Archives pour la catégorie Séminaire 2014/2015

Podcast séance religieuses – 25 juin – N. Pellegrin, A. Jusseaume

Vous trouverez ci-dessous les podcasts des deux interventions de la dernière séance du séminaire de l’année qui s’est tenue le 25 juin autour des « religieuses »

Deux historiennes nous ont proposé des communications issues de leurs travaux respectifs interrogeant la routine des religieuses.

Nicole Pellegrin (Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1) a présenté une intervention intitulée : « Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus ».

→ Podcast de l’intervention de Nicole Pellegrin

Anne Jusseaume (Centre d’Histoire de Sciences Po) a présenté une intervention intitulée « Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle ».

→ Podcast de l’intervention d’Anne Jusseaume

Quelques suggestions de lecture des travaux de nos invitées:

Anne Jusseaume

« Soigner des femmes en couches, un interdit levé pour rechristianiser? Des sœursauprès des parturientes au XIXe siècle ». Chrétiens et sociétés XVIe– XXIe, N°19 «Médecine et religion », 2012. http://chretienssocietes.revues.org/3342

« De la disgrâce à la grâce, la trajectoire des Filles de la Charité « de condition » auXIXe siècle », Hypothèses. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire, Publications de la Sorbonne, 2014, https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2014-1-page-255.htm

Nicole Pellegrin

« Habits du soi, costume de l’autre. Pour une approche critique des sources écrites de l’histoire vestimentaire des identités françaises », in Des habits et nous. Vêtements et identités nationales, éd. Jean-Pierre Lethuillier, Rennes, PUR, 2007, p. 15-23.
« La Nonne en ses costumes de scène. Le cas du théâtre révolutionnaire français », in D. Doumergue et A. Verdier (dir.), Le Costume de scène, objet de recherche, Cirey-les-Mareilles, Lampsaque, 2014, pp. 139-156, ill.
« Quand le voile fait son cinéma. Notes sur les parures blanches de quelques religieuses « hollywoodiennes » préconciliaires » in Claude Coupry et Françoise Cousin (dir.), Lumières du blanc, Saint-Maur-des-Fossés, AFET et Sépia, 2014, pp. 129-138 ill.

Podcast séance « Personnes âgées » – Valentine Trépied – 11 juin 2015

Vous trouverez ci-dessous le podcast de la séance de séminaire qui s’est tenue le 11 juin 2015 et portait sur les personnes âgées en EHPAD.

Valentine Trépied (sociologue, Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS/CNRS) est venue nous présenter une intervention à partir de sa thèse, tout récemment soutenue, intitulée : « Devenir dépendant. Approche sociologique du grand âge en institution ». Son intervention portait plus spécifiquement sur « Routines et dépendance, l’étiquetage des personnes âgées en EHPAD » et a montré comment les routines professionnelles du personnel de l’institution finissent par s’imposer aux personnes âgées, malgré la valorisation institutionnelle de l’autonomie des résidents.

→ Le podcast de l’intervention de Valentine Trépied à écouter ici.

Prochaine séance du séminaire : le 28 mai, 17h, Les concierges

Prochaine séance du séminaire : le 28 mai, 17h, Les concierges

Jeudi prochain 28 mai, le séminaire Genre et classes populaires, qui a pour thème cette année les “Routines,” aura le plaisir d’accueillir Anaïs Albert et Nimisha Barton pour une séance autour des concierges.

Anaïs Albert (historienne, Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et Nimisha Barton (historienne, Princeton University) présenteront une intervention intitulée:

« La routine comme métier : les concierges parisiens et la gestion du quotidien des classes populaires, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres »

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 28 mai salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l’University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j’analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française – et une grande partie de l’Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Podcast séance « Les Miss » – Camille Couvry – 26 mars

Vous trouverez ci-dessous le podcast de la séance du séminaire qui s’est tenue le jeudi 26 mars 2015 autour des « Miss ».

Camille Couvry (sociologue, Dynamiques sociales et Langagières, Université de Rouen), qui réalise une thèse de sociologie intitulée : « La beauté dans les élections de miss », est venue nous parler des processus d’empowerment qu’elle observe concernant les candidates et les miss de concours de beauté à l’échelle locale (Rouen et Le Havre).  Son intervention s’intitulait : « L’expérience des élections de Miss et l’apprentissage de techniques du corps : acquisition durable de pratiques considérées comme “féminines” par les participantes ? »

Podcast de l’intervention de Camille Couvry

 

 

 

Bonne écoute !

