Tous les articles par Eve Meuret-Campfort

Parution : Sociologie des classes populaires contemporaines

Parution d’un manuel éclairant sur les classes populaires contemporaines qui nous aide à faire le point sur cette notion toujours en débat.

Sociologie des classes populaires contemporaines,

Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy

Armand Colin, 2015

http://iris.ehess.fr/docannexe/image/2718/CoutantColinU.png

Présentation de l’éditeur:

Classes populaires, milieux populaires, quartiers populaires, électorat populaire… Autant d’expressions récurrentes dans les discours médiatiques et les débats politiques. Pourtant, la notion demeure floue, le « populaire » étant perçu tantôt comme une figure sociale inquiétante, tantôt comme une figure à revaloriser.

Revenant sur plusieurs décennies de recherches et s’appuyant sur des travaux récents, cet ouvrage propose une analyse sociologique inédite. Après un retour sur la constitution d’une sociologie des classes populaires en France et ses enjeux, chaque chapitre comporte un cadrage empirique et une mise en perspective théorique : qui sont les ouvriers et les employés aujourd’hui ? Quels conditions et modes de vie caractérisent ces hommes et ces femmes ? Quelles sont les dynamiques qui animent ces groupes et en modifient sans cesse les contours ?

Fondé sur des données historiques, statistiques et des enquêtes de terrain, enrichi de nombreux encadrés, ce manuel propose une lecture d’ensemble de la société française contemporaine, vue à partir des groupes populaires, qui en composent la majeure partie.

Yasmine SIBLOT est professeure de sociologie à l’université Paris 8 et membre du CRESSPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris) dans l’équipe CSU.
Marie CARTIER est maître de conférences à l’université de Nantes, chercheuse au CENS (Centre nantais de sociologie), membre junior de l’IUF (Institut universitaire de France).
Isabelle COUTANT est chercheuse au CNRS au laboratoire IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux).
Olivier MASCLET est maître de conférences à l’université Paris Descartes-Sorbonne Paris Cité et chercheur au CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux).
Nicolas RENAHY est chercheur à l’INRA, directeur du CESAER (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux).

Un webdocumentaire en dentelle

Les dessous de la fabrique en ligne !

Un webdocumentaire d’Aurélie Marchand et d’Anne-Laure Lejosne

http://www.lesdessousdelafabrique.fr/

Les ex-salariées de l’entreprise de lingerie Chantelle

racontent leurs corps de femmes, de travailleuses et de militantes.

Images intégrées 3
 
Images intégrées 1

Porté par l’association Fil en Têtes, la mairie de St Herblain et soutenu par le laboratoire de l’université de Nantes (CENS), ce projet encourage la diffusion des sciences sociales dans la société civile.

Parution : Christelle Avril – Les aides à domicile : un autre monde populaire

Christelle Avril, maîtresse de conférences à l’université Paris-XIII et chercheuse au laboratoire IRIS, que nous avions reçu dans le séminaire Genre et classes populaires en mai 2013, publie l’ouvrage tiré de sa thèse de doctorat en sociologie à la Dispute. A partir d’une enquête quantitative et qualitative sur les aides à domicile, ce livre intitulé « Les aides à domicile : un autre monde populaire » participe à enrichir la compréhension sociologique des mondes populaires contemporains. Croisant classe, sexe, et race, elle aborde de front la complexité interne des positionnements sociaux des individu-e-s au sein des classes populaires.

Présentation de l’éditeur :

« Plus de cinq cent mille femmes travaillent comme aides à domicile en France ; ce chiffre ne cesse d’augmenter face aux besoins croissants des personnes âgées et des familles. Mais qui sont ces femmes – parce que ce sont essentiellement des femmes – et quelles sont leurs conditions d’existence ? Sait-on vraiment en quoi consiste leur travail quotidien ? Que signifie pour elles travailler auprès de personnes âgées ?

