Archives de catégorie : Parutions/Lectures, Publications

Publication: Sociologie de la prostitution, Lilian Mathieu

Vient de paraître aux éditions La Découverte un repère salutaire consacré à la sociologie de la prostitution par Lilian Mathieu : retour sur un faisceau de pratiques économico-sexuelles stigmatisées qui nous donne à voir les rapports de pouvoir qui s’exercent sur une partie de la population marquée par son mauvais genre, sa position économique subalterne et son insubordination sexuelle.

 

Résumé:
La prostitution est un objet social double. Il s’agit bien sûr d’une pratique singulière qui articule sexualité et économie et qui implique divers protagonistes (femmes et hommes prostitués, clients, proxénètes). Mais elle est aussi un « problème social » à la définition et au traitement desquels participent entrepreneurs de morale, législateurs, policiers ou encore travailleurs sociaux, dont l’action exerce en retour de considérables effets sur la pratique et le quotidien des personnes prostituées.
C’est toute la complexité des rapports entre ces deux dimensions de la prostitution que cet ouvrage s’est donné pour objet d’explorer, en dressant un bilan des recherches sociologiques qui lui sont consacrées. Un tel enjeu n’est pas anodin, s’agissant d’une réalité sociale davantage objet de polémique, voire de fantasme, que de connaissance scientifique. Pourtant, la sociologie de la prostitution a connu ces dernières années d’importants développements, en France comme à l’étranger, qui ont permis d’atténuer son statut d’« objet sale » trop longtemps relégué aux marges de la recherche.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_la_prostitution-9782707179159.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Conférence: « Corps vulnérables » autour de la parution du dernier numéro des Cahiers du Genre

EFiGiES Antiquité, Anhima et les Cahiers du Genre
organisent une discussion croisée :

CORPS
VULNERABLES

Images intégrées 1

Marine BRETIN-CHABROL (Université de Lyon 3) « L’allaitement à Rome. Le nourrisson, la
nourrice et le nutritor : des corps vulnérables ? »

Sandra BOEHRINGER (Université de Strasbourg) : « Corps et violence sexuelle dans
l’Antiquité : où se joue le genre ? »

Autour de : Sandra BOEHRINGER et Estelle FERRARESE (dir.), dossier « Corps vulnérables », Cahiers du genre 58, 2015.

Samedi 6 juin, 16-18h
Salle Mariette (RdC), INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e, entrée libre.

Retrouvez la revue en ligne: https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2015-1.htm

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Premier numéro de la revue Comment s’en sortir: Du côté obscur : féminismes noirs

Nous souhaitons la bienvenue à la revue d’études féministes, queer et postcoloniales Comment s’en sortir et nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de ce numéro inaugural : « Du côté obscur : Féminismes noirs ».

CSS propose deux versions de ce numéro. Une version en ligne qui comporte la majorité des articles (Frictions), un entretien (Rencontre) et les recensions (Arsenal), à l’adresse suivante :http://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/, ainsi qu’une version imprimée aux Editions iXe, intitulée « Les murs renversés deviennent des ponts : CSS#1 : Féminismes noirs », autour d’un Manifeste et d’un article (Traverse).

http://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/

A l’occasion de cette première parution, le comité de rédaction deCSS organise deux évènements: le 27 mai prochain, au Monte-en-l’air, 2 rue de la Mare, 75020 Paris, à partir de 18h30 ; et le 4 juin, au Reid Hall de Columbia University, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris.

NUMÉRO 1

N° 1 | 2015 – Du côté obscur : féminismes noirs

From The Dark Side: Black Feminisms

Coordination

Keivan Djavadzadeh et Myriam Paris

Numéro téléchargeable en intégralité et par articles séparés.

