Tous les articles par Mathilde Rossigneux-Méheust

Journée d’étude du jeudi 25 février 2016: Pour une approche croisée des quartiers populaires

Le Groupe de Travail « Produire la ville “ordinaire” » du LabEx DynamiTe organise une journée d’étude sur le thème « Pour une approche croisée des quartiers populaires ». Elle se déroulera :

le jeudi 25 février 2015
de 9h à 17h
EHESS – Bâtiment « Le France » (salle 005)
190-198 avenue de France – 75013 Paris

 Ce séminaire part de travaux analysant les quartiers populaires comme espaces de ressources, d’ancrage et d’appropriation. Il souhaite ouvrir une réflexion à la fois théorique et méthodologique sur les apports d’une démarche qui croiserait plusieurs disciplines, la sociologie, l’histoire, la géographie, l’urbanisme et la photographie, en discutant de leurs cadres théoriques et pratiques, de leurs singularités comme de leurs points communs et éventuelles filiations. La journée s’articulera autour de courtes présentations dans l’objectif de laisser une large part aux discussions collectives. Avec la participation de : Cécile Cuny (sociologue) ; Sylvie Fol (urbaniste) ; Pierre Gilbert (sociologue) ; Marie Morelle (géographe) ; Hortense Soichet (photographe) ; Cécile Vignal (sociologue) ; Charlotte Vorms (historienne).
Voici le programme:

Parution: numéro 34 de Savoir/Agir « De la classe ouvrière aux classes populaires »

Le numéro 34 de Savoir/Agir revue revient sur la transition entre classe ouvrière et classes populaires, mais surtout cherche à cerner « ce que populaire veut dire », en s’interrogeant sur la cohérence du groupe, sur sa reproduction et sur la pertinence de l’association ouvriers/employés, mais aussi en étudiant les multiples clivages qui traversent les classes populaires aujourd’hui.

Parution: Re-penser l’ordinaire, dernier numéro de Sociétés

Du grain à moudre au moulin des approches scientifiques du quotidien. Paraît le dernier numéro (janvier 2015) de la revue Sociétés qui revient sur les pistes possibles à explorer pour penser l’ordinaire: https://www.cairn.info/revue-societes-2014-4.htm.

Les auteurs de l’introduction (B. Troude et F. Lebas) insistent en effet sur le sens d’une telle démarche (démarche dans laquelle le séminaire annuel du groupe gcp s’inscrit pleinement): « Bien qu’étant un objet ambigu et paradoxal, l’ordinaire, celui qui se dévoile sous le vernis des habitudes et des apparences, celui qui, sous nos gestes les plus anodins, conforme nos chairs, rythmant nos temporalités de ces routines et rituels, est un puissant objet de connaissance et de compréhension. Nous ne devons pas considérer la prétendue vacuité de l’ordinaire comme dépourvue de toute signification, au contraire, en enveloppant et pétrissant la réalité, c’est de l’ordinaire qu’exsude le sens véritable des choses ». L’entrée problématique par la classe et le genre n’est toutefois pas celle adoptée par les auteurs de ce dossier.

 

 

 

Appel à contribution: Genre et âge.

APPEL À TEXTES

Âges de vie, genre et temporalités sociales

Parution prévue automne 2016

Rédacteurs invités

Aline Charles, Université Laval (Canada)

David Troyansky, CUNY, Brooklyn College (États-Unis)

Remise des propositions (résumés) : 16 mars 2015

Les résumés (1500 à 2000 caractères, espace compris)
doivent être soumis en ligne : efg.inrs.ca

 

Remise des manuscrits complets : 14 septembre 2015

 

 

Longtemps menées en parallèle, les études sur les âges de vie et sur le genre convergent davantage depuis quelques années, tout en laissant encore de vastes territoires à découvert. Ce numéro de la revue Enfances Famille Générations propose donc de contribuer à cette convergence. Il y sera question de constructions sexuées des âges et de trajectoires structurées par le genre. Ce qui mènera tout naturellement à tenir compte du temps qui passe et des évolutions historiques, des cycles de vie féminins et masculins, des expériences (inter)générationnelles ou encore des temporalités sociales sexuées (travail, famille, loisir, etc.).

