Archives de catégorie : Colloques / Conférences

Appel à communications: Good and Mad Women: Histories of Gender, Then, and Now

Call for Papers

“Australian Women’s History Network Symposium 2015

Good and Mad Women: Histories of Gender, Then and Now

 

Just over three decades ago, Jill Julius Matthews published Good and Mad Women: The historical construction of femininity in twentieth century Australia (1984), her path-breaking feminist history. This important book pre-dated Joan W. Scott’s proclamation of gender as a ‘useful category of historical analysis’ (1986) and continues to be influential. The Australian Women’s History Network celebrates the book’s anniversary by calling for papers that historicise gender and/ or reflect on the historiography of gender. In particular we seek work that aims to trace and analyse – as Matthews did in Good and Mad Women – ‘the specific meaning and experience of becoming a woman’, whether in twentieth century Australia or elsewhere in time and place. ‪The symposium also offers a platform for speakers – individually or on panels – to revisit classic works of gender history, examining how these were foundational and for whom, or to survey contemporary currents in gender history.

The AWHN welcomes broad engagement with the field of gender history; other possible topics and themes include:

–          Gender and sexualities

–          Gender in cross-cultural comparison

–          Gender, politics and resistance

–          Transgender

–          Feminist critiques of gender

–          Gender and embodiment

–          Gender, race and ethnicity

–          Men and masculinities

–          Gender and pleasure

–          Class and gender

–          Gender and colonialism; gender and nationalism.

The AWHN Symposium will be held on Wednesday 8 July as part of the 2015 Australian Historical Association conference ‘Foundational Histories’ to be held at the University of Sydney 6-10 July 2015. The keynote speaker will be Professor Jill Matthews. The annual general meeting will be held at lunch time with a reception and dinner to follow the symposium.

Please submit abstracts of no more than 200 words (for individual papers and panels) to the symposium convenor Zora Simic <z.simic@unsw.edu.au> by 28 February 2015. Please send as word or RTF files with an author bio of no more than 50 words.

Papers that are not selected as part of the AWHN program will be considered for the AHA program.

Each paper will run for twenty minutes with ten minutes for question time. Panels are allocated 90 minutes in total.”

 

The Australian Women’s History Network is convened by Sharon Crozier-de Rosa (University of Wollongong), Vera Mackie (University of Wollongong) and Zora Simic (University of New South Wales).

 

The Network can be contacted at

<auswhn@gmail.com>

or

Australian Women’s History Network

c/o Professor Vera Mackie

Faculty of Law, Humanities and the Arts

University of Wollongong

Wollongong, NSW, 2522

<http://www.auswhn.org.au/>

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: 22nd International Conference of Europeanists

Appel à communications: 22nd International Conference of Europeanists

Le 22nd International Conference of Europeanists aura lieu à Paris (Sciences Po) le 8 au 10 juillet 2015. La thème est « Contradictions: Envisioning European Futures. »

Pour l’appel des communications voyez l’affiche ici: http://councilforeuropeanstudies.org/conferences/2015-ces-conference/call-for-proposals

 

En plus, il y a plusieurs “networks” de la conférence qui concernent nos thèmes. À noter:

Gender and Sexuality

Social Movements

The Political Economy and Welfare Network

 

On trouvera la liste complète ici: http://councilforeuropeanstudies.org/research/research-networks

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque “Le genre de l’engagement dans les années 1968”, 5-6 juin 2014

Colloque international

“Le genre de l’engagement dans les années 1968”

Université de Rouen, 5 et 6 juin 2014

Organisé par Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon et Fanny Gallot

genre engagement

Argumentaire : 
Depuis près de quarante ans, les travaux de sciences sociales analysant les sociétés contemporaines à la lumière du genre se sont développés et multipliés, offrant ainsi un éclairage particulièrement riche et stimulant pour la compréhension du social et du politique. Pour penser «l’arrangement des sexes» (E. Goffman), la dimension sexuée de l’organisation sociale et les tensions en découlant, le genre a en effet démontré sa pertinence critique comme catégorie d’analyse pour signifier les rapports de pouvoir entre les sexes. Forgé par des échanges disciplinaires et géographiques, le genre s’est notamment développé en France par l’intermédiaire de l’histoire des femmes. Loin de se réduire à l’étude d’un groupe, le genre a d’abord constitué un outil pour ceux – et surtout – celles qui entendaient analyser le social du point de vue des catégories de sexe historiquement construites sur le modèle de la division et de la hiérarchie, des femmes en particulier. En cela, l’histoire des femmes a contribué à un profond renouvellement historiographique, tandis que paraissent des travaux dans de nombreuses disciplines, soucieux de ne pas considérer le genre comme un cache-sexe dont on userait de manière descriptive pour désigner les femmes. La sociologie et la science politique ont ainsi produit des réflexions importantes analysant les effets du genre sur la construction du social et du social sur la (re)production des inégalités entre femmes et hommes. Au coeur de celles-ci, l’exclusion et l’inclusion du politique – dans sa définition large – apparaissent comme des zones de tension majeures, ce qu’illustrent les études sur le militantisme, les mobilisations et actions collectives. Ce colloque souhaite s’appuyer sur ces travaux mais en ancrant la réflexion dans une perspective historique. L’ambition est de saisir l’influence du genre dans les multiples formes d’engagement et de conflictualité politique, du point de vue des organisations politiques ou syndicales, des mouvements associatifs ou des collectifs militants, mais aussi des trajectoires biographiques de l’engagement. Il s’agit de déterminer dans quelle mesure le genre bouscule et reconfigure les formes de l’engagement et du militantisme. Le cadre chronologique retenu, les «années 1968» – dont il s’agit d’interroger la pertinence –, entend interroger les mobilisations politiques selon l’évolution des inégalités de genre et tout en mesurant les effets des féminismes de la première et deuxième vague sur le militantisme. Dans cette perspective, comment le genre s’articule-t-il avec les autres rapports sociaux (la classe, la race, l’âge, la sexualité) ? Quelle influence exerce-t-il sur les savoir-faire militants, les thèmes et les formes que revêtent les engagements ? Le genre intervient-il dans d’éventuelles concurrences entre objets et formes de mobilisations ?

