Archives de catégorie : Divers / Miscellaneous

« Les métiers ont-ils un sexe », événement organisé par le PRESAGE le 10 février

Le Programme de recherche et d’enseignements des savoirs sur le genre propose une réflexion sur le sexe des métiers.

Dans le cadre des journées proposées par le PRESAGE, le 10 février, à 17h, en partenariat avec le Laboratoire de l’égalité, Françoise Vouillot viendra présenter son ouvrage « Les métiers ont-ils un sexe ? »

http://www.programme-presage.com/details/events/les-metiers-ont-ils-un-sexe.html

Lieu : Sciences Po, 56 rue des St Pères, salle Goguel (5ème étage)

Pour s’inscrire: https://www.weezevent.com/rdv-de-legalite-les-metiers-ont-ils-un-sexe

Présentation du livre

En France, seuls 12% des métiers sont mixtes. Aux hommes la production et l’ingénierie, aux femmes l’éducation, la santé, le social. Existerait-il des métiers plutôt féminins ou plutôt masculins ? Filles et garçons auraient-ils des aptitudes spécifiques qui les orienteraient « naturellement » vers des professions différentes ? L’objet de ce livre est de démonter les ressorts de la division sexuée du travail, porteuse d’inégalités, et de révéler tout l’intérêt pour la société d’une réelle mixité des métiers.
Cet ouvrage aborde notamment, chiffres à l’appui, l’influence des stéréotypes de sexe, des pratiques des personnels pédagogiques et de l’histoire des politiques d’éducation sur l’orientation des filles et des garçons. Les nombreuses citations et zooms informatifs apportent un éclairage essentiel sur les études existantes et les initiatives développées pour favoriser la mixité des métiers.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Journée autour de l’oeuvre de Geneviève Fraisse 3 février

« L’émancipation créatrice » est le titre de cette journée organisée le 3 février 2015 autour de l’oeuvre de Geneviève Fraisse, philosophe et directrice de recherches émérite au CNRS. Elle se déroulera à la Sorbonne, dans l’Amphithéâtre Louis Liard – 17 rue de la Sorbonne 75005, de 9h30 à 17h45. 

L’inscription est requise, plus d’informations ainsi que le programme de la journée à partir du lien suivant : http://www.programme-presage.com/details/events/lemancipation-creatrice.html

Appel à contribution: Genre et âge.

APPEL À TEXTES

Âges de vie, genre et temporalités sociales

Parution prévue automne 2016

Rédacteurs invités

Aline Charles, Université Laval (Canada)

David Troyansky, CUNY, Brooklyn College (États-Unis)

Remise des propositions (résumés) : 16 mars 2015

Les résumés (1500 à 2000 caractères, espace compris)
doivent être soumis en ligne : efg.inrs.ca

 

Remise des manuscrits complets : 14 septembre 2015

 

 

Longtemps menées en parallèle, les études sur les âges de vie et sur le genre convergent davantage depuis quelques années, tout en laissant encore de vastes territoires à découvert. Ce numéro de la revue Enfances Famille Générations propose donc de contribuer à cette convergence. Il y sera question de constructions sexuées des âges et de trajectoires structurées par le genre. Ce qui mènera tout naturellement à tenir compte du temps qui passe et des évolutions historiques, des cycles de vie féminins et masculins, des expériences (inter)générationnelles ou encore des temporalités sociales sexuées (travail, famille, loisir, etc.).

Si plusieurs chercheurs-es ont déjà ouvert la voie, il reste du chemin à parcourir pour que l’âge et le genre soient traités comme deux systèmes de rapports sociaux à la fois distincts et inter-reliés. Les sciences sociales et humaines traitent encore l’âge (et parfois le genre) comme une simple variable qui n’exige pas de problématisation. De leur côté, les approches féministes intersectionnelles qui combinent pourtant le genre avec d’autres formes de rapports sociaux (classe, « race », ethnie, etc.) négligent encore l’âge. Les travaux sur les différents âges de vie, quant à eux, se sont multipliés et tiennent mieux compte des rapports sociaux de sexe. Généralement limités à la jeunesse, l’adultéité, la parentalité ou la vieillesse, ils perdent toutefois de vue le fait que grandir et vieillir constituent des processus continus. Bref, des historiens-nes le disent, des sociologues l’avancent, des littéraires et des anthropologues le confirment : l’arrimage entre genre et âge pourrait être resserré.

Joan Scott plaidait dans les années 1980 pour que le genre prenne valeur de « catégorie utile d’analyse ». Un peu plus tard, Margaret M. Gullette militait de son côté pour que l’âge soit lui aussi élevé au rang de catégorie analytique. Manier – simultanément ou en parallèle – ces deux formes de catégorisation sociale fait ressortir les similarités qu’elles partagent, les différences qui les séparent et les interactions qui les associent. L’âge et le genre structurent autant l’organisation collective que les trajectoires individuelles, génèrent des rapports de pouvoir complexes, initient nombre de représentations culturelles très sensibles aux contextes spatio-temporels considérés, et sont régulièrement naturalisés, voire « biologisés ». Mais le tout n’est pas qu’affaire de similitudes. Des spécificités importantes les démarquent aussi.

Pour ce numéro d’EFG, nous en appelons surtout à des articles offrant des perspectives larges, qui ne se limitent pas à un âge ou une phase de vie. Embrasser le cycle de vie dans sa globalité offre une autre prise sur la jeunesse qui bénéficie déjà d’études nombreuses, qu’elle soit féminine ou masculine. Saisir, dans leur ensemble, les rapports sexués d’âge ou de génération déplace le regard vers une adultéité et une vieillesse encore négligées. Cela incite aussi à raffiner, à l’aune de l’âge, l’analyse des masculinités. Bref, ces perspectives permettent de mieux mesurer en termes de genre et d’âge l’impact des évolutions démographiques, des normes culturelles, des régimes d’éducation ou de retraite, des filets de sécurité sociale, des migrations ou encore de la médicalisation des corps. Elles jettent aussi un nouvel éclairage sur plusieurs évolutions majeures : la généralisation des seuils d’âge sexués, la pénurie de jeunes femmes en Asie, la déchronologisation des cycles de vie féminins et masculins, la féminisation de la vieillesse en Occident, etc.

Lancé aux spécialistes d’horizons régionaux et nationaux variés, cet appel s’adresse aussi à celles et ceux qui adoptent une perspective transnationale pour saisir comment les normes, pratiques ou représentations d’âge et de genre circulent par-delà les frontières. Les approches théoriques et empiriques sont toutes deux bienvenues.

 

RÉférences

Bessin, Marc et Hervé Levilain, Parents après 40 ans, Autrement, « Mutations », Paris, 2012.

Gullette, Margaret Morganroth, Aged by Culture, University of Chicago Press, Chicago, 2004.

Hearn, Jeff, « Neglected Intersectionalities in Studying Men: Age(ing), Virtuality, Transnationality », dans Helma Lutz, Maria Theresa Herrera Vivar et Linda Supik (dir.), Framing Intersectionality. Debates on a Multifaced Concept in Gender Studies, Ashgate Publihing, Burlington (R.-U.), p. 80-104.

Jaspard, Maryse, et Michèle Massari, « Age et rapports de sexe », Table-ronde de l’A.P.R.E. : Rapports sociaux de sexe : problématique, méthodologie, champs d’analyse, CNRS, Paris, 1987.

Jyrkinen, Marjut et Linda McKie, « Gender, age and ageism: experiences of women managers in Finland and Scotland », Work, Employment & Society, vol. 26, no 1, 2012, p. 61-77.

Kergoat, Danièle, « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux », L’Homme et la Société, nos 176-177, 2010, p. 27-42.

Legrand, Monique et Ingrid Voléry (dir.), Genre et parcours de vie : vers une nouvelle police des corps et des âges ?, Nancy, Presses universitaires de Nancy / Éditions universitaires de Lorraine, 2013.

Søland, Birgitte, « Ages of Women: Age as a Category of Analysis in Women’s History », Journal of Women’s History, vol. 12, no 4, 2001, p. 6-10

Taefi, Nura, « The Synthesis of Age and Gender: Intersectionality, International Human Rights Law and the Marginalisation of the Girl-Child », International Journal of Children’s Rights, vol. 17, no 3, 2009, p. 345 -377.

