Archives de catégorie : Lectures

Sortie du dernier numéro de Savoir/Agir, « Couples, sexualités, vie privée/vie publique »

La problématique du dossier Couples, sexualités, vie privée/vie publique s’inscrit dans les recherches actuelles sur la sexualité : pratiques, représentations, normes et rapports de genre, sur l’évolution des comportements en France et en Europe, sur les représentations et les théories de la sexualité.

Dans le sillage des problématiques du séminaires Genre et classes populaires on soulignera également dans ce numéro, l’entretien avec Margaret Maruani: « Travail, genre, deux fils rouges pour décrypter le réel ».

http://www.atheles.org/editionsducroquant/revuesavoiragir/revuesavoiragirn20/

Sommaire

Dossier
Couples, sexualités, vie privée/vie publique
Frédéric Lebaron, Louis Weber

Trajectoires sexuelles, représentations sexuelles
Nathalie Bajos, Michel Bozon

De la nature des petits arrangements entre les sexes
Odile Fillod

Politique familiale et politique de la sexualité ne font pas bon ménage
Virginie De Luca Barrusse

Élever un enfant un week-end sur deux
Aurélie Fillod-Chabaud

Théories du genre et théorie du droit
Stéphanie Hennette-Vauchez, Charlotte Girard

Régulation de la vie privée dans le contrat social en Islande et en Suède
Marie Digoix, Nathalie Le Bouteillec

Transgenre et transsexualité dans la littérature marocaine de langue française
Jean Zaganiaris

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Homosexualité et classes populaires, Didier Eribon, Retour à Reims

 

 

Le livre de Didier Eribon, Retour à Reims, paru en 2009 éclaire et pousse à approfondir les problématiques de ce carnet. Il s’agit de la socio-analyse de l’auteur, qui revient sur son enfance ouvrière, son histoire familiale et son éloignement puis sa rupture avec ce milieu social d’origine. Ce travail, qui se présente à la fois comme une autobiographie et comme un ouvrage conceptuel, nous donne des exemples et des outils pour penser l’intersectionnalité. Ce témoignage montre comment une origine sociale stigmatisante  – l’ appartenance aux classes populaires – et une orientation sexuelle réprouvée – l’homosexualité – s’imbriquent et comment elles peuvent, en jouant l’une contre l’autre, ouvrir la voie à une forme d’émancipation relative. Didier Eribon écrit ainsi :

« L’homosexualité impose de trouver une issue pour ne pas étouffer. Je ne puis m’empêcher de penser que la distance qui s’instaura – que je m’efforçais d’instaurer – avec mon milieu social et l’autocréation de moi-même comme « intellectuel » constituèrent la manière que j’inventai pour me débrouiller avec ce que je devenais et ne pouvais devenir qu’en m’inventant différent de ceux dont je différais. Je me suis décrit plus haut, en évoquant ma trajectoire scolaire, comme un « miraculé » : il se pourrait bien que, en ce qui me concerne, le ressort de ce « miracle » ait été l’homosexualité » (p.203). Il poursuit : « au fond j’étais marqué par deux verdicts sociaux : un verdict de classe et un verdict sexuel. On n’échappe jamais aux sentences ainsi rendues. Et je porte en moi la marque de l’un et de l’autre. Mais parce qu’ils entrèrent en conflit l’un avec l’autre à un moment de ma vie, je dus me façonner moi-même en jouant de l’un contre l’autre » (p.230)

Pour compléter cette stimulante lecture, on peut aller voir la publication de deux entretiens donnés par Didier Eribon dans le sillage de la publication de l’ouvrage :  Didier Eribon, Retours sur Retour à Reims, Paris, Ed. Cartouche, 2011.

Liens utiles :

site personnel de Didier Eribon

– numéro spécial en mai 2012 de la revue French Cultural Studies consacré à l’œuvre de cet auteur et aux rapports entre classes sociales et sexualité.

 

Sortie du manuel Sociologies du genre d’Isabelle Clair

Isabelle Clair, Sociologies du genre, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2012, 125 p.

Après la récente coordination du dernier numéro de la revue Genre, sexualité & société, une nouvelle contribution stimulante d’Isabelle Clair, sociologue chargée de recherche au sein de l’équipe « Genre, Travail Mobilités » du laboratoire Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA).

PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR

Traduit de l’anglo-américain, le concept de genre s’est progressivement imposé en France au cours des quinze dernières années. Il recouvre désormais un corpus incluant d’autres concepts qui l’ont précédé, tels que « rapports sociaux de sexe » ou « domination masculine ». L’objectif de ce manuel est de mieux cerner la polysémie du genre et d’introduire aux recherches prolifiques qui sont rassemblées sous sa bannière.

Tous les travaux de la sociologie du genre ont en commun une problématique : la construction sociale de la différence hiérarchisée des sexes et/ou des sexualités ; une histoire, commencée dans les années 1970, ancrée dans une critique féministe de la sociologie de l’époque qui voyait dans la classe sociale le seul clivage pertinent pour analyser les relations sociales ; une ambition : faire la preuve, enquête après enquête, de la transversalité des rapports de sexe et de sexualité dans le monde social, et convaincre de la nécessité de leur prise en compte dans l’élaboration de n’importe quel objet sociologique.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro Genre, sexualité & société, Périphériques

Genre, sexualité & sociétés, « Périphériques », 2012/7.

Dossier établi sous la direction d’Isabelle Clair et consacré à la sexualité comme ligne de démarcation dedans/dehors.

Dans sa présentation, les auteurs se proposent de renouveler l’enquête sur les classes populaires au prisme de la sexualité, de « révéler des superpositions entre classe sociale et race », de « re-visiter le genre » et d' »accéder au subjectivités ».

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro d’Actuel Marx, Néolibéralisme

 

Actuel Marx, Néolibéralisme: Rebond/Rechute, 2012/1 (n° 51), 216 pages.

On recommande notamment autour du genre et des catégories de la différence, les articles de Michelle Zancarini-Fournel, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies« , et de Lilian Mathieu, « Appuis normatifs et compétences pour l’émancipation : l’exemple des revendications des prostituées« .

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie en poche de La Formation de la classe ouvrière d’E.P. Thompson

Préfacé par François Jarrige, le livre d’E.P. Thomson sort en poche. Central pour notre séminaire, il est fondateur pour penser une histoire sociale « par en bas » et pour penser la classe comme une construction issue à la fois d’un rapport et d’une expérience.

Couverture de l'ouvrage d'Edward P. Thompson, "La Formation de la classe ouvrière anglaise" ("Histoire").

A propos de l’intersectionalité : Engagements, rébellion et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005)

 

 

Cet ouvrage collectif foisonnant prend comme point d’entrée les émeutes urbaines qui se sont déroulées de façon récurrente dans les banlieues françaises depuis trente ans. Ces événements amorcent une réflexion bien plus large sur les classes populaires urbaines. En adoptant un point de vue « par le bas », observant davantage les individus que les institutions, les auteurs étudient les différentes formes de domination sociale (la classe, la « race », le genre) qui se donnent à voir dans ces espaces et à leur intersection. Loin de nous livrer un discours pessimiste, les chercheurs associés à cet ouvrage restent attentifs aux possibles subversions, individuelles et surtout collectives, aux « niches d’émancipation » (p. 95), aux marges de manœuvre dont peuvent disposer les dominé-e-s pour tenter d’alléger les contraintes qui pèsent sur eux.

Lire la suite du compte rendu sur la Vie des Idées

Publié sous la direction de Sophie Béroud, Boris Gobille, Abdellali Hajjat et Michelle Zancarini-Fournel, avec leurs contributions et celles de Robert Frank, Marie-Carmen Garcia, Sophie Body Gendrot, Camille Hamidi, Gérard Mauger, Foued Nasri, Andrea Rea, Valérie Sala Pala, Bettina Séverin-Barboutie, Anne Tatu Collasseau et Gilles Vieille Marchiset

Date de publication : 2011
Editeur : Editions des archives contemporaines
Nombre de pages : 221
Prix : 23 EUR
ISBN : 978-2-8130-0047-7

 

Sommaire

REBELLIONS URBAINES ET MOBILISATIONS

  • A la frontière du politique ; action et discours des « jeunes de cité » de SOS Avenir, Minguettes (1981-1983)
  • Les raisons de la colère ; sur l’émeute de novembre 2005
  • Quand les jeunes d’un quartier populaire interprètent les émeutes urbaines

GENRE ET MOBILISATIONS

  • Zaâma d’Banlieue (1979-1984) : les pérégrinations d’un collectif féminin au sein des luttes de l’immigration
  • Des mobilisations de femmes en tant que femmes « racisées » : les militantes des mouvements Ni putes ni soumises et des Indigènes de la République
  • Le loisir, moteur de la rébellion silencieuse des descendantes de l’immigration maghrébine dans les quartiers populaires en France

QUELLES ISSUES POLITIQUES ET SYNDICALES ?