Numéro intégral [PDF]

Introduction

Keivan Djavadzadeh & Myriam Paris
Du côté obscur : féminismes noirs
[PDF]

Rencontre

Françoise Vergès
Mettre en théorie et en pratique le principe de déplacement
[PDF]

Frictions

Tal Dor
Vers une conscience radicale : la libération féministe mizrahie pour une pensée émancipée
[PDF]

Sharon Kinsella
Visages noirs, sorcières et racisme contre les filles
(traduction de l’anglais par Mélanie Jouitteau)
[PDF]

Jacqueline Couti
La Doudou contre-attaque : Féminisme noir, sexualisation et doudouisme en question dans l’entre deux-guerres
(traduction de l’anglais par Michele Greer)
[PDF]

Karima Ramdani
Femmes modernes Et de traditions musulmanes. Traduction de la modernité coloniale dans les rhétoriques des féministes anticolonialistes
[PDF]

Vanessa Agard Jones
« Le jeu de qui ? » Les politiques sexuelles aux Antilles françaises
[PDF]

Sara Farris
Féministes de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?
(traduction de l’anglais par Michele Greer)
[PDF]

Arsenal

Noemi Michel et Eva Rodriguez
Générations Audre Lorde ; Autour du documentaire Audre Lorde. The Berlin years 1984 to 1992, Dagmar Schultz, Allemagne, 2012.
[PDF]

Julie Abbou
The Birth Of Chinese Feminism. Essential Texts in Transnational Theory, Lydia H. Liu, Rebecca E. Karl, Dorothy Ko, New York Columbia University Press, 2013.
[PDF]

Gianfranco Rebucini
Théories féministes et queers décoloniales : interventions Chicanas et Latinas états-uniennes, Les cahiers du CEDREF, éditions iXe, 2011.
[PDF]

Keivan Djavadzadeh
Angela Davis, Blues Legacies and Black Feminism, New York, Vintage Books, 1999.
[PDF]

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History, Printemps 2015

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

 

http://gas.sagepub.com/content/current

 

Volume 27, Number 1, Spring 2015

 

Editorial Note:

Rethinking Transnationalism and Histories of Women, Race, and Sexuality In and Between Latin America and the United States, 1870–1970

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

Articles:

A Feisty Woman in Nineteenth-Century Mexico: Laura Méndez de Cuenca (1853–1928)

Mílada Bazant

 

Raising Pan Americans: Early Women Activists of Hemispheric Cooperation, 1916–1944

Dina Berger

 

Creating Madres Campesinas: Revolutionary Motherhood and the Gendered Politics of Nation Building in 1950s Bolivia

Nicole L. Pacino

 

Modern Kitchens in the Pampas: Home Mechanization and Domestic Work in Argentina, 1940–1970

Inés Pérez

 

“I had to Promise . . . Not to Ask ‘Nasty’ Questions Again”: African American Women and Sex and Marriage Education in the 1940s

Christina Simmons

 

Not to Rely Completely on the Courts: Florynce “Flo” Kennedy and Black Feminist Leadership in the Reproductive Rights Battle, 1969–1971

Sherie M. Randolph

 

Book Reviews

Struggles for Citizenship: Gender, Sexuality, and the State (Then and Now)

Natasha Zaretsky

 

Adoption Politics: Families, Identities, and Power

Ann S. Blum

 

Intersecting Histories of Gender, Race, and Disability

Alison M. Parker

 

Transcending Cross-Cultural Frontiers: Gender, Religion, Race, and Nation in Asia and the Near East

Mona L. Siegel

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Parution: En découdre, Fanny Gallot

C’est avec un immense plaisir (et une certaine fierté!) que nous annonçons la sortie de l’ouvrage de Fanny Gallot, maître de conférence à l’université Paris-Est-Créteil et membre du groupe Genre et Classes populaires, intitulé En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société aux Editions la Découverte.

Résumé:

Alors que depuis la fin des années 1990, le monde ouvrier revient sur le devant de la scène avec des luttes de plus en plus dures (occupations, séquestrations, grèves de la faim, menaces de faire « sauter l’usine », etc.), le rôle joué par les femmes a été passé sous silence. À la différence des hommes, elles ont souvent effectué leur carrière entière dans la même usine et subissent de plein fouet l’épreuve des restructurations ou de la liquidation pure et simple.
Qui sont ces femmes décidées à « en découdre » ? Ayant commencé à travailler après 1968, elles n’ont plus grand-chose de commun avec leurs mères : elles ne sont ni fatalistes ni résignées. Grâce à leurs combats, de nouvelles lois ont révolutionné le travail et, plus largement, la société. Elles ont obtenu d’être reconnues comme des salariée s à part entière, et non pas comme des subalternes devant se contenter d’un salaire d’appoint. Elles ont mis en cause le pouvoir des petits chefs disposant d’un quasi-droit de cuissage. Elles ont donné sa dignité au travail en usine jusqu’alors considéré comme dégradant pour une femme. Elles ont changé le fonctionnement syndical en refusant de tout déléguer aux hommes. Les syndicats ont été obligés de prendre en charge des questions comme la contraception, l’avortement ou le partage des tâches familiales.
Fanny Gallot s’est appuyée, entre autres, sur les témoignages précis des femmes engagées dans cette lente et profonde révolution. Elle raconte leurs histoires surprenantes et émouvantes, comme celles des ouvrières de Chantelle et Moulinex dont les luttes ont marqué l’actualité.

Pour en savoir plus:

La Boîte à idées de Médiapart avec Fanny Gallot

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés: « Le genre, la ville »

 

Le numéro 33/2015 (avril) de Travail, genre et sociétés 

« Le genre, la ville »

vient de paraître aux éditions La Découverte

Sommaire

PARCOURS
Estrella, une migrante à Buenos Aires
Itinéraire d’une travailleuse du care
propos recueillis par Natacha Borgeaud-Garciandía

DOSSIER
Le genre, la ville
coordonné par Nicole Mosconi, Marion Paoletti et Yves Raibaud
Durable mais inégalitaire : la ville
Yves Raibaud

Penser la métropole avec le genre
Sophie Louargant

Stéréotypes de genre dans la pratique de l’urbanisme
Lidewij Tummers

MUTATIONS
Prendre la parole en séance plénière
Maud Navarre

Être éboueur-e à Paris
Stéphane Le Lay

CONTROVERSE
Au nom de l’austérité
coordonnée par Hélène Périvier et Rachel Silvera
Les Françaises ne sont pas épargnées
Christiane Marty

L’Espagne : un pas en avant, deux pas en arrière
Amaia Otaegui

Les enseignements de la Grande Dépression grecque
Maria Karamessini

La reprise, l’austérité et le rééquilibrage au Royaume-Uni
Anthony Rafferty

Femmes et austérité en Italie
Paola Villa

CRITIQUES
Orientation scolaire et discriminations. Quand les différences de sexe masquent les inégalités
de Françoise Vouillot (dir.), Joëlle Mezza, Marie-Laure Steinbruckner et Laurence Tiénot
par Sylvie Cromer

Gender and Leadership in Unions de Gill Kirton et Geraldine Healy
par Cécile Guillaume

Regard sur… le care
Care et sentiments de Patricia Paperman
Le travail du care de Pascale Molinier
Contre l’indifférence des privilégiés… A quoi sert le care de Carole Gilligan, Arlie Hochschild et Joan Tronto
par Helena Hirata et Efthymia Makridou

Corps en tous genres: la dualité des sexes à l’épreuve de la science d’Anna Fausto Sterling
par Ilana Löwy

Genre, migrations et emplois domestiques en France et en Italie.
Construction de la non-qualification et de l’altérité technique de Francesca Scrinzi
par Julien Debonneville

Ouvrières à domicile. Le combat pour un salaire minimum sous la Troisième République
de Colette Avrane
par Rachel Silvera

Couples d’ici, parents d’ailleurs. Parcours de descendants d’immigrés
de Beate collet et Emmanuelle Santelli
par Catherine Therrien

Les féministes belges et les luttes pour l’égalité politique et économique (1918-1968) de Catherine Jacques
par Fanny Bugnon

Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales du Collectif Onze
par Julie Ancian

Normes religieuses et genre. Mutations, résistances et reconfiguration XIXe-XXIe siècle
de Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna (dir.)
par Fatima Khemilat-Cherpa

Le genre entre transmission et transgression
de Lydie Bodiou, Marlaine Cacouault-Bitaud et Ludovic Gaussot (dir.)
par Nicole Mosconi

Un quart en moins. Des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaire
de Rachel Silvera
par François Michon

Pensée sociologique et position sociale. L’effet du genre et des rapports sociaux de sexe
de Ludovic Gaussot
par Françoise F. Laot

http://www.travail-genre-societes.com/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de Vingtième Siècle : « Femmes, genres et communismes »

Le dernier numéro de Vingtième siècle. Revue d’histoire est consacré au croisement du genre et de la classe, ainsi qu’à l’analyse des rapports entre communisme et féminisme. L’introduction souligne en effet que « les partis communistes ont constitué pour les femmes une voie d’accès au champ politique, à une époque où elles étaient encore privées de droits civiques. Ils ont compté dans leurs rangs des dirigeantes, comme Clara Zetkin, Dolores Ibárruri et Jeannette Vermeersch. Pour ces dernières, l’engagement communiste a correspondu à une double émancipation, en termes de classe et en termes de genre, puisque la représentation politique restait réservée aux hommes ».

 

Voici la brève présentation du numéro, disponible sur Cairn :

Présentation

Le communisme a été tout à la fois une théorie, un programme politique et social, une pratique politique et un ordre social. Sous chacune de ces formes, il a impliqué des hommes aussi bien que des femmes. Mais si ces dernières ont toujours été identifiées comme un groupe particulier, il ne leur a guère été reconnu d’émancipation singulière. C’est sur les effets historiques de cette contradiction qu’entend revenir ce numéro, en tenant compte de la multiplicité du phénomène communiste à l’Est comme à l’Ouest. Quelle a été la place des femmes dans les partis, les syndicats et les autres organisations de masse ? Comment se sont-elles approprié les politiques émancipatrices étatiques qui leur ont notamment donné l’accès au travail salarié ? Y avait-il place dans le communisme pour une forme de féminisme ?

 

 

L’infa-ordinaire selon Georges Perec : un questionnement sur la routine

 

Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?

En 1973, dans un texte bref intitulé « Approches de quoi ? », Georges Perec pose la question de la matière du quotidien et de la manière de l’analyser. Son invitation à explorer l’infra-ordinaire rejoint et prolonge les questions que nous nous posons cette année dans le séminaire GCP, articulé autour de la notion « routine ».  Les réponses que donnent Georges Perec sont essentiellement littéraires, mais les questions posées nous permettent d’approfondir l’analyse socio-historique qui nous tient à coeur. Voici donc ce texte incisif.

Georges Perec, Approches de quoi ?, 1973

Ce qui nous parle, me semble-t-il, c’est toujours l’événement, l’insolite, l’extra-ordinaire : cinq colonnes à la une, grosses manchettes. Les trains ne se mettent à exister que lorsqu’ils déraillent, et plus il y a de voyageurs morts, plus les trains existent; les avions n’accèdent à l’existence que lorsqu’ils sont détournés; les voitures ont pour unique destin de percuter les platanes: cinquante-deux week-ends par an, cinquante-deux bilans: tant de morts et tant mieux pour l’information si les chiffres ne cessent d’augmenter ! Il faut qu’il y ait derrière l’événement un scandale, une fissure, un danger, comme si la vie ne devait se révéler qu’à travers le spectaculaire, comme si le parlant, le significatif était toujours anormal: cataclysmes naturels ou bouleversements historiques, conflits sociaux, scandales politiques…
Dans notre précipitation à mesurer l’historique, le significatif, le révélateur, ne laissons pas de côté l’essentiel: le véritablement intolérable, le vraiment inadmissible: le scandale, ce n’est pas le grisou, c’est le travail dans les mines. Les  » malaises sociaux  » ne sont pas  » préoccupants  » en période de grève, ils sont intolérables vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois cent soixante-cinq jours par an.

[…]
Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?
Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?
Comment parler de ces  » choses communes « , comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes.
Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie: celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique.
Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine. […]
Ce qu’il s’agit d’interroger, c’est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons des escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?
Décrivez votre rue. Décrivez-en une autre. Comparez.
Faites l’inventaire de vos poches, de votre sac. Interrogez-vous sur la provenance, l’usage et le devenir de chacun des objets que vous en retirez.
Questionnez vos petites cuillers.
Qu’y a-t-il sous votre papier peint ?
Combien de gestes faut-il pour composer un numéro de téléphone ? Pourquoi ?
Pourquoi ne trouve-t-on pas de cigarettes dans les épiceries ? Pourquoi pas ?

Il m’importe peu que ces questions soient, ici, fragmentaires, à peine indicatives d’une méthode, tout au plus d’un projet. Il m’importe beaucoup qu’elles semblent triviales et futiles : c’est précisément ce qui les rend tout aussi, sinon plus, essentielles que tant d’autres au travers desquelles nous avons vainement tenté de capter notre vérité.

Texte reproduit dans Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989, p. 9-13.

Dernier numéro de la revue: Gender & Society

Dernier numéro de la revue: Gender & Society

 

 http://gas.sagepub.com/content/current

 

February 2015; 29 (1)

 

Introduction

Orit Avishai, Afshan Jafar, and Rachel Rinaldo

A Gender Lens on Religion

 

Articles

Lynne Gerber

Grit, Guts, and Vanilla Beans: Godly Masculinity in the Ex-Gay Movement

 

Pamela J. Prickett

Negotiating Gendered Religious Space: The Particularities of Patriarchy in an African American Mosque

 

Tanya Zion-Waldoks

Politics of Devoted Resistance: Agency, Feminism, and Religion among Orthodox Agunah Activists in Israel

 

Ayesha Khurshid

Islamic Traditions of Modernity: Gender, Class, and Islam in a Transnational Women’s Education Project

 

Kristin Aune

Feminist Spirituality as Lived Religion: How UK Feminists Forge Religio-spiritual Lives

 

 

Book Reviews

 

Dina Pinsky

Book Review: The Moral Panics of Sexuality edited by Breanne Fahs, Mary L. Dudy, and Sarah Stage

 

Özlem Altiok

Book Review: Gendered Identities: Criticizing Patriarchy in Turkey edited by Rasim Özgür Dönmez and Fazilet Ahu Özmen

 

Mimi Schippers

Book Review: The Polyamorists Next Door: Inside Multiple-Partner Relationships and Families by Elisabeth Sheff

 

David J. Maume

Book Review: Unfinished Business: Paid Family Leave in California and the Future of U.S. Work-Family Policy by Ruth Milkman and Eileen Appelbaum

 

Lynn Davidman

Book Review: God’s Gangs: Barrio Ministry, Masculinity, and Gang Recovery by Edward Orozco Flores

 

Pallavi Banerjee

Book Review: Pregnant on Arrival: Making the Illegal Immigrant by Eithne Luibhéid

 

Amy L. Best

Book Review: Consuming Work: Youth Labor in America by Yasemin Besen-Cassino

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue: Gender & History

Dernier numéro de la revue: Gender & History

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gend.2014.26.issue-3/issuetoc

November 2014; 26 (3)

Articles

Introduction: Gender, Imperialism and Global Exchanges (pages 393–413)

Michele Mitchell and Naoko Shibusawa with Stephan F. Miescher

 

Labour

The Sexual Politics of Imperial Expansion: Eunuchs and Indirect Colonial Rule in Mid-Nineteenth-Century North India

Jessica Hinchy

Remaking Anglo-Indian Men: Agricultural Labour as Remedy in the British Empire, 1908–38

Jane McCabe

 

‘Robot Farmers’ and Cosmopolitan Workers: Technological Masculinity and Agricultural Development in the French Soudan (Mali), 1945–68

Laura Ann Twagira

 

Commodities

Pursuing Her Profits: Women in Jamaica, Atlantic Slavery and a Globalising Market, 1700–60

Christine Walker

 

Fashioning their Place: Dress and Global Imagination in Imperial Sudan

Marie Grace Brown

 

The Transnational Homophile Movement and the Development of Domesticity in Mexico City’s Homosexual Community, 1930–70

Víctor M. Macías-González

 

Fashioning Politics

 

Dressed for Success: Hegemonic Masculinity, Elite Men and Westernisation in Iran, c.1900–40

Sivan Balslev

 

‘It Gave Us Our Nationality’: US Education, the Politics of Dress and Transnational Filipino Student Networks, 1901–45

Sarah Steinbock-Pratt

 

‘A Life of Make-Believe’: Being Boy Scouts and ‘Playing Indian’ in British Malaya (1910–42)

Jialin Christina Wu

 

The Tank Driver who Ran with Poodles: US Visions of Israeli Soldiers and the Cold War Liberal Consensus, 1958–79

Shaul Mitelpunkt

 

Mobility and Activism

Marta Vergara, Popular-Front Pan-American Feminism and the Transnational Struggle for Working Women’s Rights in the 1930s

Katherine M. Marino

 

Guerrilla Ganja Gun Girls: Policing Black Revolutionaries from Notting Hill to Laventille

W. Chris Johnson

 

Gender and Visuality: Identification Photographs, Respectability and Personhood in Colonial Southern Africa in the 1920s and 1930s (pages 688–708)

Lorena Rizzo

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Publication: Dernier numéro de la revue Clio « Objets et fabrication du genre »

Le dernier numéro de la revue Clio  sous la direction de Leora Auslander, Rebecca Rogers et de Michelle Zancarini-Fournel est consacré à l’histoire matérielle. Intitulé « Objets et fabrication du genre », il pose la question de la construction de la différence des sexes par et avec les objets.

 

Résumé

Qu’est-ce que les objets ont à apprendre aux historiennes et historiens qui cherchent à mieux comprendre les dynamiques du genre ? Ce numéro de Clio HGF « Objets et fabrication du genre » tente de répondre à cette interrogation. En insistant sur la spécificité de la culture matérielle des temps bibliques au très contemporain, les auteur.e.s analysent des mouchoirs politiques, des uniformes de soldat, des bijoux, des jouets publicitaires, de la vaisselle, des fragments de tissu et de poteries, mais aussi des représentations littéraires et visuelles… À partir de ces approches et de ces sources variées, les articles montrent comment les femmes et les hommes se construisent grâce aux objets, comment l’objet-acteur construit le genre, comment les objets nous racontent une autre histoire que les mots.

http://clio.revues.org/12064

Sommaire

Leora Auslander, Éditorial

Katharina Galor, Des femmes à Qumrân ? Entre textes et objets

Katherine L. French, Nouveaux arts de la table et convivialités sexuées

Elizabeth Heath, Apprendre l’Empire, un jeu d’enfants ? 

Natalie Scholz, Genre et éthique des objets dans le cinéma de l’Allemagne d’après-guerre

Louise Purbrick, Le mouchoir d’Armagh. Tissu, genre et politique

Regard complémentaire

Sarah Jones Weicksel, Quand l’uniforme fait l’homme libre

Actualités de la recherche

Anne Monjaret, Objets du genre et genre des objets en ethnologie et sociologie françaises

Leora Auslander, Culture matérielle, histoire du genre et des sexualités

Documents

Sylvie Sagnes, Aurore l’Arlésienne, reine des poupées

Ellen Rothenberg, Chelen Amenca (Danse avec nous)

Témoignage

Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel, À propos du bazar du genre…

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: Paris, ville ouvrière, de Maurizio Gribaudi.

Dans la continuité de plusieurs travaux récents d’histoire sur Paris et les Parisiens au premier XIXe siècle (Vivre la Ville de Piette et Racliffe, par exemple), cet ouvrage revient sur les dynamiques sociales, économiques et démographiques de cette période pour révéler « la grouillante vitalité avec laquelle se croisent, cohabitent et collaborent, bon gré mal gré, quantité de différentes physionomies professionnelles et sociales ». Avec ce livre, Maurizio Gribaudi cherche à établir une modernité du Paris populaire. Le livre se révèle particulièrement stimulant quand il examine les transformations du maillage urbain et les logiques d’appropriations populaires de l’espace urbain.

Parution: Daryl Hafter and Nina Kushner, Women and Work in Eighteenth-Century France

Les femmes au travail, une question de genre, de classe et de race.

Daryl M. Hafter and Nina Kushner (éd.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Louisiana State University Press, 2015

In the eighteenth century, French women were active in a wide range of employments from printmaking to running wholesale businesses although social and legal structures frequently limited their capacity to work independently. The contributors to Women and Work in Eighteenth-Century France reveal how women at all levels of society negotiated these structures with determination and ingenuity in order to provide for themselves and their families.

Recent historiography on women and work in eighteenth-century France has focused on the model of the family economy, in which women’s work existed as part of the communal effort to keep the family afloat, usually in support of the patriarch’s occupation. The ten essays in this volume offer case studies that complicate the conventional model: wives of ship captains managed family businesses in their husbands extended absences; high-end prostitutes managed their own households; female weavers, tailors, and merchants increasingly appeared on eighteenth-century tax rolls and guild membership lists; and female members of the nobility possessed and wielded the same legal power as their male counterparts.

Examining female workers within and outside of the context of family, Women and Work in Eighteenth-Century France challenges current scholarly assumptions about gender and labor. This stimulating and important collection of essays broadens our understanding of the diversity, vitality, and crucial importance of women s work in the eighteenth-century economy.

Table of Contents:

Nina Kushner and Daryl M. Hafter, “Introduction”

Rafe Blaufarb, “The Phenomenon of Female Lordship”

Nancy Locklin, “Women and Work Identity”

Nina Kushner, “The Business of Being Kept: Elite Prostitution as Work”

Jacob D. Melish, “The Power of Wives: Managing Money and Men in the Family Businesses of Old Regime France”

Cynthia M. Truant, “Many Exceptional Women: Female Artists in Old Regime Paris”

Jane McLeod, “Printer Widows and the State in Eighteenth-Century France”

Jennifer L. Palmer, “Women and Contracts in the Age of Transatlantic Commerce”

James B. Collins, “Women and the Birth of Modern Consumer Capitalism”

Daryl M. Hafter, “French Industrial Growth in Women’s Hands”

Judith A. DeGroat, “Women in the Paris Manufacturing Trades at the end of the Long Eighteenth Century”

Bonnie G. Smith, “Afterwards”

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution : Sociologie des classes populaires contemporaines

Parution d’un manuel éclairant sur les classes populaires contemporaines qui nous aide à faire le point sur cette notion toujours en débat.

Sociologie des classes populaires contemporaines,

Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy

Armand Colin, 2015

http://iris.ehess.fr/docannexe/image/2718/CoutantColinU.png

Présentation de l’éditeur:

Classes populaires, milieux populaires, quartiers populaires, électorat populaire… Autant d’expressions récurrentes dans les discours médiatiques et les débats politiques. Pourtant, la notion demeure floue, le « populaire » étant perçu tantôt comme une figure sociale inquiétante, tantôt comme une figure à revaloriser.

Revenant sur plusieurs décennies de recherches et s’appuyant sur des travaux récents, cet ouvrage propose une analyse sociologique inédite. Après un retour sur la constitution d’une sociologie des classes populaires en France et ses enjeux, chaque chapitre comporte un cadrage empirique et une mise en perspective théorique : qui sont les ouvriers et les employés aujourd’hui ? Quels conditions et modes de vie caractérisent ces hommes et ces femmes ? Quelles sont les dynamiques qui animent ces groupes et en modifient sans cesse les contours ?

Fondé sur des données historiques, statistiques et des enquêtes de terrain, enrichi de nombreux encadrés, ce manuel propose une lecture d’ensemble de la société française contemporaine, vue à partir des groupes populaires, qui en composent la majeure partie.

Yasmine SIBLOT est professeure de sociologie à l’université Paris 8 et membre du CRESSPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris) dans l’équipe CSU.
Marie CARTIER est maître de conférences à l’université de Nantes, chercheuse au CENS (Centre nantais de sociologie), membre junior de l’IUF (Institut universitaire de France).
Isabelle COUTANT est chercheuse au CNRS au laboratoire IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux).
Olivier MASCLET est maître de conférences à l’université Paris Descartes-Sorbonne Paris Cité et chercheur au CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux).
Nicolas RENAHY est chercheur à l’INRA, directeur du CESAER (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux).

Parution: Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire

Pour penser les classes ouvrières au féminin, l’ouvrage de Berverley Skeggs, paru initialement en 1997, vient enfin d’être traduit en français.

On pourra lire l’article de Marie Cartier sur cette approche renouvelée des classes populaires articulée à la question du genre et du care: Cartier Marie, « Le caring, un capital culturel populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales 1/ 2012 (n° 191-192), p. 106-113
URL : www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2012-1-page-106.htm.

Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015.

http://agone.org/lordredeschoses/desfemmesrespectables/

Traduit de l’anglais par Marie-Pierre Pouly

Préface d’Anne-Marie Devreux

« On est sorties à Manchester l’autre samedi, toutes les trois. C’était bien en fait, on s’est bien marrées. Mais à un moment on est allées dans le quartier bourge, et on se marrait devant les chocolats en se demandant combien on en aurait mangé si on avait pu se les payer, et il y a cette femme qui nous a lancé un regard. Si les regards pouvaient tuer. Genre, on était là, c’est tout, on faisait rien de mal, on n’était pas crades ni rien. Elle nous a juste regardées. On aurait dit que c’était chez elle et qu’on n’avait rien à faire là. Ben tu sais quoi, on est parties, on n’a plus rien dit pendant une demi-heure. T’imagines ? On s’est bien fait remettre à notre place. On aurait dû lui mettre notre poing dans la gueule. C’est des trucs comme ça qui te dégoûtent de sortir. Il vaut mieux rester chez soi. »

La matière première de ce livre est une série d’entretiens menés par Beverley Skeggs avec quatre-vingt-trois jeunes femmes issues de la classe ouvrière anglaise, inscrites à une formation d’aide à la personne et travaillées par leur propre respectabilité. Abordant leur rapport à la sexualité, à la classe ou au féminisme, cet ouvrage vient apporter un prolongement essentiel aux travaux de Pierre Bourdieu et de Paul Willis.

Sociologue britannique comptant parmi les spécialistes des cultural studies et de la pensée féministe, Beverley Skeggs a notamment codirigé Transformations : Thinking Through Feminism (Routledge, 2000) et Feminism after Bourdieu (Blackwell, 2004).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website