Appel de Communications, Berkshire Conference on Women’s History: Histories on the Edge/Histoires sur la brèche

 APPEL A COMMUNICATIONS

«Berkshire Conference on Women’s History»
Histories on the Edge/Histoires sur la brèche

Toronto: du 22 au 25 mai 2014  

Envoi des propositions: avant le 15 janvier 2013

http://berksconference.org/meetings/reminder-and-submission-site-for-2014-big-berks-is-up-and-running/

Cliquez ici pour accéder au Site des soumissions!

La description du site:

La seizième «Berkshire Conference on Women’s History» se tiendra à Toronto du 22 au 25 mai 2014. L’Université de Toronto accueillera la première «Big Berks» canadienne en collaboration avec des unités et universités co-marraines de Toronto et de l’ensemble du Canada.

Notre thème principal, Histories on the Edge/Histoires sur la brèche, illustre l’internationalisation croissante de la «Berkshire Conference». Il reconnaît également la précarité d’un monde où des millions de personnes marginalisées exigent des changements et où des intellectuelles et des intellectuels innovateurs créent des brèches et tissent des liens à l’intérieur comme à l’extérieur du monde universitaire. Le congrès organisé au Canada entend susciter un engagement afin de multiplier les brèches conceptuelles, en affinant, décentrant et décolonisant les histoires. Les brèches ont un caractère spatial – frontières impénétrables, enveloppes étouffantes ou protectrices, et points d’entrée fluides. Elles ont aussi une dimension temporelle, évoquant également la créativité et l’avant-garde. Ce concept suggère en outre un enchevêtrement de confrontations brutales, de conflits déchirants mais aussi d’échanges intimes. Il évoque les espaces alternatifs que se sont construits les personnes et populations «marginalisées» ainsi que les efforts déployés pour créer un espace commun où bâtir des histoires à caractère oppositionnel.

État-nation façonné par des récits historiques impérialistes et sa propre dynamique colonialiste, le Canada est lui-même en marge d’un empire américain très puissant, bien que peut-être en déclin. Comme d’autres sociétés investies par les Blancs, c’est un État colonial fondé sur la dépossession de Premières nations, sur une citoyenneté blanche aux marges policées et sur l’imposition de modèles patriarcaux d’assimilation. Son histoire s’est néanmoins déployée de façon très diverse selon le temps et l’espace et en suscitant une myriade de résistances. Vécue sur les marges de trois empires, la trajectoire historique du Canada comprend une première colonisation française, toujours vivante dans la présence francophone au pays, puis celle des Britanniques. Les signes distinctifs du pays comprennent aujourd’hui un système de santé public, le droit au mariage entre personnes de même sexe et un multiculturalisme officiel, même si contesté. La ville de Toronto, située en territoire Anishinabe, est un lieu créatif, cosmopolite et un foyer de contestation, qui est à la fois un «chez-soi» et un «ailleurs» pour bon nombre de ses résidentes et résidents. Quel meilleur endroit où examiner marges et brèches comme porteuses d’espoir, d’enthousiasme et de possibles, mais également de danger, de déplacement, de lutte et d’exil?

 Comme elles sont souvent les moteurs de changements, aussi lents, douloureux ou partiels soient-ils, nous sommes à l’affût d’histoires vécues «sur la brèche» partout et de toutes les époques. Nous voulons particulièrement faire place aux histoires des Caraïbes et de l’Amérique latine, de l’Asie et du Pacifique, de l’Afrique et du Moyen-Orient, ainsi qu’aux cultures indigènes, francophones et à celles des diasporas du monde entier. Nous faisons appel aux présentations qui font place à des corps et à des objets qui font brèche d’une manière ou d’une autre. Notre thème invite également les travaux qui soumettent à l’épreuve du queer les binarités de genre et de sexe. Comment historiciser l’émergence, les traces ou la persistance de constructions sociales de genre comme le «masculin» et le «féminin», ainsi que la performativité du genre, les pratiques sexuelles et les identifications sociales qui contestent les modes binaires du genre et de la sexualité?

Notre thème incite à la réflexion critique sur les nombreux modes d’opération du genre. Celui-ci présente son lot de brèches irrégulières: là où les sphères privées et publiques, et les masculinités et féminités, ont été définies et redéfinies; là où la classe, le genre, la race, l’ethnicité, la nation, la parenté, la sexualité et les in/capacités ont interagi. Le genre comme concept sera donc lui aussi sur la brèche: il faut le débattre et le passer au crible pour en exposer les usages, les contradictions, les atouts et les limites.

Ce thème central de la brèche tient compte de la théorie et de la praxis féministes qui favorisent des questionnements constants. Nous sommes en quête de travaux sur les formes du féminisme occidental et des féminismes non occidentaux et invitons à l’étude des féminismes dans le contexte sans cesse mouvant des rapports de pouvoir et des alignements internationaux. Le congrès interroge la possibilité d’une revitalisation de l’esprit critique du féminisme dominant. Devrions-nous, comme universitaires et quelle que soit notre position, chercher à ébranler le centre au profit de la marge? Affûter nos critiques d’un monde qui, aujourd’hui comme si souvent dans le passé, semble être au bord du gouffre?

Nous encourageons la mise sur pied de panels thématiques comparatifs ou transnationaux, même dans le cas de sous-thèmes plus régionaux. Un appel tout particulier est lancé aux chercheures et chercheurs dont les analyses traversent les siècles, les cultures, les lieux et les générations.

Les propositions seront approuvées par des sous-comités transnationaux de spécialistes de champs thématiques particuliers. Chaque proposition doit être rattachée à UN des sous-thèmes et être soumise par voie électronique. En rédigeant votre proposition à l’intention d’un des sous-comités, vous n’avez PAS à aborder chaque élément du thème en question. Veuillez aussi indiquer un deuxième choix de sous-thème, mais n’adressez pas votre proposition à plus d’un sous-comité

La préférence sera accordée aux discussions de tout sujet dépassant les frontières nationales, y compris pour les sous-thèmes régionaux, avec une considération spéciale pour les périodes pré-modernes (histoire ancienne, médiévale et Temps Modernes). Cependant, les articles individuels et les propositions consacrées à un seul pays ou à une seule région auront aussi droit à une entière considération. À titre de forum voué à encourager des recherches innovatrices et transdisciplinaires et des échanges transnationaux, nous faisons appel aux propositions d’étudiantes et d’étudiants diplômés, de spécialistes d’envergure internationale et autonomes, de cinéastes, de pédagogues, de conservatrices et de conservateurs, d’artistes, d’activistes, et nous voulons accueillir une riche gamme de perspectives.

 La personne qui soumet un article ou organise un panel, une table ronde ou un atelier est celle responsable de soumettre l’ensemble des éléments de cette proposition.

Types de séances (pour soumettre une proposition, vous vous identifierez comme « Auteur‑e » sur le site des soumissions)

 Articles individuels: Le fichier soumis doit inclure votre nom, le titre de l’article et un résumé d’au plus 250 mots. Veuillez soumettre également un bref c.v. (une demi-page).

Panels: Trois présentations d’articles (de 20 minutes chacune, ainsi que les noms d’un-e président-e et d’une commentatrice ou commentateur distinct. (Nous étudierons également les propositions de 2 ou 4 articles.) Le fichier soumis doit inclure le nom de l’auteur-e, le titre et un résumé de 250 mots pour chaque article, ainsi qu’un titre pour le panel, son résumé en 500 mots et le nom de l’organisatrice ou organisateur. Veuillez également soumettre un bref c.v. (une demi-page) pour chaque participant-e.

Tables rondes: De quatre à six présentatrices ou présentateurs et un-e président-e qui peut aussi agir comme modératrice ou modérateur. L’objectif visé est un échange de type collégial au sein du groupe et avec l’auditoire. Le fichier soumis doit inclure le titre de la table ronde, le nom de l’organisateur ou organisatrice, un résumé de 500 mots et la liste des participant-es, accompagnée d’une brève description de leur contribution à l’échange. Veuillez soumettre un bref c.v. (une demi-page) pour chaque participant-e.

Ateliers: De six à neuf articles pré-diffusés, ainsi que les noms d’un-e président-e et d’un-e discutant-e distinct-e. (Nous considérerons jusqu’à 10 articles.) Les articles devront être déposés avant le 30 avril 2014 et seront pré-diffusés par affichage sur un site Web accessible à toutes les personnes inscrites à la conférence. Le fichier soumis doit inclure le titre, le nom de l’auteur-e et un résumé de 250 mots pour chaque article, ainsi qu’un titre pour l’atelier, le nom de l’organisatrice ou organisateur et un résumé de 500 mots. Veuillez soumettre un bref c.v. (une demi-page) pour chaque participant-e. L’auditoire et les participant-es se livreront à une conversation thématique.)

Adressez votre soumission à UN des sous-thèmes (appelés « Sections » sur le site des soumissions)

*Frontières, rencontres, régions frontalières, zones de conflit et mémoire

*Empires, pays et bien commun

*Droit, enchevêtrements familiaux, tribunaux, criminalité et prisons

*Corps, santé, technologies médicales et sciences

*Histoires indigènes et mondes indigènes

*Caraïbes, Amérique latine et mondes afro/francophones

*Asie, circuits transnationaux et diasporas mondiales

*Économies, environnements, travail et consommation

*Sexualités, genres/LGBTIQ2 et intimités

*Politiques, religions/croyances et féminismes

*Cultures visuelles, matérielles et médiatiques: imprimé, image, objet, son, performance

Cliquez ici pour accéder au Site des soumissions!

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn


A propos Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.