Prochaine séance du séminaire : 26 mars, 17h, Les Miss

Jeudi prochain 26 mars, le séminaire Genre et classes populaires, qui a pour thème cette année les “Routines,” aura le plaisir d’accueillir Camille Couvry pour une séance autour des “Miss.”

Camille Couvry (sociologue, Dynamiques sociales et Langagières, Université de Rouen) présentera une intervention intitulée : « L’expérience des élections de Miss et l’apprentissage de techniques du corps : acquisition durable de pratiques considérées comme “féminines” par les participantes ? »

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 26 mars salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

 

Si vous avez manqué la séance sur la construction de la masculinité sportive avec Nicolas Damont et Manuel Schotté, n’hésitez pas à écouter les interventions en podcast sur le carnet.

Film, livre et conférences dans les dernières nouveautés, et, une fois n’est pas coutume, pour finir, et vous donner envie de lire, laissons la parole à Georges Pérec dont les mots résonnent tout particulièrement avec nos questionnements :
 » Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ? »

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l’University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j’analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française – et une grande partie de l’Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Podcast séance « sportifs » avec Nicolas Damont et Manuel Schotté

Vous trouverez ci-dessous le podcast de la séance du séminaire qui s’est tenue le 12 février 2015 autour des « sportifs »

Nous avons à cette occasion exploré les « routines » de la construction de la masculinité à travers la pratique du football dans le cas de Nicolas Damont et la course athlétique dans le cas de Manuel Schotté. L’étude de la routine dans le sport se révèle particulièrement féconde dans la mesure où la répétition toujours recommencée de gestes précis est essentielle à l’entraînement. Cette temporalité mineure (l’entraînement) s’oppose en outre à la temporalité majeure de l’événement qu’est la compétition sportive (le match ou la course) qui ne pourrait cependant exister sans l’entraînement, cet « apprentissage par corps » (Sylvia Faure) quotidien.

En suivant de près la formation progressive des apprentis footballeurs d’un centre d’apprentissage de région parisienne, Nicolas Damont montre quelle masculinité est construite par le sport, entre les injonctions des entraineurs sur le terrain et les injonctions des camarades de formation. Ces masculinités, fortement hétérosexuelles, sont néanmoins variées et posent la question de la manière dont la pratique sportive vient retravailler la masculinité populaire.

Dans un autre univers sportif et social, Manuel Schotté revient sur la formation de jeunes athlètes marocains qui s’engagent dans la course athlétique au Maroc et en viennent progressivement à organiser leur avenir autour de cette pratique. La migration en France pour un sport où les élus sont très peu nombreux et la précarité qu’elle implique montre que la différenciation des parcours sportifs dépend beaucoup des ressources sociales que les coureurs sont à même de mobiliser dans cette situation.

Intervention de Nicolas Damont, « D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs » :

Podcast intervention Nicolas Damont

Intervention de Manuel Schotté, « La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité » : 

Podcast intervention Manuel Schotté

Bonne écoute !

Prochaine séance du séminaire : 12 février, 17h, les sportifs

Jeudi prochain 12 février, le séminaire Genre et classes populaires, qui a pour thème cette année les « Routines », aura le plaisir d’accueillir Manuel Schotté et Nicolas Damont pour une séance autour des sportifs.

Manuel Schotté (sociologue, Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, Université Lille 2/CNRS) présentera une intervention intitulée : « La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité » et Nicolas Damont (sociologue, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, EHESS/CNRS) une intervention intitulée: « D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisée” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs ».

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 12 février salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire). Attention, la séance étant double, elle dure 3h et se termine donc à 20h.

Podcast séance Mathieu Marly-Routines et vie militaire

La séance du 20 novembre 2014 où nous avons accueilli Mathieu Marly (historien, Institut de recherches historiques du Septentrion, Université Lille 3/CNRS) est disponible en podcast.