  • La destruction de la cité Olivier-de-Serres à Villeurbanne (1978-1984) ; Charles Hernu précurseur de la politique de la ville ? L’ethnicité en politique ; Eléments sur le rapport au politique des jeunes issus de l’immigration dans les quartiers populaires
  • Jeunes et précaires dans l’action syndicale : modalités d’engagement et processus d’apprentissage

PERSPECTIVES EUROPEENNES COMPAREES

  • Comment expliquer l’absence de violences urbaines en Allemagne ? Mise en perspective historique
  • Les mutations des désordres urbains au Royaume-Uni au cours des trente dernières années
  • De l’usine au quartier : les luttes sociales des immigrés et de leurs descendants en Belgique

 

 

 

 

 

 

 

Nous, féministes

« Nous citoyennes et indigènes, immigrées et autochtones, bourgeoises et prolétaires, travailleuses et chômeuses, nationales et naturalisées, européennes et étrangères, militantes et universitaires : filles, mères, ménopausées, avortées ou hormonées, Noires, blanches, tsiganes, arabes, musulmanes, juives ou chrétiennes, croyantes, mécréantes, voilées, dévoilées, revoilées, sexy, grosses, anorexiques, valides ou non, straight, trans, gouines, queer, morales, immorales, amorales, victimes, putes, épargnées ou enragées, …« 

Un nouveau texte de la philosophe Elsa Dorlin à découvrir  sur mediapart « traquant le racisme, le sexisme et l’homophobie » : http://blogs.mediapart.fr/blog/elsa-dorlin/020512/nous-feministes-0

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Le Féminisme change-t-il nos vies ?

Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ?, Paris, Textuel, 2011

« Plus qu’un bilan, il s’agit de proposer une lecture vivante des prises de position féministes contemporaines et des questions dont elles s’emparent. Déclinée au présent, notre réflexion vise ce qui a eu lieu, ce qui est en cours et ce qui s’ouvre » (p. 10), ainsi s’ouvre cette petite encyclopédie critique, véritable boîte à outils pour penser avec l’épistémologie féministe.

L’ouvrage collectif dirigé par Delphine Gardey, historienne et sociologue, entreprend ainsi de dresser une synthèse vive des théories féministes et de leurs questionnements pour penser les rapports historiques, politiques et sociaux entre les sexes. Politique, travail, sexualité, individualisme, (post)colonialisme constituent autant de domaines investis et transformés par le féminisme.

La conclusion de l’ouvrage rappelle que pour penser le féminisme, race, genre, classe et sexualité doivent être articulés. « En contexte (post)féministe, la perte du sujet unifié (de l’action individuelle et collective) et de l’idéal de totalité est perçue comme un bienfait et le ressort pour de nouvelles connexions, de nouvelles opportunités » (p. 121). L’intersectionnalité permet alors de penser à partir de la multiplicité des expériences des femmes pour valoriser un pluralisme nécessaire à l’espace de réflexion du féminisme, mais également à son cadre d’action critique et politique.

Clyde Plumauzille

Sommaire

Le féminisme change-t-il nos vies ?
Delphine Gardey (historienne et sociologue)

Le féminisme a-t-il transformé la politique ? 
Isabelle Giraud (politiste)

Le féminisme a-t-il déplacé les frontières du travail ?
Rachel Vuagniaux (sociologue)

Le féminisme a-t-il redéfini les sexualités ?
Lorena Parini (politiste)

Un féminisme « décolonial » est-il possible ?
Lulia Hasdeu (anthropologue)

Le féminisme est-il soluble dans l’individu ? 
Laurence Bachmann (sociologue)

Le féminisme émancipera-t-il les hommes ? 
Christian Schiess (sociologue)

Définir les vies possibles, penser le monde commun 
Delphine Gardey

 

Compte-rendus en ligne:

http://lectures.revues.org/7791

http://gss.revues.org/index1995.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism

Butler, Judith and Elizabeth Weed, eds. The Question of Gender: Joan W. Scott’s Critical Feminism. Bloomington: Indiana University Press, 2011.