Programme
Jeudi 5 juin
 
9H15 : Accueil
 
9H45-10H: Introduction : Ludivine Bantigny (Université de Rouen/ Centre d’histoire de Sciences Po), Fanny Bugnon (Centre Emile Durkheim IEP de Bordeaux), Fanny Gallot (LHEST-IDHE)
 
10H-12H45 : Institutions et contestations (présidence : Michelle Zancarini-Fournel, Université Lyon-I)
 
Caroline Rolland-Diamond (Université Paris-X-Nanterre), « “One Man, One Vote”: la délicate place des femmes noires américaines dans la lutte pour l’égalité et la justice au cours des longues années 1960 »
Pauline Delage (EHESS), « Briser le silence / speaking out : la double voix contre les violences faites aux femmes en France et aux Etats-Unis »
Ludivine Bantigny (Université de Rouen), « Le genre de l’événement : féminin/masculin en Mai-Juin 1968 »
Pause
Andrea Cavazzini (Université de Liège), « La contradiction introuvable. Remarques sur le féminisme et le conflit de genre dans la Séquence rouge italienne »
Felix Krawatzek (Oxford University), « De la contestation du régime du genre à l’écroulement du système politique ? Les engagements politiques des jeunes pendant la pérestroïka »
12H-12H30 Discussion
 
14H-16H30 Militantisme, organisations, émancipation (présidence : Xavier Vigna, Université de Dijon)
 
Manus McGrogan (Université de Portsmouth), « Chasser le flic viril de sa tête : mouvements de libération contre mao-spontex dans l’après-Mai »
Fanny Gallot (LHEST-IDHE), « “Révo” à l’épreuve des féminismes dans les années 1968 : entre initiatives et tensions »
Vincent Porhel (Université Lyon-I), « Femmes et militantisme : l’exemple du PSU à Lyon »
Pause
 
Ophélie Rillon (Université Paris-I), « Des mobilisations de femmes lettrées en contexte autoritaire: la “dépolitisation” comme outil d’émancipation (Les années 1968 au Mali) »
Massimo Prearo (Université de Vérone), « La construction de la mixité gay et lesbienne dans les années 1970 : espaces, territoires et lieux associatifs »
Anthony Favier (LARHRA-RÉSÉA), « Le genre du militantisme de la JOCF et ses contestations au moment du second féminisme (années 1968) ».
16H15-16H45 Discussion
 
16H45-19H Images, figurations, représentations (présidence : Jean-François Sirinelli, Centre d’histoire de Sciences Po Paris)
 
Chris Reynolds (Université de Nottingham), « Les représentations filmiques de femmes en 1968 »
Hélène Fleckinger (Université Paris-VIII), Genre, cinéma et féminisme
Julian Bourg (Boston College), « L’œil engagé : le film et le genre des années 1970 »
 
Pause
Frédéric Thomas (Dissidences/ Louvain-la-Neuve), « Des hommes à la caméra ? Représentation et reconfiguration de l’engagement au prisme du genre dans Tout va bien (1972) et Camera sutra… ou les visages pâles(1973) »
Lorraine Wiss (Université Lyon-II), « Penser les prises de paroles féministes au théâtre en période de luttes »
 
18H40-19H Discussion
 
Vendredi 6 juin
 
 
9H30-12H15 Genre, trajectoires et pratiques de l’engagement (présidence de séance : Sylvie Chaperon, Université de Toulouse-Le Mirail)
 
Alban Jacquemart (Centre d’Etudes pour l’Emploi/ Centre Maurice Halbwachs), « Genre et répertoires d’action dans les mouvements féministes des années 1968 »
Claire Blandin (Université Paris XII) et Bibia Pavard (Université Paris-II), « Des relais du féminisme dans la presse féminine ? Les journalistes de Elleet Marie Claire dans les années 1968 : genre, profession et engagement »
Julie Pagis (CNRS, CERAPS Lille-II), « Reconvertir des ressources militantes dans d’autres sphères de vie »
Pause
 
Myriam Paris (Université Paris-VIII), « Mobilisations féministes sur la frontière impériale : l’Union des Femmes de la Réunion »
Camille Masclet (Université de Lausanne/Université Paris-VIII), « Entre femmes : revisiter la non mixité comme mode d’action des féministes de la deuxième vague »
 
11H45-12H15 Discussion
 
14H-16H Genre et syndicalisme (présidence : Jean Vigreux, Université de Dijon)
 
Vanessa Monney (Université de Lausanne)« Professionnalisation du militantisme syndical en Suisse: division sexuée du travail et trajectoires de soixante-huitard.e.s »
Eve Meuret Campfort (CENS, Université de Nantes), « Comment de jeunes ouvrières nantaises deviennent militantes syndicales dans les années 1968 ? Le cas de l’usine Chantelle de Saint-Herblain »
Vincent Gay (Université d’Evry), « Etre une femme dans un syndicat d’hommes et des grèves d’ouvriers immigrés »
15H20-16H Discussion et pause
Violences de genre, violences et genre (présidence : Raphaëlle Branche, Université Paris-I)
Anne Kwaschik (Freie Universität Berlin), « Femme(s) terroriste(s). Violence politique et lutte armée dans les années 1970 »
Dominique Grisard (Université de Bâle), La violence politique en Allemagne et en Suisse
Maritza Felices-Lunes (Université d’Ottawa), « La libération des femmes par le sang : mysticisme et puritanisme dans le discours politique du Sentier Lumineux »
Pause
 
Cristina Wolff (Université de Santa Catarina, Brésil), « Muchacha de mirada clara : être femme dans le mouvement de la gauche armée au Cône Sud d’Amérique dans les années 1970 »
Stéphanie Latte Abdallah (IREMAM détachée à l’Institut Français du Proche-Orient, IFPO), « Les engagements post-67 en prison et sur la détention politique des Palestiniens: masculinités, féminités et relations de genre »
18H-18H30 Discussion et pause
 
18H30-19H Conclusions : Julian Jackson (Queen Mary, University of London)

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Colloque “Le printemps international du genre”, 26-27 mai

Le printemps international du genre

 

ACTE V,  26 et 27 mai 2014. Les scènes se passent à l’amphi X de  Paris 8, et au Grand Auditorium des Archives Nationales

Colloque international organisé par Anne E. Berger et Éric Fassin

– Enjeux politiques et savants de l’institutionnalisation et de l’internationalisation d’un champ d’études –

Ce colloque international clôturera l’ensemble des manifestations d’anniversaire en invitant à la réflexion collective, en langues naturelles et langages théoriques variés,  sur l’avenir intellectuel, politique et institutionnel des études de genre à l’heure de leur internationalisation. Le Centre d’études féminines et d’études de genre accueillera des représentant-e-s de centres ou de programmes en études de genre et/ou Women’s Studies fondés en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud, en Asie, en Europe et en Océanie au cours des quarante dernières années, et avec lesquels il a engagé des relations intellectuelles et collégiales, ainsi que des  collaborations scientifiques.

Participant-e-s invité-e-s : Carmen Belloni, professeure de sociologie de la famille et directrice du Centro Internationale di Ricerche e Studi delle Donne,  Université de Turin, Italie ; George Chauncey, professeur d’histoire, co-directeur de la Yale Research Initiative on The History of Sexualities, Yale University, États-Unis ; Francine Demichel, professeure de droit émérite, ancienne présidente de l’Université, Paris 8 ; Delphine Gardey, professeure de sociologie, directrice des études genre, Université de Genève, Suisse ; Clare Hemmings, professeure d’études de Genre à l’Institut d’études de genre, London School of Economics, Royaume-Uni ; Ranjanna Khanna, professeure de littérature anglophone et de théorie féministe,  directrice du programme de Women’s Studies, Duke University, États-Unis ; Léon Matangila Musadila, professeur à l’Université de Kinshasa, République démocratique du Congo ;Griselda Pollock, professeure d’histoire de l’art et de théorie féministe, School of Fine Arts and Cultural Studies, Université de Leeds, Royaume-Uni ; Tuija Pulkkinen, professeure de philosophie politique et d’études de genre, directrice du programme en études de genre, Department of History, Philosophy, Culture and Art Studies, Université d’Helsinki, Finlande ; Fatou Sarr, professeure de sociologie et fondatrice du Centre d’études de genre de l’université de Dakar, Sénégal ; Marta Segarra, professeure de littérature française et francophone et d’études de genre, directrice du Centre Dona y Literatura, Université de Barcelone, Espagne ; Mara Viveros Vigoya, professeure d’anthropologie, ancienne directrice de l’école en études de genre, Université Nationale de Colombie à Bogota ; Elizabeth Weed, co-fondatrice de la revue américaine d’études culturelles féministes differences et ancienne directrice du Pembroke Center, Brown University, États-Unis.

Argumentaire

Les paradoxes de l’institutionnalisation

Le développement d’études féminines ou de genre (women’s studies ou gender studies), en France comme ailleurs, repose sur un paradoxe : d’un côté, c’est un mouvement social et politique qui en a été le catalyseur ; de l’autre, leur essor implique que la recherche s’autonomise du militantisme. De fait, aujourd’hui, les études sur le genre et les sexualités constituent bien un champ autonome, comme l’attestent les revues et colloques pour ce qui concerne la recherche, en même temps que les nouvelles formations et les diplômes universitaires qui en dessinent les contours pédagogiques.