L’intervention est à écouter ICI

Son intervention s’intitulait : « “À vos balais !” Les soldats face aux tâches ménagères. Genre, classe, discipline et culture matérielle dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »

Il est revenu dans ce cadre sur son travail de thèse en cours sous l’angle du genre pour nous exposer en quoi les routines militaires participent de la construction d’une masculinité militaire plus complexe qu’il n’y parait au premier abord.

Annulation de la séance du jeudi 22 janvier avec Catherine Négroni

Malheureusement, Catherine Négroni doit annuler son intervention dans notre séminaire ce jeudi 22 janvier.

Nous nous retrouvons donc le 12 février à 17h pour une séance autour des sportifs avec Manuel Schotté et Nicolas Damont (voir programme).

 

Pour la deuxième séance du séminaire Genre et Classes Populaires sur le thème “routine-s”, nous avons le plaisir de recevoir Catherine Négroni qui viendra nous parler du quotidien du travail prostitutionnel.

Jeudi 22 janvier : Les prostituées (17h-19h)

Catherine Négroni (sociologue, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, Université Lille 1/CNRS)

« Vivre au quotidien le travail prostitutionnel : parcours de prostituées, transsexuelles, migrantes »

 

Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.

Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Voir  le programme du séminaire 2014/2015 sur le thème “Routine-s” ici: http://gcp.hypotheses.org/1983

 

Catherine Négroni: http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article180

Négroni Catherine, Cardon P., 2013, « Enfance, famille et intervention publique : au prisme du parcours biographique », Recherches familiales, n° 10, p. 70-74

Négroni Catherine, 2013, « Parcours migratoires de prostituées équatoriennes transsexuelles », Migrations et Sociétés, vol. 25, n° 145, janvier-février, p. 153-166

Négroni Catherine, 2013, « Réflexivité et accompagnement des parcours de formation en reconversion professionnelle à l’université », in « Formation et réflexivité : les pratiques relationnelles et la question technique », La revue Les sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle, numéro coordonné par Philippe Mazereau et Béatrice Savarieau, vol. 46, p. 21-40

Négroni Catherine, 2013, « La latence, concept clé des bifurcations professionnelles : approcher la prise de décision à travers une analyse du récit et du statut de la parole des individus », in Ch. Niewiadomski et Ch. Delory Momberger (dir.), Territoires contemporains de la recherche bio-graphique, Teraedre, p.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l’University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j’analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française – et une grande partie de l’Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Jeudi 20 novembre : La première séance du séminaire Genre et Classes Populaires sur le thème “routine-s” avec Mathieu Marly

Pour la première séance du séminaire Genre et Classes Populaires sur le thème “routine-s”, nous avons le plaisir de recevoir Mathieu Marly qui parle des soldats.

Jeudi 20 novembre : Les soldats (17h-19h)

 

Mathieu Marly (historien, Institut de recherches historiques du Septentrion, Université Lille 3/CNRS)

« “À vos balais !” Les soldats face aux tâches ménagères. Genre, classe, discipline et culture matérielle dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »

 

Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.

Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

 

Voir  le programme du séminaire 2014/2015 sur le thème “Routine-s” ici: http://gcp.hypotheses.org/1983

 

Mathieu Marly: http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/5D-Marly.html

2014
et Stéphane Lembré, « À l’école du régiment. Instruction, culture scolaire et promotion dans les rangs de l’armée française aiu XIXe siècle », dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 2014/1, n°48, p. 145-164.

2013
« Les voix de la légende. Réflexions sur la parole des anciens soldats de Napoléon dans les campagnes françaises du XIXe siècle », Romantisme, à paraître courant 2013

2011
« Être ou ne pas être un ancien soldat de l’Empire ? Un processus identitaire dans les campagnes de Haute-Bretagne au XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, juin 2011, Tome 118, n°2, p. 103-116

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l’University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j’analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française – et une grande partie de l’Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Programme du séminaire 2014/2015 sur le thème « Routine-s »

