Podcast séance « La routine du quartier », Collectif Rosa Bonheur, 26 novembre

Le jeudi 26 novembre, le séminaire Genre et classes populaires a eu le plaisir de recevoir des membres du collectif de recherche Rosa Bonheur (Clersé, Université de Lille 1) qui nous ont présenté une intervention intitulée : « Le travail de subsistance, un travail routinier? Enquête sur les pratiques quotidiennes en quartiers populaires ».

Leur enquête collective, ici présentée par Anne Bory, Blandine Mortain et Cécile Vignal, souligne, entre autres, l’importance du travail de subsistance dans le quotidien des femmes de classes populaires et montre les manières dont la routine peut être créatrice.

Vous pouvez écouter cette intervention sur la routine en quartiers populaires en cliquant sur le lien ci-dessous :

→ Podcast de la séance du collectif Rosa Bonheur du 26 novembre 2015

Table ronde: Prostitutions. Expressions, transactions, figurations, Orsay, 3 décembre

Prostitutions : expressions, transactions, figurations

positif
Anonyme, Etudes de nu, femme assise bras croisés© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt

A l’occasion de la parution de Prostitutions. Des représentations aveuglantes, les auteurs de cet ouvrage au format original, à mi-chemin entre livre et magazine, dialogueront autour des prostitutions. Cette table ronde est placée sous le signe de la pluralité des disciplines, des discours et des sensibilités.

Avec la participation de :
Marie Robert, conservateur, musée d’Orsay
Daniel Grojnowski, professeur émérite en littérature, université Paris-Diderot-Paris VII
Yagos Koliopanos, doctorant en sociologie
Laurie Laufer, psychanalyste
Clyde Plumauzille, chercheuse en histoire

Modération : Isolde Pludermacher, conservateur, musée d’Orsay, Gabrielle Houbre, maîtresse de conférences, université Paris-Diderot-Paris-VII ; université Sorbonne-Paris-Cité

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire : 26 novembre, le collectif Rosa Bonheur pour une enquête sur les pratiques quotidiennes en quartiers populaires

Le jeudi 26 novembre, la deuxième séance du séminaire « Genre et classes populaires » sur la notion de « routine-s » portera sur le quartier. Nous aurons le plaisir de recevoir le collectif Rosa Bonheur (CLERSE, Lille): « Le travail de subsistance, un travail routinier? Enquête sur les pratiques quotidiennes en quartiers populaires »
Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 18h à 20h. L’entrée des bâtiments est libre, cependant au vu des événements de la semaine dernière il peut être préférable de se munir d’un imprimé du programme du séminaire Genre et Classes Populaires pour justifier de votre venue en Sorbonne et de se munir d’une pièce d’identité.

SEM – Les classes populaires aujourd’hui

Nous relayons l’information sur le lancement du séminaire « Les classes populaires aujourd’hui », organisé par des doctorants du CMH, le 25 novembre prochain.

Programme:

25 novembre 2015 : Pierre Gilbert (Centre Max Weber), « Les styles de vie populaires à l’épreuve de la rénovation urbaine. La cuisine ouverte, entre rejets et appropriations hétérodoxes » Discutant : Olivier Masclet (CERLIS)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm) 

17 décembre 2015 : Raphael Challier (CRESPPA-GTM), « Un rendez-vous presque réussi : retour sur une expérience de mobilisation communiste chez des jeunes des quartiers populaires »

Discutant : Julian Mischi (INRA-CESAER)

18h – 20h, Salle 10, ENS Jourdan (48  boulevard Jourdan)

4 février 2016 : Akim Ouhalaci (CERSM), « Sport, style de vie populaire et réflexivité »

Discutant : Manuel Schotté (CERAPS)

16h – 18h, Salle 10, ENS Jourdan (48  boulevard Jourdan)                                                           

18 février 2016 : Fabien Brugière (CRESPPA-GTM), « Les ouvriers de piste : un groupe professionnel à la périphérie du monde aéroportuaire »

Discutant : Cédric Lomba (CRESPA-CSU)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

17 mars 2016 : Eve Meuret-Campfort (CENS), « Le devenir de la classe ouvrière observé depuis une usine d’ouvrière d’habillement en lutte : le cas des ouvrières de l’usine Chantelle de Saint-Herblain (1966-2005) »

Discutante : Sylvie Monchatre (SAGE)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

21 avril 2016 : Etienne Pingaud (ISP), « La religion comme offre symbolique. Les classes populaires de Nanterre et l’Islam »

Discutant : Stéphane Beaud (CMH)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

19 mai 2016 : Sarah Vincourt (CESSP), « Dockers à Abidjan »

Discutant : Jean Luc Deshayes (2L2S)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

16 juin 2016 : Mustapha Belhocine (éducateur et professeur des écoles), « Auto-socio-analyse d’une pratique littéraire en milieu précaire »

Discutant : Gérard Mauger (CESSP)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

 

Comité d’organisation : Vincent Burckel, Sebastian Carbonell, Benoit Coquard, Cyril Nazareth, Ana Portilla

