Sortie de “Le Féminisme en mouvement”, de N. Fraser

Présentation de l’éditeur

Vue d’aujourd’hui, l’histoire du féminisme américain depuis les années 1960 apparaît comme un drame en trois actes. Dans un premier temps, le mouvement de libération des femmes naît comme une force insurrectionnelle visant à faire voler en éclats une politique technicisée et un imaginaire social-démocrate qui avait occulté l’injustice de genre. Ensuite, alors que les énergies utopiques commencent à s’épuiser, le féminisme est aspiré par la politique de l’identité. Ses élans transformateurs se trouvent canalisés vers un nouvel imaginaire politique qui place « la différence » au premier plan. Passant de la redistribution à la reconnaissance, le mouvement déplace son attention vers la politique culturelle au moment où un néolibéralisme naissant déclare la guerre à l’égalité sociale.
Enfin, depuis que le néolibéralisme est entré en crise, les conditions semblent réunies pour voir un féminisme revigoré rejoindre d’autres forces d’émancipation cherchant à assujettir des marchés déchaînés à un contrôle démocratique. Ainsi, le mouvement pourrait récupérer son esprit insurrectionnel tout en approfondissant les idées qui le caractérisent : sa critique structurelle de l’androcentrisme inhérent au capitalisme, son analyse systémique de la domination masculine et ses propositions d’amendements, informées par le genre, de la démocratie et de la justice.
Écrits entre 1984 et 2010, les articles qui composent ce livre donnent à lire la trajectoire théorique et politique d’une théoricienne féministe majeure de notre temps.

Voir le site de l’éditeur

Table des matières

Le féminisme en mouvements, une introduction
I / Le féminisme insurrectionnel. La radicalisation de la critique à l’ère de la social-démocratie
1. Qu’y a-t-il de critique dans la Théorie Critique ? Le cas de Habermas et du genre
Une interrogation féministe du cadre théorique habermassien
Le public et le privé dans le capitalisme classique. Leur implicite en matière de genre
La dynamique du capitalisme de l’État-providence : une critique féministe
Conclusion
2. La lutte pour l’interprétation des besoins. Ébauche d’une Théorie critique féministe et socialiste de la culture politique du capitalisme tardif
3. Une généalogie de la « dépendance ». Enquête sur un concept-clé de l’État-providence américain
Registres de sens
La dépendance préindustrielle
La « dépendance » industrielle. Le travailleur et ses négatifs
L’essor de la « dépendance à l’aide sociale » (1890-1945)
La société postindustrielle et la disparition de la « bonne » dépendance
La dépendance à l’aide sociale comme pathologie postindustrielle
Politiques publiques postindustrielles et politique de la dépendance
Conclusion
4. Après le revenu familial. Exercice de réflexion postindustrielle
L’équité entre les hommes et les femmes. Une conception complexe
Le modèle du « soutien de famille universel »
Vers un modèle de « pourvoyeur universel du care»
II / Le féminisme dompté. Le passage de la redistribution à la reconnaissance à l’âge identitaire
5. Structuralisme ou pragmatique ? Sur la théorie du discours et la politique féministe

Pourquoi les féministes veulent-elles une théorie du discours ?
Le « lacanisme » et les limites du structuralisme
Julia Kristeva, entre structuralisme et pragmatique
Conclusion
6. Pour une politique féministe à l’âge de la reconnaissance. Une approche bidimensionnelle de la justice de genre
Une analyse bidimensionnelle pour une théorie du genre revue et corrigée
Repenser la parité entre les hommes et les femmes : pour une conception bidimensionnelle de la justice
Repenser la reconnaissance : pour une politique féministe non identitaire
Intégrer la redistribution et la reconnaissance dans la politique féministe
Conclusion
7. Hétérosexisme, déni de reconnaissance et capitalisme. Une réponse à Judith Butler
III / Le féminisme renaissant ? La confrontation avec la crise capitaliste à l’ère néolibérale
8. Le cadre de la justice dans un monde globalisé
La spécificité du politique
Trois niveaux de dénis de représentation
De la territorialitéétatique à l’efficacité sociale ?
Un cadrage post-westphalien
La justice méta-politique
Théorie monologique et dialogue démocratique
9. Le féminisme, le capitalisme et la ruse de l’Histoire
Le féminisme et le capitalisme organisé par l’État
L’économisme – L’androcentrisme – L’étatisme – Le modèle westphalien – Contre l’économisme – Contre l’androcentrisme – Contre l’étatisme – Pour et contre le modèle westphalien
Le féminisme et le « nouvel esprit du capitalisme »
La resignification de l’anti-économisme féministe – La resignification de la lutte féministe contre l’androcentrisme – La resignification de l’anti-étatisme féministe – La resignification de l’ambiguïté féministe face au modèle westphalien
Y a-t-il des perspectives d’avenir ?
10. Entre marchandisation et protection sociale
Les ambivalences du féminisme dans la crise du capitalisme
Les concepts clés de Polanyi : marchés désencastrés, protection sociale et double mouvement
L’émancipation : le « tiers » manquant
L’émancipation des protections hiérarchiques
Conceptualiser un triple mouvement
Changer de perspective : l’ambivalence de l’émancipation dans la nouvelle grande transformation
Ambivalences féministes
Conclusion : pour une nouvelle alliance entre émancipation et protection sociale.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website


A propos Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.