Si plusieurs chercheurs-es ont déjà ouvert la voie, il reste du chemin à parcourir pour que l’âge et le genre soient traités comme deux systèmes de rapports sociaux à la fois distincts et inter-reliés. Les sciences sociales et humaines traitent encore l’âge (et parfois le genre) comme une simple variable qui n’exige pas de problématisation. De leur côté, les approches féministes intersectionnelles qui combinent pourtant le genre avec d’autres formes de rapports sociaux (classe, « race », ethnie, etc.) négligent encore l’âge. Les travaux sur les différents âges de vie, quant à eux, se sont multipliés et tiennent mieux compte des rapports sociaux de sexe. Généralement limités à la jeunesse, l’adultéité, la parentalité ou la vieillesse, ils perdent toutefois de vue le fait que grandir et vieillir constituent des processus continus. Bref, des historiens-nes le disent, des sociologues l’avancent, des littéraires et des anthropologues le confirment : l’arrimage entre genre et âge pourrait être resserré.

Joan Scott plaidait dans les années 1980 pour que le genre prenne valeur de « catégorie utile d’analyse ». Un peu plus tard, Margaret M. Gullette militait de son côté pour que l’âge soit lui aussi élevé au rang de catégorie analytique. Manier – simultanément ou en parallèle – ces deux formes de catégorisation sociale fait ressortir les similarités qu’elles partagent, les différences qui les séparent et les interactions qui les associent. L’âge et le genre structurent autant l’organisation collective que les trajectoires individuelles, génèrent des rapports de pouvoir complexes, initient nombre de représentations culturelles très sensibles aux contextes spatio-temporels considérés, et sont régulièrement naturalisés, voire « biologisés ». Mais le tout n’est pas qu’affaire de similitudes. Des spécificités importantes les démarquent aussi.

Pour ce numéro d’EFG, nous en appelons surtout à des articles offrant des perspectives larges, qui ne se limitent pas à un âge ou une phase de vie. Embrasser le cycle de vie dans sa globalité offre une autre prise sur la jeunesse qui bénéficie déjà d’études nombreuses, qu’elle soit féminine ou masculine. Saisir, dans leur ensemble, les rapports sexués d’âge ou de génération déplace le regard vers une adultéité et une vieillesse encore négligées. Cela incite aussi à raffiner, à l’aune de l’âge, l’analyse des masculinités. Bref, ces perspectives permettent de mieux mesurer en termes de genre et d’âge l’impact des évolutions démographiques, des normes culturelles, des régimes d’éducation ou de retraite, des filets de sécurité sociale, des migrations ou encore de la médicalisation des corps. Elles jettent aussi un nouvel éclairage sur plusieurs évolutions majeures : la généralisation des seuils d’âge sexués, la pénurie de jeunes femmes en Asie, la déchronologisation des cycles de vie féminins et masculins, la féminisation de la vieillesse en Occident, etc.

Lancé aux spécialistes d’horizons régionaux et nationaux variés, cet appel s’adresse aussi à celles et ceux qui adoptent une perspective transnationale pour saisir comment les normes, pratiques ou représentations d’âge et de genre circulent par-delà les frontières. Les approches théoriques et empiriques sont toutes deux bienvenues.

 

RÉférences

Bessin, Marc et Hervé Levilain, Parents après 40 ans, Autrement, « Mutations », Paris, 2012.

Gullette, Margaret Morganroth, Aged by Culture, University of Chicago Press, Chicago, 2004.

Hearn, Jeff, « Neglected Intersectionalities in Studying Men: Age(ing), Virtuality, Transnationality », dans Helma Lutz, Maria Theresa Herrera Vivar et Linda Supik (dir.), Framing Intersectionality. Debates on a Multifaced Concept in Gender Studies, Ashgate Publihing, Burlington (R.-U.), p. 80-104.

Jaspard, Maryse, et Michèle Massari, « Age et rapports de sexe », Table-ronde de l’A.P.R.E. : Rapports sociaux de sexe : problématique, méthodologie, champs d’analyse, CNRS, Paris, 1987.

Jyrkinen, Marjut et Linda McKie, « Gender, age and ageism: experiences of women managers in Finland and Scotland », Work, Employment & Society, vol. 26, no 1, 2012, p. 61-77.

Kergoat, Danièle, « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux », L’Homme et la Société, nos 176-177, 2010, p. 27-42.

Legrand, Monique et Ingrid Voléry (dir.), Genre et parcours de vie : vers une nouvelle police des corps et des âges ?, Nancy, Presses universitaires de Nancy / Éditions universitaires de Lorraine, 2013.

Søland, Birgitte, « Ages of Women: Age as a Category of Analysis in Women’s History », Journal of Women’s History, vol. 12, no 4, 2001, p. 6-10

Taefi, Nura, « The Synthesis of Age and Gender: Intersectionality, International Human Rights Law and the Marginalisation of the Girl-Child », International Journal of Children’s Rights, vol. 17, no 3, 2009, p. 345 -377.

 

La proposition doit être soumise en ligne sur le site web de la revue avant le 16 mars 2015. Pour ce faire, vous devez créer un compte d’usager en tant qu’auteur, en cliquant sur l’onglet « S’inscrire ». Votre soumission doit comprendre un titre provisoire, un résumé (1 500 à 2 000 caractères, espace compris) ainsi que les coordonnées de tous les auteurs.

Les manuscrits complets des propositions retenues (50 000 à 60 000 caractères, espaces compris, excluant le résumé et la bibliographie) devront être soumis en ligne avant le 14 septembre 2015.

Les auteurs sont priés de se conformer aux règles d’édition de la revue :
www.efg.inrs.ca/index.php/EFG/about/submissions#authorGuidelines

Tous les manuscrits sont acceptés ou refusés sur la recommandation de la direction et des responsables du numéro thématique, après avoir été évalués à l’aveugle par deux ou trois lecteurs externes.

Parution: Paris, ville ouvrière, de Maurizio Gribaudi.

Dans la continuité de plusieurs travaux récents d’histoire sur Paris et les Parisiens au premier XIXe siècle (Vivre la Ville de Piette et Racliffe, par exemple), cet ouvrage revient sur les dynamiques sociales, économiques et démographiques de cette période pour révéler « la grouillante vitalité avec laquelle se croisent, cohabitent et collaborent, bon gré mal gré, quantité de différentes physionomies professionnelles et sociales ». Avec ce livre, Maurizio Gribaudi cherche à établir une modernité du Paris populaire. Le livre se révèle particulièrement stimulant quand il examine les transformations du maillage urbain et les logiques d’appropriations populaires de l’espace urbain.

« Colloque « Au coeur du vieillissement? Regards croisés sur le corps » , Paris le 12 et le 13 novembre prochains.

Avec ce colloque, la vieillesse devient un âge social et une temporalité privilégiés de l’analyse des rapports de genre, de classe et d’âge. Ce colloque part du corps vieillissant pour penser cet âge social en trois objectifs:

1. d’une part, de définir le « corps vieillissant » et la manière dont il peut être appréhendé. Cette définition est problématique car dans nos sociétés, aucun rite de  passage ni âge précis ne marque le début des processus de vieillissements ni l’entrée dans la(es) vieillesse(s). Néanmoins c’est le corps qui bien souvent porte les marques de la vieillesse, et par conséquent fait l’objet d’enjeux de contrôle et de maîtrise de la part des  individus vieillissants ou des médecins

2. d’autre part, de saisir les normes d’usages sociaux de ce corps vieillissant, leur production dans la tension entre le biologique et le social, et les conséquences de ces normes sur le vécu individuel des processus de vieillissements ;

3. enfin, un dernier axe s’attachera à décrire les pratiques du corps vieillissant – celles de la vie  quotidienne – et leurs évolutions au fur et à mesure que le corps se transforme ainsi que  celles causant des transformations du corps vieillissant.

En voici le passionnant programme: http://iris.ehess.fr/index.php?2598

 

 

 

Séminaire Genre et temporalités de la question sociale

Le temps, dans toutes ses dimensions, analysé au prisme du genre, des stratifications et des rapports sociaux, sera l’objet de ce séminaire de sociologie: http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/942/ Après avoir travaillé deux années sur ce que le lieu faisait à la classe et au genre, le groupe gcp a choisi cette année de se centrer sur les questions des routines: les problématiques temporelles y deviendront centrales. Le séminaire « genre et temporalités de la question sociale », en travaillant sur les présences sociales, sera sans aucun doute d’un apport décisif. Il commence le vendredi 7 novembre 2014.

