Archives par mot-clé : biographie

Lecture: Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Sarah Maza

Sarah Maza, Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Berkeley: University of California Press, 2011.

Explorer les imaginaires, traquer les problématiques sociales, sexuées et sexuelles d’une époque à travers l’étude fine d’itinéraires biographiques dans la tourmente, proposer une autre histoire sociale des années 1930, tel est le fil rouge du nouvel ouvrage de Sarah Maza consacré à Violette Nozière, dont le parricide défraya la chronique judiciaire et criminelle.

Au-delà du scandale de cette affaire et des lignes de fracture qu’il révèle dans l’opinion publique d’une époque, l’auteure procède à une biographie familiale minutieuse et située pour dérouler un trajet migratoire d’individus des classes populaires “montés” à Paris et travaillés par l’ambition d’une ascension sociale qui se cristallise sur leur fille unique, Violette. Sarah Maza analyse alors le parcours parisien de Violette, les différents univers géographiques et sociaux dans lesquels cette fille d’ouvriers gravite et se constitue une nouvelle identité hybride de “fille chic” et “émancipée”.

 L’empoisonnement, le parricide, l’inceste occupent de façon un peu surprenante une position secondaire dans l’ouvrage qui se focalise d’abord et avant tout sur l’itinéraire d’une jeune fille “voulant vivre sa vie”, et sur ce que ce désir d’émancipation nous révèle d’une décennie travaillée par les contrastes et les contradictions. Le récent compte-rendu d’Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris-Diderot-Paris 7) paru sur H-France permet d’élucider ces silences sur les causes principales de l’affaire et offre surtout une lecture critique plus que passionnante pour apprécier le projet intellectuel de cet ouvrage (lien ci-dessous).

http://www.h-france.net/vol13reviews/vol13no172demartini.pdf

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lectures d’été

Du temps pour la lecture et l’évasion, quelques suggestions pour prolonger notre réflexion sur les rapports sociaux et la domination, les identités de genre et de classe et l’émancipation…

Polars et féminisme

  • Amanda Cross, Ruth Rendell, Dorothy Sayers…. Quelques suggestions de lectures en lien avec la féminisation du polar et le polar féministe à découvrir dans l’article d’Ilana Löwy “Féminisme et roman policier“.

Auto-analyses, genre, sexe et classes populaires

  • Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Champs, 2009, voir notre billet. Et pour prolonger l’auto-analyse de l’auteur, Retour sur Retour à Reims, paru dernièrement aux éditions Cartouche.  L’auteur s’y explique sur les enjeux intellectuels et politiques de Retour à Reims : les classes et les identités, le vote des milieux populaires, le rôle du système scolaire dans la reproduction sociale, etc. Il réinscrit sa démarche dans l’ensemble de son œuvre, notamment Réflexions sur la question gayUne morale du minoritaire, ou encore Echapper à la psychanalyse
  • Martine Sonnet, Atelier 62, Le Temps qu’il fait, 2008. Travail historien et littéraire à la fois, ce livre est une enquête sur le père de Martine Sonnet, artisan-forgeron normand devenu ouvrier des forges chez Renault à Billancourt. Historienne des femmes, du travail, Martine Sonnet s’éloigne de l’exercice (auto)biographique pour saisir au quotidien l’expérience du travail ouvrier, en même temps que les transformations intimes et sociales qui affectent une famille tout juste sortie de la campagne. On peut retrouver l’actualité du groupe femme et travail surhttp://fht.hypotheses.org/2112
  • Annie Ernaux, La Place, Gallimard, 1983, réed. Folio 1986. Mentionnée à plusieurs reprises dans l’ouvrage d’Eribon, l’auteure retrace dans un style épuré la vie et la mort de son père, garçon de ferme devenu ouvrier et petit commerçant qui espérait qu’elle soit “mieux que lui” et évoque ainsi la distance de classe qui s’est construite entre eux. Elle écrit alors ” j’ai fini de mettre à jour que j’ai dû déposer au seuil du monde bourgeois et cultivé quand j’y suis entrée”. (Entretien dans Politix)
  • Dorothy Allison, Peau, éd. Baland, 1999 (1994 pour l’édition originale). Série d’essais sur la mise à nu biographique. Skin. Talking about Sex, Litterature and Class, le titre anglais est révélateur du parti pris littéraire de cette oeuvre radicale d’une militante féministe lesbienne prosexe convaincue de l’importance de sa classe sociale (elle, femme pauvre de Caroline du Sud) dans la formation de son identité sexuelle et sexuée.
  • Jeanette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal?, ed. de l’Olivier, 2012. Une biographie-fiction (“j’ai écrit une histoire avec laquelle je pouvais vivre, l’autre était trop douloureuse, je n’y aurais pas survécu.”) dans l’Angleterre proléraire des années 60-70, où littérature et identité sexuelle et rapports de classe occupent une place décisive dans ce roman d’apprentissage et d’émancipation féministe. (Recension dans le Monde des Livres)

