Tous les articles par Anaïs Albert

Séminaire 14 janvier : La routine des aliénés (17h-20h)

Le jeudi 14 janvier, la troisième séance du séminaire “Genre et classes populaires” sur la notion de “routine-s” portera sur les asiles. Nous aurons le plaisir de recevoir deux historiens qui travaillent sur des espaces de traitement de la maladie mentale  :
Anatole Le Bras (historien, CHSP, Sciences Po Paris) : « Perturbation de la routine et internement. Entrée et sortie des internés à l’asile d’aliénés de Quimper. 1850-1900 »
et
Paul Marquis (historien, CHSP, Sciences Po Paris): « Fumer au quotidien, norme ou déviance? Sur les pratiques tabagiques à l’hôpital psychiatrique de BlidaJoinville
(1933-1963)

 

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 20h, car nous avons deux intervenants. L’entrée des bâtiments est libre,  en disant que vous venez assister au séminaire Genre et Classes Populaires.

Séminaire : 26 novembre, le collectif Rosa Bonheur pour une enquête sur les pratiques quotidiennes en quartiers populaires

Le jeudi 26 novembre, la deuxième séance du séminaire « Genre et classes populaires » sur la notion de « routine-s » portera sur le quartier. Nous aurons le plaisir de recevoir le collectif Rosa Bonheur (CLERSE, Lille): « Le travail de subsistance, un travail routinier? Enquête sur les pratiques quotidiennes en quartiers populaires »
Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 18h à 20h. L’entrée des bâtiments est libre, cependant au vu des événements de la semaine dernière il peut être préférable de se munir d’un imprimé du programme du séminaire Genre et Classes Populaires pour justifier de votre venue en Sorbonne et de se munir d’une pièce d’identité.

Première séance du séminaire 2015/2016 : 1er octobre, le quotidien de l’allaitement

Le séminaire Genre et Classes Populaires reprend en cette rentrée, avec une première séance consacrée à la thématique de l’allaitement. Nous avons le plaisir d’accueillir Caroline Chautems, anthropologue à l’Université de Lausanne pour une communication intitulée :  « Du “rythme du bébé” au rythme des tétées : en quête d’une “routine” d’allaitement »

Le séminaire aura lieu le jeudi 1er octobre de 17h à 19h. Attention, de manière exceptionnelle, la première séance aura lieu dans la salle de l’IHMC, à l’Ens, 45 rue d’Ulm.

Pour retrouver le programme détaillé du séminaire pour l’année 2015/2016, consulter la page dédiée de notre blog .

 

En ligne : conférence de Joan W. Scott, « comment je suis devenue une historienne féministe »

La conférence donnée par Joan Scott le 30 mars 2015 à l’IEC est désormais à écouter en ligne dans une version filmée. L’historienne revient sur son parcours de recherche et explique comment elle est devenue féministe dans le sillage du mouvement des femmes américain. Sans être à l’avant-garde de ce mouvement, elle l’a observé depuis ses marges mais il a profondément nourri sa pensée. Parmi bien d’autres moments passionnants, notons cette remarque lucide et combative sur laquelle Joan Scott termine son propos :

« Ce sont des questions [celle du genre et du féminisme] qui inciteront je l’espère de nouvelles générations de chercheuses et de chercheurs à continuer de passer les idées dominantes au crible de la critique et à énergiquement essayer de préserver les espaces où ce travail peut continuer de se faire. Ce n’est pas une tâche facile quand on voit à quelles restructurations néolibérales nos universités et nos sociétés sont soumises avec des enjeux considérables. Mais l’ampleur du défi doit nous rappeler non seulement le courage qu’ont montré celles qui nous ont précédées mais aussi le plaisir immense que donne le fait de livrer bataille »

Conférence de Joan Scott en ligne sur le site de l’IEC

Profitons de ce post, pour signaler que l’IEC filme l’ensemble de ses conférences depuis plusieurs années, un fonds très riche qui permet d’écouter de grands noms de la recherche sur le genre revenir sur leur parcours. Ces vidéos sont disponibles ici.

