Tous les articles par Clyde Plumauzille

A propos Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

Le certificat d’études genre à Paris 1: la campagne de sélections est ouverte!

Cette certification en études de genre est constituée de cours et séminaires existants qui sont mutualisés, parmi lesquels un cours de tronc commun et deux séminaires au choix  en histoire, sociologie, anthropologie, économie, sciences politiques… Il est ouvert aux étudiant-es de master et de doctorat quelque soit leur université principale (et à titre dérogatoire aux étudiant-es de L3 ayant un projet de recherche de master sur le genre). Les inscriptions se font via l’application SESAME (http://www.univ-paris1.fr/ufr/idup/certificat-detudes-genre/).
Vous trouverez des informations plus complètes dans la brochure détaillée :
(http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/Axe_de_recherche_genre/Certif_genre_initial_descriptif_2015_01.pdf).

Vous pouvez contacter Marianne Blidon et Violaine Sebillotte de l’équipe pédagogique pour plus de renseignements

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Appropriations ordinaires des idées féministes, Politix

Le dernier numéro de la revue Politix est consacré aux appropriations ordinaires des idées féministes et sonde le continuum de ces formes d’appropriations qui permet de dépasser le clivage féministe-non féministe dans le quotidien des mouvements sociaux. Dirigé par Alban Jacquemart, Viviane Albenga et Laure Bereni, il s’appuie sur les contributions de Fanny Gallot, Eve Meuret-Campfort, Camille Masclet, Laurence Bachmann, Pauline Delage, Gwenaëlle Perrier et Pamela Aronson.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Publication: Sociologie de la prostitution, Lilian Mathieu

Vient de paraître aux éditions La Découverte un repère salutaire consacré à la sociologie de la prostitution par Lilian Mathieu : retour sur un faisceau de pratiques économico-sexuelles stigmatisées qui nous donne à voir les rapports de pouvoir qui s’exercent sur une partie de la population marquée par son mauvais genre, sa position économique subalterne et son insubordination sexuelle.

 

Résumé:
La prostitution est un objet social double. Il s’agit bien sûr d’une pratique singulière qui articule sexualité et économie et qui implique divers protagonistes (femmes et hommes prostitués, clients, proxénètes). Mais elle est aussi un « problème social » à la définition et au traitement desquels participent entrepreneurs de morale, législateurs, policiers ou encore travailleurs sociaux, dont l’action exerce en retour de considérables effets sur la pratique et le quotidien des personnes prostituées.
C’est toute la complexité des rapports entre ces deux dimensions de la prostitution que cet ouvrage s’est donné pour objet d’explorer, en dressant un bilan des recherches sociologiques qui lui sont consacrées. Un tel enjeu n’est pas anodin, s’agissant d’une réalité sociale davantage objet de polémique, voire de fantasme, que de connaissance scientifique. Pourtant, la sociologie de la prostitution a connu ces dernières années d’importants développements, en France comme à l’étranger, qui ont permis d’atténuer son statut d’« objet sale » trop longtemps relégué aux marges de la recherche.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_la_prostitution-9782707179159.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Article: Michelle Perrot ou le goût des autres, La Vie des Idées

“Explorer les marges et les non-dits, restituer les paroles et les vies oubliées, c’est encore traduire en actes ce goût des autres jamais démenti et qui trouve de multiples espaces pour s’exprimer.”

Un portrait de l’historienne pionnière des femmes, du genre et des classes populaires Michelle Perrot par Isabelle Lacoue-Labarthe sur La Vie des Idées: http://www.laviedesidees.fr/Michelle-Perrot-ou-le-gout-des-autres.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Prochaine séance du séminaire: 25 juin, Les religieuses

Dernière séance du séminaire de l’année : 25 juin, 17 h, Les Religieuses

Pour sa dernière séance de l’année, le jeudi le 25 juin, le séminaire Genre et classes populaires consacré cette année à l’exploration des savoir-faire et des savoir-être routiniers aura le plaisir d’accueillir Anne Jusseaume et Nicole Pellegrin pour une séance croisée autour des religieuses.

L’historienne Anne Jusseaume (Centre d’Histoire de Sciences Po) nous proposera une communication intitulée « Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle » et l’historienne Nicole Pellegrin (Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1) nous proposera une communication intitulée: « Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus »

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 11 juin la salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

Pour préparer la séance, quelques suggestions de lecture des travaux de nos invitées:

Anne Jusseaume

« Soigner des femmes en couches, un interdit levé pour rechristianiser? Des sœursauprès des parturientes au XIXe siècle ». Chrétiens et sociétés XVIe– XXIe, N°19 «Médecine et religion », 2012. http://chretienssocietes.revues.org/3342

« De la disgrâce à la grâce, la trajectoire des Filles de la Charité « de condition » auXIXe siècle », Hypothèses. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire, Publications de la Sorbonne, 2014, https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2014-1-page-255.htm

Nicole Pellegrin

« Habits du soi, costume de l’autre. Pour une approche critique des sources écrites de l’histoire vestimentaire des identités françaises », in Des habits et nous. Vêtements et identités nationales, éd. Jean-Pierre Lethuillier, Rennes, PUR, 2007, p. 15-23.
« La Nonne en ses costumes de scène. Le cas du théâtre révolutionnaire français », in D. Doumergue et A. Verdier (dir.), Le Costume de scène, objet de recherche, Cirey-les-Mareilles, Lampsaque, 2014, pp. 139-156, ill.
« Quand le voile fait son cinéma. Notes sur les parures blanches de quelques religieuses “hollywoodiennes” préconciliaires » in Claude Coupry et Françoise Cousin (dir.), Lumières du blanc, Saint-Maur-des-Fossés, AFET et Sépia, 2014, pp. 129-138 ill.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Conférence: “Corps vulnérables” autour de la parution du dernier numéro des Cahiers du Genre

EFiGiES Antiquité, Anhima et les Cahiers du Genre
organisent une discussion croisée :

CORPS
VULNERABLES

Images intégrées 1

Marine BRETIN-CHABROL (Université de Lyon 3) « L’allaitement à Rome. Le nourrisson, la
nourrice et le nutritor : des corps vulnérables ? »

Sandra BOEHRINGER (Université de Strasbourg) : « Corps et violence sexuelle dans
l’Antiquité : où se joue le genre ? »

Autour de : Sandra BOEHRINGER et Estelle FERRARESE (dir.), dossier « Corps vulnérables », Cahiers du genre 58, 2015.

Samedi 6 juin, 16-18h
Salle Mariette (RdC), INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e, entrée libre.

Retrouvez la revue en ligne: https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2015-1.htm

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Premier numéro de la revue Comment s’en sortir: Du côté obscur : féminismes noirs

Nous souhaitons la bienvenue à la revue d’études féministes, queer et postcoloniales Comment s’en sortir et nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de ce numéro inaugural : « Du côté obscur : Féminismes noirs ».

CSS propose deux versions de ce numéro. Une version en ligne qui comporte la majorité des articles (Frictions), un entretien (Rencontre) et les recensions (Arsenal), à l’adresse suivante :http://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/, ainsi qu’une version imprimée aux Editions iXe, intitulée “Les murs renversés deviennent des ponts : CSS#1 : Féminismes noirs”, autour d’un Manifeste et d’un article (Traverse).

http://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/

A l’occasion de cette première parution, le comité de rédaction deCSS organise deux évènements: le 27 mai prochain, au Monte-en-l’air, 2 rue de la Mare, 75020 Paris, à partir de 18h30 ; et le 4 juin, au Reid Hall de Columbia University, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris.

NUMÉRO 1

N° 1 | 2015 – Du côté obscur : féminismes noirs

From The Dark Side: Black Feminisms

Coordination

Keivan Djavadzadeh et Myriam Paris

Numéro téléchargeable en intégralité et par articles séparés.

Numéro intégral [PDF]

Introduction

Keivan Djavadzadeh & Myriam Paris
Du côté obscur : féminismes noirs
[PDF]

Rencontre

Françoise Vergès
Mettre en théorie et en pratique le principe de déplacement
[PDF]

Frictions

Tal Dor
Vers une conscience radicale : la libération féministe mizrahie pour une pensée émancipée
[PDF]

Sharon Kinsella
Visages noirs, sorcières et racisme contre les filles
(traduction de l’anglais par Mélanie Jouitteau)
[PDF]

Jacqueline Couti
La Doudou contre-attaque : Féminisme noir, sexualisation et doudouisme en question dans l’entre deux-guerres
(traduction de l’anglais par Michele Greer)
[PDF]

Karima Ramdani
Femmes modernes Et de traditions musulmanes. Traduction de la modernité coloniale dans les rhétoriques des féministes anticolonialistes
[PDF]