Christelle Avril, sociologue, maîtresse de conférences à l’université Paris-XIII et chercheuse au laboratoire IRIS, travaille sur l’articulation entre classe, genre et « race » dans une perspective résolument empirique et en multipliant les méthodes d’enquête et d’analyse. Elle éclaire l’univers des femmes des milieux populaires en partant, de façon inédite, de la scène professionnelle.

L’auteure révèle ainsi parmi ces travailleuses du bas de l’échelle sociale de profondes divisions qui différencient les attitudes de classe, opposent immigrées et non immigrées, ou encore distinguent les conceptions de l’identité féminine.

Fondé sur une enquête de terrain extrêmement riche et sur des données chiffrées, cet ouvrage, dont Olivier Schwartz souligne dans sa postface l’importance et l’audace, éclaire les rapports et les tensions qui mettent en mouvement l’ensemble de la société. »

Table des matières :

Introduction
Prendre au sérieux le travail des aides à domicile
Entrer dans l’univers des femmes de milieux populaires
Mettre en lumière des styles de féminité
Étudier les relations interraciales
Plan du livre
Première partie : Travail, position, positionnements
Chapitre premier. Les conditions et les cadres de travail
Travailler dans des domiciles
Travailler avec le bureau
L’enquête de terrain et l’enquête statistique
Chapitre II. Les conditions symboliques de travail
L’enquête sociohistorique
Dotées d’une mission sociale et sanitaire (années 1960-1980)
La perte du mandat (années 1990-2000)
La mise en cause de la licence (années 1990-2000)
Une professionnalisation managériale
Chapitre III. La position des aides à domicile dans l’espace social  
La position actuelle des aides à domicile
Une approche dynamique de la position sociale
Chapitre IV. Les positionnements pluriels et concurrents face au travail   
Façonner son travail
Deux positionnements en interdépendance
Deuxième partie : Tournées vers un certain pôle des milieux populaires
Chapitre V. Une conception du travail acceptable
Le rôle joué par l’image de ce travail
La virilité au féminin
Paraître « féminine » au travail
Chapitre VI. Nous et elles
Les contours spécifiques du « nous » dans le secteur
 « Elles » : les femmes aux diplômes généraux
 « Elles » : les collègues « noires » et « arabes »
Chapitre VII. Socialisées à leur univers de référence 
Une alliée principale
La sélection sociale et la modulation de l’investissement relationnel
Une sociabilité commune
Des dispositions domestiques partagées
« Faire à la place de »
Chapitre VIII. Un style de féminité affilié aux milieux populaires   
Un corps « racisant »
Un rapport au vieillissement socialement situé
Troisième partie : Tournées vers un certain pôle des classes moyennes-supérieures
Chapitre IX. Une conception du travail transgressive
La soumission et le conformisme de la nécessité
Des femmes fières de leur travail
Des signes d’une conception différente des genres
Se faire plaisir
Chapitre X. Des légitimités professionnelles 
Forcer le respect
Un investissement indifférent au genre
Des professionnelles de la vieillesse
Chapitre XI. La légitimation sociale : une alliance avec les femmes diplômées 
Un écart social et des affinités professionnelles
Une alliance concrète
Entre management et solidarité au féminin
Chapitre XII. Un style de féminité sous contraintes  
Une position sociale façonnée par la dimension raciale
Un autre style de féminité
Conclusion 
Défaire les clichés
Le changement social à partir de l’étude des aides à domicile
Vers des perspectives politiques
Postface. Richesse d’un livre, par Olivier Schwartz

 

Colloque: Causes sexuelles. 5-7 juin. Lausanne

Colloque « Cause sexuelles. Sexualité et mobilisations collectives ». Université de Lausanne, les 5-7 juin 2014.

De la prostitution au mariage homosexuel, en passant par le harcèlement sexuel ou l’avortement, nombreuses sont les questions sexuelles ayant suscité des mobilisations au cours des dernières décennies. En effet, depuis le phénomène de « libération sexuelle » observé principalement dans les pays occidentaux durant les années 1970, les « causes sexuelles » se sont multipliées partout dans le monde. Ce colloque est ainsi consacré aux mobilisations relatives à la sexualité et au genre dans différents pays d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Afrique et du Proche-Orient.

Le programme à télécharger : Programme_colloque_Causes_Sexuelles

Colloque organisé par le CRAPUL, le CEG LIEGE et le GT07 de l’AISLF.

Annulation séminaire jeudi 15 mai avec Romain Huret

Nous sommes désolées d’annoncer que la séance de séminaire initialement prévue ce jeudi 15 mai avec Romain Huret est annulée.

Rendez-vous le jeudi 12 juin à 17h pour une séance autour de L’espace rural, avec Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon) : « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique » et Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) : « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Projection-rencontre – « Images des LIP / Lutter au féminin » – le 24 mars

PROJECTION-RENCONTRE

« IMAGES DES LIP / LUTTER AU FÉMININ »

Semaine des arts

Mercredi 26 mars, 14h-17h30

Université Paris 8, Amphi Y

Images intégrées 1

Brochure Lip au féminin.

En 1973, les ouvrières et ouvriers de Lip, célèbre marque d’horlogerie de Besançon, refusent le démantèlement de l’entreprise et les licenciements. Dans l’usine occupée, ils et elles produisent et vendent des montres pour leur propre compte, donnant à leur lutte « autogestionnaire » un écho extraordinaire. Leur victoire est éphémère : un nouveau dépôt de bilan en 1976 inaugure un second conflit, long et douloureux. Progressivement, une réflexion collective s’élabore autour de la lutte spécifique des femmes, de leur vécu au travail et à la maison, et conduit à la parution de la brochure Lip au féminin en février 1975.

À partir de films et d’images d’archives commentées par des militantes, des cinéastes et des chercheuses, cette projection-rencontre montre comment des créateurs/trices ont accompagné et interprété la parole et le combat des femmes dans une usine en lutte au cœur des années 1970, et confirme l’actualité des analyses féministes sur le monde du travail.

Avec Dominique Dubosc, cinéaste, réalisateur notamment de L’Affaire Lip 1973-1974 (1976-2006) (sous réserve), Madeleine Laude, auteure de théâtre, militante du PSU (1971-1981) et du groupe femmes de Besançon ; Margaret Marunani, sociologue, directrice de recherche au CNRS, auteure en 1979 de l’ouvrage Les syndicats à l’épreuve du féminisme ;Alain Nahum, cinéaste, réalisateur notamment de À pas lentes (1977-1979) au sein du collectif Cinélutte ; Monique Piton, ancienne employée de l’usine Lip, militante des droits des femmes et auteure entre autres de C’est possible ! (1975) et Mémoires libres (2010).

Animée par Hélène Fleckinger, enseignante-chercheuse en cinéma à l’Université Paris 8.

 

Informations pratiques :

Université Paris 8 Saint-Denis

2, rue de la Liberté

93526 Saint-Denis cedex

Métro 13 : Saint-Denis Université

Entrée libre

 

Plus d’informations :

http://www-artweb.univ-paris8.fr

et http://www.labex-arts-h2h.fr

Organisé dans le cadre de la « Semaine des arts » par le Labex Arts-H2H (programme de recherche « Cinéma/vidéo, art et politique : dispositifs, archives, numérique ») avec l’Université Paris 8 (ESTCA), la BnF et l’Association Carole Roussopoulos

Revue Incendo – Genre & Classes

 

 

 

 

 

   La revue Incendo sort un numéro spécial sur « le rapport entre genres et classes ».

   A découvrir et/ou à commander sur leur site ICI et dans de bonnes librairies.

« Quels liens entre capitalisme et patriarcat ? Entre genres et classes ? S’agit-il de deux systèmes distincts ? L’un a-t-il engendré l’autre? L’un a-t-il absorbé l’autre ? Les genres sont-ils des classes ? Peut-on abattre la domination masculine ? Abolir les genres ? Comment ? Et la révolution ?

Communisme et persistance des genres ne sont ils pas antinomiques ? Etc.

Allons-nous répondre à ces questions ?