 

Dernier numéro de Vingtième Siècle : « Femmes, genres et communismes »

Le dernier numéro de Vingtième siècle. Revue d’histoire est consacré au croisement du genre et de la classe, ainsi qu’à l’analyse des rapports entre communisme et féminisme. L’introduction souligne en effet que « les partis communistes ont constitué pour les femmes une voie d’accès au champ politique, à une époque où elles étaient encore privées de droits civiques. Ils ont compté dans leurs rangs des dirigeantes, comme Clara Zetkin, Dolores Ibárruri et Jeannette Vermeersch. Pour ces dernières, l’engagement communiste a correspondu à une double émancipation, en termes de classe et en termes de genre, puisque la représentation politique restait réservée aux hommes ».

 

Voici la brève présentation du numéro, disponible sur Cairn :

Présentation

Le communisme a été tout à la fois une théorie, un programme politique et social, une pratique politique et un ordre social. Sous chacune de ces formes, il a impliqué des hommes aussi bien que des femmes. Mais si ces dernières ont toujours été identifiées comme un groupe particulier, il ne leur a guère été reconnu d’émancipation singulière. C’est sur les effets historiques de cette contradiction qu’entend revenir ce numéro, en tenant compte de la multiplicité du phénomène communiste à l’Est comme à l’Ouest. Quelle a été la place des femmes dans les partis, les syndicats et les autres organisations de masse ? Comment se sont-elles approprié les politiques émancipatrices étatiques qui leur ont notamment donné l’accès au travail salarié ? Y avait-il place dans le communisme pour une forme de féminisme ?

 

 

L’infa-ordinaire selon Georges Perec : un questionnement sur la routine

 

Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?

En 1973, dans un texte bref intitulé « Approches de quoi ? », Georges Perec pose la question de la matière du quotidien et de la manière de l’analyser. Son invitation à explorer l’infra-ordinaire rejoint et prolonge les questions que nous nous posons cette année dans le séminaire GCP, articulé autour de la notion « routine ».  Les réponses que donnent Georges Perec sont essentiellement littéraires, mais les questions posées nous permettent d’approfondir l’analyse socio-historique qui nous tient à coeur. Voici donc ce texte incisif.

Georges Perec, Approches de quoi ?, 1973

Ce qui nous parle, me semble-t-il, c’est toujours l’événement, l’insolite, l’extra-ordinaire : cinq colonnes à la une, grosses manchettes. Les trains ne se mettent à exister que lorsqu’ils déraillent, et plus il y a de voyageurs morts, plus les trains existent; les avions n’accèdent à l’existence que lorsqu’ils sont détournés; les voitures ont pour unique destin de percuter les platanes: cinquante-deux week-ends par an, cinquante-deux bilans: tant de morts et tant mieux pour l’information si les chiffres ne cessent d’augmenter ! Il faut qu’il y ait derrière l’événement un scandale, une fissure, un danger, comme si la vie ne devait se révéler qu’à travers le spectaculaire, comme si le parlant, le significatif était toujours anormal: cataclysmes naturels ou bouleversements historiques, conflits sociaux, scandales politiques…
Dans notre précipitation à mesurer l’historique, le significatif, le révélateur, ne laissons pas de côté l’essentiel: le véritablement intolérable, le vraiment inadmissible: le scandale, ce n’est pas le grisou, c’est le travail dans les mines. Les  » malaises sociaux  » ne sont pas  » préoccupants  » en période de grève, ils sont intolérables vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois cent soixante-cinq jours par an.

[…]
Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?
Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?
Comment parler de ces  » choses communes « , comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes.
Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie: celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique.
Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine. […]
Ce qu’il s’agit d’interroger, c’est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons des escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?
Décrivez votre rue. Décrivez-en une autre. Comparez.
Faites l’inventaire de vos poches, de votre sac. Interrogez-vous sur la provenance, l’usage et le devenir de chacun des objets que vous en retirez.
Questionnez vos petites cuillers.
Qu’y a-t-il sous votre papier peint ?
Combien de gestes faut-il pour composer un numéro de téléphone ? Pourquoi ?
Pourquoi ne trouve-t-on pas de cigarettes dans les épiceries ? Pourquoi pas ?