Vanessa Agard Jones
« Le jeu de qui ? » Les politiques sexuelles aux Antilles françaises
[PDF]

Sara Farris
Féministes de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?
(traduction de l’anglais par Michele Greer)
[PDF]

Arsenal

Noemi Michel et Eva Rodriguez
Générations Audre Lorde ; Autour du documentaire Audre Lorde. The Berlin years 1984 to 1992, Dagmar Schultz, Allemagne, 2012.
[PDF]

Julie Abbou
The Birth Of Chinese Feminism. Essential Texts in Transnational Theory, Lydia H. Liu, Rebecca E. Karl, Dorothy Ko, New York Columbia University Press, 2013.
[PDF]

Gianfranco Rebucini
Théories féministes et queers décoloniales : interventions Chicanas et Latinas états-uniennes, Les cahiers du CEDREF, éditions iXe, 2011.
[PDF]

Keivan Djavadzadeh
Angela Davis, Blues Legacies and Black Feminism, New York, Vintage Books, 1999.
[PDF]

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: En découdre, Fanny Gallot

C’est avec un immense plaisir (et une certaine fierté!) que nous annonçons la sortie de l’ouvrage de Fanny Gallot, maître de conférence à l’université Paris-Est-Créteil et membre du groupe Genre et Classes populaires, intitulé En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société aux Editions la Découverte.

Résumé:

Alors que depuis la fin des années 1990, le monde ouvrier revient sur le devant de la scène avec des luttes de plus en plus dures (occupations, séquestrations, grèves de la faim, menaces de faire « sauter l’usine », etc.), le rôle joué par les femmes a été passé sous silence. À la différence des hommes, elles ont souvent effectué leur carrière entière dans la même usine et subissent de plein fouet l’épreuve des restructurations ou de la liquidation pure et simple.
Qui sont ces femmes décidées à « en découdre » ? Ayant commencé à travailler après 1968, elles n’ont plus grand-chose de commun avec leurs mères : elles ne sont ni fatalistes ni résignées. Grâce à leurs combats, de nouvelles lois ont révolutionné le travail et, plus largement, la société. Elles ont obtenu d’être reconnues comme des salariée s à part entière, et non pas comme des subalternes devant se contenter d’un salaire d’appoint. Elles ont mis en cause le pouvoir des petits chefs disposant d’un quasi-droit de cuissage. Elles ont donné sa dignité au travail en usine jusqu’alors considéré comme dégradant pour une femme. Elles ont changé le fonctionnement syndical en refusant de tout déléguer aux hommes. Les syndicats ont été obligés de prendre en charge des questions comme la contraception, l’avortement ou le partage des tâches familiales.
Fanny Gallot s’est appuyée, entre autres, sur les témoignages précis des femmes engagées dans cette lente et profonde révolution. Elle raconte leurs histoires surprenantes et émouvantes, comme celles des ouvrières de Chantelle et Moulinex dont les luttes ont marqué l’actualité.

Pour en savoir plus:

La Boîte à idées de Médiapart avec Fanny Gallot

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés: “Le genre, la ville”

 

Le numéro 33/2015 (avril) de Travail, genre et sociétés 

“Le genre, la ville”

vient de paraître aux éditions La Découverte

Sommaire

PARCOURS
Estrella, une migrante à Buenos Aires
Itinéraire d’une travailleuse du care
propos recueillis par Natacha Borgeaud-Garciandía

DOSSIER
Le genre, la ville
coordonné par Nicole Mosconi, Marion Paoletti et Yves Raibaud
Durable mais inégalitaire : la ville
Yves Raibaud

Penser la métropole avec le genre
Sophie Louargant

Stéréotypes de genre dans la pratique de l’urbanisme
Lidewij Tummers

MUTATIONS
Prendre la parole en séance plénière
Maud Navarre

Être éboueur-e à Paris
Stéphane Le Lay

CONTROVERSE
Au nom de l’austérité
coordonnée par Hélène Périvier et Rachel Silvera
Les Françaises ne sont pas épargnées
Christiane Marty

L’Espagne : un pas en avant, deux pas en arrière
Amaia Otaegui

Les enseignements de la Grande Dépression grecque
Maria Karamessini

La reprise, l’austérité et le rééquilibrage au Royaume-Uni
Anthony Rafferty

Femmes et austérité en Italie
Paola Villa

CRITIQUES
Orientation scolaire et discriminations. Quand les différences de sexe masquent les inégalités
de Françoise Vouillot (dir.), Joëlle Mezza, Marie-Laure Steinbruckner et Laurence Tiénot
par Sylvie Cromer

