Archives de catégorie : Lectures

Dernier numéro du Journal of Women’s History: “Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms”

Sortie du dernier numéro du Journal of Women’s History: “Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms”

Journal of Women's History Cover

Un extrait de l’introduction de  Jean H. Quataert et Benita Roth:

From: Journal of Women’s History
Volume 24, Number 4, Winter 2012
pp. 11-23 | 10.1353/jowh.2012.0038

 

“This note introduces our special issue on « Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms. » In it we try to capture part of the contentious histories of feminist activism unfolding in the period after World War II. We focus specifically on the meanings for feminist thought and action worldwide of the UN sponsored world conferences on women and related international gatherings. Prodded by international and national women’s non-governmental organizations (NGOs) and facilitated through the UN’s Commission on the Status of Women (CSW), the United Nations General Assembly declared 1975 « International Women’s Year » (IWY) and named 1975-1985 as the « Decade for Women. » The UN sponsored three large international conferences beginning with Mexico City (1975), followed by Copenhagen (1980), and Nairobi (1985); these gatherings generated so much momentum that a Fourth Women’s World Conference was held in Beijing in 1995. Other UN conferences, including the World Conference Against Racism (WCAR) in Durban, South Africa in September 2001, also featured in this issue, allowed feminist antiracist activists around the globe to come together to discuss understandings of the intersections of gender and racial oppression.

These conferences took place against the backdrop of a number of formative geopolitical developments: Cold War tensions and their subsequent easing after 1989; decolonization struggles and emerging nations’ insistent drive for equitable economic development amid the continuing inequalities of the global economic and political order; the rise of neo-liberal economic agendas; women’s increased participation globally in the formal labor sector; transnational organizing for lesbian and gay rights; and a concomitant, significant rise by the mid-1990s of conservative religious and fundamentalist groups around the world. These geopolitical and cultural factors sometimes sustained and sometimes constrained the ability of diverse feminist and women’s activists to form alliances, set new international and national agendas, and see to their implementation on the ground.

Until very recently, much of what has appeared about the UN conferences in journal literature has been in the form of reports on participants’ experiences nearly exclusively in women’s studies journals. Since 1996, it has mainly been feminist sociologists and political scientists charting the effects of the UN conferences on feminist and women’s organizing around the globe. There also is a vibrant literature assessing the impact of women’s world conferences on feminist contributions to development discourses, particularly those efforts challenging the neo-liberal assumptions that drive the giving of mainstream development aid. These debates stress ongoing unequal macro-economic contexts.

The topic of the UN meetings, with a few exceptions, has been left largely unexamined in women’s history despite its undeniable importance for shaping the vibrant new patterns of transnational advocacy networks that emerged during the Decade. The same time frame saw a huge growth of feminist NGOs worldwide; the invention of innovative gatherings like the World Social Forums, which feature impressive participation by feminist activists; and the creation of UN People’s Forums, which gave voice and visibility to NGOs as well as to local leaders and activists generally marginal to governmental authority and power. Strikingly, however, the Journal of Women’s History paid scant scholarly attention to these conferences. One short report by Peggy Simpson, « Beijing in Perspective, » appeared in the Spring 1996 issue; Simpson was an acclaimed Associated Press journalist whose personal experiences are part of the larger narrative presented here. In 1997, the JWH published Wang Zheng’s article « Maoism, Feminism, and the UN Conference on Women: Women’s Studies Research in Contemporary China. » The relative neglect by historians of the more recent interface of global and local feminist organizing lies, perhaps, in the challenges for historical research of engaging contemporary themes and issues. The growing interest among women’s historians in human rights histories and comparative studies in women’s movements thus reflects a major conceptual shift, which promises a turn to transnational methodologies, interregional connections, and global historical perspectives. As we hope to show through the articles in this issue, the entry provided…”

 

The articles:

Guest Editorial Note: Human Rights, Global Conferences, and the Making of Postwar Transnational Feminisms

Jean H. Quataert, Benita Roth

 

Empires of Information: Media Strategies for the 1975 International Women’s Year

Jocelyn Olcott

 

Rethinking State Socialist Mass Women’s Organizations: The Committee of the Bulgarian Women’s Movement and the United Nations Decade for Women, 1975-1985

Kristen Ghodsee

 

Negotiating Religious and Women’s Identities: Catholic Women at the UN World Conferences, 1975-1995

Agnès Desmazières

 

Transnational Feminism and Contextualized Intersectionality at the 2001 World Conference Against Racism

Sylvanna M. Falcón

 

Global Gender Policy in the 1990s: Incorporating the « Vital Voices » of Women

Karen Garner

 

Indian Women Activists and Transnational Feminism over the Twentieth Century

Nandini Deo

 

UN Activist Forum

Historians Meet Activists at the Berkshire Conference on the History of Women, June 2011

Kathryn Kish Sklar, Thomas Dublin

 

Unfinished Agenda

Mildred Emory Persinger

 

Making History Word by Word

Arvonne S. Fraser

 

Passion: Driving the Feminist Movement Forward

Devaki Jain

 

Sustaining Advocacy for Women’s Empowerment for Four Decades

Rounaq Jahan

 

Opening Doors for Feminism: UN World Conferences on Women

Charlotte Bunch

 

Book Reviews

« Stay Involved »: Transnational Feminist Advocacy and Women’s Human Rights

Helen Laville

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

PUB: Amy Stanley « Selling Women: Prostitution, Markets, and the Household in Early Modern Japan »

Loin de la machine à fantasmes des geischas, cet ouvrage traite de la prostitution « ordinaire » des japonaises au XIXe siècle et définit cette dernière comme une forme d’activité économique rémunérée participant de la division de classe et de la division sexuée du travail dans l’économie japonaise.