Il m’importe peu que ces questions soient, ici, fragmentaires, à peine indicatives d’une méthode, tout au plus d’un projet. Il m’importe beaucoup qu’elles semblent triviales et futiles : c’est précisément ce qui les rend tout aussi, sinon plus, essentielles que tant d’autres au travers desquelles nous avons vainement tenté de capter notre vérité.

Texte reproduit dans Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989, p. 9-13.

Séminaire : 5 février, 3ème journée d’étude du cycle « Femmes et habitat : une question de genre ? » (INED)

L’INED organise pendant l’année 2014-2015 un cycle de journée d’étude sur le thème « Femmes et habitat : une question de genre ? ». Jeudi 5 février  aura lieu la troisième journée intitulée : « dispositifs résidentiels et socialisation genrée aux différents âges de la vie ». Les communications seront discutées par Muriel Darmon, sociologue dont le dernier livre s’attache à analyser le rapport au temps.

Voir ici le programme détaillé de cette journée d’étude.

Et voici l’argumentaire de ce cycle de recherche, organisé par Anne Lambert, Pascale Dietrich-Ragon et Catherine Bonvalet et qui croise par bien des aspects les thèmes auxquels s’intéresse le séminaire Genre et classes populaires.

« Quarante ans après les premières études féministes qui ont contribué à « politiser » l’intime (Delphy, 1975), le rôle du logement dans la production des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes n’est, aujourd’hui, plus questionné. D’un côté, avec l’institutionnalisation des recherches sur le genre, les sociologues, démographes et politistes sortent de l’espace domestique et de l’intimité des couples pour majoritairement saisir les rapports de pouvoir dans les écoles, les entreprises, les partis politiques, la sphère publique (Clair, 2012 ; Béréni et al., 2012). De l’autre côté, les sociologues de l’urbain tiennent peu compte du genre dans l’analyse de la production de l’espace résidentiel et de ses usages, qu’ils s’inscrivent dans la tradition de l’Ecole de Chicago, privilégiant l’analyse des processus migratoires et des rapports sociaux de race, ou dans le courant de la sociologie urbaine marxiste qui s’est développée en France dans les années 1970, faisant des rapports de production et de l’appartenance de classe la principale grille de lecture (Park et Burgess, 1925 ; Grafmeyer et Joseph, 1984 ; Amiot, 1986 ; Topalov, 1987, 2013).

La fécondité des travaux contemporains qui interrogent le rôle de l’espace résidentiel dans la production des identités sexuées des groupes minorisés, gays et lesbiens notamment, invite, par la perspective nouvelle qu’ils proposent, à revisiter plus largement les dimensions spatiales du genre (Courduries, 2008 ; Giraud, 2010 ; Alessandrin et Raibaud, 2013 ; Tissot, 2013).

L’objectif de ces journées d’études est, ainsi, d’analyser la manière dont le logement contribue à la (re)production des identités sexuées et à la recomposition des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes, à l’aune des transformations qui affectent la société française contemporaine : progression des divorces et des familles recomposées, reconnaissance juridique des unions de même sexe, mais aussi crise du logement dans les grandes agglomérations, montée des inégalités socio-économiques dans la sphère du travail et de l’emploi. Considérant le logement dans ses différentes dimensions – matérielles, symboliques, économiques -, ces journées doivent permettre de dresser un état des lieux des travaux empiriques et théoriques qui articulent logement et rapports de genre, pour éclairer les formes de recomposition des inégalités entre les femmes et les hommes et proposer de nouvelles perspectives de recherche. »

 

 

 

Après les attentats

http://img.clubic.com/07844089-photo-je-suis-charlie.jpg

Face au massacre perpétré au siège de Charlie Hebdo, le bureau de l’AHCESR (Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche) a adopté la motion suivante, que le groupe Genre et Classes Populaires approuve entièrement.