 

Twenty-five years after Joan Scott published her groundbreaking article, “Gender: A Useful Category of Historical Analysis,” scholars from multiple disciplines reflect on the ways in which Scott’s bold questions have informed their work. The essays in this volume cut across vectors of race, class, sexuality, religion, colonialism, and citizenship while treading the globe from India to France to ground diverse case studies. By contextualizing Scott’s questions within their own research, thirteen scholars from history, literature, and philosophy illustrate the dynamic uses of gender. They conclude that gender’s analytical uses are as myriad and complex as the hierarchies of power that it intersects. This thought-provoking volume confirms the continuous critical and creative potential of gender as a “question” of analysis.

Katie Jarvis

Introduction, Judith Butler and Elizabeth Weed

Part I: Reading Joan Wallach Scott

1. Speaking Up, Talking Back: Joan Scott’s Critical Feminism | Judith Butler

Part II: The Case of History

2. Language, Experience, and Identity: Joan W. Scott and the Theoretical Challenge to Historical Studies | Miguel A. Cabrera

3. Out of Their Orbit: Celebrities and Eccentrics in Nineteenth-Century France | Mary Louise Roberts

4. Historically Speaking: Gender and Citizenship in Colonial India | Mrinalini Sinha

5. Gender and the Figure of the ‘Moderate Muslim’: Feminism in the Twenty-first Century | Elora Shehabuddin

6. A Double-Edged Sword: Sexual Democracy, Gender Norms, and Racialized Rhetoric  | Éric Fassin

Part III: Seeing the Question

7. Seeing beyond the Norm: Interpreting Gender in the Visual Arts | Mary D. Sheriff

8. Unlikely Couplings: The Gendering of Print Technology in the French Fin-de-Siècle | Janis Bergman-Carton

9. Screening the Avant-Garde Face | Mary Ann Doane

Part IV: Body and Sexuality in Question

10. The Sexual Schema: Transposition and Transgenderism in Phenomenology of Perception | Gayle Salamon

11. Foucault and Feminism’s Prodigal Children | Lynne Huffer

12. From the ‘Useful’ to the ‘Impossible’ in Joan W. Scott | Elizabeth Weed

Thinking in Time: An Epilogue on Ethics and Politics | Wendy Brown

 

 

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Abdellali Hajjat, Les frontières de l' »identité nationale », La Découverte, 2012

Dans son dernier ouvrage, Abdellali Hajjat montre que les frontières de l’ « identité nationale » sont mouvantes dans l’histoire. Il propose d’abord une socio-histoire du concept d’assimilation, revenant sur la façon dont la politique d’assimilation a prolongé la théorie de la guerre de races, et comment elle a été l’instrument d’une « guerre menée par d’autres moyens ». Ensuite, l’auteur aborde la notion d’« intégration », qui prédomine après les décolonisations dans les discours de la gauche et de la droite parlementaires tandis que l’extrême droite continue de parler d’assimilation. Abdellali Hajjat montre que, dans le même temps, la race est remplacée par des critères socio-culturels et comment en particulier la République devient une « citadelle assiégée devant la montée de l’islamisme. » Il s’engage alors dans une étude ethnographique dans les bureaux de l’administration montrant comment les injonctions gouvernementales autour de la naturalisation sont mises en œuvre au quotidien.

Il constate que dans les coulisses de l’État, les personnels de préfecture utilisent les marges de manœuvre que leur permettent les instructions officielles, les « profils » des salariéEs de l’administration ayant des implications dans les naturalisations. Parmi les questions saillantes, le sociologue s’intéresse particulièrement à la façon dont le hijab ou la polygamie sont devenus des critères dans la naturalisation et la difficulté qu’il y a à distinguer, comme le voudrait le gouvernement, les « bons » des « mauvais » musulmans. Il revient sur le flou des directives, les agents étant censés différencier le voile du foulard, par exemple, mais ne mettant pas forcément les même définitions derrière. Enfin, Hajjat compare les juridictions coloniales et postcoloniales et montre que si la sexualité est toujours un enjeu dans les relations de pouvoir, les deux systèmes sont de nature différente puisque « les candidats en question ont non seulement la possibilité de demander la nationalité française, mais ils disposent de ressources pour contester une décision négative de l’administration. » Alors que l’islamophobie est une des nouvelles formes que prend le racisme, cet ouvrage est indispensable pour comprendre les ressorts idéologiques qui l’informent et les logiques institutionnelles qui le constituent.

Fanny Gallot et Vincent Gay

Pour plus d’informations, voir un entretien avec l’auteur:http://www.contretemps.eu/interventions/%C2%AB-racisme-besoin-dune-b%C3%A9quille-que-lui-fournit-principe-s%C3%A9paration-national%C3%A9tranger-%C2%BB-