Gender and Leadership in Unions de Gill Kirton et Geraldine Healy
par Cécile Guillaume

Regard sur… le care
Care et sentiments de Patricia Paperman
Le travail du care de Pascale Molinier
Contre l’indifférence des privilégiés… A quoi sert le care de Carole Gilligan, Arlie Hochschild et Joan Tronto
par Helena Hirata et Efthymia Makridou

Corps en tous genres: la dualité des sexes à l’épreuve de la science d’Anna Fausto Sterling
par Ilana Löwy

Genre, migrations et emplois domestiques en France et en Italie.
Construction de la non-qualification et de l’altérité technique de Francesca Scrinzi
par Julien Debonneville

Ouvrières à domicile. Le combat pour un salaire minimum sous la Troisième République
de Colette Avrane
par Rachel Silvera

Couples d’ici, parents d’ailleurs. Parcours de descendants d’immigrés
de Beate collet et Emmanuelle Santelli
par Catherine Therrien

Les féministes belges et les luttes pour l’égalité politique et économique (1918-1968) de Catherine Jacques
par Fanny Bugnon

Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales du Collectif Onze
par Julie Ancian

Normes religieuses et genre. Mutations, résistances et reconfiguration XIXe-XXIe siècle
de Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna (dir.)
par Fatima Khemilat-Cherpa

Le genre entre transmission et transgression
de Lydie Bodiou, Marlaine Cacouault-Bitaud et Ludovic Gaussot (dir.)
par Nicole Mosconi

Un quart en moins. Des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaire
de Rachel Silvera
par François Michon

Pensée sociologique et position sociale. L’effet du genre et des rapports sociaux de sexe
de Ludovic Gaussot
par Françoise F. Laot

http://www.travail-genre-societes.com/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Conférence: Joan Scott, “Comment je suis devenue une historienne féministe”, 30 mars

Conférences de l’Institut Emilie du Châtelet

Joan W. Scott: “Comment je suis devenue une historienne féministe”

20150330_191045

Dans le cadre du cycle “Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre”

30 mars 2015

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 18h-20h30, conférence en français, suivie d’un cocktail

Avec Joan Wallach Scott, Historienne (Institute for Advanced Study, Princeton)

Joan W. Scott, historienne américaine, spécialiste de la France ouvrière du XIXe siècle et du travail des femmes, est une des grandes pionnières des études de genre. Son article le «Genre: une catégorie utile d’analyse historique» (1986, trad. française en 1988) a fait date et reste une référence majeure autant pour une théorie critique de l’histoire qu’elle poursuit, que  pour un questionnement épistémologique de toutes les disciplines. Observatrice critique des enjeux féministes en France, elle s’est intéressée plus particulièrement aux paradoxes de la lutte pour la citoyenneté, à la parité ou aux dimensions politiques et post coloniales des affaires de voile.Joan W. Scott est aujourd’hui professeure émérite à l’Institute for Advanced Study de Princeton (School of Social Science).

Plus d’informations sur le site de l’IEC: http://www.institutemilieduchatelet.org/details-conferences?id=268
Retrouvez notre entretien avec Joan Scott dans la rubrique “Une question à”: http://gcp.hypotheses.org/254

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Film: “Je ne suis pas féministe, mais…”

“Je ne suis pas féministe, mais…”

 Un film de Florence & Sylvie Tissot

delphy-newsletter

En 1970, à la suite d’une action retentissante sous l’Arc de Triomphe à Paris, Christine Delphy fonde, avec d’autres féministes comme Monique Wittig , le MLF. Devenue sociologue, elle ne cesse, dans les décennies qui suivent, de lutter pour les droits des femmes. Je ne suis pas féministe, mais… lui consacre un portrait et met en lumière, à travers son parcours, les avancées historiques et les enjeux actuels du mouvement féministe.

Plus d’informations sur https://jenesuispasfeministemais.wordpress.com/ 

À l’occasion de la sortie du coffret DVD de Je ne suis pas féministe, mais… des débats et des projections à travers toute la France et à l’étranger. A venir notamment:

8 mars, 15h00, Lille : L’Abécédaire de Christine Delphy, projection en présence de Sylvie Tissot.

12 mars, 20h00, Paris : Je ne suis pas féministe, mais…, projection en présence des réalisatrices et de Christine Delphy.