« La liberté d’expression constitue le coeur de la démocratie. Tous ceux qui, par la répression étatique ou par la violence des armes, s’efforcent de la tuer portent un même nom : fascistes. En assassinant Charlie Hebdo, les auteurs du massacre du 7 janvier 2015 s’inscrivent dans la longue généalogie des anti-Lumières. Activant les bûchers, fusillant la pensée libre, remplissant les bagnes, ils ont en commun, qu’ils soient laïcs ou religieux, de vouloir imposer un totalitarisme idéologique. Nous, historiens contemporanéistes, rappelons ici le droit inaliénable de chacun à la liberté d’expression. Et nous appelons nos collègues à se joindre aux manifestations organisées le dimanche 11 janvier 2015 à travers toute la France ».

Il y a d’abord le temps de la stupeur et l’émotion collective, celui que nous vivons actuellement et qui aura comme point d’orgue la manifestation de dimanche. Viendra ensuite, nous l’espérons, celui de la réflexion collective pour faire place à une pensée complexe, nuancée mais ferme, qui ne cède pas aux amalgames et réinscrit cet atroce événement dans le temps long et dans l’espace social. Nous espérons que les universitaires, les chercheurs et les enseignants sauront faire entendre leur voix, et nous essaierons, modestement, d’en assumer notre part.

Groupe Genre et Classes Populaires

 

La Fabrique de l’histoire consacre sa semaine aux ouvriers et aux ouvrières

La Fabrique de l’histoire, émission quotidienne dédiée à l’histoire sur France Culture, consacre quatre émissions aux ouvriers et aux ouvrières !

Les historiens Maurizio Gribaudi et Clarisse Lauras étaient les invités de la première. Un documentaire radiophonique sur la grève des « filles de Chaligny », ouvrières tricoteuses en Meurthe-et-Moselle, constitue la deuxième émission.

Bonne écoute.

Publication : revisiter « l’échange économico-sexuel », concept essentiel de Paola Tabet

Un ouvrage collectif, dirigé par Christophe Broqua et Catherine Deschamps et intitulé L’échange économico-sexuel, remet en lumière l’originalité et la pertinence des analyses de l’anthropologue féministe, Paola Tabet qui contesta dès les années 1980 la distinction convenue entre sexualité « ordinaire » et sexualité « commerciale ». Comme l’éditeur l’écrit dans sa présentation : « le regard de chercheurs de terrain montre combien sont ténues les frontières qui séparent intérêts et sentiments, contraintes et plaisirs, égalité et domination. En définitive, les transactions sexuelles apparaissent conditionnées par des rapports de pouvoir où interviennent en particulier la classe sociale, la « race », l’âge ou l’orientation sexuelle. »
Table des matières :
Christophe BROQUA et Catherine DESCHAMPS
Transactions sexuelles et imbrication des rapports de pouvoir
Paola TABET
Échange économico-sexuel et continuum
Pascale ABSI
La valeur de l’argent dans les maisons closes de Bolivie
Julie CASTRO
L’épaisseur des transactions. Regard croisé sur la sexualité prémaritale et la « prostitution » au Mali
Thomas FOUQUET
La clandestinité comme stratégie. Sur la « sexualité transactionnelle » à Dakar
Françoise GRANGE OMOKARO
Monétarisation de la sexualité et des sentiments en Afrique
Gianfranco REBUCINI
Économie des plaisirs et des échanges « sexuels » entre hommes au Maroc
Corinne CAUVIN VERNER
Tomber amoureuse d’un homme bleu. Du coup de foudre en situation touristique au Sahara
Christine SALOMON
Intimités mondialisées entre « vieilles Blanches » et « jeunes Black ». Rêve, argent, sexe et sentiments (France, Sénégal)
Mélanie GOURARIER
Quand les hommes veulent être le prix de l’échange (France)
Philippe COMBESSIE
Femmes seules en milieu « libertin » (France, Allemagne, Belgique, Espagne)
Fatiha MAJDOUBI
Miss Visa. Transactions et noces de papiers pour hommes forcés
Gwenola RICORDEAU
La globalisation du marché matrimonial vue des Philippines
Sébastien ROUX
Les larmes de Fon. Sexe, tourisme et affects en Thaïlande
Rose-Marie LAGRAVE
Postface