Avec ce numéro spécial « genres et classes », nous livrons plutôt l’état actuel de nos discussions sur ce sujet, comme un ensemble de notes et de pistes de réflexion, comme une contribution à ce nécessaire débat ».

Prochaine séance : l’usine avec Mirta Lobato le 24 janvier

Pour la première séance 2014 du séminaire, nous avons le plaisir d’accueillir Mirta Lobato (Professeure et chercheuse à l’Université de Buenos Aires) pour une communication outre-atlantique :
« A l’intérieur et à l’extérieur du lieu: les espaces de travail et la construction des identités dans une communauté ouvrière. Berisso dans la première moitié du XXe siècle ». 
(Dentro y fuera de lugar: los espacios laborales y la construcción de identidades en una comunidad obrera. Berisso en la primera mitad del siglo XX). 
La communication sera en espagnol et traduite simultanément. 


Attention changement exceptionnel, la séance aura lieu le vendredi 24 janvier de 14 à 16h.
C’est toujours salle Picard 3, au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle). 
 

 


Podcast séance « Le camp » avec Elissa Mailänder (28 novembre 2013)

Le 28 novembre dernier, le séminaire “Genre et classes populaires” a eu le plaisir d’accueillir Elissa Mailänder, Associate Professor au Centre d’Histoire de Sciences Po, pour une communication autour du CAMP, portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les camps de concentration : « Les femmes allemandes au service de la guerre: dynamiques sociales, relations de genre, racismes et violences (1939-1945) ».

Son intervention peut être écoutée et télécharger ICI. (1h20)

Séminaire Classes Populaires et Institution – CESSP

Un séminaire cherchant à approcher la domination « du point de vue des dominés et des classes populaires pour  poser  la  question  des  effets  concrets  de  la  domination  mais  aussi  des  éventuelles  formes  de soumissions, d’adhésions, d’esquives ou de résistances qu’elle suscite ».

Le programme en PDF ICI.

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

CNRS – Université Paris 1 – EHESS

Axe de recherche « Pouvoir et rapports de domination »

Séminaire 2013-2014

Classes populaires et institutions


L’axe de recherche du CESSP « Pouvoir et rapports de domination » a pour objectif de fédérer les réflexions et les enquêtes menées dans différents espaces sociaux pour comprendre les mécanismes de domination, leur dimension relationnelle et leurs fondements. Dans le cadre d’une sociologie des élites ou de l’encadrement des classes populaires, la domination est souvent étudiée « d’en haut » et appréhendée à travers ses supports les plus institutionnels. Ce séminaire se propose de déplacer le regard et de saisir la domination du point de vue des dominés et des classes populaires pour poser la question des effets concrets de la domination mais aussi des éventuelles formes de soumissions, d’adhésions, d’esquives ou de résistances qu’elle suscite. Les différentes recherches qui seront présentées lors des séances porteront cette année sur les attitudes des classes populaires face aux institutions.

Le séminaire est ouvert.

Responsables : Jean-Louis BRIQUET (jean-louis.briquet@univ-paris1.fr), François DENORD (denord@msh-paris.fr), Delphine SERRE (delphine.serre@univ-paris1.fr)

 

Mardi 3 décembre 13h.-15h.

Violaine Girard (Université de Rouen)

Des fractions populaires encore mobilisées? Engagements municipaux, rapports au vote et politisation parmi les ouvriers et techniciens pavillonnaires du périurbain

CESSP, salle de réunion. Université Paris 1 – Département de science politique – 14 rue Cujas – Escalier N, 3ème étage

Mardi 14 janvier 13h.-15h.

Ana Perrin-Heredia (CURAPP, Université d’Amiens)

Les classes populaires face aux institutions de contrôle budgétaire

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

Mardi 4 février 13h.-15h.

Yasmine Siblot (CRESSPA, Université Paris 8)

Des rapports « mobilisés » aux institutions en milieu populaire : du guichet à l’emploi à statut

CESSP, Salle de réunion. Université Paris 1 – Département de science politique – 14 rue Cujas – Escalier N, 3ème étage

Mardi 11 mars 13h.-15h.

Daniel THIN (Université Lyon 2, Laboratoire Triangle)

Les familles populaires et l’institution scolaire : entre attentes, remise de soi et défiance

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

 

Mardi 8 avril 13h.-15h. 

Benoit COQUARD (Université de Poitiers)
Famille et respectabilité en milieu populaire rural

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

Top of the lake, mini-série de Jane Campion sur Arte

top_of_the_lake_

La mini-série « Top of the lake » réalisée par Jane Campion (Un ange à ma table, La leçon de piano…) est diffusée sur Arte du 7 au 14 novembre, visible en rediffusion et en VOstfr sur le site d’Arte.

Six épisodes dans le huis clos de Laketop, Nouvelle Zélande. Tui, une adolescente de 12 ans disparaît, elle est enceinte de 5 mois. Robin, une jeune détective originaire de Laketop enquête et fait face à son passé.

La domination masculine est au cœur du propos. Du père de Tui, mâle par excellence, à la communauté de femmes venues chercher un soutien dans la vie non-mixte et exclue du monde, en passant par cette jeune détective déterminée à affronter les réactions sexistes de ses collègues, un large spectre est tendu. Évitant les caricatures, préférant la nuance des situations individuelles, l’autodérision et la force des images, Jane Campion nous parle de la violence, de ses mécanismes les plus insidieux, mais aussi du féminisme, des différentes manières d’être homme et femme, et finalement des postures de résistance possibles.

Programme séminaire 2013/2014

Séminaire « Genre et classes populaires »

Année 2013 / 2014

Genre et classes populaires in situ

Cloud 2013-2014

 

A  la croisée de l’histoire et de  la sociologie, mais aussi de la géographie et de la science politique, le séminaire « Genre et Classes Populaires » se propose, depuis 2011, d’étudier  les rapports sociaux de sexe/de genre à l’intérieur des classes populaires. Au plus près des pratiques et des discours des acteur-e-s, il s’agit de saisir la complexité des inégalités sociales mais aussi des identités, des appropriations – individuelles et collectives – des normes sociales et de leur éventuel dépassement. Les autres catégories de la différence (race, classe d’âge, sexualité…) sont prises en compte dans ces équations toujours multiples.

Pour observer les formes prises par ces intersections, le séminaire appréhende les rapports sociaux dans des espaces délimités, in situ donc. Chaque séance est organisée autour d’un lieu précis : la rue, la maison, l’usine… Il s’agit aussi d’une réflexion méthodologique insistant sur la nécessité de travailler à partir d’archives ou d’observations des pratiques et de situer les discours des acteurs. Les catégories, toujours pensées dans des configurations socialement et historiquement construites, deviennent moins les outils que les objets de l’analyse. Après une première année majoritairement consacrée à l’espace parisien, le séminaire cherche cette année à explorer des territoires extra-urbains et/ou extra-nationaux, pour mettre nos premiers acquis à l’épreuve de la comparaison.

Les  séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

 

PROGRAMME (PDF)

 

Jeudi 17 octobre : Séance introductive (17-19h)

Marianne Blidon (Maîtresse de conférences en sociologie, démographie, IDUP, Paris I) : « Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) ».

 

Jeudi 28 novembre : Le camp de concentration (17-19h)

Elissa Mailänder (Associate Professor au Centre d’Histoire de Sciences Po, Paris) : « Les femmes allemandes au service de la guerre: dynamiques sociales, relations de genre et racismes et violences (1939-1945) ».

 

Jeudi 19 décembre : Les lieux du travail informel : domicile et salon de manucure (17-19h)

Yahan Chuang (Doctorante en sociologie au GEMASS, ATER à Paris IV Sorbonne) : « “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? ».

 

Vendredi 24 janvier : L’usine (14-16h)

Mirta Lobato (Professeure et chercheuse à l’Université de Buenos Aires) : « A l’intérieur et à l’extérieur du lieu: les espaces de travail et la construction des identités dans une communauté ouvrière. Berisso dans la première moitié du XXe siècle ». (Dentro y fuera de lugar: los espacios laborales y la construcción de identidades en una comunidad obrera. Berisso en la primera mitad del siglo XX).

 

Jeudi 20 février. La rue (1) (17-19h)

Valentin Chémery (Doctorant en histoire, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris I) : « Rapports sociaux et rapports de genre en Algérie coloniale au prisme du regard policier (XIXe siècle) ».

 

Jeudi 3 avril. La rue (2) (17-20h)

Ophélie Rillon (Doctorante en histoire contemporaine, Centre d’études des mondes africains, Paris I) : « Quand les femmes du Parti jouent les “gros bras” : militantisme et violences de rue au tournant de l’indépendance (Mali 1960) ».

Et

Lucile Ruault (Doctorante en science politique, Centre d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales, Lille II) : « Le procès dans la rue : occupation festive de l’espace public en soutien aux avorteuses du MLAC d’Aix-en-Provence (1976-77) ».

 

Jeudi 15 mai. La maison (17-19h)

Romain Huret (Maître de conférences en histoire contemporaine, Lyon II) : « Un homme dans la maison? Discriminations sociales et genrées aux Etats-Unis: le cas de la loi “man in the house” pour les femmes célibataires ».

 

Jeudi 12 juin. L’espace rural (17-20h)

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon) : « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Et

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) : « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

 

 

CONF Gayatri C. Spivak « Get a grip on gender ? » 10 juillet

 

Le 10 juillet 2013 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (75002), CONFERENCE ouverte à toutes et tous de Gayatri Chakravorty Spivak intitulée GET A GRIP ON GENDER ? / SAISIR LE GENRE ?

Elle est l’auteur de « Can the Subaltern Speak? » ou « Les subalternes peuvent-illes parler? », texte fondateur des post-colonial studies.

Conférence organisée dans le cadre de l’Ecole d’été Genre Condorcet, sur le thème « Le genre : engagement et réflexivité ».

L’affiche avec les infos à télécharger ICI.

Séance la rue / Rachel Fuchs en podcast

La dernière séance de cette année de séminaire Genre et Classes Populaires in situ est à écouter en podcast dans la rubrique « Archives 2012/2013 », c’est à dire ICI.

Nous avons reçu Rachel Fuchs pour une intervention intitulée: « Les faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels » ou « Est-il possible pour une historienne qui s’était spécialisée dans l’histoire de la longue durée d’être heureuse avec micro-histoire ? »

Prochaine séance du séminaire – la RUE – Rachel Fuchs

Prochaine (et dernière) séance du séminaire : LA RUE 

Elle aura lieu le vendredi 14 juin de 16h à 18h en compagnie de Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University, avec une intervention intitulée :

« Les faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels »

ou

« Est-il possible pour une historienne qui s’était spécialisée dans l’histoire de la longue durée d’être heureuse avec micro-histoire ? »

Comment est-ce qu’une historienne sociale de la longue durée écrit la micro-histoire? Cette communication explore quelques questions soulevées en écrivant l’histoire par une histoire particulière des archives judiciaires. Celle-ci est de la Cour d’Assises. Cette communication commence par une brève discussion sur la valeur des archives judiciaires, et focalise rapidement sur le dramatis personae d’une affaire judiciaire d’avortement qui est jugé pendant décembre 1873. Cette procédure n’était pas une cause célèbre avec une large couverture médiatique, mais un procès qui concerne les gens ordinaires qui ont les vies difficiles. Ensuite, cette communication pose plusieurs questions méthodologiques. Elle cherche des contextes historiques pour cet aperçu sur un aspect de la vie intime des femmes. Je conclus que, avec les contextes historiques pertinents, une micro-histoire comme celle-ci est capable d’humaniser l’histoire sociale. Aussi, elle nous aide à comprendre comment la vie personnelle et spécifique était profondément touchée par les aspects politiques, économiques, sociaux et culturels de la société.

Toujours à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage)