Archives par mot-clé : Angleterre

Lecture: Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler

Le jeudi 20 février 2014, l’Institut du Genre et le Columbia Global Center de Reid Hall organisent une rencontre-débat de 18h30 à 20h30  autour de l’ouvrage Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler de Frédéric Regard (dir.), professeur de littérature anglaise (Université Paris-Sorbonne, Paris 4) avec la participation de Michel Prum, professeur de civilisation britannique (Université Paris 7) et d’Anne-E. Berger, professeure de littérature française et d’études de genre (Université Paris 8).

Introduction à la vie et à l’oeuvre de l’Anglaise Josephine Butler (1828-1906), qui “précipita une révolution du regard porté sur la prostitution à l’époque victorienne” (4e de couverture), cet ouvrage coordonné sous la direction de Frédéric Regard revient sur une figure complexe de l’abolitionnisme et paradoxalement méconnue de l’historiographie de la prostitution. Quatre parties divisent ce recueil,  allant de la biographie de cette femme issue de la grande bourgeoisie progressiste à l’édition d’un nombre important de ses textes en passant par un essai critique sur son engagement abolitionniste et son rapport au féminisme de l’ère victorienne.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage, Lilian Mathieu évoque à son propos la notion d'”entrepreneur de moral” d’Howard Becker:

“Elle aussi s’est montrée « fervent[e] et vertueu[se], souvent même imbu[e] de sa vertu », « inspiré[e] d’une éthique intransigeante » après avoir découvert une réalité qui lui a paru « mauvais[e] sans réserve ni nuances » et « tous les moyens lui [ont] sembl[é] justifiés pour l’éliminer ». Elle aussi a consacré sa vie à « une croisade pour la réforme des mœurs » parce qu’elle estimait qu’il subsistait dans la société anglaise de son époque une « forme de mal qui [la] choqu[ait] profondément » et que « le monde ne [pouvait] être en ordre tant que des normes n’aur[aient] pas été instaurées pour l’amender ». Ce mal, ce fut la réglementation de la prostitution, progressivement instaurée en Angleterre à partir de 1864, et pour l’abolition de laquelle elle se fit une propagandiste exaltée, n’hésitant pas à braver les restrictions imposées par la morale victorienne à l’expression politique des femmes.”

L’ouvrage permet ainsi d’interroger les ambiguïtés et les ambivalences du féminisme victorien aux origines du courant abolitionniste, et ce, “spécialement dans son abord des questions sexuelles et des rapports de classe, ainsi que dans son inspiration (imprégnation, vaudrait-il mieux dire, dans le cas de J. Butler) religieuse” souligne Lilian Mathieu.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website