Black feminism et récit de soi

  • Un ouvrage pionnier du Black Feminism, l’autobiographie d’Angela Davis (Angela Davis, Une Autobiographie, 1975) une des grandes figures du mouvement afro-américain et militante révolutionnaire aux Etats-Unis, offre une analyse simultanée des rapports de race et de genre dans l’Amérique “postesclavagiste” du XXe siècle. Condamnée à mort en 1972, elle sera libérée à la suite d’un très fort mouvement de mobilisation international. Elle approfondira par la suite son analyse des systèmes de domination à l’intersection du genre, du sexe, de la race et de la classe ( notamment dans Femmes, race et classe, Paris, Des Femmes, 2007 (1reéd. : 1981)).

Des romans pour restituer la parole des ouvrières

  • Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, La Découverte, 2008. Après la fermeture de Roussel-Uclaf, à Romainville, l’auteur réalise soixante entretiens auprès d’ancien-ne-s salarié-e-s sur leurs parcours à l’usine depuis 1967. Ainsi, il crée, à partir des propos rapportés par chacun d’entre eux des personnages de fiction. Pour plus d’informations: http://www.nonfiction.fr/article-1368-plus_belle_la_vie_dusine.htm
  • Francois Bon, Daewoo, Livre de poche, 2006. Daewoo, c’est le nom d’une usine, d’une pièce de théâtre et d’un roman. François Bon, entre enquête et fiction, part à la rencontre des anciennes ouvrières de Daewoo, intercalant dans son récit des extraits de la pièce de théâtre. Il évoque leur vie à et hors l’usine, la reconversion, les p’tits boulots, pour “Refuser. Faire face à l’effacement même”: http://www.espacestemps.net/document1637.html
  • Franck Magloire, Ouvrière, Editions de l’Aube, 2004. Après la fermeture de Moulinex, Franck Magloire demande à sa mère, ancienne ouvrière, de lui parler, de lui raconter, sa vie, son travail à l’usine. Dans une sorte de monologue, elle se prend au jeu et transmet à son fils, une histoire, une mémoire.

A Dystopian Classic

  • Angela Carter, The Passion of New Eve, Virago Modern Classics, 1992,(originally published in 1977). Carter’s novel portrays the physical, psychological, and cultural transformation of a man named Evelyn into a woman against the backdrop of an unstable dystopia. This raw world is spun partly from Carter’s vivid imagination and, more tellingly, from the underbelly of gendered norms naturalized in modern society. Carter’s romp through Evelyn’s self-discovery is unsettling, commanding, and thought-provoking. It is a fictional tour de force as a microstudy of modern subjectivity, agency, subversion, and power relations. A review from 2003:  http://trashotron.com/agony/reviews/2003/carter-passion_of_new_eve.htm.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website