« Où est passé le peuple? », Revue Espaces et sociétés, numéros 156/157

Voilà donc la question que posent les auteurs, principalement des géographes, de la revue Espaces et sociétés pour analyser à la fois les espaces de résidence des classes populaires aujourd’hui en France, mais aussi pour réfléchir au rôle de l’espace dans le travail critique de production des catégories par les chercheurs en sciences sociales. Stimulant.

http://www.espacesetsocietes.msh-paris.fr/blog/category/archives/parutions-2014/n-156-157-1-22014-ou-est-passe-le-peuple/

 

Compte-rendu de la séance du 17 octobre 2013.

Séance du 17 octobre 2013.

Marianne Blidon, « Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) ».

Lors de cette séance de reprise la géographe Marianne Blidon revient sur sa thèse.

Elle rappelle d’abord les fondamentaux de la géographie, à savoir que l’espace est produit par les sociétés et qu’en retour l’espace produit aussi du social ; puis de la géographie du genre, à savoir que la différenciation sociale des sexes produit de la différenciation spatiale (liée à une répartition genrée des rôles). L’espace est donc à la fois le lieu de rapports de genre et producteur d’identités de genre.

Ensuite, elle explique le poids de Paris (ville refuge, ville politique) dans les récits de tous ordres qui analysent ou racontent l’affranchissement et l’affirmation des gays.

Le but de son enquête est d’explorer l’affirmation jamais remise en cause que l’homosexualité a partie liée avec la ville.

Pour elle, on comprend cette thèse en regardant les parcours des chercheurs porteurs de cette thèse pour qui cette évidence est fondée sur leur expérience (l’arrivée à la ville étant aussi souvent décisive dans leur coming out).

A cela elle oppose d’abord que la transition urbaine étant achevée en France, il ne peut s’agir de toute façon que de migrations ville/ville. Elle pose aussi la question de ce qui se passe quand on arrive à paris.

Elle présente ensuite la mise en place de son enquête -après avoir exposé pourquoi les grandes enquêtes sur la sexualité (ACSF-CSF) n’étaient pas utilisables pour explorer les migrations et les temporalités spatiales complexes des trajectoires biographiques et pourquoi les enquêtes presse gay, par leur perspective épidémiologique, n’était pas adaptée non plus à ce type de questionnement.

Résultats :

1/5 répondants n’a jamais connu de changement résidentiel/Peu de ruraux quand ils décohabitent vont vivre à Paris/Il n’y a que peu de trajectoires entre des espaces à faible dotation en produits à destination d’une clientèle gay et Paris. Les trajectoires des gays obéissent donc à des logiques connues des géographes des migrations : on ne quitte majoritairement pas la campagne pour se rendre dans une métropole. L’opposition ville/campagne pour penser les trajectoires gay n’est donc pas pertinente.

Cette enquête permet aussi de donner une autre perspective au rôle de la famille dans la sociologie de l’homosexualité, traditionnellement analysée comme une instance de précarisation au moment d’un coming out mal vécu. Or, elle montre qu’il y a des retours migratoires pour des raisons de précarités (sociales ou de santé) ou pour s’occuper des vieux parents.

Marianne Blidon conclut donc sur une grande diversité des trajectoires : surtout des cas d’enracinement, mais aussi des cas de nomadisme et des cas de prolongement entre moyennes et grandes villes. Les facteurs de mobilité qui ont été analysés sont extrêmement classiques (niveau de diplôme, âge, conjugalité).

Dans un dernier temps, elle analyse les tensions que son travail a suscitées. Elle revient alors sur la question de la pertinence de l’expérience pour être légitime à s’exprimer sur un sujet et sur les dominations de genre à l’œuvre dans l’Université.

 

Si vous êtes intéressés par toute cette passionnante enquête et ce stimulant exercice de réflexivité quantitative, il faut aller lire :

– Marianne Blidon, France Guérin, « Un rêve urbain ? La diversité   migratoire des gays », Sociologie, n°2, vol. 4, 2013, pp. 3-22.

– Marianne Blidon, « Géographie de la sexualité ou sexualité du  géographe ? Quelques leçons autour d’une injonction », Annales de   géographie, 687-688, 2012, pp. 525-542.

« Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) »: reprise du séminaire jeudi 17 octobre avec la géographe Marianne Blidon

Quelques pistes pour préparer la séance:

 Marianne Blidon, France Guérin, « Un rêve urbain ? La diversité   migratoire des gays », Sociologie, n°2, vol. 4, 2013, pp. 3-22.

Marianne Blidon, « Géographie de la sexualité ou sexualité du  géographe ? Quelques leçons autour d’une injonction », Annales de   géographie, 687-688, 2012, pp. 525-542.