 

La proposition doit être soumise en ligne sur le site web de la revue avant le 16 mars 2015. Pour ce faire, vous devez créer un compte d’usager en tant qu’auteur, en cliquant sur l’onglet « S’inscrire ». Votre soumission doit comprendre un titre provisoire, un résumé (1 500 à 2 000 caractères, espace compris) ainsi que les coordonnées de tous les auteurs.

Les manuscrits complets des propositions retenues (50 000 à 60 000 caractères, espaces compris, excluant le résumé et la bibliographie) devront être soumis en ligne avant le 14 septembre 2015.

Les auteurs sont priés de se conformer aux règles d’édition de la revue :
www.efg.inrs.ca/index.php/EFG/about/submissions#authorGuidelines

Tous les manuscrits sont acceptés ou refusés sur la recommandation de la direction et des responsables du numéro thématique, après avoir été évalués à l’aveugle par deux ou trois lecteurs externes.

Exposition « Femmes en métiers d’hommes », Musée de l’Histoire vivante

Exposition « Femmes en métiers d’hommes »

 Du 17 janvier au 20 décembre 2015

Musée de l’Histoire Vivante, 31 boulevard Théophile Sueur

Comment une société réagit à l’irruption des femmes dans des milieux considérés comme masculins ? Afin d’ouvrir le débat et de tenter de répondre à ces questions, le musée de l’Histoire vivante inaugure, une exposition intitulée « Femmes en métiers d’hommes – de 1890 à nos jours ».

Après le succès de son ouvrage, le travail de Juliette Rennes, maîtresse de conférences à l’Ehess va être présenté sous forme d’exposition pour la première fois. Entre imaginaire et représentations, l’image, et notamment la carte postale de la Belle Epoque, véhicule des sarcasmes et multiplie les mises en scènes ridiculisant les femmes avocates, médecins ou étudiantes. Quand on ne caricature pas, on gomme : on ne montre les ouvrières que statiques, ignorant les gestes de travail.

C’est l’histoire de ces femmes au travail qui est présentée, illustrée par des photographies, des films, des Unes de presse, des manuscrits etc. Histoire visuelle que révèle dans son ouvrage et dans l’exposition Juliette Rennes à partir de cartes postales. Histoire du genre qui montre l’érotisation, l’héroïsation ; ou la moquerie, voire l’hostilité avec laquelle est appréhendée la revendication des femmes à exercer des métiers historiquement masculins.

Enfin, la présentation de photographies contemporaines de Guy Hersant représentant des hommes et des femmes sur leur lieu de travail ne devrait pas manquer de susciter le débat : qu’entend-on par « métier d’homme » aujourd’hui ?

Vernissage de l’exposition « Femmes en métiers d’hommes de 1870 à nos jours » au musée de l’Histoire vivante, le samedi 17 janvier à partir de 17h30.

Participer à l’évènement : https://www.facebook.com/events/374361402737142/?ref_newsfeed_story_type=regular

 

Informations pratiques :

Du 17 janvier au 31 décembre 2015
Musée de l’histoire vivante, 31 boulevard Théophile Sueur

Horaires :
du mercredi au vendredi de 14h à 17h
le week-end de 14h à 18h
Fermé en août

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Après les attentats

http://img.clubic.com/07844089-photo-je-suis-charlie.jpg

Face au massacre perpétré au siège de Charlie Hebdo, le bureau de l’AHCESR (Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche) a adopté la motion suivante, que le groupe Genre et Classes Populaires approuve entièrement.

« La liberté d’expression constitue le coeur de la démocratie. Tous ceux qui, par la répression étatique ou par la violence des armes, s’efforcent de la tuer portent un même nom : fascistes. En assassinant Charlie Hebdo, les auteurs du massacre du 7 janvier 2015 s’inscrivent dans la longue généalogie des anti-Lumières. Activant les bûchers, fusillant la pensée libre, remplissant les bagnes, ils ont en commun, qu’ils soient laïcs ou religieux, de vouloir imposer un totalitarisme idéologique. Nous, historiens contemporanéistes, rappelons ici le droit inaliénable de chacun à la liberté d’expression. Et nous appelons nos collègues à se joindre aux manifestations organisées le dimanche 11 janvier 2015 à travers toute la France ».

Il y a d’abord le temps de la stupeur et l’émotion collective, celui que nous vivons actuellement et qui aura comme point d’orgue la manifestation de dimanche. Viendra ensuite, nous l’espérons, celui de la réflexion collective pour faire place à une pensée complexe, nuancée mais ferme, qui ne cède pas aux amalgames et réinscrit cet atroce événement dans le temps long et dans l’espace social. Nous espérons que les universitaires, les chercheurs et les enseignants sauront faire entendre leur voix, et nous essaierons, modestement, d’en assumer notre part.

Groupe Genre et Classes Populaires

 

A paraître « Genre et christianisme, Plaidoyers pour une histoire croisée »

Après deux journées d’études sur le genre en 2011 et 2012 organisées par l’Association Française d’Histoire Religieuse, ce volume Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, coordonné par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali della Sudda prolonge l’invitation à articuler le genre et la religion dans la recherche historique .

Comme l’annonce l’AFHRC, « la « théorie du genre » est devenue l’un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants ont formé la pointe de l’opposition. Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse comme la religion, la classe ou l’âge. De l’histoire des femmes et du genre aux masculinités, les quatorze auteurs réunis ici montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle ».

Faisant écho aux débats récents (éducation, reconnaissance des unions homosexuelles), cet ouvrage propose un bilan historiographique, mobilise le genre pour relire certains dossiers (Lourdes), questionne les identités féminines et les masculinités, et enfin s’interroge sur les jeunesses catholiques, faisant intervenir l’âge comme catégorie d’analyse supplémentaire.

Voici la table des matières : 

Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda : Une histoire religieuse sans genre est-elle (encore) possible ?

Historiographies

Claude Langlois : Du féminin dans le catholicisme contemporain.
Sabine Rousseau : Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre.
Josephine Hoegaerts : Soldats dévots et saints combatifs. L’historiographie anglophone et germanophone des masculinités religieuses.

Jeux de genre

Antoinette Guise-Castelnuovo : Lourdes au prisme du genre.
Chantal Verdeil : La sœur, le prêtre et les mariés : lecture genrée d’une source missionnaire (1936).

Identités féminines

Paul Chopelin : Les résistances féminines à la politique religieuse d’État sous la Révolution française.
Florence Rochefort : Les conceptions de genre du journal féminin protestant La Femme (1879-1891).
Delphine Moussel-Brillaxis : La jeune fille d’Action catholique au Mexique dans les années 1950.

Masculinités à l’épreuve

Caroline Muller : Le catholicisme au masculin ? Antoine Manilève (1879-1950).
Yann Raison du Cleuziou : Révolution ascétique et redéfinition de la virilité sacerdotale au milieu du XXe siècle.

Jeunesses catholiques

Fabien Groeninger : Sport catholique et genre.
Anthony Favier : Des normes de genre chez les filles et gars de la jeunesse ouvrière chrétienne (années 1950-1970).

Genre(s) en débat

Sara Teinturier : De la mixité des sexes à l’éducation différenciée dans les établissements privés catholiques (1960-2010).
Romain Carnac : Les autorités catholiques face à la reconnaissance légale des unions homosexuelles (1992-2013).

 

L’ouvrage paraîtra en janvier 2015, mais il est déjà disponible par souscription à tarif réduit. Pour plus d’informations : http://afhrc.hypotheses.org/2600

Mise en page 1

 

L’entre-soi masculin en politique, ce soir au Lieu-Dit, Paris XXe

L’entre-soi masculin en politique 

Soirée-débat, 25 novembre 2014, 19h au Lieu-Dit, Paris XXe. 

 

 



A l’occasion de la parution de son numéro 204 et de la journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes, la revue Actes de la recherche en sciences sociales vous invite à un débat sur l’entre-soi masculin en politique.



Deux femmes qui s’affrontent aux élections municipales de Paris en 2014, une loi sur la parité qui a permis d’assurer un même nombre d’élus et d’élues dans certaines assemblées : la domination traditionnelle des hommes dans le champ politique semble ébranlée.


Le travail proposé par les sociologues Catherine Achin et Sandrine Levêque montre qu’il n’en est rien, et que les hommes parviennent à maintenir un entre-soi excluant dans les coulisses du pouvoir.


Deux militantes féministes, Sarah Benichou et Celine Mouzon, viendront débattre de l’intérêt et des limites de la parité pour combattre le sexisme en politique. Leurs analyses montreront que, loin de se cantonner aux sphères institutionnelles, la question de l’entre-soi masculin concerne aussi les groupes et les organisations qui se déclarent les plus progressistes, radicales et même révolutionnaires.


Le débat aura lieu au bar

le Lieu-dit le 25 novembre 2014, 19h. www.le <http://www.lelieudit.com/

Intervenantes : Catherine Achin, Sandrine Lévêque, sociologues ; Sarah Benichou, Celine Mouzon, militantes. Modération : Sylvie Tissot.

 
Voir le sommaire du numéro : http://www.arss.fr/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La Fabrique de l’histoire consacre sa semaine aux ouvriers et aux ouvrières

La Fabrique de l’histoire, émission quotidienne dédiée à l’histoire sur France Culture, consacre quatre émissions aux ouvriers et aux ouvrières !

Les historiens Maurizio Gribaudi et Clarisse Lauras étaient les invités de la première. Un documentaire radiophonique sur la grève des « filles de Chaligny », ouvrières tricoteuses en Meurthe-et-Moselle, constitue la deuxième émission.

Bonne écoute.

Publication : revisiter « l’échange économico-sexuel », concept essentiel de Paola Tabet

Un ouvrage collectif, dirigé par Christophe Broqua et Catherine Deschamps et intitulé L’échange économico-sexuel, remet en lumière l’originalité et la pertinence des analyses de l’anthropologue féministe, Paola Tabet qui contesta dès les années 1980 la distinction convenue entre sexualité « ordinaire » et sexualité « commerciale ». Comme l’éditeur l’écrit dans sa présentation : « le regard de chercheurs de terrain montre combien sont ténues les frontières qui séparent intérêts et sentiments, contraintes et plaisirs, égalité et domination. En définitive, les transactions sexuelles apparaissent conditionnées par des rapports de pouvoir où interviennent en particulier la classe sociale, la « race », l’âge ou l’orientation sexuelle. »
Table des matières :
Christophe BROQUA et Catherine DESCHAMPS
Transactions sexuelles et imbrication des rapports de pouvoir
Paola TABET
Échange économico-sexuel et continuum
Pascale ABSI
La valeur de l’argent dans les maisons closes de Bolivie
Julie CASTRO
L’épaisseur des transactions. Regard croisé sur la sexualité prémaritale et la « prostitution » au Mali
Thomas FOUQUET
La clandestinité comme stratégie. Sur la « sexualité transactionnelle » à Dakar
Françoise GRANGE OMOKARO
Monétarisation de la sexualité et des sentiments en Afrique
Gianfranco REBUCINI
Économie des plaisirs et des échanges « sexuels » entre hommes au Maroc
Corinne CAUVIN VERNER
Tomber amoureuse d’un homme bleu. Du coup de foudre en situation touristique au Sahara
Christine SALOMON
Intimités mondialisées entre « vieilles Blanches » et « jeunes Black ». Rêve, argent, sexe et sentiments (France, Sénégal)
Mélanie GOURARIER
Quand les hommes veulent être le prix de l’échange (France)
Philippe COMBESSIE
Femmes seules en milieu « libertin » (France, Allemagne, Belgique, Espagne)
Fatiha MAJDOUBI
Miss Visa. Transactions et noces de papiers pour hommes forcés
Gwenola RICORDEAU
La globalisation du marché matrimonial vue des Philippines
Sébastien ROUX
Les larmes de Fon. Sexe, tourisme et affects en Thaïlande
Rose-Marie LAGRAVE
Postface

Programme du séminaire 2014/2015 sur le thème « Routine-s »

Séminaire « Genre et classes populaires »
Année 2014 / 2015
« Routine-s »
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, le séminaire « Genre et Classes Populaires » se propose d’étudier les rapports sociaux de sexe/de genre à l’intérieur des classes populaires. Après deux années consacrées à la question des lieux, le séminaire s’approprie cette année la notion de « routine-s » pour continuer à saisir le monde social « par en bas » au plus près des pratiques et des discours des acteur-e-s.
La routine renvoie à la répétition d’actions ordinaires au quotidien, à des habitudes ancrées dans les corps et les esprits des individus. L’histoire se désintéresse souvent de cette temporalité mineure en faveur de l’évènement, de l’exceptionnel, reproduisant alors la vision négative de la routine comme monotonie, « train-train » quotidien, voire ennui. La sociologie est plus attentive aux dimensions ordinaires, elle qui cherche les régularités du monde social. Elle fait pourtant peu souvent l’effort de retracer précisément les activités qui appuient quotidiennement les tendances générales observées au niveau d’un groupe social. La routine renvoie à des actions invisibles car banales et attendues. Cette temporalité est plutôt celle du féminin que du masculin ; le temps du travail domestique en étant l’exemple le plus flagrant. Toutes les activités peuvent néanmoins être envisagées dans leur dimension routinière et quotidienne et ainsi montrer sur quel ensemble d’actions quotidiennes leur perpétuation repose.
En étudiant le quotidien et l’ordinaire des activités sociales les plus diverses (les tâches ménagères, le sport de haut niveau, la prostitution, les concierges, etc.), le séminaire cherchera ainsi à retrouver un sens plus positif de la notion de routine : celle de savoir-faire intériorisé, parfois jusqu’à l’automatisme, acquis par la pratique et par l’expérience. La notion renvoie alors aux apprentissages souvent invisibles, aux processus d’incorporation du social, non pas seulement comme norme mais aussi comme compétence, comme savoir-agir et savoir-être, et donc aussi comme possibilité d’action. N’est-ce pas précisément dans le quotidien que se cachent les marges de manœuvre et les petits détournements des normes sociales que le séminaire cherche à identifier depuis plusieurs années ? Et, de l’autre côté, comment est-ce que ces petits détournements ouvrent à la routine, force d’inertie, une possibilité d’évolution ? A la manière de Judith Butler, nous pouvons penser les routines comme des performances qui confirment les identités par la réitération routinière, mais offrent aussi un espace d’agency.
Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.
Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.
Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.
PROGRAMME
Jeudi 20 novembre : Les soldats (17h-19h)
Mathieu Marly (historien, Institut de recherches historiques du Septentrion, Université Lille 3/CNRS)
« “À vos balais !” Les soldats face aux tâches ménagères. Genre, classe, discipline et culture matérielle dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »
Jeudi 22 janvier : Les prostituées (17h-19h) (ANNULÉ)
Catherine Négroni (sociologue, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, Université Lille 1/CNRS)
« Vivre au quotidien le travail prostitutionnel : parcours de prostituées, transsexuelles, migrantes »
Jeudi 12 février : Les sportifs (17h-20h)
Manuel Schotté (sociologue, Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, Université Lille 2/CNRS)
« La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité »
et
Nicolas Damont (sociologue, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, EHESS/CNRS)
« D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs »
Jeudi 26 mars : Les Miss (17h-19h)
Camille Couvry (sociologue, Dynamiques sociales et Langagières, Université de Rouen)
« L’expérience des élections de Miss et l’apprentissage de techniques du corps : acquisition durable de pratiques considérées comme “féminines” par les participantes ? »
Jeudi 2 avril : Les sites de rencontre en ligne (17h-19h)
Marie Bergström (sociologue, Observatoire sociologique du changement, Sciences Po / Université d’Oxford, Nuffield College)
« Les codes sociaux et sexués de la séduction. L’exemple des sites de rencontres en ligne »
Jeudi 28 mai : Les concierges (17h-20h)
Anaïs Albert (historienne, Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et Nimisha Barton (historienne, Princeton University)
« La routine comme métier : les concierges parisiens et la gestion du quotidien des classes populaires, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres »
Jeudi 11 juin 2015 : Les personnes âgées (17h-19h)
Valentine Trépied (sociologue, Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS/CNRS)
« Routines et dépendance, l’étiquetage des personnes âgées en EHPAD »
Jeudi 25 juin : Les religieuses (17h-20h)
Anne Jusseaume (historienne, Centre d’Histoire de Sciences Po)
« Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle »
et
 Nicole Pellegrin (historienne, Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1)
« Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus »

Un webdocumentaire en dentelle

Les dessous de la fabrique en ligne !

Un webdocumentaire d’Aurélie Marchand et d’Anne-Laure Lejosne

http://www.lesdessousdelafabrique.fr/

Les ex-salariées de l’entreprise de lingerie Chantelle

racontent leurs corps de femmes, de travailleuses et de militantes.

Images intégrées 3
 
Images intégrées 1

Porté par l’association Fil en Têtes, la mairie de St Herblain et soutenu par le laboratoire de l’université de Nantes (CENS), ce projet encourage la diffusion des sciences sociales dans la société civile.

« Colloque « Au coeur du vieillissement? Regards croisés sur le corps » , Paris le 12 et le 13 novembre prochains.

Avec ce colloque, la vieillesse devient un âge social et une temporalité privilégiés de l’analyse des rapports de genre, de classe et d’âge. Ce colloque part du corps vieillissant pour penser cet âge social en trois objectifs:

1. d’une part, de définir le « corps vieillissant » et la manière dont il peut être appréhendé. Cette définition est problématique car dans nos sociétés, aucun rite de  passage ni âge précis ne marque le début des processus de vieillissements ni l’entrée dans la(es) vieillesse(s). Néanmoins c’est le corps qui bien souvent porte les marques de la vieillesse, et par conséquent fait l’objet d’enjeux de contrôle et de maîtrise de la part des  individus vieillissants ou des médecins

2. d’autre part, de saisir les normes d’usages sociaux de ce corps vieillissant, leur production dans la tension entre le biologique et le social, et les conséquences de ces normes sur le vécu individuel des processus de vieillissements ;

3. enfin, un dernier axe s’attachera à décrire les pratiques du corps vieillissant – celles de la vie  quotidienne – et leurs évolutions au fur et à mesure que le corps se transforme ainsi que  celles causant des transformations du corps vieillissant.

En voici le passionnant programme: http://iris.ehess.fr/index.php?2598

 

 

 

Séminaire Genre et temporalités de la question sociale

Le temps, dans toutes ses dimensions, analysé au prisme du genre, des stratifications et des rapports sociaux, sera l’objet de ce séminaire de sociologie: http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/942/ Après avoir travaillé deux années sur ce que le lieu faisait à la classe et au genre, le groupe gcp a choisi cette année de se centrer sur les questions des routines: les problématiques temporelles y deviendront centrales. Le séminaire « genre et temporalités de la question sociale », en travaillant sur les présences sociales, sera sans aucun doute d’un apport décisif. Il commence le vendredi 7 novembre 2014.

Blois 2014 : une question d’éthique

 

Les rendez-vous de l’histoire qui ont eu lieu à Blois le week-end dernier ont été le théâtre d’un vif débat entre historiens à propos de l’invitation, pour inaugurer cette manifestation, de  Marcel Gauchet.

Cette controverse a donné lieu à la publication d’une pétition signée par 229 historiens (dont quatre des organisatrices de ce blog), à un débat organisé dans le off des rendez-vous de l’histoire, ainsi qu’à de nombreux papiers d’analyse. Signalons deux contributions très éclairantes pour comprendre les enjeux de cette « affaire » Gauchet :

– celle de Ludivine Bantigny qui propose une analyse rigoureuse des textes de Marcel Gauchet, ainsi qu’une généalogie critique de sa pensée

– et celle de Guillaume Mazeau qui retrace l’histoire de ce débat, ces différentes phases et les acteurs en jeu.

Et parce qu’aucun débat ne peut avoir lieu sans laisser la parole à toutes les parties, il est possible de regarder ici l’entretien vidéo de Marcel Gauchet où il répond à ses détracteurs.

Si nous nous faisons ici l’écho de ce débat, c’est au moins pour deux raisons. D’une part, les thèses développées par Marcel Gauchet, notamment sur la famille ou sur l’immigration, touchent à des thèmes – le genre et les classes populaires – qui concernent ce carnet au premier chef. D’autre part, il nous semble que l’histoire, et les sciences sociales en général, ne peuvent que gagner à exercer leur fonction critique et que, comme l’écrit Guillaume Mazeau, « le pouls d’une démocratie se mesure aussi à la possibilité de la confrontation à être reconnue comme un mode possible du débat public et de la construction du savoir et non sans cesse assimilée à une « rébellion » de papier ».