Cont@cts : benoit.coquard@gmail.comnazareth.cyril@gmail.com

Colloque: Je travaille, donc je suis, Le Mage à 20 ans, 4 décembre

Vendredi 4 décembre 2015

  Je travaille, donc je suis. Le Mage a 20 ans

En Sorbonne – Amphithéâtre Louis Liard – 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris

REDIFFUSION dans le Grand-Amphithéâtre de l’Université Paris Descartes
12, rue de l’École de Médecine – 75006 Paris

Ouverture
par Frédéric Dardel, Président de l’Université Paris Descartes

Conférence inaugurale
Angela Davis, University of California, Santa Cruz

Introduction : L’histoire du Mage

Tables rondes

  • Les forces du Mage
  • La reconfiguration/diversification des objets de recherche
  • Travail, genre et féminismes d’hier à demain

programme colloque-mage-20ans
Synthèse du colloque
Nicky Le Feuvre, Université de Lausanne

Conférence de clôture : « Faire l’histoire du travail des femmes »
Michelle Perrot, Université Paris Diderot

Pour celles ou ceux qui n’ont pas reçu de confirmation d’inscription de notre part :
Ce colloque rencontrant un très vif succès, nous ne pouvons pas vous garantir l’entrée dans l’amphi Louis Liard. Nous sommes conscientes qu’il n’existe pas de solution idéale en la matière et sommes sous la contrainte de questions administratives de gestion des salles en Sorbonne, qui ne dépendent pas de nous mais de l’Université.
Nous proposons donc une alternative en rediffusant en direct l’ensemble de la journée dans le Grand-Amphithéâtre de l’Université Paris Descartes – 12 rue de l’École de Médecine – 75006 Paris (à 5 minutes à pied de la Sorbonne). Il reste indispensable de vous inscrire pour cette rediffusion en nous renvoyant le bulletin ci-dessous dûment rempli avant le 27 novembre à: lemagea20ans@gmail.com.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: « Corps sous emprises », dernier numéro de la revue Travail, genre et sociétés

Le numéro 34/2015 de Travail, genre et sociétés
« Corps sous emprises »
vient de paraître aux éditions La Découverte

PARCOURS
Michèle Reverdy, composer à  tout prix
propos recueillis par Hyacinthe Ravet

DOSSIER
Corps sous emprises. Biopolitique et sexualité au Nord et au Sud
coordonné par Tania Angeloff et Delphine Gardey

  • L’invention de l’accouchement sans douleur, France 1950-1980
    Marilène Vuille
  • Mesurer la puberté. La médicalisation de l’adolescence, Suisse 1950-1970
    Laura Piccand
  • Cet obscur sujet du désir. Médicaliser les troubles de la sexualité féminine en Occident
    Delphine Gardey et Iulia Hasdeu
  • Le sexe des femmes migrantes. Excisées au Sud, réparées au Nord
    Michela Villani
  • Biopolitique du stérilet. Stratégies au Sud
    Chikako Takeshita

MUTATIONS

  • La direction d’école en France
    Gilles Combaz et Christine Burgevin

CONTROVERSE
Quotas en tout genre
coordonnée par Jacqueline Laufer et Marion Paoletti

  • Du côté des électeurs : la banalisation du principe de parité ?
    Victor Marneur et Frédéric Neyrat
  • Un « mal nécessaire » ? Les hauts fonctionnaires et les quotas
    Laure Bereni et Anne Revillard
  • Les quotas de femems dans les conseils d’administration
    Anne-Françoise Bender, Isabelle Berrebi-Hoffmann et Philippe Reigné
  • A l’université : les dessous d’un consensus apparent
    Elise Lemercier
  • Dans le sport, des principes aux faits…
    Catherine Louveau
  • Art et culture …Et que rien ne change !
    Reine Prat
  • Dans les syndicats : du volontarisme à  la contrainte légale
    Cécile Guillaume, Sophie Pochic et Rachel Silvera

CRITIQUES

  • Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne
    de Sabine Fortino, Benjamin Tejerica, Beatriz Cavia et José Calderon (dir.)
    par Carlos Prieto
  • Mères migrantes sans frontières. La dimension invisible de l’immigration philippine en France d’Asuncio Freznoza-Flot
    par Julien Debonneville
  • La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution
    de Lilian Mathieu
    par Lola Gonzalez-Quijano
  • L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin
    de Joël Lebeaume
    par Nicole Mosconi
  • L’économie pour toutes. Un livre pour les femmes que les hommes feraient bien de lire
    de Jezabel Couppey-Soubeyran et Marianne Rubinstein
    par Rachel Silvera
  • L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail
    de’Alain Testart
    par Marie-Elisabeth Handman
  • La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte
    de Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier et Françoise Thébaud (coord.)
    par Yves Verneuil
  • Filles et garçons au lycée pro. Rapport à  l’école et rapport de genre
    de Séverine Depoilly
    par Nicolas Divert
  • Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940)
    de Linda Guerry
    par Stéphanie Condon

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à Communications: Women and Labour Activism in a Transnational Context

Appel à Communications: Women and Labour Activism in a Transnational Context

International Symposium

Newcastle University, 15-16 April 2016

In her 2014 work, Writing History in the Global Era, Lynn Hunt asks if globalization really is the new theory that will invigorate history. Since ‘the global turn’ it remains to be seen if more opportunities have been created to explore ways of including women in political, social and cultural history and in particular that of Labour history.