Marianne Blidon, « Les sens du je. Usage épistémologique de  l’expérience et analyse des rapports sociaux », Géographie &  cultures, à paraître.

Pour mémoire, deux ouvrages commentés sur ce carnet pour compléter cette approche

Didier Eribon, Retour à Reims, 2009

Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch, Sociologie de l’homosexualité, 2013

Deux études in situ de la lutte des classes pour l’espace parisien

Dans deux ouvrages issus de leurs thèses, la géographe Anne Clerval et l’ethnologue Sophie Corbillé soulignent les dynamiques spatiales , culturelles et politiques qui expliquent la gentrification de l’est parisien historiquement ouvrier et populaire.

Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013.

Sophie Corbillé, Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris , PUF, 2013.

Interview d’Anne Clerval dans l’Humanité

Journée d’étude du groupe « Traitements & Contraintes » le 14 novembre 2013. Questions de théories: quels usages des classiques dans les études sur la contrainte ?

Lors de cette journée, plusieurs chercheurs reviendront sur leur rapport aux œuvres  de deux auteurs fréquemment mobilisés par ceux qui s’intéressent de façon ethnographique aux institutions : Michel Foucault et Pierre Bourdieu.  

http://iris.ehess.fr/document.php?id=1577

Le 14 novembre 2013, salle 640 , Maison des Sciences de l’Homme, 190 avenue France, de 10h à 17h.

Appel à communication. Colloque international « Genre et discriminations ».

Le nouveau Domaine d’Intérêt Majeur de la Région Île-de-France « Genre, Inégalités, Discriminations » (G I D) a été créé en 2012 et réunit les activités sur le genre de l’Institut Emilie du Châtelet (IEC) et sur les discriminations de l’Alliance de Recherche sur les Discriminations (ARDIS).

Le GID organise sa première grande manifestation scientifique autour de l’articulation de ces deux thématiques les 27 et 28 juin 2013 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Un appel à communication invite les chercheuses et les chercheurs de toutes disciplines – des sciences humaines, économiques, historiques, sociales ou juridiques aux sciences de la vie – à confronter leurs approches de l’articulation entre genre et discriminations. Vous trouverez cet appel sur la page dédiée au colloque : http://economix.fr/colloque-gid.php.

Pour répondre à cet appel, merci de déposer, avant le 30 janvier 2013, un projet de communication d’au moins une page (en français ou en anglais) sur la page : http://economix.fr/colloque-gid.php.
Une réponse sera communiquée aux auteur-e-s le 29 mars 2013.

Comité d’organisation
Gwénaële Calvès (Univ. Cergy Pontoise), Eric Fassin (Univ. Paris 8), Claire Hancock (Univ. Paris Est Créteil), Stéphanie Hennette-Vauchez (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense), François Héran (Ined), Jacqueline Laufer (HEC), Catherine Louveau (Univ. Paris Sud), Frédérique Matonti (Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne), Dominique Meurs (EconomiX, Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense), Frédérique Pigeyre (Univ. Paris Est Créteil), Florence Rochefort (CNRS GSRL EPHE/CNRS), Daniel Sabbagh (CERI, Sciences Po), Patrick Simon (Ined)

Appel à contribution. Session Crime and Gender 1500-1900: New Perspectives.


Annual Conference of the Social Science History Association

Chicago, IL 21-24 November 2013.

The organizers of the Session Crime and Gender 1500-1900: New Perspectives in the Criminal Justice/Legal History Network, invite proposals for papers presented at the Annual Conference of the Social Science History Association in Chicago.

The Criminal Justice/Legal History Network is part of the Social Science History Association (SSHA) and the European Social Science History Conference (ESSHC). It is made up of historians, sociologists, economists, criminologists, geographers, lawyers, and other academics and independent scholars who are interested in the history of crime, policing and the law. Members include both scholars focusing on statistics and those exploring the meanings of historical developments.

We are looking for papers that present new perspectives on crime and gender between 1500 and 1900. We are particularly interested in broad questions regarding recorded male and female crime in a historical, global, comparative or long term perspective.

Paper proposal deadline: 20 January 2013

Session organizers:

Manon van der Heijden, University of Leiden, The Netherlands (m.p.c.van.der.heijden@hum.leidenuniv.nl)

Marion Pluskota, University of Leiden, The Netherlands (m.pluskota@hum.leidenuniv.nl)