Archives de catégorie : Divers / Miscellaneous

Séminaire : 26 novembre, le collectif Rosa Bonheur pour une enquête sur les pratiques quotidiennes en quartiers populaires

Le jeudi 26 novembre, la deuxième séance du séminaire “Genre et classes populaires” sur la notion de “routine-s” portera sur le quartier. Nous aurons le plaisir de recevoir le collectif Rosa Bonheur (CLERSE, Lille): “Le travail de subsistance, un travail routinier? Enquête sur les pratiques quotidiennes en quartiers populaires”
Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 18h à 20h. L’entrée des bâtiments est libre, cependant au vu des événements de la semaine dernière il peut être préférable de se munir d’un imprimé du programme du séminaire Genre et Classes Populaires pour justifier de votre venue en Sorbonne et de se munir d’une pièce d’identité.

Appel à Communications: Women and Labour Activism in a Transnational Context

Appel à Communications: Women and Labour Activism in a Transnational Context

International Symposium

Newcastle University, 15-16 April 2016

In her 2014 work, Writing History in the Global Era, Lynn Hunt asks if globalization really is the new theory that will invigorate history. Since ‘the global turn’ it remains to be seen if more opportunities have been created to explore ways of including women in political, social and cultural history and in particular that of Labour history.

In order to investigate the impact of transnationalism on the visibility of women’s activism in the past, Claudia Baldoli and Máire Cross would like to invite proposals for research papers to be presented in an international conference that will bring together research groups of the North east including North East Labour History, Newcastle and Northumbria Universities Labour and Society Research Group, Newcastle University Gender Research Group.

Transnational approaches to the history of women in labour activism:

From Mary Wollstonecraft to 2014 Nobel Peace winner Malala Yousafzai: this two-day conference aims to discuss the effect of transnational approaches and the current polemical issues of the field, and to promote findings in new research on women’s engagement from the eighteenth to the twenty-first century, from individual to collective movements, in specific revolutionary moments and over several generations, in local and international associations, in particular where Labour activism intersects with other political, religious and cultural aspects of women’s activism.

 

Possible topics include: Women and strikes; Women in political movements, trades unions and NGOs; Women and political violence; Relationship between different generations of women activists; Pacifist women; Women involved in resistance movements; Women activists in exile; Biographical approaches to women activists; Political transitions in a life time of activism (for example in relation to peace and war, internationalism and nationalism, socialism and fascism, anti-colonialism and independence); Women activists in religious-social movements; Images of Women and Labour in cultural production; Women activists as writers, film makers, reporters.

We are interested in women’s roles as both political activists and intellectuals across borders and generations; on women’s biographies, both of lone women activists and of collective groups, of key figures as well as obscure ones, and on the role of biographies in establishing activist women’s reputations. We also welcome reflections on the methodology of activism and on problems inherent to the use of archives. We are keen to include researchers at all stages of their career. There may be limited funding to assist postgraduates whose papers are accepted.

Our invited keynote speaker is Susan Zimmermann, University Professor, Central European University, Budapest, specialist of international gender politics, labour women’s transnational activism, women’s work, and the ILO (http://people.ceu.edu/susan_zimmermann).

Please submit a 200 word proposal and CV by 31 January 2015 to:

EITHER Dr Claudia Baldoli, Senior Lecturer in European History, claudia.baldoli@ncl.ac.uk

OR Professor Máire Cross, Head of French, m.f.cross@ncl.ac.uk

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Clio fête ses 20 ans le vendredi 20 novembre

La revue CLIO. Femmes, Genre, Histoire fête ses 20 ans le vendredi 20 novembre, soirée ouverte à tout.e.s!

Sans titre

Clio20ans

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Gender & History

Dernier numéro de la revue: Gender & History

http://onlinelibrary.wiley.com/store/10.1111/gend.2015.27.issue-1/asset/cover.gif?v=1&s=544c42b87d89d7f812a702ac1e89cfe215bf92ee

http://onlinelibrary.wiley.com/journal/10.1111/%28ISSN%291468-0424

 

Volume 27, Issue 2, August 2015
 

Articles:

Bodies of Evidence: Sex and Murder (or Gender and Homicide) in Early Modern England, c.1500–1680 (pages 245–262)

J. Kesselring

 

Women, ‘Usury’ and Credit in Early Modern England: The Case of the Maiden Investor (pages 263–292)

Judith M. Spicksley

 

‘Skills Proper to their Sex’: Cecilia Morillas and a New Domestic Education in Early Modern Spain (pages 293–306)

Margaret E. Boyle

 

The Pleasures of a Single Life: Envisioning Bachelorhood in Early Eighteenth-Century England (pages 307–328)

James Rosenheim

 

‘You May Bind Me, You May Beat Me, You May Even Kill Me’: Bridewealth, Consent and Conversion in Nineteenth-Century Abẹ́òkúta (in Present-day Southwest Nigeria) (pages 329–348)

Temilola Alanamu

 

Piety, Professionalism and Power: Chinese Protestant Missionary Physicians and Imperial Affiliations between Women in the Early Twentieth Century (pages 349–373)

Sarah Pripas-Kapit

 

Queering the Martial Races: Masculinity, Sex and Circumcision in the Twentieth-Century British Indian Army (pages 374–396)

Kate Imy

 

‘A Spanish Housewife is Your Next Door Neighbour’: British Women and the Spanish Civil War (pages 397–416)

Roseanna Webster

 

Dressing the Shop Window of Socialism: Gender and Consumption in the Soviet Union in the Era of ‘Cultured Trade’, 1934–53 (pages 417–445)

Philippa Hetherington

 

From ‘Mother of the Nation’ to ‘Lady Macbeth’: Winnie Mandela and Perceptions of Female Violence in South Africa, 1985–91 (pages 446–464)

Emily Bridger

 

Nirbhaya’s Body: The Politics of Protest in the Aftermath of the 2012 Delhi Gang Rape (pages 465–486)

Krupa Shandilya

 

This issue also contains abstracts and book reviews.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Article: Michelle Perrot ou le goût des autres, La Vie des Idées

“Explorer les marges et les non-dits, restituer les paroles et les vies oubliées, c’est encore traduire en actes ce goût des autres jamais démenti et qui trouve de multiples espaces pour s’exprimer.”

Un portrait de l’historienne pionnière des femmes, du genre et des classes populaires Michelle Perrot par Isabelle Lacoue-Labarthe sur La Vie des Idées: http://www.laviedesidees.fr/Michelle-Perrot-ou-le-gout-des-autres.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Genre, police coloniale et contrôle des comportements sexuels : séance de séminaire le 10 juin

La prochaine séance du séminaire “Violences coloniales, violences impériales” du Centre d’Histoire de Sciences Po sera centrée sur “Police coloniale et modalités de contrôle des comportements sexuels dans les colonies : une lecture par l’histoire du genre”, ce mercredi 10 juin.

Elle portera sur deux interventions de Marie MUSCHALEK (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, HistorischesSeminar), “Policing Gender and Sexuality in German Southwest Africa” et de Marieke BLOEMBERGEN (Leiden University/KITLV), autour de son article “Being clean is being strong: policing cleanliness and gay vices in the Netherlands Indies in the 1930s”. 

 

La séance se déroulera au Centre d’Histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, de 14h30 à 16h30, dans la salle du Traité.

 

http://chsp.sciences-po.fr/en/evenement/violences-coloniales-violences-imperiales-seance-6

Prochaine séance du séminaire : le 28 mai, 17h, Les concierges

Prochaine séance du séminaire : le 28 mai, 17h, Les concierges

Jeudi prochain 28 mai, le séminaire Genre et classes populaires, qui a pour thème cette année les “Routines,” aura le plaisir d’accueillir Anaïs Albert et Nimisha Barton pour une séance autour des concierges.

Anaïs Albert (historienne, Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et Nimisha Barton (historienne, Princeton University) présenteront une intervention intitulée:

« La routine comme métier : les concierges parisiens et la gestion du quotidien des classes populaires, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres »

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 28 mai salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de Vingtième Siècle : “Femmes, genres et communismes”

Le dernier numéro de Vingtième siècle. Revue d’histoire est consacré au croisement du genre et de la classe, ainsi qu’à l’analyse des rapports entre communisme et féminisme. L’introduction souligne en effet que “les partis communistes ont constitué pour les femmes une voie d’accès au champ politique, à une époque où elles étaient encore privées de droits civiques. Ils ont compté dans leurs rangs des dirigeantes, comme Clara Zetkin, Dolores Ibárruri et Jeannette Vermeersch. Pour ces dernières, l’engagement communiste a correspondu à une double émancipation, en termes de classe et en termes de genre, puisque la représentation politique restait réservée aux hommes”.

 

Voici la brève présentation du numéro, disponible sur Cairn :

Présentation

Le communisme a été tout à la fois une théorie, un programme politique et social, une pratique politique et un ordre social. Sous chacune de ces formes, il a impliqué des hommes aussi bien que des femmes. Mais si ces dernières ont toujours été identifiées comme un groupe particulier, il ne leur a guère été reconnu d’émancipation singulière. C’est sur les effets historiques de cette contradiction qu’entend revenir ce numéro, en tenant compte de la multiplicité du phénomène communiste à l’Est comme à l’Ouest. Quelle a été la place des femmes dans les partis, les syndicats et les autres organisations de masse ? Comment se sont-elles approprié les politiques émancipatrices étatiques qui leur ont notamment donné l’accès au travail salarié ? Y avait-il place dans le communisme pour une forme de féminisme ?

 

 

“Journal d’une femme de chambre”, Avant-première lundi 30 mars

La prochaine séance du ciné-club du Centre d’Histoire du XIXe siècle propose en avant-première le nouveau film de Benoît Jacquot “le Journal d’une femme de chambre“, lundi 30 mars à 20h au Champo (Paris 5e). La projection sera suivie d’un débat avec Benoît Jacquot (réalisateur et scénariste), Xavier Lardoux (directeur général adjoint à UniFrance Films, auteur du livre Le cinéma de Benoit Jacquot, Paris, Editions Ina/Arte, 2012) et Christophe Charle, (professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

D’ici là, vous avez encore le temps de vous replonger dans le roman d’Octave Mirbeau et suivre par Célestine le regard subversif d’une femme de chambre dans différents univers bourgeois d’une France en pleine affaire Dreyfus.

https://www.univ-paris1.fr/centres-de-recherche/crhxix/cineclub/programmation/

L’infa-ordinaire selon Georges Perec : un questionnement sur la routine

 

Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?

En 1973, dans un texte bref intitulé “Approches de quoi ?”, Georges Perec pose la question de la matière du quotidien et de la manière de l’analyser. Son invitation à explorer l’infra-ordinaire rejoint et prolonge les questions que nous nous posons cette année dans le séminaire GCP, articulé autour de la notion “routine”.  Les réponses que donnent Georges Perec sont essentiellement littéraires, mais les questions posées nous permettent d’approfondir l’analyse socio-historique qui nous tient à coeur. Voici donc ce texte incisif.

Georges Perec, Approches de quoi ?, 1973

Ce qui nous parle, me semble-t-il, c’est toujours l’événement, l’insolite, l’extra-ordinaire : cinq colonnes à la une, grosses manchettes. Les trains ne se mettent à exister que lorsqu’ils déraillent, et plus il y a de voyageurs morts, plus les trains existent; les avions n’accèdent à l’existence que lorsqu’ils sont détournés; les voitures ont pour unique destin de percuter les platanes: cinquante-deux week-ends par an, cinquante-deux bilans: tant de morts et tant mieux pour l’information si les chiffres ne cessent d’augmenter ! Il faut qu’il y ait derrière l’événement un scandale, une fissure, un danger, comme si la vie ne devait se révéler qu’à travers le spectaculaire, comme si le parlant, le significatif était toujours anormal: cataclysmes naturels ou bouleversements historiques, conflits sociaux, scandales politiques…
Dans notre précipitation à mesurer l’historique, le significatif, le révélateur, ne laissons pas de côté l’essentiel: le véritablement intolérable, le vraiment inadmissible: le scandale, ce n’est pas le grisou, c’est le travail dans les mines. Les ” malaises sociaux ” ne sont pas ” préoccupants ” en période de grève, ils sont intolérables vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois cent soixante-cinq jours par an.

[…]
Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?
Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?
Comment parler de ces ” choses communes “, comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes.
Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie: celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique.
Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine. […]
Ce qu’il s’agit d’interroger, c’est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons des escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?
Décrivez votre rue. Décrivez-en une autre. Comparez.
Faites l’inventaire de vos poches, de votre sac. Interrogez-vous sur la provenance, l’usage et le devenir de chacun des objets que vous en retirez.
Questionnez vos petites cuillers.
Qu’y a-t-il sous votre papier peint ?
Combien de gestes faut-il pour composer un numéro de téléphone ? Pourquoi ?
Pourquoi ne trouve-t-on pas de cigarettes dans les épiceries ? Pourquoi pas ?