14 mars, à 16h30, Festival International de films de femmes de Créteil : Je ne suis pas féministe, mais… en présence des réalisatrices et de Christine Delphy

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Journée d’étude: « Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après »

Journée d’étude

« Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après »

organisée par Sandra Boehringer et Daniele Lorenzini

Amphi Buffon, Université Paris Diderot-Paris 7, Paris

11 avril 2015, 9h-18h

La sexualité est l’un des derniers grands chantiers ouverts par Michel Foucault. L’Histoire de la sexualité est une entreprise immense, qui marqua profondément le champ des sciences humaines : dans les deux volumes portant sur l’Antiquité, Michel Foucault allait proposer de nouveaux epistemai aux spécialistes pour aborder les sociétés grecque et romaine, et un nouveau cadre épistémologique pour penser l’érotisme et le processus par lequel l’individu est amené à se reconnaître comme sujet de son désir et de sa propre existence.

Qu’en est-il, trente ans après ? Comment définir l’impact dans le champ des sciences humaines des travaux de Michel Foucault sur la sexualité et l’Antiquité, au moment où paraît le volume Subjectivité et vérité – le premier cours de Michel Foucault au Collège de France entièrement consacré à l’Antiquité gréco-romaine ? Et quel est l’usage qu’en font actuellement les anthropologues des mondes grec et romain, vingt-cinq ans après l’ouvrage pionnier Before Sexuality : The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World ? Lors de cette journée, il s’agira de comprendre comment les travaux de Michel Foucault ont infléchi les réflexions des chercheur-e-s et des intellectuel-le-s qui s’appuient aujourd’hui sur l’Antiquité dans les champs nombreux que sont l’éthique, les études de genre, la philosophie, l’histoire, l’anthropologie, la politique et la psychanalyse.

Le programme: http://www.anhima.fr/spip.php?article1354&lang=fr

Abstract : The history of sexuality is one of the last major projects launched by Michel Foucault. The History of Sexuality is a momentous undertaking that profoundly affected the fields of humanities and social sciences: in the two volumes dealing with Antiquity, Michel Foucault proposed new epistemai with which specialists could approach the societies of ancient Greece and Rome; in particular, he created a new epistemological framework for analyzing the erotic realm, and the process by which the individual is required to recognize him/herself as the subject of his/her desire and his/her own existence.

Where does this leave us, thirty years later? How should we define the impact that Michel Foucault’s work on sexuality and Antiquity had on the fields of humanities and social sciences, now that the volume Subjectivity and Truth has appeared – Michel Foucault’s first course at the Collège de France entirely devoted to Greco-Roman Antiquity? How do current anthropologists of the Greek and Roman worlds do their work, twenty-five years after the pioneering book Before Sexuality: The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World? In this conference, we will consider how the work of Michel Foucault reoriented the investigations of researchers and intellectuals, who today use Antiquity as a site of analysis in many fields such as ethics, gender studies, philosophy, history, anthropology, politics and psychoanalysis.

Avec : Jean Allouch, Thamy  Ayouch, Sandra Boehringer, Claude Calame, Frédéric Gros,  Laurie Laufer, Daniele  Lorenzini, Kirk Ormand,  Olivier Renaut, Arianna  Sforzini, Luca Paltrinieri,  Violaine Sebillotte-Cuchet

Comité scientifique : Vincent  Azoulay, Luc Brisson, Arnold I. Davidson, David M. Halperin, Judith Revel

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Exposition: « Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)»

Femmes au travail en Seine Maritime (1500-1914)

Femmes au travail

Fruit d’une coopération entre les Archives départementales et l’Université de Rouen (GRHis), l’exposition explore la relation des femmes au travail, du Moyen Age à 1914.

La coutume de Normandie laissait aux femmes très peu d’indépendance et pourtant, à Rouen, celles-ci jouaient un rôle important dans les corporations de métier. C’est le « paradoxe rouennais ».

Vies et destins de ces femmes sont racontés dans cette exposition : de la brodeuse passée maîtresse à l’ouvrière contrainte d’abandonner son enfant…l’exposition aborde également la lente conquête de droits pour les femmes.

Un parcours spécifique est destiné aux 10-14 ans, avec dessins et explications adaptées.

Visites guidées gratuites de l’exposition les mardis 14 avril, 12 mai et 16 juin à 14h30.