L’auteure s’intéresse plus particulièrement à la question des mobilités géographiques et économiques qui articulent le travail sexuel, ses enjeux et ses effets sur les rapports de classe et de genre de la société japonaise.

Pour feuilleter les premières pages.

Pour un premier compte-rendu sur cet ouvrage.

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

ART: Sirma Bilge, « Repolitiser l’intersectionnalité »

Une mise au point critique de Sirma Bilge, sociologue engagée dans une importante réflexion sur les problématiques intersectionnelles des politiques contemporaines liées au genre, aux sexualités et à la race (voir notre bibliographie générale).

Article en ligne sur le site de l’Institut de recherche, d’étude et de formation sur le syndicalisme et les mouvements sociaux.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie de « Un siècle de travail des femmes » de M. Maruani, M. Meron

Présentation de l’éditeur

Compter le nombre de femmes au travail dans la France du XXe siècle et conter l’histoire de ces chiffres, telle est l’ambition de ce livre. Au prix d’une recherche de grande ampleur, les auteures ont rassemblé- pour la première fois – les statistiques du travail, de l’emploi et du chômage des femmes de 1901 à 2011, ces chiffres basiques que l’on peine à retrouver dans le labyrinthe des publications statistiques.

À rebours des idées reçues, cet ouvrage met en évidence le poids indiscutable de l’activité laborieuse féminine dans le fonctionnement économique, sa remarquable constance, en dépit des crises et des récessions, par-delà les périodes de guerre et d’après-guerre. Jamais moins du tiers – et désormais près de la moitié- de la population active : telle est la part des femmes dans le monde professionnel au XXe siècle en France. Telle est la portée de leur force de travail.

Au fil des recensements de la population, les auteures analysent les fluctuations de la division sexuelle du travail, des métiers d’antan aux professions d’aujourd’hui, et décryptent, d’un début de siècle à l’autre, les illusions d’optique statistique. Un livre original et accessible, qui intéressera, au-delà des spécialistes, toutes celles et ceux qui sont attachés à comprendre comment se construisent les stéréotypes sur la place des femmes dans la société.

Cet ouvrage est complété par des annexes statistiques comportant de nombreux tableaux détaillés, à télécharger surwww.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Un_siecle_de_travail_des_femmes_en_France-9782707145710.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« La lutte des classes est en moi », sortie d' »Ecrire la vie » d’Annie Ernaux

Annie Ernaux, auteur féministe et marxiste, conciliant et articulant dans son écriture problématiques de genre et problématiques de classe autour de la difficulté de « sortir de son milieu ».

A lire ce très bel entretien sur Rue 89 à l’occasion de la parution de son anthologie Ecrire la vie.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie de « De l’utilité du genre » de Joan Scott

Note de l’éditeur

Qu’est-ce que le genre ? Comment les identités sexuelles et les rapports entre hommes et femmes sont-ils construits, et comment se transforment-ils ? Quel rôle jouent, dans ces processus, la politique et les mobilisations collectives, l’économique et le social, mais aussi le langage et l’inconscient ? Historienne mondialement reconnue, Joan W. Scott a imposé l’idée selon laquelle le genre ne constitue pas seulement un domaine d’investigation : c’est un instrument critique destiné à transformer la réflexion dans tous les secteurs. Pour elle, il se situe au cœur de toute relation de pouvoir et traverse l’ensemble des dynamiques à l’œuvre dans la société. Ce volume réunit les grands essais de Joan W. Scott sur le genre publiés entre 1986 et 2011. Des textes qui renouvellent l’analyse de questions aussi diverses que la laïcité, la démocratie, la représentation de l’État et de l’identité nationale, ou encore celle du marxisme et des classes sociales. À l’heure où les études sur le genre se multiplient, Joan W. Scott s’interroge sur l’avenir du féminisme. Elle s’inquiète de la manière dont cette catégorie est si souvent vidée de ses implications radicales. Et montre comment elle peut continuer à nous inciter à penser autrement.