Il m’importe peu que ces questions soient, ici, fragmentaires, à peine indicatives d’une méthode, tout au plus d’un projet. Il m’importe beaucoup qu’elles semblent triviales et futiles : c’est précisément ce qui les rend tout aussi, sinon plus, essentielles que tant d’autres au travers desquelles nous avons vainement tenté de capter notre vérité.

Texte reproduit dans Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989, p. 9-13.

Podcast séance “sportifs” avec Nicolas Damont et Manuel Schotté

Vous trouverez ci-dessous le podcast de la séance du séminaire qui s’est tenue le 12 février 2015 autour des “sportifs”

Nous avons à cette occasion exploré les “routines” de la construction de la masculinité à travers la pratique du football dans le cas de Nicolas Damont et la course athlétique dans le cas de Manuel Schotté. L’étude de la routine dans le sport se révèle particulièrement féconde dans la mesure où la répétition toujours recommencée de gestes précis est essentielle à l’entraînement. Cette temporalité mineure (l’entraînement) s’oppose en outre à la temporalité majeure de l’événement qu’est la compétition sportive (le match ou la course) qui ne pourrait cependant exister sans l’entraînement, cet “apprentissage par corps” (Sylvia Faure) quotidien.

En suivant de près la formation progressive des apprentis footballeurs d’un centre d’apprentissage de région parisienne, Nicolas Damont montre quelle masculinité est construite par le sport, entre les injonctions des entraineurs sur le terrain et les injonctions des camarades de formation. Ces masculinités, fortement hétérosexuelles, sont néanmoins variées et posent la question de la manière dont la pratique sportive vient retravailler la masculinité populaire.

Dans un autre univers sportif et social, Manuel Schotté revient sur la formation de jeunes athlètes marocains qui s’engagent dans la course athlétique au Maroc et en viennent progressivement à organiser leur avenir autour de cette pratique. La migration en France pour un sport où les élus sont très peu nombreux et la précarité qu’elle implique montre que la différenciation des parcours sportifs dépend beaucoup des ressources sociales que les coureurs sont à même de mobiliser dans cette situation.

Intervention de Nicolas Damont, « D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs » :

Podcast intervention Nicolas Damont

Intervention de Manuel Schotté, « La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité » : 

Podcast intervention Manuel Schotté

Bonne écoute !

Film: “Je ne suis pas féministe, mais…”

“Je ne suis pas féministe, mais…”

 Un film de Florence & Sylvie Tissot

delphy-newsletter

En 1970, à la suite d’une action retentissante sous l’Arc de Triomphe à Paris, Christine Delphy fonde, avec d’autres féministes comme Monique Wittig , le MLF. Devenue sociologue, elle ne cesse, dans les décennies qui suivent, de lutter pour les droits des femmes. Je ne suis pas féministe, mais… lui consacre un portrait et met en lumière, à travers son parcours, les avancées historiques et les enjeux actuels du mouvement féministe.

Plus d’informations sur https://jenesuispasfeministemais.wordpress.com/ 

À l’occasion de la sortie du coffret DVD de Je ne suis pas féministe, mais… des débats et des projections à travers toute la France et à l’étranger. A venir notamment:

8 mars, 15h00, Lille : L’Abécédaire de Christine Delphy, projection en présence de Sylvie Tissot.

12 mars, 20h00, Paris : Je ne suis pas féministe, mais…, projection en présence des réalisatrices et de Christine Delphy.

14 mars, à 16h30, Festival International de films de femmes de Créteil : Je ne suis pas féministe, mais… en présence des réalisatrices et de Christine Delphy

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Gender & Society

Dernier numéro de la revue: Gender & Society

 

 http://gas.sagepub.com/content/current

 

February 2015; 29 (1)

 

Introduction

Orit Avishai, Afshan Jafar, and Rachel Rinaldo

A Gender Lens on Religion

 

Articles

Lynne Gerber

Grit, Guts, and Vanilla Beans: Godly Masculinity in the Ex-Gay Movement

 

Pamela J. Prickett

Negotiating Gendered Religious Space: The Particularities of Patriarchy in an African American Mosque

 

Tanya Zion-Waldoks

Politics of Devoted Resistance: Agency, Feminism, and Religion among Orthodox Agunah Activists in Israel

 

Ayesha Khurshid

Islamic Traditions of Modernity: Gender, Class, and Islam in a Transnational Women’s Education Project

 

Kristin Aune

Feminist Spirituality as Lived Religion: How UK Feminists Forge Religio-spiritual Lives

 

 

Book Reviews

 

Dina Pinsky

Book Review: The Moral Panics of Sexuality edited by Breanne Fahs, Mary L. Dudy, and Sarah Stage

 

Özlem Altiok

Book Review: Gendered Identities: Criticizing Patriarchy in Turkey edited by Rasim Özgür Dönmez and Fazilet Ahu Özmen

 

Mimi Schippers

Book Review: The Polyamorists Next Door: Inside Multiple-Partner Relationships and Families by Elisabeth Sheff

 

David J. Maume

Book Review: Unfinished Business: Paid Family Leave in California and the Future of U.S. Work-Family Policy by Ruth Milkman and Eileen Appelbaum

 

Lynn Davidman

Book Review: God’s Gangs: Barrio Ministry, Masculinity, and Gang Recovery by Edward Orozco Flores

 

Pallavi Banerjee

Book Review: Pregnant on Arrival: Making the Illegal Immigrant by Eithne Luibhéid

 

Amy L. Best

Book Review: Consuming Work: Youth Labor in America by Yasemin Besen-Cassino

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Exposition: « Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)»

Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)

Femmes au travail

Fruit d’une coopération entre les Archives départementales et l’Université de Rouen (GRHis), l’exposition explore la relation des femmes au travail, du Moyen Age à 1914.

La coutume de Normandie laissait aux femmes très peu d’indépendance et pourtant, à Rouen, celles-ci jouaient un rôle important dans les corporations de métier. C’est le « paradoxe rouennais ».

Vies et destins de ces femmes sont racontés dans cette exposition : de la brodeuse passée maîtresse à l’ouvrière contrainte d’abandonner son enfant…l’exposition aborde également la lente conquête de droits pour les femmes.

Un parcours spécifique est destiné aux 10-14 ans, avec dessins et explications adaptées.

Visites guidées gratuites de l’exposition les mardis 14 avril, 12 mai et 16 juin à 14h30.

Sur réservation

Renseignements et réservations

02 35 03 54 95 – archives@cg76.fr

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences :

> jeudi 12 mars 2015 à 14 heures 30

Maison de l’Université à Mont-Saint-Aignan

Conférence de Daryl Hafter, Professeure émérite à l’Université de Michigan,

«La femme Normande : un «homme honoraire»

> vendredi 13 mars 2015 à 9 heures 30

Pôle culturel Grammont

Journée d’études organisée par le GRHis de l’Université de Rouen

«Femmes, droits, travail à l’époque moderne et contemporaine(Normandie/Europe)»

http://www.archivesdepartementales76.net/exposition-femmes-au-travail/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: Re-penser l’ordinaire, dernier numéro de Sociétés

Du grain à moudre au moulin des approches scientifiques du quotidien. Paraît le dernier numéro (janvier 2015) de la revue Sociétés qui revient sur les pistes possibles à explorer pour penser l’ordinaire: https://www.cairn.info/revue-societes-2014-4.htm.

Les auteurs de l’introduction (B. Troude et F. Lebas) insistent en effet sur le sens d’une telle démarche (démarche dans laquelle le séminaire annuel du groupe gcp s’inscrit pleinement): “Bien qu’étant un objet ambigu et paradoxal, l’ordinaire, celui qui se dévoile sous le vernis des habitudes et des apparences, celui qui, sous nos gestes les plus anodins, conforme nos chairs, rythmant nos temporalités de ces routines et rituels, est un puissant objet de connaissance et de compréhension. Nous ne devons pas considérer la prétendue vacuité de l’ordinaire comme dépourvue de toute signification, au contraire, en enveloppant et pétrissant la réalité, c’est de l’ordinaire qu’exsude le sens véritable des choses”. L’entrée problématique par la classe et le genre n’est toutefois pas celle adoptée par les auteurs de ce dossier.