In order to investigate the impact of transnationalism on the visibility of women’s activism in the past, Claudia Baldoli and Máire Cross would like to invite proposals for research papers to be presented in an international conference that will bring together research groups of the North east including North East Labour History, Newcastle and Northumbria Universities Labour and Society Research Group, Newcastle University Gender Research Group.

Transnational approaches to the history of women in labour activism:

From Mary Wollstonecraft to 2014 Nobel Peace winner Malala Yousafzai: this two-day conference aims to discuss the effect of transnational approaches and the current polemical issues of the field, and to promote findings in new research on women’s engagement from the eighteenth to the twenty-first century, from individual to collective movements, in specific revolutionary moments and over several generations, in local and international associations, in particular where Labour activism intersects with other political, religious and cultural aspects of women’s activism.

 

Possible topics include: Women and strikes; Women in political movements, trades unions and NGOs; Women and political violence; Relationship between different generations of women activists; Pacifist women; Women involved in resistance movements; Women activists in exile; Biographical approaches to women activists; Political transitions in a life time of activism (for example in relation to peace and war, internationalism and nationalism, socialism and fascism, anti-colonialism and independence); Women activists in religious-social movements; Images of Women and Labour in cultural production; Women activists as writers, film makers, reporters.

We are interested in women’s roles as both political activists and intellectuals across borders and generations; on women’s biographies, both of lone women activists and of collective groups, of key figures as well as obscure ones, and on the role of biographies in establishing activist women’s reputations. We also welcome reflections on the methodology of activism and on problems inherent to the use of archives. We are keen to include researchers at all stages of their career. There may be limited funding to assist postgraduates whose papers are accepted.

Our invited keynote speaker is Susan Zimmermann, University Professor, Central European University, Budapest, specialist of international gender politics, labour women’s transnational activism, women’s work, and the ILO (http://people.ceu.edu/susan_zimmermann).

Please submit a 200 word proposal and CV by 31 January 2015 to:

EITHER Dr Claudia Baldoli, Senior Lecturer in European History, claudia.baldoli@ncl.ac.uk

OR Professor Máire Cross, Head of French, m.f.cross@ncl.ac.uk

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue: Gender, Work, & Organization

Dernier numéro de la revue: Gender, Work, & Organization

 

Volume 22, Issue 5, September 2015

Special Issue: Gendered Ageing in the New Economy

Edited by: Kathleen Riach, Wendy Loretto, Clary Krekula

Articles:

Gendered Ageing in the New Economy: Introduction to Special Issue (pages 437–444) Kathleen Riach, Wendy Loretto and Clary Krekula

Gendering Pensions: Making Women Visible (pages 445–458) Jo Grady

Work, Age and Other Drugs: Exploring the Intersection of Age and Masculinity in a Pharmaceutical Organization (pages 459–473) Barbara Foweraker and Leanne Cutcher

‘Success Is Satisfaction with What You Have’? Biographical Work–Life Balance of Older Female Employees in Public Administration (pages 474–494) Elisabeth Schilling

Technical Change and the Un/Troubling of Gendered Ageing in Healthcare Work (pages 495–509) Susan Halford, Natalia Kukarenko, Ann Therese Lotherington and Aud Obstfelder

Taking Stock: A Visual Analysis of Gendered Ageing (pages 510–528) Katrina Pritchard and Rebecca Whiting

Ageing, Corporeality and Embodiment, by Chris Gilleard and Paul Higgs. Anthem Press, 2014. 228 pp., hbk £60.00: Fashion and Age: Dress, the Body, and Later Life, by Julie Twigg. Bloomsbury, 2013. 184 pp., pbk £19.99 (pages 529–531) Sophie Hales

Older Workers in an Ageing Society: Critical Topics in Research and Policy, edited by Philip Taylor. Edward Elgar Publishers, 2013. 276 pp., hbk £83.00 (pages 532–533) Satu Heikkinen and Magnus Nilsson

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Association d’études de la sexualité, Congrès 2016

Appel de propositions pour les sessions du Congrès 2016

SSA CFP 2016 English and French (Cliquez pour télécharger)

L’Association d’études de la sexualité lance un appel de propositions pour sa quatrième rencontre annuelle, qui sera tenue du 29 au 31 mai 2016 à l’Université de Calgary à Calgary (Alberta) lors du Congrès du CRSH. Nous invitons des propositions de langues française et anglaise à partir de toute perspective disciplinaire ou interdisciplinaire. Il sera possible de présenter la même communication en français et en anglais. Si vous désirez présenter deux communications (l’une en français et l’autre en anglais), veuillez clairement indiquer cette intention dans votre résumé.

Suivant le thème du Congrès 2016, « L’énergie des communautés », nous nous intéressons notamment aux communications, réflexions créatives, expositions artistiques, films, œuvres multimédias et performances artistiques qui problématisent les notions de communauté et de l’appartenance dans leurs intersections avec le sexe, le genre et la sexualité. Étant donné l’engagement de l’Association d’études de la sexualité auprès d’une variété de communautés, dont les communautés autochtones, francophones et artistiques, le thème « L’énergie des communautés » est particulièrement propice pour nous.

Dans nos rôles de personnes impliquées dans la recherche critique et le militantisme liés à une variété de réseaux universitaires, artistiques et politiques, nous participons à la création de communautés queers et de systèmes de liens affectifs. L’histoire de l’intégration de la recherche scientifique et la recherche communautaire est longue et complexe. Les études critiques de la sexualité dénoncent les systèmes d’hétéronormativité qui privilégient les structures de liens affectifs et les pratiques sexuelles dominantes. Notre association favorise les théories et les méthodes intersectionnelles, décolonisatrices et multidimensionnelles. Elle est vouée à la dénonciation de projets homonationalistes qui réinscrivent la normativité comme technologie de gouvernance. En délégitimisant les savoirs produits par les communautés « autres », cette réinscription du pouvoir naturalise et privilégie les épistémologies dominantes.

Cette année, nous invitons l’exploration des questions suivantes : Quels sont les lieux de résistance et de complicité opérationnalisés par les sexualités et les études de la sexualité contemporaines? Quelles communautés et quelles formes d’appartenance sont rendues viables, et lesquelles deviennent inhabitables dans le contexte des cadres contemporains de la sexualité? Quelles sont les conséquences affectives de viser « l’énergie » des communautés d’un point de vue critique? Comment pouvons-nous visualiser et nous engager auprès de diverses cultures et communautés à l’ère de la politique mondiale et des relations transnationales? Nous invitons les chercheuses et chercheurs, les activistes et les artistes à soumettre des propositions qui se penchent sur les multiples dimensions de l’énergie des communautés incluant, mais sans se limiter, aux concepts suivants :

  • l’indigénéité, la dé/colonisation et le transnationalisme;
  • les études de la sexualité dans les discours scientifiques, artistiques et communautaires;
  • la langue, la culture et l’anglonormativité;
  • la racisation et la blancheur;
  • les corps inter/sexués, les genres et les subjectivités;
  • l’in/capacité et la crip theory;
  • les subjectivités trans* et la théorie trans-;
  • les politiques de l’espace et des contre-publics;
  • les écologies queers, l’anthropocène, l’espèce-isme et la distinction humain-animal;
  • les politiques vitales, les nouveaux matérialismes et les ontologies centrées sur l’objet;
  • la nécropolitique et la biopolitique, les morts-vivants, la « mort lente »;
  • le travail, la précarité, la survie;
  • les sexualités « illicites » et le travail du sexe;
  • les liens affectifs et les familles;
  • les droits, la reconnaissance et la résistance.

POUR SOUMETTRE VOTRE PROPOSITION : Nous encourageons la soumission de présentations d’une variété de formats, y compris les conférences, les panels, les ateliers, les tables rondes, les affiches, le visionnement de films et de vidéos, les performances artistiques, les expositions et les événements culturels. Une attention particulière sera portée aux séances impliquant des artistes ou des chercheurs, chercheuses ou activistes communautaires. Si vous proposez une présentation non conventionnelle, veuillez inclure une brève description de vos potentiels besoins en ce qui concerne le matériel technique/audiovisuel, le lieu et dimensions de la pièce, la possibilité de déplacer les meubles, ou autre.

Toute proposition doit être soumise sous forme d’un seul fichier (Word ou PDF) contenant (1) un résumé d’un maximum de 150 mots pour les communications individuelles, (2) une biographie d’un maximum de 50 mots et (3) un CV abrégé d’UNE page soulignant son affiliation institutionnelle ou communautaire, ses intérêts de recherche et ses projets/publications/expositions/performances en cours. Pour les propositions de panel et de table ronde, en plus d’une biographie de 50 mots et d’un CV abrégé d’une page pour chaque personne participante, la soumission doit inclure une description de 150 mots précisant les objectifs du panel dans son ensemble et un résumé de 100 mots pour chaque personne participante. Trois ou quatre personnes participeront à chaque panel. Si vous proposez un atelier dont l’horaire diffère de l’horaire conventionnel, veuillez l’indiquer. Comme une séance dure normalement 75 minutes, chaque communication présentée dans un panel doit durer environ 15 minutes. Toute soumission de panel et de table ronde doit indiquer le choix d’une personne pour animer la séance. Veuillez envoyer votre soumission sous forme de pièce jointe à l’adresse suivante : sexualitystudiesassociation@gmail.com.

