Archives par mot-clé : anthropologie

Première séance du séminaire 2015/2016 : 1er octobre, le quotidien de l’allaitement

Le séminaire Genre et Classes Populaires reprend en cette rentrée, avec une première séance consacrée à la thématique de l’allaitement. Nous avons le plaisir d’accueillir Caroline Chautems, anthropologue à l’Université de Lausanne pour une communication intitulée :  « Du “rythme du bébé” au rythme des tétées : en quête d’une “routine” d’allaitement »

Le séminaire aura lieu le jeudi 1er octobre de 17h à 19h. Attention, de manière exceptionnelle, la première séance aura lieu dans la salle de l’IHMC, à l’Ens, 45 rue d’Ulm.

Pour retrouver le programme détaillé du séminaire pour l’année 2015/2016, consulter la page dédiée de notre blog .

 

Dernier numéro de la revue Clio, Les lois genrées de la guerre

couv_Clio_39

À l’occasion de la parution du n°39 de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, la revue porte son regard sur les femmes et les conflits. Depuis la fin du XXe siècle, l’étude de cette thématique a été renouvelée par l’approche anthropologique du fait guerrier, par une attention à l’intime et par la focale sur les sorties de guerre. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on nomme « les lois de la guerre ».

Sommaire du dossier coordonné par Fabrice Virgili:

• Philippe Clancier, “Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien”
• Sophie Cassagnes-Brouquet, “Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle)”
• Mariana Muravyeva, ““Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne”
• Régis Schlagdenhauffen, “Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945)”
• Alain Blum & Amandine Regamey, “Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000)”
• Christine Lévy, “Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ?”

Plus d’infos sur http://clio.revues.org/

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie de “Penser la violence des femmes” sous la dir. de C. Cardi et G. Pruvost

Coline Cardi, Geneviève PruvostPenser la violence des femmes, La Découverte, 448 p., 32 euros.

Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides… Qu’y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d’exhumer, de dénaturaliser, d’historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l’ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.
Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au coeur d’enjeux d’ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707172969

Rencontre avec COLINE CARDI et GENEVIÈVE PRUVOST pour la parution de l’ouvrage qu’elles ont dirigé Penser la violence des femmes (La Découverte)
Mercredi 26 septembre à 19h à la librairie Violette and Co
Qu’elles soient tueuses, pédophiles, kamikazes, soldates, révolutionnaires, cheffes de gang ou boxeuses, qui a-t-il de commun entre elles ? Cette somme inédite, réunissant les études de 32 contributrices-teurs de différentes disciplines, révèle combien la violence exercée par les femmes est au cœur d’enjeux à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.violetteandco.com/librairie/article.php?id_article=582

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website