Programme du séminaire 2014/2015 sur le thème « Routine-s »

Séminaire « Genre et classes populaires »
Année 2014 / 2015
« Routine-s »
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, le séminaire « Genre et Classes Populaires » se propose d’étudier les rapports sociaux de sexe/de genre à l’intérieur des classes populaires. Après deux années consacrées à la question des lieux, le séminaire s’approprie cette année la notion de « routine-s » pour continuer à saisir le monde social « par en bas » au plus près des pratiques et des discours des acteur-e-s.
La routine renvoie à la répétition d’actions ordinaires au quotidien, à des habitudes ancrées dans les corps et les esprits des individus. L’histoire se désintéresse souvent de cette temporalité mineure en faveur de l’évènement, de l’exceptionnel, reproduisant alors la vision négative de la routine comme monotonie, « train-train » quotidien, voire ennui. La sociologie est plus attentive aux dimensions ordinaires, elle qui cherche les régularités du monde social. Elle fait pourtant peu souvent l’effort de retracer précisément les activités qui appuient quotidiennement les tendances générales observées au niveau d’un groupe social. La routine renvoie à des actions invisibles car banales et attendues. Cette temporalité est plutôt celle du féminin que du masculin ; le temps du travail domestique en étant l’exemple le plus flagrant. Toutes les activités peuvent néanmoins être envisagées dans leur dimension routinière et quotidienne et ainsi montrer sur quel ensemble d’actions quotidiennes leur perpétuation repose.
En étudiant le quotidien et l’ordinaire des activités sociales les plus diverses (les tâches ménagères, le sport de haut niveau, la prostitution, les concierges, etc.), le séminaire cherchera ainsi à retrouver un sens plus positif de la notion de routine : celle de savoir-faire intériorisé, parfois jusqu’à l’automatisme, acquis par la pratique et par l’expérience. La notion renvoie alors aux apprentissages souvent invisibles, aux processus d’incorporation du social, non pas seulement comme norme mais aussi comme compétence, comme savoir-agir et savoir-être, et donc aussi comme possibilité d’action. N’est-ce pas précisément dans le quotidien que se cachent les marges de manœuvre et les petits détournements des normes sociales que le séminaire cherche à identifier depuis plusieurs années ? Et, de l’autre côté, comment est-ce que ces petits détournements ouvrent à la routine, force d’inertie, une possibilité d’évolution ? A la manière de Judith Butler, nous pouvons penser les routines comme des performances qui confirment les identités par la réitération routinière, mais offrent aussi un espace d’agency.
Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.
Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.
Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.
PROGRAMME
Jeudi 20 novembre : Les soldats (17h-19h)
Mathieu Marly (historien, Institut de recherches historiques du Septentrion, Université Lille 3/CNRS)
« “À vos balais !” Les soldats face aux tâches ménagères. Genre, classe, discipline et culture matérielle dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »
Jeudi 22 janvier : Les prostituées (17h-19h) (ANNULÉ)
Catherine Négroni (sociologue, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, Université Lille 1/CNRS)
« Vivre au quotidien le travail prostitutionnel : parcours de prostituées, transsexuelles, migrantes »
Jeudi 12 février : Les sportifs (17h-20h)
Manuel Schotté (sociologue, Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, Université Lille 2/CNRS)
« La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité »
et
Nicolas Damont (sociologue, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, EHESS/CNRS)
« D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs »
Jeudi 26 mars : Les Miss (17h-19h)
Camille Couvry (sociologue, Dynamiques sociales et Langagières, Université de Rouen)
« L’expérience des élections de Miss et l’apprentissage de techniques du corps : acquisition durable de pratiques considérées comme “féminines” par les participantes ? »
Jeudi 2 avril : Les sites de rencontre en ligne (17h-19h)
Marie Bergström (sociologue, Observatoire sociologique du changement, Sciences Po / Université d’Oxford, Nuffield College)
« Les codes sociaux et sexués de la séduction. L’exemple des sites de rencontres en ligne »
Jeudi 28 mai : Les concierges (17h-20h)
Anaïs Albert (historienne, Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et Nimisha Barton (historienne, Princeton University)
« La routine comme métier : les concierges parisiens et la gestion du quotidien des classes populaires, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres »
Jeudi 11 juin 2015 : Les personnes âgées (17h-19h)
Valentine Trépied (sociologue, Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS/CNRS)
« Routines et dépendance, l’étiquetage des personnes âgées en EHPAD »
Jeudi 25 juin : Les religieuses (17h-20h)
Anne Jusseaume (historienne, Centre d’Histoire de Sciences Po)
« Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle »
et
 Nicole Pellegrin (historienne, Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1)
« Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus »

Blois 2014 : une question d’éthique

 

Les rendez-vous de l’histoire qui ont eu lieu à Blois le week-end dernier ont été le théâtre d’un vif débat entre historiens à propos de l’invitation, pour inaugurer cette manifestation, de  Marcel Gauchet.

Cette controverse a donné lieu à la publication d’une pétition signée par 229 historiens (dont quatre des organisatrices de ce blog), à un débat organisé dans le off des rendez-vous de l’histoire, ainsi qu’à de nombreux papiers d’analyse. Signalons deux contributions très éclairantes pour comprendre les enjeux de cette « affaire » Gauchet :

– celle de Ludivine Bantigny qui propose une analyse rigoureuse des textes de Marcel Gauchet, ainsi qu’une généalogie critique de sa pensée

– et celle de Guillaume Mazeau qui retrace l’histoire de ce débat, ces différentes phases et les acteurs en jeu.

Et parce qu’aucun débat ne peut avoir lieu sans laisser la parole à toutes les parties, il est possible de regarder ici l’entretien vidéo de Marcel Gauchet où il répond à ses détracteurs.

Si nous nous faisons ici l’écho de ce débat, c’est au moins pour deux raisons. D’une part, les thèses développées par Marcel Gauchet, notamment sur la famille ou sur l’immigration, touchent à des thèmes – le genre et les classes populaires – qui concernent ce carnet au premier chef. D’autre part, il nous semble que l’histoire, et les sciences sociales en général, ne peuvent que gagner à exercer leur fonction critique et que, comme l’écrit Guillaume Mazeau, « le pouls d’une démocratie se mesure aussi à la possibilité de la confrontation à être reconnue comme un mode possible du débat public et de la construction du savoir et non sans cesse assimilée à une « rébellion » de papier ».

 

 

Prochaine séance du séminaire le 12 juin autour de « l’espace rural » avec Nicolas Renahy et Vincent Robert

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes Populaire, nous avons le plaisir de recevoir Nicolas Renahy et Vincent Robert, qui viendront tous les deux nous parler, avec des angles d’approche très différents de l’espace rural.

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) nous propose une communication intitulée « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon)  intervient sur le thème « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Nous nous interrogerons avec eux sur les spécificités de l’espace rural dans la production d’identités de genre et de classe, du XIXe siècle au très contemporain.

Attention : cette séance étant double, elle dure trois heures (de 17h à 20h). Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Quelques pistes bibliographiques pour préparer la séance :

Publications de Nicolas Renahy:

– Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 [2005].
– Nicolas Renahy et Frédéric Rasera, « Virilités : au-delà du populaire »,  Travail, genre et sociétés, n° 29, 2013, p. 169-173.
La communication de Nicolas Renahy sera issue plus particulièrement d’un travail de coopération avec Sébastien Mary, un des « gars du coin » avec qui il a réalisé son enquête :
– Voir : Nicolas Renahy et Sébastien Mary, « “La soif du travail ?” Alcool, salariat & masculinité dans le bâtiment : le témoignage d’un adepte du “black” », Agone, n° 51 : campagnes populaires, campagnes bourgeoises, 2013, p. 86-100.- Et sur la démarche d’enquête de coopération entre sociologues et enquêtés, voir aussi : Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue. Marseille, Agone, 2011.