La date limite des soumissions est le 20 novembre 2015. Les personnes ayant soumis des propositions seront avisées de la décision du comité de sélection vers la fin du mois de janvier 2016. Pour présenter au congrès, il faut être membre de l’association en date du 1er avril 2016 au plus tard.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Clio fête ses 20 ans le vendredi 20 novembre

La revue CLIO. Femmes, Genre, Histoire fête ses 20 ans le vendredi 20 novembre, soirée ouverte à tout.e.s!

Sans titre

Clio20ans

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à communications: Seventeenth Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities

Appel à communications: Seventeenth Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities

Call for Papers

Difficult Conversations: Thinking and Talking about Women,
Genders, and Sexualities Inside and Outside the Academy
at Hofstra University, Hempstead NY
June 1-4, 2017

The deadline for submission of proposals for individual papers, panels, and other sessions is January 15, 2016.  All proposals must be submitted electronically via the Berkshire Conference website. (http://2017berkshireconference.hofstra.edu/call-for-papers/#instructions). This site will be available for submissions from August 1, 2015 to January 15, 2016. As part of the submission process, you will be asked to select the Theme Track, or subject area, in which you would like your proposal considered. Your proposal will then be forwarded to the appropriate Track Chair.

Themed Tracks

From those listed below, please identify the subject area in which you wish to have your proposal considered. Note: Several divisions include suggested themes for exploration. These suggestions do not preclude proposals on other topics.  Questions about tracks should be directed to track co-chairs.

  1. Gender and the State: Majorities and Minorities

The state is present in gendered debates on the rights and obligations of citizenship, the provision of social welfare, governance and control, hierarchy and fealty, discrimination and marginalization. State power and also state violence are expressed differentially according to gender, with reference to legal status, reproductive rights, marriage, death, and an individual’s inclusion in the polity. Proposals might explore some of the following questions: How are gendered experiences and identities shaped by the state, and how do the demands of sexual, racial, ethnic, religious, and indigenous minorities shape state practices and institutions? How does power circulate between majorities and minorities, and how is difference, subordination, and subjecthood produced by the state, and also challenged by non-dominant communities? Specific examples might also refer to legal equality and legal status; struggles for suffrage; reproductive, human, and migrant rights; and the regulation of gendered forms of labor.

Track Chairs:

  1. Social Justice, Migration and the City

Cities – as spatial forms, economic entities, and human habitats – are dynamic hubs where identity, social relations, power, inequality, and social change are visible and contested in the natural, built, and human environment, in memories and artifacts of the past, and the present. Movements of people searching for better lives and for greater opportunities, fleeing persecution and violence, or just escaping the confines of their previous lives, often end up in cities. Whether segregated or intermingled, people from different regions and different parts of the world negotiate space and identity, fight for justice and create change. We invite proposals from historians and interdisciplinary scholars working on different geographical areas, or transnationally, that explore some aspect of the historical role that migrants, migration and urban space have played in advancing both inequality and freedom, in incubating struggles for social justice and change.

Proposals in this track are encouraged to consider the following questions: how migration and mobility have impacted economic, social, cultural and political relations and formations; how the city as a spatial form influences perceptions about poverty and wealth, citizenship, social control and the nation of freedom; how global forces, markets and privatization create and/or shape urban spaces and people’s lives; how inequalities manifest in urban spaces and through institutions such as housing, employment, and education; how cities shape notions of community and belonging, identity, access and exclusion; and how urban (suburban and ex-urban) environments structure organizing, grassroots activism and social justice agendas

Track Chairs:

  1. Globalized Labor

Examining women’s labor from a global perspective offers many possibilities to consider historical specificity, women’s migration, political involvement, and transnational social movements, as well as the multiple ways in which women’s labor shapes and is shaped by broader political and economic processes. It also examines how women’s labor has defined global circuits, labor demands, and transnational labor, especially in regards to intimate labor, care-giving, outsourcing life (surrogacy), lack of documentation, and informal economies.  By the same token, we are interested in papers that look at how women have organized to challenge women’s disenfranchisement and oppression within globalized systems of labor and production.

We invite proposals from historians of different geographical areas, transnational scholars, as well as activists that address the following areas: women and transatlantic/transpacific migration; trafficking and forced labor; neoliberalism and labor migration; subcontracted labor; guest workers; the informal sector; women entrepreneurs; the gender pay gap; women’s labor and climate change; segregated labor markets; international labor organizing; women’s labor and social reproduction; transnational families and women’s work; surrogate motherhood and transnational adoption; women’s labor and free trade policy; the wages for housework movement; working class/labor movements; transnational social movements; the International Labour Organization (ILO) and women’s labor; labor legislation/protective legislation and women workers.