Table des matières :

– Introduction
– Le genre, une catégorie utile d’analyse historique, 1986.
– Les femmes dans La Formation de la classe ouvrière anglaise, 1988.
– Quelques autres réflexions sur le genre et la politique, 1998.
– Sécularité ou Sexularité? La laïcité et l’égalité des sexes, 2010.
– La séduction, une théorie française, 2011.
– Conclusion. Le « lourd passé » du féminisme, 2004.

http://www.fayard.fr/livre/fayard-380273-De-l-utilite-du-genre-hachette.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro des Annales « Régimes de genre »

Les Annales consacrent leur dernier numéro à la question des régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au XVIIe siècle. Il s’agit ainsi de revenir sur les usages et les enjeux d’une notion qui reste problématique dans le champs des sciences humaines et sociales.

« Si la réflexion sur le genre a, historiquement, été portée par le militantisme et si elle s’est illustrée en particulier sur le terrain de l’histoire contemporaine, on voudrait aujourd’hui s’interroger sur cet héritage et, plus largement, sur la place de la notion dans une pratique renouvelée de l’histoire et des sciences sociales au début du XXIe siècle… » Didier Lett

Pour information, les titres recensés dans ce numéro:

Comptes rendus. Genre

  • Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.) Histoire de la virilité, t. 1, L’invention de la virilité. De l’Antiquité aux Lumières, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIXesiècle, t. 3, La virilité en crise ? XXe-XXIe siècles Paris, Éd. du Seuil, 2011, 578 p., 493 p. et 566 p.
  • John H. Arnold et Sean Brady (éd.) What is Masculinity ? Historical Dynamics from Antiquity to the Contemporary World Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011, xiv-462 p.
  • Pauline Schmitt-Pantel Aithra et Pandora. Femmes, genre et cité dans la Grèce antique Paris, L’Harmattan, 2009, 224 p.
  • Sara Margaret Butler The Language of Abuse : Marital Violence in Later Medieval EnglandLeyde, Brill, 2007, X-286 p.
  • Isabelle Chabot La dette des familles. Femmes, lignage et patrimoine à Florence aux XIVe et XVe siècles Rome, École française de Rome, 2011, 450 p.
  • Caroline Schuster Cordone Le crépuscule du corps. Images de la vieillesse féminine Gollion, Infolio, 2009, 303 p. et 16 p. de pl.
  • Xenia von Tippelskirch Sotto controllo. Letture femminili in Italia nella prima età modernaRome, Viella, 2011, 301 p. et 16 p. de pl.
  • Sandrine Parageau Les ruses de l’ignorance. La contribution des femmes à l’avènement de la science moderne en Angleterre Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2010, 359 p.
  • Karen O’Brien Women and Enlightenment in Eighteenth-Century Britain Cambridge, Cambridge University Press, 2009, 310 p.
  • Dena Goodman Becoming a Woman in the Age of Letters Ithaca, Cornell University Press, 2009, XI-386 p.
  • Matthieu Brejon de Lavergnée Histoire des Filles de la Charité, XVIIe-XVIIIe siècles. La rue pour cloître Paris, Fayard, 2011, 690 p. et 12 p. de pl.
  • Danielle van den Heuvel Women and Entrepreneurship : Female Traders in the Northern Netherlands, c. 1580-1815 Amsterdam, Aksant, 2007, 334 p.
  • Amanda Vickery Behind Closed Doors : At Home in Georgian England New Haven/Londres, Yale University Press, 2009, XVIII-382 p.
  • Joan Sherwood Infection of the Innocents : Wet Nurses, Infants, and Syphilis in France, 1780-1900 Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2010, XIII-214 p.
  • Nathalie Sage-Pranchère Mettre au monde. Sages-femmes et accouchées en Corrèze au XIXe siècle Tulle, Archives départementale de la Corrèze, 2007, 796 p. et 8 p. de pl.
  • Jan Goldstein Hysteria Complicated by Ecstasy : The Case of Nanette Leroux Princeton, Princeton University Press, 2010, XI-246 p.
  • Deborah Gutermann-Jacquet Les équivoques du genre. Devenir homme et femme à l’âge romantique Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 372 p.
  • Anne-Marie Sohn « Sois un homme ! » La construction de la masculinité au XIXe siècleParis, Éditions du Seuil, 2009, 456 p.
  • Alice Primi Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 317 p.
  • Anne Cova Féminismes et néo-malthusianismes sous la IIIe République. La liberté de la maternité Paris, L’Harmattan, 2011, 298 p.
  • Thavolia Glymph Out of the House of Bondage : The Transformation of the Plantation Household Cambridge, Cambridge University Press, 2008, XIII-279 p.
  • Elizabeth K. Menon Evil by Design : The Creation and Marketing of the Femme Fatale Urbana, University of Illinois Press, 2006, 339 p.
  • Fabrice Virgili et Danièle Voldman La garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des années folles Paris, Payot & Rivages, 2011, 173 p.
  • Marie Rodet Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal, 1900-1946 Paris, Karthala, 2009, 338 p.
  • Pascale Barthélémy Africaines et diplômées à l’époque coloniale, 1918-1957 Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 345 p. et XXIV p. de pl.
  • Marlaine Cacouault-Bitaud Professeurs, mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au XXe siècle Paris, La Découverte, 2007, 317 p.
  • Florence Rochefort (dir.) Le pouvoir du genre. Laïcités et religions, 1905-2005 Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007, 272 p.
  • Malgorzata Fidelis Women, Communism and Industrialization in Postwar Poland Cambridge, Cambridge University Press, 2010, XIV-280 p.
  • Annette F. Timm The Politics of Fertility in Twentieth-Century Berlin New York, Cambridge University Press, 2010, XIX-352 p.
  • Raphaëlle Branche et al. (dir.) Viols en temps de guerre Paris, Payot, 2011, 270 p.
  • Matthew Gutmann Fixing Men : Sex, Birth Control, and Aids in Mexico Berkeley, University of California Press, 2007, XIV-265 p.
  • Éric Fassin Le sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique Paris, Éditions de l’EHESS, 2010, 313 p.
  • Priscille Touraille Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse. Les régimes de genre comme force sélective de l’adaptation biologique Paris, Éditions de la MSH, 2008, XI-442 p.

http://www.editions.ehess.fr/revues/numero/regime-de-genre-circulations-litteraires/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture : « Corps et âme, carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur » de Loïc Wacquant

 

Cet ouvrage, en passe de devenir un classique, décrit l’immersion de l’auteur dans un club de boxe  de Woodlawn, quartier ghetto noir de Chicago, à la fin des années 1980. Publié il y a quelques années déjà, ce texte s’inscrit pleinement dans la thématique du carnet par son étude d’une population qui se situe à l’intersection des trois catégories de la différence : les boxeurs sont tous des hommes noirs des classes populaires américaines.

Corps et âme est tout d’abord un exemple très éclairant de la méthodologie de l’observation participante, qui devient ici de la participation observante, comme le dit l’auteur, puisqu’il s’est lui-même entraîné plusieurs fois par semaine avec les boys de Woodlawn, mettant en jeu et en péril son corps dans la salle d’entraînement (le gym) mais surtout sur le ring. Ces textes sont émaillés de notes annexes sur la réaction des enquêtés à l’observation, comme les nombreuses blagues sur le magnétophone ou sur son statut d’écrivain (ou plutôt d’écrivant) en attestent. Loïc Wacquant porte une attention extrême à l’espace, aux objets et à la description des interactions corporelles dans le gym, application revendiquée des théories du sociologue Erving Goffman.

Cette étude de Loïc Wacquant dénote également d’une attention fin aux catégories de sexe/classe/race, ainsi qu’à leur intersection. A propos de la race, le club dans lequel s’entraîne le sociologue est quasi-exclusivement noir, mais il note plus généralement que la boxe est un miroir de l’immigration en Amérique et que chaque nouvelle vague migratoire amène son lot de champions entre les cordes. Il explicite dès l’introduction sa place de boxeur blanc dans ce milieu très homogène et les conditions de possibilités de son intégration, qui finira par être telle que ses camarades le perçoivent comme l’un d’entre eux.

Les différenciations sociales sont évidemment également au coeur de la réflexion du disciple de Pierre Bourdieu qu’est Loïc Wacquant. Passant outre l’image de la boxe comme le sport du lumpenprolétariat, il démontre au contraire que les boxeurs qui font carrière appartiennent à la frange supérieure des classes populaires. Cela s’explique par la discipline, physique, mais aussi temporelle, qu’exige cette pratique : se lever tôt, soumettre son corps à des exercices physiques éprouvant et répétés dans une éternelle monotonie, surveiller son alimentation et ses sorties… Comme l’écrit Loïc Wacquant : « c’est par le biais des inclinaisons et des habitudes exigées par la pratique pugilistique que les jeunes issus des familles les plus démunies se trouvent éliminés : devenir boxeur exige de fait une régularité de vie, un sens de la discipline, un ascétisme physique et mental qui ne peuvent se développer dans des conditions sociales et économiques marquées par l’instabilité chronique et la désorganisation temporelle » (p.45).

Autre notation intéressante sur le rapport des classes populaires et de la boxe, Loïc Wacquant explique que ce sport peut en fait se concevoir comme un « métier manuel qualifié bien que répétitif » (p.67), parce qu’il fait appel aux mêmes compétences corporelles et qu’il déploie une conception du corps comme outil de travail.

Enfin, en terme de genre, le gym est un exemple parfait de ségrégation : c’est un espace exclusivement masculin, dédié à la sociabilité virile car la boxe est une pratique qui valorise à l’extrême les qualités, supposées naturelles, des hommes : le courage, la force, l’agressivité… Loïc Wacquant précise que « les femmes ne sont pas les bienvenues dans la salle parce que leur présence dérange, sinon le bon fonctionnement matériel, du moins l’ordonnancement symbolique de l’univers pugilistique » (p.53). Il ajoute plus loin que « les formes de respect qui ont cours dans le gym sont des formes exclusivement masculines, qui affirment la solidarité et la hiérarchie des boxeurs entre eux mais aussi, et d’une manière d’autant plus efficace qu’elle est dissimulée à la conscience, la supériorité des hommes (c’est à dire des « vrais » hommes) sur les femmes, terme physiquement absent, mais symboliquement omniprésent » (p.69). On peut cependant regretter que malgré ces quelques remarques éclairantes sur les rapports sociaux et symboliques des sexes, l’auteur ne pousse pas vraiment plus loin l’analyse. Il va même jusqu’à décrire en termes assez désobligeants le show de « danseuses exotiques » lors d’une soirée d’après match, tombant dans les clichés de l’univers qu’il observe et avec lesquels il prend, à ce moment du texte, bien peu de distance. C’est d’autant plus étonnant car ce livre est écrit après La domination masculine (1996) de Pierre Bourdieu, avec lequel Loïc Wacquant revendique une proximité personnelle et théorique.

Corps et âme est enfin un grand livre sur la pratique et l’apprentissage corporel. Il décrit une ritualisation de la violence (dans la lignée des réflexions de Norbert Elias) qui se construit en symbiose et en opposition avec celle, endémique et anomique, qui ravage la rue autour de la salle d’entraînement.

Pour les détails de l’ouvrage ainsi que d’autres critiques et compte-rendus, voir la page de l’ouvrage sur le site des Editions Agone

 

 

Sortie de « Le Féminisme en mouvement », de N. Fraser

Présentation de l’éditeur

Vue d’aujourd’hui, l’histoire du féminisme américain depuis les années 1960 apparaît comme un drame en trois actes. Dans un premier temps, le mouvement de libération des femmes naît comme une force insurrectionnelle visant à faire voler en éclats une politique technicisée et un imaginaire social-démocrate qui avait occulté l’injustice de genre. Ensuite, alors que les énergies utopiques commencent à s’épuiser, le féminisme est aspiré par la politique de l’identité. Ses élans transformateurs se trouvent canalisés vers un nouvel imaginaire politique qui place « la différence » au premier plan. Passant de la redistribution à la reconnaissance, le mouvement déplace son attention vers la politique culturelle au moment où un néolibéralisme naissant déclare la guerre à l’égalité sociale.
Enfin, depuis que le néolibéralisme est entré en crise, les conditions semblent réunies pour voir un féminisme revigoré rejoindre d’autres forces d’émancipation cherchant à assujettir des marchés déchaînés à un contrôle démocratique. Ainsi, le mouvement pourrait récupérer son esprit insurrectionnel tout en approfondissant les idées qui le caractérisent : sa critique structurelle de l’androcentrisme inhérent au capitalisme, son analyse systémique de la domination masculine et ses propositions d’amendements, informées par le genre, de la démocratie et de la justice.
Écrits entre 1984 et 2010, les articles qui composent ce livre donnent à lire la trajectoire théorique et politique d’une théoricienne féministe majeure de notre temps.

Voir le site de l’éditeur

Table des matières

Le féminisme en mouvements, une introduction
I / Le féminisme insurrectionnel. La radicalisation de la critique à l’ère de la social-démocratie
1. Qu’y a-t-il de critique dans la Théorie Critique ? Le cas de Habermas et du genre
Une interrogation féministe du cadre théorique habermassien
Le public et le privé dans le capitalisme classique. Leur implicite en matière de genre
La dynamique du capitalisme de l’État-providence : une critique féministe
Conclusion
2. La lutte pour l’interprétation des besoins. Ébauche d’une Théorie critique féministe et socialiste de la culture politique du capitalisme tardif
3. Une généalogie de la « dépendance ». Enquête sur un concept-clé de l’État-providence américain
Registres de sens
La dépendance préindustrielle
La « dépendance » industrielle. Le travailleur et ses négatifs
L’essor de la « dépendance à l’aide sociale » (1890-1945)
La société postindustrielle et la disparition de la « bonne » dépendance
La dépendance à l’aide sociale comme pathologie postindustrielle
Politiques publiques postindustrielles et politique de la dépendance
Conclusion
4. Après le revenu familial. Exercice de réflexion postindustrielle
L’équité entre les hommes et les femmes. Une conception complexe
Le modèle du « soutien de famille universel »
Vers un modèle de « pourvoyeur universel du care»
II / Le féminisme dompté. Le passage de la redistribution à la reconnaissance à l’âge identitaire
5. Structuralisme ou pragmatique ? Sur la théorie du discours et la politique féministe

Pourquoi les féministes veulent-elles une théorie du discours ?
Le « lacanisme » et les limites du structuralisme
Julia Kristeva, entre structuralisme et pragmatique
Conclusion
6. Pour une politique féministe à l’âge de la reconnaissance. Une approche bidimensionnelle de la justice de genre
Une analyse bidimensionnelle pour une théorie du genre revue et corrigée
Repenser la parité entre les hommes et les femmes : pour une conception bidimensionnelle de la justice
Repenser la reconnaissance : pour une politique féministe non identitaire
Intégrer la redistribution et la reconnaissance dans la politique féministe
Conclusion
7. Hétérosexisme, déni de reconnaissance et capitalisme. Une réponse à Judith Butler
III / Le féminisme renaissant ? La confrontation avec la crise capitaliste à l’ère néolibérale
8. Le cadre de la justice dans un monde globalisé
La spécificité du politique
Trois niveaux de dénis de représentation
De la territorialitéétatique à l’efficacité sociale ?
Un cadrage post-westphalien
La justice méta-politique
Théorie monologique et dialogue démocratique
9. Le féminisme, le capitalisme et la ruse de l’Histoire
Le féminisme et le capitalisme organisé par l’État
L’économisme – L’androcentrisme – L’étatisme – Le modèle westphalien – Contre l’économisme – Contre l’androcentrisme – Contre l’étatisme – Pour et contre le modèle westphalien
Le féminisme et le « nouvel esprit du capitalisme »
La resignification de l’anti-économisme féministe – La resignification de la lutte féministe contre l’androcentrisme – La resignification de l’anti-étatisme féministe – La resignification de l’ambiguïté féministe face au modèle westphalien
Y a-t-il des perspectives d’avenir ?
10. Entre marchandisation et protection sociale
Les ambivalences du féminisme dans la crise du capitalisme
Les concepts clés de Polanyi : marchés désencastrés, protection sociale et double mouvement
L’émancipation : le « tiers » manquant
L’émancipation des protections hiérarchiques
Conceptualiser un triple mouvement
Changer de perspective : l’ambivalence de l’émancipation dans la nouvelle grande transformation
Ambivalences féministes
Conclusion : pour une nouvelle alliance entre émancipation et protection sociale.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie de « Penser la violence des femmes » sous la dir. de C. Cardi et G. Pruvost

Coline Cardi, Geneviève PruvostPenser la violence des femmes, La Découverte, 448 p., 32 euros.

Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides… Qu’y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d’exhumer, de dénaturaliser, d’historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l’ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.
Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au coeur d’enjeux d’ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707172969

Rencontre avec COLINE CARDI et GENEVIÈVE PRUVOST pour la parution de l’ouvrage qu’elles ont dirigé Penser la violence des femmes (La Découverte)
Mercredi 26 septembre à 19h à la librairie Violette and Co
Qu’elles soient tueuses, pédophiles, kamikazes, soldates, révolutionnaires, cheffes de gang ou boxeuses, qui a-t-il de commun entre elles ? Cette somme inédite, réunissant les études de 32 contributrices-teurs de différentes disciplines, révèle combien la violence exercée par les femmes est au cœur d’enjeux à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.violetteandco.com/librairie/article.php?id_article=582

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du livre Female Sexuality and Cultural Degradation in Enlightenment France

Female Sexuality and Cultural Degradation in Enlightenment France by Mary McAlpin

The eighteenth century was a crucial time in which European society transitioned from the one-sex to two-sex model. The evolution continues to underpin contemporary notions of European sexuality and gender. Mary McAlpin explores the discourses – philosophical, medical, and literary – surrounding the presumed dangerous effects that  “hyper-civilization” could have on sexuality.

From the publisher:

In her study of eighteenth-century literature and medical treatises, Mary McAlpin takes up the widespread belief among cultural philosophers of the French Enlightenment that society was gravely endangered by the effects of hyper-civilization. McAlpin’s study explores a strong thread in this rhetoric of decline: the belief that premature puberty in young urban girls, supposedly brought on by their exposure to lascivious images, titillating novels, and lewd conversations, was the source of an increasing moral and physical degeneration. In how-to hygiene books intended for parents, the medical community declared that the only cure for this obviously involuntary departure from the « natural » path of sexual development was the increased surveillance of young girls. As these treatises by vitalist and vitalist-inspired physiologists became increasingly common in the 1760s, McAlpin shows, so, too, did the presence of young, vulnerable, and virginal heroines in the era’s novels. Analyzing novels by, among others, Jean-Jacques Rousseau, Denis Diderot, and Choderlos de Laclos, she offers physiologically based readings of many of the period’s most famous heroines within the context of an eighteenth-century discourse on women and heterosexual desire that broke with earlier periods in recasting female and male desire as qualitatively distinct. Her study persuasively argues that the Western view of women’s sexuality as a mysterious, nebulous force–Freud’s « dark continent »–has its secular origins in the mid-eighteenth century.

Contents: Introduction: daughters of Eve; Puberty and the splitting of the single sex; Women as bellwethers of cultural degradation; Julie d’Etange, or sexuality and the virtuous heroine; The Marquise de Merteuil, or sexuality in the state of nature; Marie-Jeanne Roland, or sexuality and the republic of virtue; Conclusion: Sade’s way; Works cited; Index.

About the Author: Mary McAlpin is Associate Professor of French at the University of Tennessee, USA.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

« Prostituée ou travailleuse du sexe? »

Retour sur l’ouvrage de Sébastien Roux, No money, no honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, pour penser le travail du sexe dans cet article de Frédéric Joignot sur lemonde.fr.

Compte-rendu de l’ouvrage sur le site Lectures.Revues.org.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Alexandre Jaunait, Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection »

Un article éclairant sur la critique intersectionnelle, sa généalogie, ses usages et ses possibilités méthodologiques:

Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin « Représenter l’intersection », Revue française de science politique, 1/2012 (Vol. 62), p. 5-20.

Résumé

La notion d’intersectionnalité forgée aux États-Unis dans les années 1980 cherchait à donner un nom aux dilemmes stratégiques et identitaires rencontrés par des catégories de personnes subissant des formes combinées de domination. Cet article retrace la généalogie de cette notion aux États-Unis et en France depuis les années 1970 et décrit la façon dont son appropriation par les sciences sociales permet de reformuler en principes d’investigation empirique les problèmes normatifs de l’espace politico-juridique. La notion d’intersectionnalité, importée en France dans la deuxième moitié des années 2000, invite ainsi à explorer de nouveaux objets et de nouvelles méthodes de recherche, en particulier en science politique.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lectures d’été

Du temps pour la lecture et l’évasion, quelques suggestions pour prolonger notre réflexion sur les rapports sociaux et la domination, les identités de genre et de classe et l’émancipation…

Polars et féminisme

  • Amanda Cross, Ruth Rendell, Dorothy Sayers…. Quelques suggestions de lectures en lien avec la féminisation du polar et le polar féministe à découvrir dans l’article d’Ilana Löwy « Féminisme et roman policier« .

Auto-analyses, genre, sexe et classes populaires

  • Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Champs, 2009, voir notre billet. Et pour prolonger l’auto-analyse de l’auteur, Retour sur Retour à Reims, paru dernièrement aux éditions Cartouche.  L’auteur s’y explique sur les enjeux intellectuels et politiques de Retour à Reims : les classes et les identités, le vote des milieux populaires, le rôle du système scolaire dans la reproduction sociale, etc. Il réinscrit sa démarche dans l’ensemble de son œuvre, notamment Réflexions sur la question gayUne morale du minoritaire, ou encore Echapper à la psychanalyse
  • Martine Sonnet, Atelier 62, Le Temps qu’il fait, 2008. Travail historien et littéraire à la fois, ce livre est une enquête sur le père de Martine Sonnet, artisan-forgeron normand devenu ouvrier des forges chez Renault à Billancourt. Historienne des femmes, du travail, Martine Sonnet s’éloigne de l’exercice (auto)biographique pour saisir au quotidien l’expérience du travail ouvrier, en même temps que les transformations intimes et sociales qui affectent une famille tout juste sortie de la campagne. On peut retrouver l’actualité du groupe femme et travail surhttp://fht.hypotheses.org/2112
  • Annie Ernaux, La Place, Gallimard, 1983, réed. Folio 1986. Mentionnée à plusieurs reprises dans l’ouvrage d’Eribon, l’auteure retrace dans un style épuré la vie et la mort de son père, garçon de ferme devenu ouvrier et petit commerçant qui espérait qu’elle soit « mieux que lui » et évoque ainsi la distance de classe qui s’est construite entre eux. Elle écrit alors  » j’ai fini de mettre à jour que j’ai dû déposer au seuil du monde bourgeois et cultivé quand j’y suis entrée ». (Entretien dans Politix)
  • Dorothy Allison, Peau, éd. Baland, 1999 (1994 pour l’édition originale). Série d’essais sur la mise à nu biographique. Skin. Talking about Sex, Litterature and Class, le titre anglais est révélateur du parti pris littéraire de cette oeuvre radicale d’une militante féministe lesbienne prosexe convaincue de l’importance de sa classe sociale (elle, femme pauvre de Caroline du Sud) dans la formation de son identité sexuelle et sexuée.
  • Jeanette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal?, ed. de l’Olivier, 2012. Une biographie-fiction (« j’ai écrit une histoire avec laquelle je pouvais vivre, l’autre était trop douloureuse, je n’y aurais pas survécu. ») dans l’Angleterre proléraire des années 60-70, où littérature et identité sexuelle et rapports de classe occupent une place décisive dans ce roman d’apprentissage et d’émancipation féministe. (Recension dans le Monde des Livres)

Black feminism et récit de soi

  • Un ouvrage pionnier du Black Feminism, l’autobiographie d’Angela Davis (Angela Davis, Une Autobiographie, 1975) une des grandes figures du mouvement afro-américain et militante révolutionnaire aux Etats-Unis, offre une analyse simultanée des rapports de race et de genre dans l’Amérique « postesclavagiste » du XXe siècle. Condamnée à mort en 1972, elle sera libérée à la suite d’un très fort mouvement de mobilisation international. Elle approfondira par la suite son analyse des systèmes de domination à l’intersection du genre, du sexe, de la race et de la classe ( notamment dans Femmes, race et classe, Paris, Des Femmes, 2007 (1reéd. : 1981)).

Des romans pour restituer la parole des ouvrières

  • Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, La Découverte, 2008. Après la fermeture de Roussel-Uclaf, à Romainville, l’auteur réalise soixante entretiens auprès d’ancien-ne-s salarié-e-s sur leurs parcours à l’usine depuis 1967. Ainsi, il crée, à partir des propos rapportés par chacun d’entre eux des personnages de fiction. Pour plus d’informations: http://www.nonfiction.fr/article-1368-plus_belle_la_vie_dusine.htm
  • Francois Bon, Daewoo, Livre de poche, 2006. Daewoo, c’est le nom d’une usine, d’une pièce de théâtre et d’un roman. François Bon, entre enquête et fiction, part à la rencontre des anciennes ouvrières de Daewoo, intercalant dans son récit des extraits de la pièce de théâtre. Il évoque leur vie à et hors l’usine, la reconversion, les p’tits boulots, pour « Refuser. Faire face à l’effacement même »: http://www.espacestemps.net/document1637.html
  • Franck Magloire, Ouvrière, Editions de l’Aube, 2004. Après la fermeture de Moulinex, Franck Magloire demande à sa mère, ancienne ouvrière, de lui parler, de lui raconter, sa vie, son travail à l’usine. Dans une sorte de monologue, elle se prend au jeu et transmet à son fils, une histoire, une mémoire.

A Dystopian Classic

  • Angela Carter, The Passion of New Eve, Virago Modern Classics, 1992,(originally published in 1977). Carter’s novel portrays the physical, psychological, and cultural transformation of a man named Evelyn into a woman against the backdrop of an unstable dystopia. This raw world is spun partly from Carter’s vivid imagination and, more tellingly, from the underbelly of gendered norms naturalized in modern society. Carter’s romp through Evelyn’s self-discovery is unsettling, commanding, and thought-provoking. It is a fictional tour de force as a microstudy of modern subjectivity, agency, subversion, and power relations. A review from 2003:  http://trashotron.com/agony/reviews/2003/carter-passion_of_new_eve.htm.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro de Gender & History

Sortie du dernier numéro de Gender & History

The 2012 Spring issue of Gender & History is now available online. The contents include:

Volume 24, Issue 1

ARTICLES:

The Boundaries of Women’s Power: Gender and the Discourse of Political Friendship in Twelfth-Century England (pages 1–17) by Rebecca Slitt

 

Friendly Relations: Situating Friendships Between Men and Women in the Early American Republic, 1780–1830 (pages 18–34) by Cassandra A. Good

 

Proving One’s Manliness: Masculine Self-perceptions of Austrian Deserters in the Second World War (pages 35–55) by Maria Fritsche

 

Regulating Body Boundaries and Health during the Second World War: Nationalist Discourse, Media Representations and the Experiences of Canadian Women War Workers (pages 56–73) by Helen E. Smith and Pamela Wakewich

 

‘The World is Our Campus’: Michigan State University and Cold-War Home Economics in US-occupied Okinawa, 1945–1972 (pages 74–92) by Mire Koikari

 

An Army of Educators: Gender, Revolution and the Cuban Literacy Campaign of 1961 (pages 93–111) by Rebecca Herman

 

Male Saints and Devotional Masculinity in Late Medieval England (pages 112–133) by Katherine J. Lewis

 

Describing the Female Sculptor in Early Modern Italy: An Analysis of the vita of Properzia de’ Rossi in Giorgio Vasari’s Lives (pages 134–149) by Sally Quin

 

The Courtesan Tale: Female Musicians and Dancers in Mughal Historical Chronicles, c.1556–1748 (pages 150–171)by Katherine Butler Schofield

 

Muscles, Nerves, and Sex: The Contradictions of the Medical Approach to Female Bodies in Movement in France, 1847–1914 (pages 172–186)by Grégory Quin and Anaïs Bohuon

 

Unattached and Unhinged: The Spinster and the Psychiatrist in Liberal Italy, 1860–1922 (pages 187–204) by Linda Reeder

 

Coming of Age: Law, Sex and Childhood in Late Colonial India (pages 205–230) by Ishita Pande

 

BOOK REVIEWS:

Intersections of Gender, Religion and Ethnicity in the Middle Ages edited by Cordelia Beattie and Kirsten A. Fenton (pages 231–232)

 

Gender and Scientific Discourse in Early Modern Culture edited by Kathleen P. Long (pages 232–234)

 

Gender and Justice: Violence, Intimacy, and Community in Fin-de-Siècle Paris by Eliza Earle Ferguson (pages 234–235)

 

Rousseau’s Daughters: Domesticity, Education, and Autonomy in Modern France by Jennifer L. Popiel (pages 235–236)

 

Mates and Lovers: A Gay History of New Zealand by Chris Brickell (pages 236–238)

Working Out Egypt: Effendi Masculinity and Subject Formation in Colonial Modernity, 1870–1940 by Wilson Chacko Jacob (pages 238–240)

 

Conceiving Citizens: Women and the Politics of Motherhood in Iran by Firoozeh Kashani-Sabet (pages 240–241)

 

Managing the Body: Beauty, Health, and Fitness in Britain, 1880–1939 by Ina Zweiniger-Bargielowska  Beauty Imagined: A History of the Global Beauty Industry by Geoffrey Jones (pages 241–244)

 

BIOGRAPHIES (pages 245–246)

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn