Archives de catégorie : Lectures

Dernier numéro de Géographie et cultures “Les espaces des masculinités”

Du grain à moudre dans cette revue de géographie culturelle pour penser les rapports sociaux de sexe et de sexualité in situ, et des perspectives stimulantes pour interroger la question encore peu traitée des masculinité dans le champ des études genre.

Dernier numéro en ligne de Géographie et cultures
83 | 2012
Les espaces des masculinités

Sous la direction de Charlotte Prieur et Louis Dupont

L’étude des masculinités est récente dans les sciences sociales. Elle l’est encore plus en géographie. Ce constat ne remet cependant pas en cause sa pertinence. Sa généalogie permet de tirer le fil qui est lié historiquement, épistémologiquement et politiquement à l’ensemble de ce que l’on appelle aujourd’hui « la géographie des sexes, genres et sexualités ». Le positionnement scientifique de cette géographie est simple : les lieux n’ont de sens que parce que des corps s’y trouvent. Or ces corps sont l’expression de personnes « genrées » et sexuées dont les relations sociales qui les font interagir incluent la sexualité, quand ce n’est pas cette dernière qui conditionnent les relations sociales. L’étude de la masculinité, puis des masculinités, partagent les débats et les enjeux qui traversent ces thématiques et ces méthodologies de recherche. Un de ces enjeux concerne la production même de la connaissance : la géographie est-elle masculine ? Un autre concerne la production même de la masculinité : elle n’est pas une mais pluriel et ne relève pas que d’un sexe, mais d’un rapport entre les sexes. Un troisième soulève la question du pouvoir et de la domination, d’un genre sur l’autre, d’un sexe sur l’autre, d’une sexualité sur l’autre, dans et par l’espace.

Découvrir le sommaire et les textes en intégralités sur http://gc.revues.org/

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution : Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale

Un livre récent de philosophie politique qui permet de penser une des questions centrales dans notre séminaire : celle de la dialectique domination/émancipation. Noter deux contributions en rapport direct avec nos thématiques :

Quelles capacités politiques des classes populaires? Démobilisation, délégation, auto-organisation, par Christian Laval

La violence comme praxis libératrice : de Frantz Fanon à l’autodéfense, Entretien avec Elsa Dorlin

Présentation de l’ouvrage

Ouvrage collectif Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale, sous la direction de Alexis Cukier, Fabien Delmotte et Cécile Lavergne, qui réunit les contributions de Hourya Bentouhami, Luc Boltanski, Alexis Cukier, Fabien Delmotte, Elsa Dorlin, Stéphane Haber, Razmig Keucheyan, Christian Laval, Cécile Lavergne, Irène Pereira, Jacques Rancière, Olivier Voirol. 


Pour penser et agir dans la société contemporaine, en vue de l’émancipation de toutes et tous, il faut comprendre les processus de domination, mais aussi connaître les nouvelles stratégies, les références et les cultures de la critique sociale.Quelles formes d’émancipation les théories critiques, féministes, marxistes, anarchistes, du post-colonialisme et de la démocratie radicale, défendent-elles ? Quels rapports entretiennent-elles avec les discours militants et politiques ? Quels sont les sujets, les méthodes, les problèmes et les objectifs de la critique sociale aujourd’hui ?Cet ouvrage collectif répond à ces questions, à travers analyses et prises de position de chercheur-e-s de courants théoriques et politiques différents. Ils abordent certains des domaines majeurs où les pratiques d’émancipation se réinventent : le travail, les identités, les cultures, le corps, l’engagement dans le rapport à la violence… les transformations récentes du capitalisme et de la question sociale, les nouvelles formes de mobilisation collective.

Par leur dialogue et leur confrontation, ces contributions proposent une cartographie des métamorphoses en cours de la critique sociale, des outils théoriques d’analyse des sociétés contemporaines et des pistes vers de nouvelles luttes politiques pour l’émancipation sociale.

Présentation, le sommaire et toutes les informations concernant cet ouvrage sur Le Carnet du Sophiapol.


L’ouvrage est en vente en librairie et sur le site de l’éditeur.

 

 

Dernier numéro de Travail, Genre et Société

Le dernier numéro de Travail, Genre et Sociétés vient de paraître. Le dossier principal s’intitule “Tenir au travail”.

A noter également une série d’articles intitulée “La virilité mise à mâle” dans la rubrique CONTROVERSE , avec notamment une mise au point sur virilité et classes populaires de Frédéric Rasera et Nicolas Renahy.

Nicolas Renahy a par ailleurs publié un livre essentiel sur la question de la jeunesse rurale dans une région ouvrière, qui insiste particulièrement sur la question de la construction de la virilité : Les gars du coin, enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.

 

 

 

Dernier numéro de la revue Clio “Costumes”

36 | 2012

Costumes

A retrouver ici

Sommaire

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Karine Lambert “Itinéraires féminins de la déviance”

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850

 PU de Provence, 312 p., 21 euros. ISBN : 978-2-85399-825-3

Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestionnormative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l’espace domestique, ces femmes tentent d’imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s’affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d’appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s’expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du «  vivre-ensemble  ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu’une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d’apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

http://gsite.univ-provence.fr/document.php?pagendx=1480

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Mises au point sur la notion d’empowerment

Deux livres  récents reviennent sur cette notion-clé pour penser l’émancipation et sur ses ambiguïtés :

Refaire la cité, avenir des banlieues de Didier Lapeyonnie et Michel Kokoreff, publié au Seuil

L’empowerment, une pratique émancipatrice, de Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener

Ecouter la très claire mise au point sur cette notion lors de  l’émission La Grande Table du 4 mars sur France Culture, consacrée à ces deux ouvrages.

 

ART: Sirma Bilge “Feminism After Bourdieu”

Recension de Sirma Bilge de l’ouvrage Feminism After Bourdieu de Lisa Adkins et Bev Skeggs (eds.)

Ou comment mobiliser aujourd’hui la boîte à outils bourdieusienne dans les études féministes

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro du Journal of Women’s History

Sortie du dernier numéro du Journal of Women’s History:

Journal of Women's history Cover

http://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.25.1.html

 

Articles

Women’s Politics, Art, and Faith: National, Transnational, and Colonial Perspectives

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

In Pursuit of Toyen: Feminist Biography in an Art-Historical Context

Karla Huebner

 

Deutsche Heimat in Afrika: Colonial Revisionism and the Construction of Germanness through Photography

Willeke Sandler

 

A Community in the Clouds: Advertising Tobacco and Gender in Pre-revolutionary Russia

Tricia Starks

 

Betrayal, Vengeance, and the Anarchist Ideal: Virgilia D’Andrea’s Radical Antifascism in (American) Exile, 1928–1933

Franca Iacovetta, Lorenza Stradiotti

 

Engendering Contempt for Collaborators: Anti-Hanjian Discourse Following the Sino-Japanese War of 1937–1945

Yun Xia

 

Colonial Charity in Hong Kong: A Case of the Po Leung Kuk in the 1930s

Angelina Chin

 

“An Africa of Religious Life”: Fredrika Bremer’s American Faith Journey, 1849–1851

Alison Twells

 

Book Reviews

Gender, Colonialism, and Faith

Elizabeth Elbourne

 

Meeting the Challenges of Mary

Amy G. Remensnyder

 

Reproducing Sexuality in the Postwar United States

Jennifer Brier

 

Negotiating Womanhood in the Households and on the Picket Lines of the American South, 1865–1965

Giselle Roberts

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue Gender & Society:

Sortie du dernier numéro du Gender & Society:

Gender & Society

http://gas.sagepub.com/content/current

Articles:

Jocelyn A. Hollander

“I Demand More of People”: Accountability, Interaction, and Gender Change

 

Rachel E. Dwyer, Randy Hodson, and Laura McCloud

Gender, Debt, and Dropping Out of College

 

Vicki Schull, Sally Shaw, and Lisa A. Kihl

“If A Woman Came In … She Would Have Been Eaten Up Alive”: Analyzing Gendered Political Processes in the Search for an Athletic Director

 

Thomas J. Linneman

Gender in Jeopardy!: Intonation Variation on a Television Game Show

 

Book Review Symposium:

Denise Copelton and Joan Spade

Conversations: A Symposium on Stephanie Coontz’s A Strange Stirring

 

Katja M. Guenther

Rethinking a Feminist Classic: Reflections on Coontz’s A Strange Stirring

 

Benita Roth

Real Housewives with Real Problems?

 

Nancy Whittier

Everyday Readers and Social Movements: Considering the Impact of The Feminine Mystique

 

Stephanie Coontz

A Response to Reviewers

 

Book Reviews:

Tristan S. Bridges

Book Review: Nurturing Dads: Social Initiatives for Contemporary Fatherhood

 

Michael W. Yarbrough

Book Review: Unhitched: Love, Marriage, and Family Values from West Hollywood to Western China

 

Sarah Jane Brubaker

Book Review: Poverty, Battered Women, and Work in U.S. Policy

 

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

PUB: Pascale Molinier “Le travail du care”

Retour sur le travail féminin subalterne au prisme de “care”

Pascale MolinierLe travail du “care”, La Dispute, 224 p., 16 euros.

Le care, ou le souci des autres, est une zone de conflits, de tiraillements et de dominations. Celle, notamment, du travail salarié des professionnels du soin et de l’assistance, constitué essentiellement d’un salariat féminin subalterne, surexploité et stigmatisé par son « manque de qualification », et parfois sa couleur de peau ; celle, aussi, du travail domestique, toujours inégalement distribué. Or, si on ne pourra jamais évacuer complètement le « sale boulot », il est urgent de penser une transformation politique du travail et de la société en plaçant le care au centre de la réflexion sur le travail.
Pascale Molinier renouvelle ses recherches sur les enjeux psychiques du travail et sur les théories et pratiques du care en s’appuyant sur une enquête approfondie de l’activité des pourvoyeuses du care dans une maison de retraite de la région parisienne. Elle analyse notamment les conflits et tensions entre les cadres et les salariées, et montre que l’empathie pour les vieillards ne peut jamais être comprise en dehors de ces conflits pratiques et hiérarchiques. Le livre fait entendre, dans une écriture fluide, accessible et vivante, la voix des travailleuses du care, et les fait dialoguer avec le meilleur de la philosophie morale.
Cet ouvrage défend une position singulière, sensible et forte, au sein des débats contemporains autour du care et propose de changer de regard sur le travail, sur le soin et sur la société.
http://atheles.org/ladispute/mouvementsdesociete/letravailducare/index.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen (dir.) “Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme”

Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen (dir.), Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme, PU de Rennes, 190 p., 15 euros.

Les migrations sont à envisager comme autant de contextes, à la lumière du genre entendu comme la production sociale des différences et des distinctions et leur incorporation matérielle, et comme l’ensemble des processus de fabrication, d’institution et de légitimation de rapports sociaux dissymétriques. Le fil conducteur est donc ici celui d’une réflexion sur les théorisations de la norme, énoncées depuis ce double point de vue, et sur les violences symboliques que celles-ci révèlent ou dont elles procèdent, qu’il s’agisse de la tentation universaliste de la théorie occidentale, d’une part, du refus radical de cette théorie, d’autre part, ou encore de la cristallisation autour des discours masculins de décolonisation.
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3110

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

“Les travailleuses du sexe peuvent-elles penser leur émancipation ?”

“Morgane Merteuil et Damien Simonin s’attachent ici à déconstruire les discours abolitionnistes sur la prostitution, en interrogant leurs effets sur la vie des principales concernées : les travailleuses du sexe. Non seulement la prostitution ne peut être appréhendée sous le prisme de la seule violence faite aux femmes, mais il est temps d’entendre la voix de celles et ceux qui se mobilisent pour reconnaître leurs droits à la libre disposition de leur corps. Se pose donc ici la question de savoir comment émanciper la prostitution du discours abolitionniste”. 

A découvrir dans la revue Contretemps!

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Genre et Histoire

A retrouver en ligne: http://genrehistoire.revues.org/1546

Sommaire

10 | Printemps 2012

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Genre et espace: Marianne Blidon fait le point sur Hypergéo

Une synthèse géographique très utile dans le cadre de notre réflexion, à découvrir en intégralité sur le site Hypergéo

 

Extraits de la notice “Genre

“La géographie française s’est emparée récemment du concept de genre, principalement par le biais de la production britannique. D’où l’idée très répandue que les Gender Studies seraient « une spécificité de l’espace académique anglo-américain », méconnaissant par la même les apports des nombreuses chercheuses françaises qui ont, dès les années 1980, travaillé à l’émergence d’espaces interdisciplinaires permettant la production et la diffusion de travaux portant sur les femmes, puis sur le genre et les sexualités (Rouch, 2009 [2001]). Or si ces questions peinent encore à trouver une place légitime au sein de la discipline, ce n’est pas tant parce qu’elles ne seraient pas pertinentes dans l’espace social français que parce que les résistances sociales, disciplinaires et institutionnelles demeurent fortes (Perreau, 2008 ; Blidon, 2008). Celles-ci s’appuient sur différents types de disqualification a priori ; le genre serait un « objet sociologique », « a-spatiale » et « non géographique », un « objet à la mode », un « objet mineur » et « exotique » qui occulte « les vrais enjeux de société » et « ne fait pas avancer les paradigmes de la géographie ».

L’inverse de ce que montrent les travaux menés depuis plusieurs années (Creton, 2002 et 2004 ; Hancock et Barthe, 2005), travaux que l’on peut classer en trois grandes approches.
- La première consiste à analyser en quoi le genre produit de la différenciation spatiale. L’espace est alors envisagé comme genré. On distingue ainsi des territoires ou des lieux masculins (les sous-marins, les fraternités ou les clubs anglais, les casernes), féminins (les couvents, les maternités, les instituts de beauté) ou mixtes (piscines, écoles, cafés, jardins publics) (Bard, 2004). Si ces derniers sont majoritaires, Erving Goffman analyse cette co-présence comme « un type de relation sociale bien particulière, entre ségrégation et indifférenciation, où les femmes et les hommes sont ensemble et séparés […] Et tout cela au nom de la délicatesse, de la civilisation, du respect dû aux femmes ou du besoin “naturel” des hommes de se retrouver entre eux » (2002, 36). Cette grille de lecture a été appliquée principalement aux mobilités quotidiennes (Diaz et al., 2004) ou aux migrations internationales (Catarino C. et al., 2005), aux questions de développement (Marius-Gnanou K., Hofmann E., 2006) ou à la ville envisagée du point de vue des pratiques des femmes (Denèfle, 2004), plus rarement et plus récemment de celles des hommes (Proth, 2002 ; Raibaud, 2006).
- Une deuxième approche consiste à analyser en quoi l’espace participe de la différenciation de genre et de la construction des identités masculines et féminines. L’espace est alors envisagé comme genrant. Ainsi les toilettes publiques conduisent à différencier les usagers selon leur sexe en s’appuyant sur un argument biologique doublé d’un impératif de pudeur et d’intimité. Cet usage différencié fait l’objet d’une socialisation précoce dès la maternelle. Cette grille de lecture s’applique aussi à l’appropriation et la répartition des espaces domestiques (Collignon, Staszak, 2004), aux usages des plages et à la mise en scène corporelle balnéaire (Barthe-Deloizy, 2003) ou à la vulnérabilité des femmes dans les espaces publics (Lieber, 2008). Cette dernière montre ainsi que « les “risques évidents” que courent les femmes lorsqu’elles se déplacent dans l’espace public ne sont pas la conséquence de leur appartenance sexuée, mais participent de la production de cette appartenance » (Lieber, 2008, 16).
- Enfin, le genre n’est pas seulement une organisation sociale entre les sexes, c’est aussi un système signifiant qui structure les catégories de pensée en grandes oppositions symboliques (sensibilité/rationalité, faiblesse/force, concret/abstrait). Une dernière approche, féministe, consiste donc à interroger les fondements même du savoir et les conditions de son élaboration en sciences humaines (Chabaud-Rychter et ali, 2010) et plus particulièrement en géographie (Bondi et Domosh, 1992 ; Massey, 1994). Cela passe par l’affirmation d’un point de vue situé et la critique de la figure du chercheur neutre et objectif qui produit une science universelle et surplombante. Ainsi Claire Hancock, qualifie la géographie centrée sur le territoire de « discipline masculiniste », rappellant que la « construction du sujet rationnel des Lumières a pris un visage particulier en géographie, qui s’est donné pour tâche la description exhaustive du monde, d’une façon qui l’a rendue complice de l’européocentrisme et du colonialisme : la géographie, science de la conquête et de l’appropriation de l’espace, était marquée dans sa conception même par un biais sexué » (2004, 168). D’autres travaux interrogent la construction des discours et des pratiques de terrain notamment la construction de valeurs masculines qui leurs sont associés comme la force physique ou l’endurance des géographes physiciens (Jegou et Chabrol, 2010). Néanmoins, les recherches actuelles tendent à bouleverser cette répartition et à intégrer le genre comme une catégorie d’analyse parmi d’autres, au même titre que l’âge, la classe ou l’origine selon des modalités intersectionnelles ou de co-formation (Bacchetta, 2009). Démarche qui participe d’une banalisation de la notion, ou plus précisément de sa progressive légitimation et reconnaissance au sein de la discipline, et par la même d’une meilleure compréhension des rapports de pouvoir qui traversent nos sociétés et structurent nos représentations du monde.”

Marianne Blidon

Références bibliographiques

- Bacchetta P., « Co-Formations : des spatialités de résistance décoloniales chez les lesbiennes “of color” en France », Genre, sexualité & société, n°1, 2009 (http://gss.revues.org/index810.html).
- Bard C. (dir.), Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, PUA, 2004.
- Barthe-Deloizy B., Géographie de la nudité. Être nu quelque part, Paris, Bréal, 2003.
- Beauvoir de S., Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949.
- Bereni L., Chauvin S., Jaunait A., Revillard A., Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2008.
- Blidon M., « Jalons pour une géographie des homosexualités », L’Espace géographique, n°2, 2008, pp. 175-189.
- Bondi L., Domosh M., « Other figures in other places : on feminism, postmodernism and geography », in Environment and Planning D : Society and Space vol. 10, 1992 (traduit en français par D. Ganderton, in Staszak J.-F. (dir.), Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, 2001, pp. 63-79).
- Butler J., Trouble dans le genre, Paris, éditions La découverte, 2005 [1990].
- Catarino C., Morokvasic M. et Hily M.-A. (dir.), « Femmes, genre, migration et mobilités », REMI, vol. 21, n°1, 2005.
- Chabaud-Rychter D., Descoutures V., Devreux A.-M., Varikas E. (dir.), Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour, Paris, éditions La découverte, 2010.
- Collignon B., Staszak J.-F. (dir.), Espaces domestiques, construire, habiter, représenter, Paris, Bréal, 2004.
- Creton D. (dir.), « Questions de genre », Espace, populations, sociétés, vol. 3, 2002.
- Creton D. (dir.), « Espace, genre et sociétés », Espace, populations, sociétés, vol. 1, 2004.
- Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004.
- Diaz Olvera L., Plat D., Pochet P., « Mobilités quotidiennes des femmes en Afrique subsaharienne », in Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004.
- Dorlin E., Sexe, genre et sexualités, Paris, PUF, 2008.
- Hancock C., « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste », in Le genre des territoires,
- Bard C. (dir.), Angers, PUA, 2004, pp. 167-174.
- Hancock C., Barthe F. (dir.), « Le genre. Constructions spatiales et culturelles », Géographie et cultures, n°54, 2005.
- Goffman E., L’arrangement des sexes, Paris, Editions La Dispute, 2002.
- Jegou A., Chabrol A., « Discours, pratiques et postures des géographes physiciens et des géographes physiciennes : le genre en géographie physique », intervention au colloque Masculin/Féminin : questions pour la géographie, Bordeaux, 2010 (non publié).
- Lieber M., Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Les presses de SciencesPo, 2008.
- Marius-Gnanou K., Hofmann E., « De l’utilité d’intégrer l’outil genre dans les interventions de développement », in Guétat H., Grenier A.M. (dir.), Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural, Toulouse, IRD/PUM Presses Universitaires du Mirail, 2006.
- Maruani M. (dir.), Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, Paris, éditions La découverte, 2005.
- Massey D., Space, Place and Gender, Cambridge, Polity Press, 1994.
- Oakley A., Sex, Gender and Society, London, Temple Smith, 1972
- Perreau B., « Introduction. In/discipliner la sexualité », EchoGéo, n°5, 2008 (http://echogeo.revues.org/5923).
- Prearo M. (dir.), « Révolution/Libération », Genre, sexualité & société, n°3, 2010 (http://gss.revues.org/index1005.html).
- Proth B., Lieux de drague, scènes et coulisses d’une sexualité masculine, Toulouse, Editions Octarès, 2002.
- Raibaud Y., « Cultures urbaines : la ville au masculin ? », in Mixité, parité, genre et métiers de l’animation, Gillet J. C., Raibaud Y. (dir.), Paris, l’Harmattan, 2006, pp. 139-156.
- Rouch H., « L’Action Thématique Programmée “Recherches sur les femmes et recherches féministes” », Genre, sexualité & société, n°1, 2009 (http://gss.revues.org/index373.html).
- Scott J. W., « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF, n°37-38, 1988, pp. 125-153.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Pour la séance du 8 février – Bibliographie autour des centres de loisirs, “laboratoires du genre”

Quelques éléments bibliographiques autour des centres de loisirs, “laboratoires du genre”

Sylvie Cromer et al. « L’enfance, laboratoire du genre », Cahiers du Genre 2/2010 (n° 49), p. 5-14.
URL : www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2010-2-page-5.htm.

Alexandra Ferreira, « Filles et garçons au centre de loisirs, Apprentissages et construction des genres, ou les enjeux d’un « vivre ensemble », Accueils collectifs de mineurs : recherches, ParisLes Éditions Champ social/ MATRICE, 2012

Yves Raibaud, « Genre et loisirs des jeunes », Empan 1/2007 (n° 65), p. 67-73.
URL : www.cairn.info/revue-empan-2007-1-page-67.htm.

Nathalie Roucous, « Les loisirs de l’enfant ou le défi de l’éducation informelle »,Revue française de pédagogie, 160 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 01 septembre 2011, URL : http://rfp.revues.org/731

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website