Le paradoxe redouble actuellement : on peut s’inquiéter non plus seulement d’une marginalisation de ce champ d’études, mais aussi désormais, symétriquement, de sa normalisation. L’institutionnalisation expose en effet à la dépolitisation : la (relative) reconnaissance de recherches jusqu’alors illégitimes se paierait ainsi d’un prix élevé s’il leur fallait se contenter de rentrer dans le rang universitaire.

Pour autant, rien ne condamne ce champ académique à se couper du féminisme, ou plutôt des féminismes. L’autonomisation savante n’est pas nécessairement une rupture avec la politique. D’ailleurs, ce sont les épistémologies féministes du « savoir situé » qui ont permis d’interroger les illusions de la « neutralité » scientifique. Enfin, les analyses que produisent ces études peuvent à leur tour alimenter et  infléchir l’action politique. La tension productive entre recherche et engagement dans ce domaine fera ainsi l’objet d’une attention particulière tout au long de notre colloque.

Les tournants politico-théoriques

Penser les enjeux politiques et épistémologiques des études de genre, ce n’est pas seulement confronter celles-ci à la politique féministe (et vice-versa) ; c’est aussi explorer les tensions à la fois théoriques et politiques qui les traversent – en particulier autour de l’articulation problématique entre questions de genre et de sexualité (voire entre femmes et minorités sexuelles), mais aussi entre questions sexuelles et raciales (sinon entre femmes blanches et minorités raciales).  Comment ces tensions se sont-elles formulées et théorisées depuis trente ans ? Qu’en est-il aujourd’hui ?

Les effets de l’internationalisation

Réfléchir à la constitution de ce champ d’études aujourd’hui, c’est enfin interroger la géopolitique du genre. Les féminismes ont fleuri un peu partout dans le monde. Mais l’institutionnalisation des études féministes, de genre et de sexualité se révèle très variable : selon les pays, elles restent très inégalement reconnues. Toutefois, c’est à tort qu’on les identifie, en particulier en France, à la seule « Amérique ». Non seulement ces études ont pris pied dans lesAmériques, mais aussi sur les différents continents. L’heure n’est donc plus à opposer un centre et une périphérie : ce colloque s’intéressera plutôt, pour penser cette internationalisation, à la pluralité des centres d’études, et au décentrement qui en résulte.

Il importe désormais d’analyser l’internationalisation des études de genre dans toute leur complexité, soit à la fois l’élaboration d’un langage commun, y compris dans les institutions internationales, et la pluralité des féminismes, voire des postféminismes, inscrits dans des histoires inséparablement locales et globales ; bref, il faut prendre pour objet tout à la fois la construction nationale des études de genre et la circulation internationale qui les constitue.

Ainsi, commémorer quarante années d’existence d’un Centre d’études, ce n’est pas tant célébrer l’endurance du féminisme universitaire, désormais inscrit dans la durée, que revenir sur cette histoire pour orienter notre présent vers un avenir. « D’où venons-nous ? » : cette question prend tout son sens par rapport à deux autres : « Où en sommes nous ? » et « Où allons-nous ? »

26 Mai, Amphi X, Paris 8

Matin

9h30 : Ouverture par Sandra Laugier, professeure de philosophie, université Paris 1, Directrice adjointe scientifique, chargée de l’interdisciplinarité, INSHS, CNRS

9:45 : Laurence Gavarini, vice-présidente adjointe du Conseil Scientifique de Paris 8, ancienne co-directrice de l’École Doctorale Pratiques et Théories du Sens, enseignante-chercheuse associée au Centre

10h : Introduction, Anne E. Berger et Éric Fassin

10h 30 – 13h:  Session 1

Institutionnalisation et pluralisation des féminismes

Griselda Pollock, professeure d’histoire de l’art et d’études féministes, Université de Leeds, UK : « Is Feminism a Bad Memory? »

Tuija Pulkinnen,  professeure de philosophie politique et d’études de genre, Université de Helsinki, Finlande : « Institutionalization of Gender Studies and Pluralization of Feminist Theory »

Delphine Gardey, professeure d’histoire et d’études de genre, Université de Genève, CH : « Ouvrir, traduire et coaliser : l’hospitalité des études féministes »

12h: Discutantes : Yannick Ripa et Coline Cardi

Après-midi

14H30- 17h : Session 2

L’internationalisation entre obstacles et  avancées

Carmen Belloni,  professeure de sociologie et d’études de genre, Université de Turin, Italie : « Un centre d’études de genre dans un contexte social bloqué et une institution en difficulté »

Pinar Selek : “Le genre oublié. Les difficultés de penser et d’enseigner le genre en Turquie”

Mara Viveros Vigoya, professeure d’anthropologie et d’études de genre,

Université nationale de Colombie, Bogota : « Les études de genre en Amérique latine entre défi et méfiance »

16h30: Discutant-e-s: Elsa Dorlin et Éric Fassin

Pause

27 mai, Grand Auditorium des Archives Nationales

Matin

10h : Ouverture de la journée par Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite en histoire moderne et histoire du genre, fondatrice du RING, ancienne membre du Centre

10h30 – 13h : Session 3

Les métamorphoses d’un champ: tournants politiques et avenirs théoriques

Clare Hemmings, professeure d’études de genre, Gender Institute, London School of Economics, RU : « From Phallic Feminist Mothers to Polymorphous Queer Children: Institutionalising Stories of Queer/Feminist Difference »

Ranjanna Khanna, professeure de littérature et de Women’s Studies, Duke University, EUA : « Futurity:  Thinking about ‘the future’ in Feminist theory »

Elizabeth Weed, Co-fondatrice et ancienne directrice, Pembroke Center for  Teaching and Research on Women, Brown University, EUA : « The Lure of the Post-Critical »

Discutantes: Anne E. Berger et Nacira Guénif-Souilamas

Après-midi

14h30- 17h: Session 4

Logiques (trans)nationales

Miriam Pillar Grossi

Fatou Sarr, sociologue, Maître de conférences et directrice du Laboratoire Genre et recherche scientifique de l’IFAN Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal :                  « Institutionnalisation du genre dans l’espace universitaire et légitimation scientifique de l’action politique en faveur de l’égalité de genre au Sénégal : le rôle du Laboratoire Genre de l’IFAN dans l’aboutissement de la loi sur la parité »

Marta Segarra, professeure de littérature française et francophone et d’études de genre, Université de Barcelone, Espagne : « Le genre est mort. Vive le genre! Les études de genre en Espagne »

Discutantes: Valérie Pouzol et Mercedes Yusta

17h: Conclusion

Plus d’informations sur http://blogefeg40ans.wordpress.com/le-printemps-international-du-genre/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Colloque: Causes sexuelles. 5-7 juin. Lausanne

Colloque “Cause sexuelles. Sexualité et mobilisations collectives”. Université de Lausanne, les 5-7 juin 2014.

De la prostitution au mariage homosexuel, en passant par le harcèlement sexuel ou l’avortement, nombreuses sont les questions sexuelles ayant suscité des mobilisations au cours des dernières décennies. En effet, depuis le phénomène de « libération sexuelle » observé principalement dans les pays occidentaux durant les années 1970, les « causes sexuelles » se sont multipliées partout dans le monde. Ce colloque est ainsi consacré aux mobilisations relatives à la sexualité et au genre dans différents pays d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Afrique et du Proche-Orient.

Le programme à télécharger : Programme_colloque_Causes_Sexuelles

Colloque organisé par le CRAPUL, le CEG LIEGE et le GT07 de l’AISLF.

Les “Amphis du Mage”, Féminisme et syndicalisme, mercredi 14 mai

Le MAGE organise un débat dans le cadre des “Amphis du Mage” mercredi 14 mai 2014 de 17h à 20h

 Féminisme et syndicalisme: et pourtant ça rime

autour de la parution du

n°30/2013 de Travail, genre et sociétés

Amphithéâtre Durkheim – escalier I (galerie Claude Bernard) – 1er étage

1, rue Victor Cousin ou 54 rue Saint-Jacques- 75005 Paris

Ouverture

Margaret Maruani

Directrice du Mage et de la revue Travail, genre et sociétés

Débat

introduit par Sophie Pochic, sociologue, CNRS-EHESS-CMH

et animé par

Rachel Silvera, économiste, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

 avec la participation de

Sophie Béroud, politiste, Université Lumière Lyon 2

Cécile Guillaume, sociologue, Université de Lille 1

Yannick Le Quentrec, sociologue, Université de Toulouse 1

Vanessa Monney, politiste, Université de Lausanne 1

 

Pour la bonne organisation de ce débat, merci de confirmer votre venue par retour de mél à mage.cnrs@shs.parisdescartes.fr (avant le 10/05/2014)

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Colloque “Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe”

Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe

Colloque international co-organisé par l’Institut Emilie du Châtelet IEC et le RING

5-6 mai 2014
Université Paris Diderot, amphi Buffon,
15 rue Hélène Brion 75013 Paris, métro/RER : Bibliothèque François Mitterrand
Entrée libre, dans la limite des places disponibles . Pas d’inscriptions

Françoise Collin nous a quitté-e-s le premier septembre 2012. Elle était écrivaine, féministe, philosophe. Née à l’écriture par la poésie, ses premiers poèmes ont été publiés dans la revue Écrire et ses premiers romans, au Seuil, à la fin des années 1950. Sans abandonner la littérature, elle s’est consacrée ensuite à la philosophie et a fait paraître chez Gallimard un important essai philosophique, Maurice Blanchot et la question de l’écriture (1971), alors que Blanchot n’était connu que d’un cercle restreint.
En 1973, de retour d’un voyage à New York, elle crée et anime à Bruxelles la première revue féministe en langue française, Les Cahiers du Grif (Groupe de recherche et d’information féministe). Nomade et indépendante, elle s’installe à Paris en 1981 et relance une nouvelle version plus intellectuelle des Cahiers du Grif. Elle introduit alors sur la scène philosophique une lecture novatrice de Hannah Arendt ,qu’elle développera en 1999 dans L’homme est-il devenu superflu ? Hannah Arendt (Odile Jacob).

Françoise Collin voulait se situer à «l’articulation complexe entre poétique et politique», entre «politique et symbolique» pour penser le devenir du féminisme. Le féminisme en tant que sujet politique «imprévu» de l’histoire: tel est le défi de la «révolution permanente» de la pensée de Françoise Collin.