Sur la sorcellerie

Pour présentation de l’historiographie de départ, il y a un excellent texte de Philippe Boutruy dans l’Histoire de la France religieuse (t. III, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine), « La mutation des croyances », p. 440 -474 de l’édition de poche.

–Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard, 1977, 330 p. sur la sorcellerie dans le Bocage des années 1970

–Carmelo Lisón Tolosana, Sorcellerie, structure sociale et symbolisme en Galice, Paris, PUF, 1994, 350 p. Un anthropologue espagnol remarquable, travaillant sur la Galice des années 70-80.

–Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe– XVIIIe siècle), Paris, Gallimard Julliard, 1979, 240 p.
–André Julliard. « Le malheur des sorts. Sorcellerie d’aujourd’hui en France ». In Robert Muchembled, (dir.) Magie et sorcellerie en Europe du Moyen-Age jusqu’à nos jours, Paris, A. Colin, 1994, 335 p. p. 267-320.

 

 

 

Prochaine séance du séminaire le 3 avril : « la rue » avec Ophélie Rillon et Lucile Ruault

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes populaires nous avons le plaisir d’accueillir  Ophélie Rillon (Docteure en histoire contemporaine, Paris I, son séminaire à l’EHESS: Dynamiques de genre en Afrique ) : « Quand les femmes du Parti jouent les “gros bras” : militantisme et violences de rue au tournant de l’indépendance (Mali 1960) » et Lucile Ruault (Doctorante en science politique, Lille II, son groupe de travail « Genre, normes procréatives et périnatalité« ) : « Le procès dans la rue : occupation festive de l’espace public en soutien aux avorteuses du MLAC d’Aix-en-Provence (1976-77) ». Entre histoire et sciences politiques, une séance sur le monde contemporain où les femmes occupent la rue !

 La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 3 avril de 17h à 20h (nouvelle heure, n’oubliez pas). C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Parution : Sirma Bilge, repolitiser l’intersectionnalité

Dans un article récent intitulé « Intersectionality Undone; Saving Intersectionality from Feminist Intersectionality Studies », Sirma Bilge, professeure de sociologie à l’université de Montréal se livre à une critique profonde et argumentée de la dépolitisation du concept d’intersectionnalité dans son utilisation universitaire et particulièrement dans le champs des études féministes. Elle commence par rappeler les origines de ce concept en insistant sur le fait que pour Kimberlé Krenshaw, l’intersectionnalité est profondément ancrée dans l’action et dans l’expérience de la domination, plus que dans l’abstraction théorique. Elle pointe ensuite la centralité de la question raciale dans cette notion. Sirma Bilge détaille ensuite les deux voies de la dépolitisation actuelle : d’une part, sa redéfinition dans une perspective néo-libérale comme une simple variante de la diversité, d’autre part le « blanchissement » de la notion (« the whitening of intersectionnality »). Cette seconde critique vise particulièrement les féministes européennes et leur tendance à expulser la race des débats autour de l’intersectionnalité que ce soit en inventant de nouvelles généalogies qui oblitèrent le rôle des féministes noires, ou en appelant à une plus grande théorisation ce qui relègue les individu-e-s subissant la domination et la décrivant au rôle d’exemples. Un passage au crible de cette notion et de ses dérives virulent et à coup sûr salutaire pour que l’intersectionnalité garde son potentiel critique et ne devienne pas un outil commode aux mains des dominant-e-s.

Résumé

This article identifies a set of power relations within contemporary feminist academic debates on intersectionality that work to “depoliticizing intersectionality,” neutralizing the critical potential of intersectionality for social justice-oriented change. At a time when intersectionality has received unprecedented international acclaim within feminist academic circles, a specifically disciplinary academic feminism in tune with the neoliberal knowledge economy engages in argumentative practices that reframe and undermine it. This article analyzes several specific trends in debate that neutralize the political potential of intersectionality, such as confining intersectionality to an academic exercise of metatheoretical contemplation, as well as “whitening intersectionality” through claims that intersectionality is “the brainchild of feminism ” and requires a reformulated “broader genealogy of intersectionality .”