Track Chairs:

Top of page

  4. Slavery and Other Forms of Unfree Labor

We invite historians, activists, and others who are interested in examining how systems of unfree labor shaped lived experiences in “free” and “unfree” societies from ancient times to the twenty-first century. Slavery configured the geographic landscape of all who came into contact with it and connected societies economically, especially as global capitalism developed rapidly.  As a result of slavery’s commodification, systems of inequality were established that still linger.  We hope that the panel presentations offered will provide deep analyses of slavery, push forward new methodological approaches, broaden historiographical borders that have surrounded the subject, and advance new questions about the historical legacies of unfree labor.  We are especially interested in receiving proposals that emphasize the gendered dimensions of slavery and unfree labor in comparative frameworks temporally and spatially, from the ancient world to the 21st century. Papers might include analyses of slave systems that connected societies across the Atlantic, Pacific or Indian oceans, trans-Saharan slavery, convict labor, sexual (including marriage) and debt slavery, or other institutions of bonded labor.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and Capitalism

With the recent, renewed interest in the history of capitalism, we seek to open up a conversation that deepens our understanding of capitalism and its diverse role in the transformation of economies and societies across the globe.  We are particularly interested in proposals that consider how the study of women and gender can help us better understand global capitalism as an internally differentiated and interconnected, shared structure.  Proposals that join an innovative use of both quantitative and qualitative methods and evidence will be given special consideration, as will those that incorporate how historians, activists, artists, economists and others have engaged with the histories of capitalism.  We invite submissions on topics as diverse as corporate capitalism, the service economy, markets and consumption, business, the environment and development, social networks, globalization and antiglobalization, and big data.

Track chairs:

  1. Sexualities, Gender Identities and Expressions

We call for proposals that consider the question of how sex, sexualities and gender are managed and maintained across boundaries of race, class, and culture  (among others). New paths of contestation engaging the fluidity of genders and sexualities are called for in the current state of emergency surrounding issues of anti-Black racism and police brutality that have generated public protest in the United States.  Similarly, popular and state uprisings across the Middle East and North Africa (among others), have destabilized conventional hierarchies. How might these conflicts generate new models of activism, scholarship, and praxis along axes of gender identity, expression, and sexualities?  How do emergent gender identities and sexual expressions produce both antagonisms and possibilities? Papers that concern historically situated race and racism and local and transnational state violence are particularly relevant.  The Sexualities and Gender Identities and Expressions track will also consider but not be limited to: queer pedagogies; reproductive technologies and sexualities; relations among Feminist Studies/LGBTQ Studies/ Queer Studies; police states and violence; intimate partner violence; social protest; pleasure and sexual practices; trans*/national movements and movement building; political coalitions; dangerous intimacies.

Track Chairs:

Top of page

7. Women, Gender and Science

The Program Committee welcomes proposals for panels, papers, round-table discussions, or other presentations on all aspects of the history of women, gender(s), and science (including medicine and technology). We are particularly interested in creating a program that includes a range of geographic areas, historical periods, and methodologies. We welcome proposals that are interdisciplinary and intersectional, and that represent a diverse set of voices within academia and beyond including, but not limited to, those that engage visual and performing arts, science fiction, civic science, do-it-yourself experiments, computing and the Maker Movement. We especially encourage panel proposals that bring together scholars, artists, and/or practitioners around a common theme.

Track Chairs:

  1. Pedagogy and Work Culture, K-12

The Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities brings together thousands of historians, activists, educators, and artists to share their research and activism. The 2017 conference especially wants to involve teachers and teacher educators in a lively discussion of teachers’ work as well as curriculum, pedagogy, and the history of education informed by feminist, queer, Marxist, and race-based theory. We plan to partner teachers and teacher educators with academics, school activists, museum educators, librarians, and artists to explore gender and sexuality in school curricula and the life of schools and those who work there. A range of creative presentation formats—including performance-based, digital, and open forum—are encouraged.  Possible topics include:  How genders and sexuality are taught (or not taught) in the curriculum in the era of high stakes testing; Engaging social issues in K-12 curriculum (e.g., peace, suffrage, temperance, anti-lynching) that illuminate and enrich the understanding of a particular era or movement;  The gendered nature of the attack on public education, the history of women in the schools, and teacher union history; Gender and the work of teachers, including oral histories of closeted and “out” queer educators.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and War

War, as a time of dramatic rupture and change, can bring terrible suffering but also, potentially, opportunity. Wars serve to construct, fracture and challenge gender identities and gendered hierarchies. Gender, moreover, has been a mobilizing theme for both anti-war and militaristic movements. We invite innovative contributions that address topics such as the gendered dimensions of both home fronts and battle fronts; the intersections of gender, ethnicity and religious identification in war contexts; the ways that different genders and sexualities are negotiated within wartime regimes; the intersections of war, gender, science and technology; the gendered dimensions of war memory, memorialization and mourning; the gendering of wartime discourse and propaganda; and media, literary and visual representations of gender, war and conflict. Submissions may deal with any geographical area(s) and any historical era, from ancient to modern.

Track Chairs:

Top of page

10. Refugees, Asylum and Gender

Gender and sexuality have shaped the flow of people fleeing war persecution, man-made and natural catastrophes, playing a strong role not only in who flees, but also in what they experience. Additionally, as a form of forced migration, refugee migration invites juxtaposition with detention and deportation, international adoption, and human trafficking.  Thus we invite path breaking contributions that address the experiences of such coerced migrants in various  times and places, focusing on such topics as sustaining everyday life in refugee camps and in resettlement, gendered persecution (such as intimate partner violence, forced marriage, or rape) in asylum cases, gendered treatment of refugees, gendered effects of refugee and asylum policies, the gendered discourse of refugees and asylum, gendered forms of resilience and creativity,  the intersection of gender/race/culture/ability and sexuality and historic and ongoing inequity as a factor in forced migration. We especially welcome proposals that cross boundaries, creatively re-think the nature and format of presentations, and include presenters from beyond the confines of academia.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and Religion

The twenty-first century has seen a revival of religion as a marker of gender difference in many parts of the globe.  Religious concepts and practices continue to be invoked to strengthen hierarchies, enforce conformity, and deny fundamental rights.  In light of those developments, submissions to Difficult Conversations on women, gender, and religion, are invited to reassess historical scholarship of the past decades that revealed competing theologies, and to question how, at this stage in history, scholars and activists may effectively advance more nuanced understandings of faith, religious systems, and the values associated with them.  Of particular interest are questions of gendered agency and authority in religion; religious “tradition” and identity; and the interplay between religion and sexuality.

Track Chairs:

  1. Performance Studies and Visual Culture

This track explores the ways in which performance and visual culture can create, interrogate, and reshape the meanings and representations of gender, sexuality, race, class, ability and other categories of identification.  Papers and presenters from any discipline that seeks to theorize and understand historical and contemporary modes of embodiment, agency, representation, and resistance are encouraged. Proposals may also incorporate short performances as a means of enhancing audience engagement with central questions about agency, representation and creation.  Presentations might use performance as an organizing framework for considering a wide range of gendered practices and relationships, including but not limited to: museums and memorials; landscapes and the built environment; food and consumption; technology and digital media; nationalism, totalitarianism, repression, and revolution; theatre and creative practices, literary production, and censorship.

Track Chairs:

  1. Politics and Popular Culture

The relationship between politics and popular culture is key to understanding women, gender, and sexualities across historical eras.  We invite submissions that critically engage the history of popular culture in any time period and locale.  Popular culture history has emerged as a vibrant field that yields new ways to study the intersections of race, gender, class, sexuality, and (dis)ability.  Submitters can take up a number of issues ranging from how and why popular culture is central to the quotidian experiences of people around the globe to its role in the shifting paradigms of feminism, body politics, critical race theory, trans studies, imperialism, transnational studies, and reproductive justice.  By centering on forms of popular cultural expression, including film, music, sports, dance, fashion, print media, social media, this track seeks to bring a diverse group of scholars, cultural producers, and practitioners into conversation with one another.

Track Chairs:

  1. Work Cultures/Work Realities: The Academy and Beyond

This track seeks individual papers, panels, or roundtable sessions on issues or themes relevant to the work we (broadly defined) do. We hope to generate informed conversation about pedagogy, but also working conditions—for those working in any capacity in higher educational institutions as well as those in other settings.  Given the service burdens in the academy that fall particularly heavily on women and people of color, how do we see that such contributions are valued?  Do we need to redefine teaching and service as intellectual endeavors?  Is it necessary to change dominant understandings of scholarship?  How would we set about doing these tasks?  These issues are particularly timely given attacks on university employees and the questions raised by politicians, parents, and students about the “value” or “utility” of history?  They are also important in light of those scholars, including public historians, public intellectuals, and digital humanists whose contributions often cannot be measured by “traditional” categories.  Other difficult conversations are to be had on how historians in various settings (schools, universities, non-profits, for-hire) can work together? We also seek to address how scholarship and work are married beyond the academy.  Can one still be a historian and work, for example, in non-academic settings.  What does it mean to be an Alt-Ac, public historian or history informed activist in 2017?

Track Chairs:

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’étude, Que fait le genre à l’histoire du XIXe siècle?, EHESS, 12-13 octobre

Journée(s) d’étude

Que fait le genre à l’histoire du XIXe siècle?

EHESS – Salles 638-640 – 190-198, avenue de France – 75013 Paris
Depuis maintenant près d’une quarantaine d’années, l’histoire des femmes et, plus récemment, les études de genre ont ouvert des perspectives nouvelles dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, et contribué à y faire évoluer les méthodes d’enquête. Les 12 et 13 octobre 2015, deux journées d’études prendront appui sur le travail des historien-ne-s pour proposer, autour d’un cas concret – celui des croisements entre rapports de genre et rapports coloniaux dans la France du XIXe siècle – une réflexion interdisciplinaire sur les apports heuristiques des concepts de genre et d’intersectionnalité. Leurs organisatrices, Elizabeth Claire (CRH), Caroline Fayolle (Paris 8), Lola Gonzalez-Quijano (CRH) et Sylvie Steinberg (CRH), précisent ici l’enjeu de cette rencontre.

Ces deux journées d’étude entendent relire l’histoire du long XIXe siècle français au prisme du genre et en résonance avec les questions plus contemporaines étudiées au sein de la Mention Genre Politique et Sexualités (GPS-Sociologie) de l’EHESS. Réunissant des historien.nes, sociologues, littéraires et politistes, elle souhaite initier un travail collectif permettant de dépasser les frontières disciplinaires et de croiser les approches et les outils théoriques.

Il s’agira de mettre en lumière des travaux récents en sciences humaines et sociales qui ont souligné le caractère heuristique du genre et du concept d’intersectionnalité pour comprendre les mutations de la France du XIXe siècle. Assumant le fait que la recherche interroge le passé depuis un présent qui la situe, ces journées s’attacheront aussi à comprendre en quoi les cadres de pensées issus du XIXe siècle, s’ils sont mouvants et peuvent être déconstruits, continuent à nourrir les représentations collectives et les conceptions actuelles du politique. Un retour sur cette période ne peut manquer d’éclairer les stéréotypes à l’œuvre dans les logiques de domination et d’exclusion aujourd’hui. Il s’agira ainsi de proposer des premiers jalons pour opérer, à partir du XIXe siècle, une généalogie des controverses contemporaines qui articulent les questions liées au genre, à la sexualité, au racisme et au post-colonialisme.

Afin de participer à la réflexion collective sur « les sciences sociales au XXIe siècle » menée dans le cadre du quarantenaire de l’EHESS, une table ronde conclusive proposera une discussion mettant en perspective les apports théoriques de ces journées et une réflexion épistémologique sur l’évolution des usages du genre dans les sciences humaines et sociales et notamment en histoire. Le genre sera questionné à la fois comme catégorie d’analyse pour le champ universitaire et comme outil critique mobilisé dans les conflits sociaux et politiques.
Date
du lundi 12 octobre 2015 à 09h30 au mardi 13 octobre 2015 à 17h30
Contact
Liste d’inscription
inscription à : genre19e@gamil.com

programme_genrehistoire19e_v2

http://actualites.ehess.fr/nouvelle6771.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Podcast séance « routine de l’allaitement » – Caroline Chautems

Le jeudi 1er octobre, le séminaire Genre et classes populaires a eu le plaisir de recevoir Caroline Chautems, anthropologue à l’Université de Lausanne pour une communication intitulée : « Du “rythme du bébé” au rythme des tétées : en quête d’une “routine” d’allaitement »

Vous pouvez écouter cette intervention sur la routine de l’allaitement en cliquant sur le lien ci-dessous :

Podcast séance routine de l’allaitement – Caroline Chautems

Première séance du séminaire 2015/2016 : 1er octobre, le quotidien de l’allaitement

Le séminaire Genre et Classes Populaires reprend en cette rentrée, avec une première séance consacrée à la thématique de l’allaitement. Nous avons le plaisir d’accueillir Caroline Chautems, anthropologue à l’Université de Lausanne pour une communication intitulée :  « Du “rythme du bébé” au rythme des tétées : en quête d’une “routine” d’allaitement »

Le séminaire aura lieu le jeudi 1er octobre de 17h à 19h. Attention, de manière exceptionnelle, la première séance aura lieu dans la salle de l’IHMC, à l’Ens, 45 rue d’Ulm.

Pour retrouver le programme détaillé du séminaire pour l’année 2015/2016, consulter la page dédiée de notre blog .

 

Journée d’études « Féminisme et travail domestique », Paris Dauphine, 16 octobre

Féminisme et travail domestique

16 octobre 2015 Université Paris-Dauphine, salle P

IRISSO – journée de l’axe genre en l’honneur de Dominique Fougeyrollas

9H30 Accueil, café

10H : Ouverture par Dominique Méda, directrice de l’IRISSO

Introduction de la journée par Dominique Fougeyrollas

Enjeux scientifiques et politiques de la mesure du travail domestique,   Présidence : Sophie Bernard (IRISSO)

Cécile Brousse (DARES) : Les enquêtes emploi du temps de l’INSEE (1974-2010)

Dominique Méda (Université Paris-Dauphine, IRISSO) : Femmes et richesse, au delà du PIB

Sibylle Gollac (CNRS-CRESSPA-CSU) et Céline Bessière (Université Paris-Dauphine, IRISSO) : Les enjeux de l’invisibilisation du travail domestique au tribunal des couples

Déjeuner (12H30-14H)

Marchandisation du travail domestique, Présidence : Annie Cot (Paris 1, Centre d’économie de la Sorbonne)

François-Xavier Devetter (Telecom Lille – CLERSE) Enjeux et signification sociale de la politique de soutien aux « services à la personne »

Christelle Avril (Université Paris XIII-IRIS), Employée à domicile, domination exacerbée ou émancipation ? Quelques pistes de réflexion empirique

Jules Falquet (Université Paris-Diderot, LCSP), Quelques remarques sur la mobilité de la main d’œuvre et travail domestique réalisé hors de sa propre famille : de la colonisation à la mondialisation néolibérale 

Caroline Ibos (Université Rennes 2, LEGS) : Le travail domestiques : les enjeux d’une délégation sans fin

Conclusion / débat : Catherine Achin et Céline Bessière (Université Paris-Dauphine, IRISSO): Petit retour sur 40 ans de recherches féministes sur le travail domestique 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website