Par son refus de toute position dogmatique, sa pensée est aussi à même de rassembler les diverses réflexions sur le féminisme et sur le genre. Un colloque international sera donc l’occasion à la fois de faire connaître les multiples facettes de son parcours foisonnant, son envergure d’intellectuelle féministe et les aspects poétiques et politiques de son œuvre afin de poursuivre le dialogue auquel elle nous invite. 

Programme

Lundi 5 mai 2014

Accueil 9h00

I – Philosophie et féminisme. La pensée et l’agir

9h30-12h30  Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe

Ouverture : Isabelle This Saint-Jean, Vice-présidente du Conseil régional dʼÎle-de-France chargée de
lʼenseignement supérieur et de la recherche; Florence Rochefort, histoire, GSRL CNRS/EPHE, présidente de l’IEC ; Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS-Université Paris Dauphine, membre du RING.

Présidence de séance : Christine Planté, littérature, université Lumière Lyon 2
Mara Montanaro, philosophie, université Paris Descartes : Lʼécriture philosophique de Françoise Collin

Rosi Braidotti, philosophie, université dʼUtrecht: Lʼimmigrée blanche (communication enregistrée)

Lecture de textes

Pause

Geneviève Fraisse, philosophie et histoire de la pensée féministe, CNRS: Le Féminisme dans la philosophie
Martine Leibovici, philosophie, université Paris Diderot, CSPRP: Tenir aux femmes. Françoise Collin et la dissymétrie
Débat

Projection d’un extrait de film (avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir)

12h30 Déjeuner libre

14h00-15h00 Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe (suite)

Présidence de séance : Sonia Dayan Herzbrun, sociologie, université Paris Diderot

Table-ronde : Une révolution permanente
Animée par Eleni Varikas, sciences politiques, unversité Paris 8
Participantes :
Sylvia Duverger, philosophie, université Paris 8
Elsa Dorlin, philosophie, université Paris 8
Judith Revel, philosophie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Débat

15h15-18h00  L’agir féministe
Présidence de séance : Rada Iveković, philosophie, université Paris 8

Diane Lamoureux, science politique, université Laval, Québec: Le féminisme de lʼinsurrection
Florence Rochefort, histoire, CNRS (GSRL CNRS/EPHE) et Michelle Zancarini-Fournel, histoire, université Claude Bernard Lyon 1: Les Cahiers du GRIF dans le paysage féministe des années 1970-1980
Débat

Pause

Tableronde : Travailler avec Françoise Collin
Animée par Pascale Molinier, psychologie sociale, université Paris 13 Nord
Participantes :
Danielle Haase-Dubosc, littérature, université Columbia, New York
Nadine Plateau, co-fondatrice du réseau Sophia, Belgique 
Françoise Duroux
, philosophie, université Paris 8
Christiane Veauvy, sociologie, CNRS/EHESS
Débat

18h00 Cocktail
Mardi 6 mai 2014
Accueil 9h00

II – Créativité et poétique

9h30-13h00  Littérature, arts et symbolique
Présidence de séance : Laurie Laufer, psychanalyse, université Paris Diderot

Nadia Setti, littérature, université Paris 8: Poiesis et praxis : créer, agir, écrire en mouvement
Carmen Boustani, littérature, université de Beyrouth: Françoise Collin et la question de lʼécriture
Débat

Pause

Martha Rosenberg, psychanalyse, Buenos Aires: Un dialogue personnel en quête du sujet féministe
Monique Schneider, psychanalyse, université Paris Diderot:  Le Rendez-vous. Le temps dʼavant le commencement
Débat

Table-rondeCulture et représentations
Animée par Oristelle Bonis, éditions iXe
Participantes :
Evelyne Accad, écrivaine (Liban)
France Théoret, écrivaine (Québec)
Fabienne Dumont, histoire de lʼart contemporain et critique dʼart, EESAB
Débat

13h00 Déjeuner libre

III – Réception et enjeux

14h30-17h00  L’écho international
Présidence de séance : Anne Emmanuelle Berger, littérature, université Paris 8

Marisa Forcina, philosophie, université de Salento: Une réception italienne
Marie Blanche Tahon, sociologie, université dʼOttawa: Françoise Collin au Québec
Débat

Lecture

Pause

Table-rondePenser le féminisme aujourdʼhui
Animée par Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS, université Paris Dauphine
Participantes :
Eleni Varikas, sciences politiques, université Paris 8
Irène Kaufer, militante syndicale et féministe, Bruxelles
Federica Giardini, philosophie, université de Rome 3
Débat

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Projection-rencontre – “Images des LIP / Lutter au féminin” – le 24 mars

PROJECTION-RENCONTRE

« IMAGES DES LIP / LUTTER AU FÉMININ »

Semaine des arts

Mercredi 26 mars, 14h-17h30

Université Paris 8, Amphi Y

Images intégrées 1

Brochure Lip au féminin.

En 1973, les ouvrières et ouvriers de Lip, célèbre marque d’horlogerie de Besançon, refusent le démantèlement de l’entreprise et les licenciements. Dans l’usine occupée, ils et elles produisent et vendent des montres pour leur propre compte, donnant à leur lutte « autogestionnaire » un écho extraordinaire. Leur victoire est éphémère : un nouveau dépôt de bilan en 1976 inaugure un second conflit, long et douloureux. Progressivement, une réflexion collective s’élabore autour de la lutte spécifique des femmes, de leur vécu au travail et à la maison, et conduit à la parution de la brochure Lip au féminin en février 1975.

À partir de films et d’images d’archives commentées par des militantes, des cinéastes et des chercheuses, cette projection-rencontre montre comment des créateurs/trices ont accompagné et interprété la parole et le combat des femmes dans une usine en lutte au cœur des années 1970, et confirme l’actualité des analyses féministes sur le monde du travail.

Avec Dominique Dubosc, cinéaste, réalisateur notamment de L’Affaire Lip 1973-1974 (1976-2006) (sous réserve), Madeleine Laude, auteure de théâtre, militante du PSU (1971-1981) et du groupe femmes de Besançon ; Margaret Marunani, sociologue, directrice de recherche au CNRS, auteure en 1979 de l’ouvrage Les syndicats à l’épreuve du féminisme ;Alain Nahum, cinéaste, réalisateur notamment de À pas lentes (1977-1979) au sein du collectif Cinélutte ; Monique Piton, ancienne employée de l’usine Lip, militante des droits des femmes et auteure entre autres de C’est possible ! (1975) et Mémoires libres (2010).

Animée par Hélène Fleckinger, enseignante-chercheuse en cinéma à l’Université Paris 8.

 

Informations pratiques :

Université Paris 8 Saint-Denis

2, rue de la Liberté

93526 Saint-Denis cedex

Métro 13 : Saint-Denis Université

Entrée libre

 

Plus d’informations :

http://www-artweb.univ-paris8.fr

et http://www.labex-arts-h2h.fr

Organisé dans le cadre de la « Semaine des arts » par le Labex Arts-H2H (programme de recherche « Cinéma/vidéo, art et politique : dispositifs, archives, numérique ») avec l’Université Paris 8 (ESTCA), la BnF et l’Association Carole Roussopoulos

“Le genre au coeur de la classe sociale”, Les amphis du Mage, ce mercredi 5 mars

LES AMPHIS DU MAGE
MERCREDI 5 MARS 2014
DE 17H À 20H00

Le genre au cœur de la classe sociale
Travail des femmes et idéologie du genre dans la formation de la bourgeoisie

Conf Mage

Débat en présence de Catherine Hall, co-auteure de Family Fortunes. Hommes et femmes de la  bourgeoisie anglaise 1780-1850

Avec
• Danièle Kergoat, sociologie, directrice de la collection
“Le genre du monde” aux éditions La Dispute
• Eleni Varikas, science politique, CNRS-CRESPPA/GTM
• Michèle Zancarini-Fournel, histoire, Université Lyon 1

Débat introduit et animé par Isabelle Clair, sociologue, CNRS-CRESPPA/GTM

Amphithéâtre Durkheim-Sorbonne
54 rue Saint Jacques,
75005 PARIS

Plus d’informations sur http://recherche.parisdescartes.fr/mage/Actualites/Genre-et-classe-sociale

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séance de séminaire “La prostituée, objet et enjeu de la violence coloniale”, le 19 février

Mercredi 19 février 2014 aura lieu une séance sur “La prostituée, objet et enjeu de la violence coloniale” dans le cadre du séminaire “Violences coloniales, violences impériales, Comparaisons, circulations, transferts” .

Deux interventions pour débattre des questions de genre en situation coloniale :

Amandine Lauro (FNRS/ULB), « Négocier, surveiller, contraindre? Administration coloniale et prostitution dans le Congo Belge de l’entre-deux-guerres »

Isabelle Tracol-Huyn (Lyon II/Institut d’Asie orientale) « Entre violence et agency, la vie des prostituées au Tonkin colonial (1885-1954) »

La séance se tiendra de 14h30 à 16h30 au Centre d’Histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, Paris 6e, dans la salle du traité, 1er étage. L’entrée est libre, il suffit de vous présenter à l’accueil.

Plus d’infos sur la séance et le séminaire : http://chsp.sciences-po.fr/groupe-de-recherche/seminaire-de-doctorants-violences-coloniales-violences-imperiales-comparaisons-c

 

 

Appel à communications: Séance d’affiches de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes: Histoires sur la brèche

Berks 2014

 

Appel à communications: Séance d’affiches de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes: Histoires sur la brèche
Toronto, du 22 au 25 mai 2014
Date d’échéance des propositions: le 29 novembre

http://berksconference.org/conference-blog/cfps-poster-session-2014-berkshire-conference-on-the-history-of-women/

Nous cherchons des propositions pour la séance d’affiches qui aura lieu lors de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes à l’Université de Toronto. Nous accueillerons des soumissions sur n’importe quel sujet, dans n’importe quelle discipline, du moment où elles concernent le thème plus général de la conférence, Histories on the Edge/Histoires sur la brèche.

La séance d’affiches vise à relier des chercheur(e)s de tous les domaines et disciplines et à leur fournir un espace dans lequel partager et discuter de leurs recherches en cours. Elle est aussi ouverte à d’autres présentations qui ne peuvent s’intégrer aisément dans un panel régulier, comme les work-in-progress, les projets reliés à des technologies et des expositions du format d’une table. Les étudiant(e)s de premier cycle, les étudiant(e)s diplômé(e)s, les chercheur(e)s non affiliés, et les personnes qui ne participent pas déjà au programme de la conférence sont vivement encouragées à postuler.

Les présentateurs-trices devront mettre en forme et imprimer leur propre affiche, qui ne doit pas dépasser le format de 36 po x 48 po. D’autres directives et informations seront fournies lors de la sélection.

Les soumissions pour la session d’affiches devraient inclure les éléments suivants :

– Un formulaire de demande dûment rempli (voir ci-dessous)
– Un résumé de 250 mots
– Un CV d’une page qui inclut votre nom, votre affiliation et vos coordonnées de contact
– Une maquette simple de l’affiche prévue

Veuillez envoyer votre demande et toute question à bcwhposter@utsc.utoronto.ca en un seul document .pdf  le ou avant le 29 novembre 2013.

La Seizième conférence Berkshire sur l’histoire des femmes qui se tiendra à Toronto du 22 au 25 mai 2014. L’Université de Toronto accueille ainsi la première «Big Berks» à avoir lieu au Canada, en collaboration avec des unités et des universités co-marraines de Toronto et de partout ailleurs au Canada.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Gender, Work, and Organization, 8th Biennial International Interdisciplinary Conference

Appel à communications:

 

Gender, Work and Organization

8th Biennial International Interdisciplinary Conference

24th – 26th June, 2014, Keele University, UK

 

As a central theme in social science research in the field of work and organisation, the study of gender has achieved contemporary significance beyond the confines of early discussions of women at work. Launched in 1994, Gender, Work and Organization was the first journal to provide an arena dedicated to debate and analysis of gender relations, the organisation of gender and the gendering of organisations. The Gender, Work and Organization conference provides an international forum for debate and analysis of a variety of issues in relation to gender studies. The 2012 conference at Keele University attracted approximately 380 international scholars from over 30 nations. The Conference will be held at Keele University, Staffordshire, in Central England, the UK’s largest integrated campus university.

Visit Keele Hall Info pdf at: http://www.keele-conference.com/2/keele-hall The University occupies a 617 acre campus site with Grade II registration by English Heritage and has good road and rail access. Many architectural and landscape features dating from the 19th century are of regional significance. International travellers are served by Manchester and Birmingham airports. On campus accommodation caters for up to 100,000 visitors per year in day and residential conferences.

 

Conference Organisers: Deborah Kerfoot (Keele University, UK) d.kerfoot@keele.ac.uk

Ida Sabelis (Vrije University, NETHERLANDS)

Conference Administrator Nicola Nixon at: gwo@keele.ac.uk

International travellers are served by Manchester and Birmingham airports. On campus accommodation caters for up to 100,000 visitors per year in day and residential conferences.

Travel and transport: http://www.keele-conference.com/21/directions

Conference venue: http://www.keele-conference.com/2/keele-hall

University campus information: http://www.keele-conference.com/21/directions (follow pdf link)

Conference package fee: booking form for GWO2014 (conference, meals and 2 nights en-suite accommodation) and discounted `early-bird’ rate, forthcoming on `News and Announcements’ section of our website http://onlinelibrary.wiley.com/journal/10.1111/(ISSN)1468-0432

Sample accommodation information: http://www.keele-conference.com/5/accommodation and

http://www.keele-conference.com/125/accommodation-picture-gallery

 

Submit your abstract direct to one of the streams listed here. Most are due November 1, 2013. (http://www.britsoc.co.uk/media/58518/GWO2014_Call_for_abstracts_all%20streams_1.pdf)

 

 

We look forward to welcoming you in person to GWO2014!

Deborah Kerfoot and Ida Sabelis,

Gender, Work & Organization.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

“Enfermements et genre”, rencontre internationale les 15 et 16 nov 2013

A la croisée de l’histoire, du droit et de la sociologie, une rencontre internationale se tiendra les 15 et 16 novembre 2013 au Collège des Bernardins à Paris autour du thème “Enfermements et genre”. Trois axes de cette journée : “du genre à la clôture”, “le genre enfermé” et “de la clôture aux savoirs sur le genre”.

http://enfermements.fr/manifestation-page-statique-intro/journees-detudes-2013/

CONF Gayatri C. Spivak “Get a grip on gender ?” 10 juillet

 

Le 10 juillet 2013 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (75002), CONFERENCE ouverte à toutes et tous de Gayatri Chakravorty Spivak intitulée GET A GRIP ON GENDER ? / SAISIR LE GENRE ?

Elle est l’auteur de “Can the Subaltern Speak?” ou “Les subalternes peuvent-illes parler?”, texte fondateur des post-colonial studies.

Conférence organisée dans le cadre de l’Ecole d’été Genre Condorcet, sur le thème “Le genre : engagement et réflexivité”.

L’affiche avec les infos à télécharger ICI.

CONF: Angela Davis à la Sorbonne nouvelle

La vidéo est en ligne, Angela Davis y parle intersectionnalité, émancipation et bien d’autres choses encore!Elle est aussi mercredi 20 mars la rédactrice en chef exceptionnelle de l’Humanité

Conférence exceptionnelle du 19 mars 2013 à la Sorbonne Nouvelle  à l’occasion de la sortie en salles du film Free Angela and all political prisoners.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website