux mesurer en termes de genre et d’âge l’impact des évolutions démographiques, des normes culturelles, des régimes d’éducation ou de retraite, des filets de sécurité sociale, des migrations ou encore de la médicalisation des corps. Elles jettent aussi un nouvel éclairage sur plusieurs évolutions majeures : la généralisation des seuils d’âge sexués, la pénurie de jeunes femmes en Asie, la déchronologisation des cycles de vie féminins et masculins, la féminisation de la vieillesse en Occident, etc.

Lancé aux spécialistes d’horizons régionaux et nationaux variés, cet appel s’adresse aussi à celles et ceux qui adoptent une perspective transnationale pour saisir comment les normes, pratiques ou représentations d’âge et de genre circulent par-delà les frontières. Les approches théoriques et empiriques sont toutes deux bienvenues.

 

RÉférences

Bessin, Marc et Hervé Levilain, Parents après 40 ans, Autrement, « Mutations », Paris, 2012.

Gullette, Margaret Morganroth, Aged by Culture, University of Chicago Press, Chicago, 2004.

Hearn, Jeff, « Neglected Intersectionalities in Studying Men: Age(ing), Virtuality, Transnationality », dans Helma Lutz, Maria Theresa Herrera Vivar et Linda Supik (dir.), Framing Intersectionality. Debates on a Multifaced Concept in Gender Studies, Ashgate Publihing, Burlington (R.-U.), p. 80-104.

Jaspard, Maryse, et Michèle Massari, « Age et rapports de sexe », Table-ronde de l’A.P.R.E. : Rapports sociaux de sexe : problématique, méthodologie, champs d’analyse, CNRS, Paris, 1987.

Jyrkinen, Marjut et Linda McKie, « Gender, age and ageism: experiences of women managers in Finland and Scotland », Work, Employment & Society, vol. 26, no 1, 2012, p. 61-77.

Kergoat, Danièle, « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux », L’Homme et la Société, nos 176-177, 2010, p. 27-42.

Legrand, Monique et Ingrid Voléry (dir.), Genre et parcours de vie : vers une nouvelle police des corps et des âges ?, Nancy, Presses universitaires de Nancy / Éditions universitaires de Lorraine, 2013.

Søland, Birgitte, « Ages of Women: Age as a Category of Analysis in Women’s History », Journal of Women’s History, vol. 12, no 4, 2001, p. 6-10

Taefi, Nura, « The Synthesis of Age and Gender: Intersectionality, International Human Rights Law and the Marginalisation of the Girl-Child », International Journal of Children’s Rights, vol. 17, no 3, 2009, p. 345 -377.

 

La proposition doit être soumise en ligne sur le site web de la revue avant le 16 mars 2015. Pour ce faire, vous devez créer un compte d’usager en tant qu’auteur, en cliquant sur l’onglet « S’inscrire ». Votre soumission doit comprendre un titre provisoire, un résumé (1 500 à 2 000 caractères, espace compris) ainsi que les coordonnées de tous les auteurs.

Les manuscrits complets des propositions retenues (50 000 à 60 000 caractères, espaces compris, excluant le résumé et la bibliographie) devront être soumis en ligne avant le 14 septembre 2015.

Les auteurs sont priés de se conformer aux règles d’édition de la revue :
www.efg.inrs.ca/index.php/EFG/about/submissions#authorGuidelines

Tous les manuscrits sont acceptés ou refusés sur la recommandation de la direction et des responsables du numéro thématique, après avoir été évalués à l’aveugle par deux ou trois lecteurs externes.

Travailler avec l’intersectionnalité : (Re)découvrir la rubrique « Une question à »

Dans la rubrique « Une question à » de notre carnet, nous avons souhaité interroger des chercheurs et des chercheuses sur  leur travail avec les catégories de la différence. Comment ces dernières sont-elles mobilisées ou appréhendées? Comment peut-on penser leur(s) imbrication(s) ou leur(s) articulation(s)? Enfin, comment ces problématiques interviennent-elles dans le parcours personnel et/ou professionnel de ces chercheurs et chercheuses ?

Parce que travailler avec l’intersectionnalité oblige à complexifier son objet et à interroger des configurations variables et situées de la domination où se réactualisent les catégories de la différence, il nous paraît nécessaire de mobiliser et de présenter des études de cas, des trajectoires et des pratiques de recherche qui permettent de concrétiser et d’illustrer ce questionnement théorique afin d’en faciliter la compréhension.

Retour sur les derniers articles de cette rubrique:

– Une question à : Carolina Orquiza Cherfem, Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil

– Une question à : Pascale Molinier, Professeure de psychologie à Paris 13 Villetaneuse

– Une question à : Julieta Longo, doctorante en sociologie au CEIL-CONICET, Argentine

– Une question à : Héloise Duché, doctorante en histoire à l’Université Paris 8 (CIRCEFT)

Pour aller plus loin, un article utile sur la critique intersectionnelle, sa généalogie, ses usages et ses possibilités méthodologiques:

Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin “Représenter l’intersection”, Revue française de science politique, 1/2012 (Vol. 62), p. 5-20.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website