Sur réservation

Renseignements et réservations

02 35 03 54 95 – archives@cg76.fr

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences :

> jeudi 12 mars 2015 à 14 heures 30

Maison de l’Université à Mont-Saint-Aignan

Conférence de Daryl Hafter, Professeure émérite à l’Université de Michigan,

«La femme Normande : un «homme honoraire»

> vendredi 13 mars 2015 à 9 heures 30

Pôle culturel Grammont

Journée d’études organisée par le GRHis de l’Université de Rouen

«Femmes, droits, travail à l’époque moderne et contemporaine(Normandie/Europe)»

http://www.archivesdepartementales76.net/exposition-femmes-au-travail/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Publication: Dernier numéro de la revue Clio “Objets et fabrication du genre”

Le dernier numéro de la revue Clio  sous la direction de Leora Auslander, Rebecca Rogers et de Michelle Zancarini-Fournel est consacré à l’histoire matérielle. Intitulé “Objets et fabrication du genre”, il pose la question de la construction de la différence des sexes par et avec les objets.

 

Résumé

Qu’est-ce que les objets ont à apprendre aux historiennes et historiens qui cherchent à mieux comprendre les dynamiques du genre ? Ce numéro de Clio HGF « Objets et fabrication du genre » tente de répondre à cette interrogation. En insistant sur la spécificité de la culture matérielle des temps bibliques au très contemporain, les auteur.e.s analysent des mouchoirs politiques, des uniformes de soldat, des bijoux, des jouets publicitaires, de la vaisselle, des fragments de tissu et de poteries, mais aussi des représentations littéraires et visuelles… À partir de ces approches et de ces sources variées, les articles montrent comment les femmes et les hommes se construisent grâce aux objets, comment l’objet-acteur construit le genre, comment les objets nous racontent une autre histoire que les mots.

http://clio.revues.org/12064

Sommaire

Leora Auslander, Éditorial

Katharina Galor, Des femmes à Qumrân ? Entre textes et objets

Katherine L. French, Nouveaux arts de la table et convivialités sexuées

Elizabeth Heath, Apprendre l’Empire, un jeu d’enfants ? 

Natalie Scholz, Genre et éthique des objets dans le cinéma de l’Allemagne d’après-guerre

Louise Purbrick, Le mouchoir d’Armagh. Tissu, genre et politique

Regard complémentaire

Sarah Jones Weicksel, Quand l’uniforme fait l’homme libre

Actualités de la recherche

Anne Monjaret, Objets du genre et genre des objets en ethnologie et sociologie françaises

Leora Auslander, Culture matérielle, histoire du genre et des sexualités

Documents

Sylvie Sagnes, Aurore l’Arlésienne, reine des poupées

Ellen Rothenberg, Chelen Amenca (Danse avec nous)

Témoignage

Leora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel, À propos du bazar du genre…

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

“Les métiers ont-ils un sexe”, événement organisé par le PRESAGE le 10 février

Le Programme de recherche et d’enseignements des savoirs sur le genre propose une réflexion sur le sexe des métiers.

Dans le cadre des journées proposées par le PRESAGE, le 10 février, à 17h, en partenariat avec le Laboratoire de l’égalité, Françoise Vouillot viendra présenter son ouvrage « Les métiers ont-ils un sexe ? »

http://www.programme-presage.com/details/events/les-metiers-ont-ils-un-sexe.html

Lieu : Sciences Po, 56 rue des St Pères, salle Goguel (5ème étage)

Pour s’inscrire: https://www.weezevent.com/rdv-de-legalite-les-metiers-ont-ils-un-sexe

Présentation du livre

En France, seuls 12% des métiers sont mixtes. Aux hommes la production et l’ingénierie, aux femmes l’éducation, la santé, le social. Existerait-il des métiers plutôt féminins ou plutôt masculins ? Filles et garçons auraient-ils des aptitudes spécifiques qui les orienteraient « naturellement » vers des professions différentes ? L’objet de ce livre est de démonter les ressorts de la division sexuée du travail, porteuse d’inégalités, et de révéler tout l’intérêt pour la société d’une réelle mixité des métiers.
Cet ouvrage aborde notamment, chiffres à l’appui, l’influence des stéréotypes de sexe, des pratiques des personnels pédagogiques et de l’histoire des politiques d’éducation sur l’orientation des filles et des garçons. Les nombreuses citations et zooms informatifs apportent un éclairage essentiel sur les études existantes et les initiatives développées pour favoriser la mixité des métiers.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website