Séminaire « Genre et classes populaires »
Année 2014 / 2015
« Routine-s »
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, le séminaire « Genre et Classes Populaires » se propose d’étudier les rapports sociaux de sexe/de genre à l’intérieur des classes populaires. Après deux années consacrées à la question des lieux, le séminaire s’approprie cette année la notion de « routine-s » pour continuer à saisir le monde social « par en bas » au plus près des pratiques et des discours des acteur-e-s.
La routine renvoie à la répétition d’actions ordinaires au quotidien, à des habitudes ancrées dans les corps et les esprits des individus. L’histoire se désintéresse souvent de cette temporalité mineure en faveur de l’évènement, de l’exceptionnel, reproduisant alors la vision négative de la routine comme monotonie, « train-train » quotidien, voire ennui. La sociologie est plus attentive aux dimensions ordinaires, elle qui cherche les régularités du monde social. Elle fait pourtant peu souvent l’effort de retracer précisément les activités qui appuient quotidiennement les tendances générales observées au niveau d’un groupe social. La routine renvoie à des actions invisibles car banales et attendues. Cette temporalité est plutôt celle du féminin que du masculin ; le temps du travail domestique en étant l’exemple le plus flagrant. Toutes les activités peuvent néanmoins être envisagées dans leur dimension routinière et quotidienne et ainsi montrer sur quel ensemble d’actions quotidiennes leur perpétuation repose.
En étudiant le quotidien et l’ordinaire des activités sociales les plus diverses (les tâches ménagères, le sport de haut niveau, la prostitution, les concierges, etc.), le séminaire cherchera ainsi à retrouver un sens plus positif de la notion de routine : celle de savoir-faire intériorisé, parfois jusqu’à l’automatisme, acquis par la pratique et par l’expérience. La notion renvoie alors aux apprentissages souvent invisibles, aux processus d’incorporation du social, non pas seulement comme norme mais aussi comme compétence, comme savoir-agir et savoir-être, et donc aussi comme possibilité d’action. N’est-ce pas précisément dans le quotidien que se cachent les marges de manœuvre et les petits détournements des normes sociales que le séminaire cherche à identifier depuis plusieurs années ? Et, de l’autre côté, comment est-ce que ces petits détournements ouvrent à la routine, force d’inertie, une possibilité d’évolution ? A la manière de Judith Butler, nous pouvons penser les routines comme des performances qui confirment les identités par la réitération routinière, mais offrent aussi un espace d’agency.
Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.
Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.
Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.
PROGRAMME
Jeudi 20 novembre : Les soldats (17h-19h)
Mathieu Marly (historien, Institut de recherches historiques du Septentrion, Université Lille 3/CNRS)
« “À vos balais !” Les soldats face aux tâches ménagères. Genre, classe, discipline et culture matérielle dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »
Jeudi 22 janvier : Les prostituées (17h-19h) (ANNULÉ)
Catherine Négroni (sociologue, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, Université Lille 1/CNRS)
« Vivre au quotidien le travail prostitutionnel : parcours de prostituées, transsexuelles, migrantes »
Jeudi 12 février : Les sportifs (17h-20h)
Manuel Schotté (sociologue, Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, Université Lille 2/CNRS)
« La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité »
et
Nicolas Damont (sociologue, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, EHESS/CNRS)
« D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs »
Jeudi 26 mars : Les Miss (17h-19h)
Camille Couvry (sociologue, Dynamiques sociales et Langagières, Université de Rouen)
« L’expérience des élections de Miss et l’apprentissage de techniques du corps : acquisition durable de pratiques considérées comme “féminines” par les participantes ? »
Jeudi 2 avril : Les sites de rencontre en ligne (17h-19h)
Marie Bergström (sociologue, Observatoire sociologique du changement, Sciences Po / Université d’Oxford, Nuffield College)
« Les codes sociaux et sexués de la séduction. L’exemple des sites de rencontres en ligne »
Jeudi 28 mai : Les concierges (17h-20h)
Anaïs Albert (historienne, Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et Nimisha Barton (historienne, Princeton University)
« La routine comme métier : les concierges parisiens et la gestion du quotidien des classes populaires, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres »
Jeudi 11 juin 2015 : Les personnes âgées (17h-19h)
Valentine Trépied (sociologue, Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS/CNRS)
« Routines et dépendance, l’étiquetage des personnes âgées en EHPAD »
Jeudi 25 juin : Les religieuses (17h-20h)
Anne Jusseaume (historienne, Centre d’Histoire de Sciences Po)
« Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle »
et
 Nicole Pellegrin (historienne, Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1)
« Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus »