Archives de catégorie : Séminaires

Un séminaire interdisciplinaire sur le genre et l’intersectionnalité

Un séminaire qui interroge concepts et théories, sur des axes proches du thème de ce carnet, un lundi par mois de 16h à 18h

 

Séminaire du Réseau Transdisciplinaire Genre

“Cedref@Sorbonne Paris Cité

2013-2014

Approches transdisciplinaires sur le genre et l’intersectionnalité

 

14 octobre : Azadeh Kian, (Pr de sociologie, CEDREF-CSPRP Université Paris 7-Diderot) ; Patrick Farges (MCF en histoire et civilisation des pays de langue allemande, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

« Séance introductive : L’intersectionnalité : Réception-récupération-détournement et renouveau »

18 novembre : Valeria Ribeiro Corrosacz (MCF, Anthropologie sociale, Université de Modène et Emilie Reggio),

« Intimité, domination, inégalité. L’intersection de classe, sexe et couleur dans les rapports entre jeunes hommes blancs de classe moyenne et employées domestiques à Rio de Janeiro »

9 décembre : Fatima Ait Ben Lmadani (Pr. assitante, sociologue, Université Mohamed V-Soussi Rabat) ; Nasima Moujoud (MCF, antropologue, LAHRHA, Université Pierre Mendes-France, Grenoble)

« Black feminism et postcolonialism : Héritages et enjeux de la recherche en France »

27 janvier : Kathy Davis (Dir. de recherche en sociologie,Vrije Universiteit, Amsterdam),

« Intersectionality as Travelling Theory »

24 février : Danièle Kergoat (Dir. de recherche émérite, sociologue, GTM)

« A propos de la consubtantialité » ( titre provisoire)

24 mars : Sirma Bilge (Pr agrégée de sociologie, Université de Montréal)

« Peut-on contrer la neutralisation politique de l’intersectionnalité? »

7 avril (séance commune avec l’ANR GlobalGender) : Delphine Lacombe (Ingénieure d’étude CNRS, politiste, EHESS) ; Jules Falquet (MCF HDR, sociologue, CEDREF-CSPRP, Université Paris Diderot)

« Les débats autonomisation-institutionnalisation au sein du féminisme LAC :

stratégies de mobilisation et analyses des questions de classe, “race” et sexualité »

5 maiNacira Guénif Souilamas (Pr, Université Paris 8, Experice)

« Expériences croisées sexisme/racisme en milieu universitaire »

Responsables du séminaire : Azadeh Kian, Jules Falquet et Dominique Fougeyrollas

Université Paris Diderot

http://www.cedref.univ-paris7.fr/

Un lundi par mois, 16-18h

(Salle 268 bâtiment Olympe de Gouges

8, rue Albert Einstein 75013 Paris)

 

Séminaire GTM autour des travaux d’Eleni Varikas (15 avril)

Séminaire public de l’équipe GTM (Cresppa)
Prochaine séance : autour des travaux d’Eleni Varikas
Lundi 15 avril, à partir de 9h15, site CNRS Pouchet (Paris 17ème)

Cette séance du séminaire prendra la forme d’une journée d’étude, consacrée aux travaux d’Eleni Varikas, sous le titre « Genre, féminisme et politique ».

Avec la participation de : Anne Berger, Michèle Riot-Sarcey, Catherine Achin, Sonia Dayan, Danielle Chabaud-Rychter, Christine Delphy, Elsa Dorlin, Patricia Paperman, Malek Bouyahia, Karima Ramdani, Maria-Eleonora Sanna, Cornelia Möser, Aurélie Damamme, Elena Tzelepis, Keith MacClelland, Isabelle Clair, Helena Hirata et Eleni Varikas.
Plus d’infos sur: http://www.gtm.cnrs.fr
La<br />
              prochaine séance du séminaire public de l’équipe « Genre<br />
              Travail Mobilités » du Cresppa aura lieu le 15 avril<br />
              prochain, à partir de 9h15, sur le site CNRS Pouchet<br />
              (Paris 17e).,Ce sera une journée d’étude intitulée «<br />
              Genre, féminisme et politique. Autour des travaux d’Eleni<br />
              Varikas ». Avec les contributions de : Anne Berger,<br />
              Michèle Riot-Sarcey, Catherine Achin, Sonia Dayan,<br />
              Danielle Chabaud-Rychter, Christine Delphy, Elsa Dorlin,<br />
              Patricia Paperman, Malek Bouyahia, Karima Ramdani,<br />
              Maria-Eleonora Sanna, Cornelia Möser, Aurélie Damamme,<br />
              Elena Tzelepis, Keith MacClelland, Isabelle Clair, Helena<br />
              Hirata et Eleni Varikas.,Si le programme n’apparaît pas<br />
              sur votre écran, merci de vous reporter à la pièce-jointe<br />
              ou de vous connecter sur http://www.gtm.cnrs.fr,Pour tout<br />
              renseignement, veuillez adresser un email à Sandra Nicolas<br />
              : sandra.nicolas@gtm.cnrs.fr

Séminaire “Comment penser le travail au croisement des catégories”, 22 février

Co-organisé par Fanny Gallot animatrice du séminaire GCP: l’intersectionnalité appliquée à la sphère du travail.

Comment penser le travail au croisement des catégories ?

Atelier de recherche organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Les séances auront lieu au 59/61 rue Pouchet, Paris. La salle sera affichée à l’entrée du bâtiment 

Présentation :
   Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co- construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-doctorantes, chercheure). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner    la    réflexion    sur    le    croisement    des    catégories    et    l’ imbrication    des    rapports    de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique. Dans chaque séance de ce séminaire mensuel, la présentation d’une recherche sera suivie d’un débat introduit par une discutante.
Programme :
1ère séance, vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) – Introduction (séance exceptionnelle de 2h30, introduction de l’atelier)
Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)
2nd séance, vendredi 29 mars de 14h à 16h (Salle 159) – La capacité d’agir des travailleuses dans l’économie informelle Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne – GEMASS)
« La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)
3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) “Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des
terrains d’enquête.”
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)
4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) Les femmes dans les
coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil)
“Rapports sociaux de genre et de classe dans l’expérience de travail collectif au Brésil.”
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, IHARA et IHEST)
5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à annoncer) – Séance conclusion Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective.
Contact :
michelle.paiva@hotmail.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

14 février 2013 “Le genre du mal être au travail”

“Le genre du mal être au travail
Séminaire CRESPPA Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris
UMR du CNRS 7217
Les séances auront lieu
59 rue Pouchet 75017 Paris métro Guy Môquet, bus 66
Organisation et renseignements : Régine Bercot :reginebercot@gmail.com
Comité scientifique : Régine Bercot, Julien Choquet, Florence Chappert, Anne-Sophie Cousteaux, Anne Jacquelin, Danièle Linhart,  Arnaud Mias, Michèle Paiva,  Danièle Kergoat
Présentation :
   En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.
 Séance 5 – Jeudi 14 février 2013, 14h-18h. Salle 159, Invisibilisation des liens de causalité entre santé et travail.
NATHALIE FRIGUL, Maitre de conférence, Université de Picardie, CURAPP.
MICHELLE PAIVA, Doctorante, Université Paris 10, CRESPPA-GTM
HELENE BRETIN, Maitre de conférence, Université, Paris 13, IRIS.
L’analyse des liens entre santé et travail ne relève pas seulement de la stricte causalité. Elle passe  aussi par la mise à jour des articulations souvent complexes entre des formes de dégradation de la santé et des processus de marginalisation progressive sur le marché du travail et de l’emploi.
Femmes de ménage exposées à des substances qui s’avèreront toxiques des années plus tard, ouvrièr(e)s exposées aux restructurations et à leurs effets… Travailleuses précaires de la distribution et des services à la personne… En bout de course, chômeuses de longue durée, pour lesquelles les expériences passées du travail et de l’emploi, les atteintes à la santé qui y sont liées sont déniées.
A partir de biographies professionnelles, il s’agira de voir comment se construit l’invisibilisation des liens travail-santé, sur quels ressorts de la division sexuée du travail elle s’appuie et dans quelles temporalités – professionnelles, familiales, institutionnelles – elle s’inscrit et s’exprime.
Séances suivantes :
http://www.gtm.cnrs.fr/Seminaires/presentation%20seminaires.htm

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire Femmes, Genre et Mobilisations collectives en Afrique

A l’occasion de notre prochaine séance consacrée au genre de la contestation ouvrière, nous vous signalons un autre séminaire sur cette thématique animé par des jeunes chercheuses et des jeunes chercheurs de l’Université Paris I et intitulé Femmes, genre et mobilisations collectives en Afrique.

Bonne découverte!

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website