Lecture : “Corps et âme, carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur” de Loïc Wacquant

 

Cet ouvrage, en passe de devenir un classique, décrit l’immersion de l’auteur dans un club de boxe  de Woodlawn, quartier ghetto noir de Chicago, à la fin des années 1980. Publié il y a quelques années déjà, ce texte s’inscrit pleinement dans la thématique du carnet par son étude d’une population qui se situe à l’intersection des trois catégories de la différence : les boxeurs sont tous des hommes noirs des classes populaires américaines.

Corps et âme est tout d’abord un exemple très éclairant de la méthodologie de l’observation participante, qui devient ici de la participation observante, comme le dit l’auteur, puisqu’il s’est lui-même entraîné plusieurs fois par semaine avec les boys de Woodlawn, mettant en jeu et en péril son corps dans la salle d’entraînement (le gym) mais surtout sur le ring. Ces textes sont émaillés de notes annexes sur la réaction des enquêtés à l’observation, comme les nombreuses blagues sur le magnétophone ou sur son statut d’écrivain (ou plutôt d’écrivant) en attestent. Loïc Wacquant porte une attention extrême à l’espace, aux objets et à la description des interactions corporelles dans le gym, application revendiquée des théories du sociologue Erving Goffman.

Cette étude de Loïc Wacquant dénote également d’une attention fin aux catégories de sexe/classe/race, ainsi qu’à leur intersection. A propos de la race, le club dans lequel s’entraîne le sociologue est quasi-exclusivement noir, mais il note plus généralement que la boxe est un miroir de l’immigration en Amérique et que chaque nouvelle vague migratoire amène son lot de champions entre les cordes. Il explicite dès l’introduction sa place de boxeur blanc dans ce milieu très homogène et les conditions de possibilités de son intégration, qui finira par être telle que ses camarades le perçoivent comme l’un d’entre eux.

Les différenciations sociales sont évidemment également au coeur de la réflexion du disciple de Pierre Bourdieu qu’est Loïc Wacquant. Passant outre l’image de la boxe comme le sport du lumpenprolétariat, il démontre au contraire que les boxeurs qui font carrière appartiennent à la frange supérieure des classes populaires. Cela s’explique par la discipline, physique, mais aussi temporelle, qu’exige cette pratique : se lever tôt, soumettre son corps à des exercices physiques éprouvant et répétés dans une éternelle monotonie, surveiller son alimentation et ses sorties… Comme l’écrit Loïc Wacquant : “c’est par le biais des inclinaisons et des habitudes exigées par la pratique pugilistique que les jeunes issus des familles les plus démunies se trouvent éliminés : devenir boxeur exige de fait une régularité de vie, un sens de la discipline, un ascétisme physique et mental qui ne peuvent se développer dans des conditions sociales et économiques marquées par l’instabilité chronique et la désorganisation temporelle” (p.45).

Autre notation intéressante sur le rapport des classes populaires et de la boxe, Loïc Wacquant explique que ce sport peut en fait se concevoir comme un “métier manuel qualifié bien que répétitif” (p.67), parce qu’il fait appel aux mêmes compétences corporelles et qu’il déploie une conception du corps comme outil de travail.

Enfin, en terme de genre, le gym est un exemple parfait de ségrégation : c’est un espace exclusivement masculin, dédié à la sociabilité virile car la boxe est une pratique qui valorise à l’extrême les qualités, supposées naturelles, des hommes : le courage, la force, l’agressivité… Loïc Wacquant précise que “les femmes ne sont pas les bienvenues dans la salle parce que leur présence dérange, sinon le bon fonctionnement matériel, du moins l’ordonnancement symbolique de l’univers pugilistique” (p.53). Il ajoute plus loin que “les formes de respect qui ont cours dans le gym sont des formes exclusivement masculines, qui affirment la solidarité et la hiérarchie des boxeurs entre eux mais aussi, et d’une manière d’autant plus efficace qu’elle est dissimulée à la conscience, la supériorité des hommes (c’est à dire des “vrais” hommes) sur les femmes, terme physiquement absent, mais symboliquement omniprésent” (p.69). On peut cependant regretter que malgré ces quelques remarques éclairantes sur les rapports sociaux et symboliques des sexes, l’auteur ne pousse pas vraiment plus loin l’analyse. Il va même jusqu’à décrire en termes assez désobligeants le show de “danseuses exotiques” lors d’une soirée d’après match, tombant dans les clichés de l’univers qu’il observe et avec lesquels il prend, à ce moment du texte, bien peu de distance. C’est d’autant plus étonnant car ce livre est écrit après La domination masculine (1996) de Pierre Bourdieu, avec lequel Loïc Wacquant revendique une proximité personnelle et théorique.

Corps et âme est enfin un grand livre sur la pratique et l’apprentissage corporel. Il décrit une ritualisation de la violence (dans la lignée des réflexions de Norbert Elias) qui se construit en symbiose et en opposition avec celle, endémique et anomique, qui ravage la rue autour de la salle d’entraînement.

Pour les détails de l’ouvrage ainsi que d’autres critiques et compte-rendus, voir la page de l’ouvrage sur le site des Editions Agone

 

 


1 réflexion sur « Lecture : “Corps et âme, carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur” de Loïc Wacquant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.