Journée d’étude du 9 juin: Genre et classes populaires: nouvelles perspectives de recherche

Genre et classes populaires: nouvelles perspectives de recherche

Sans titre

Journée d’études organisée par Anne BEROUJON, Vincent PORHEL, Marianne THIVEND (axe Genre et Société, LARHRA)

en collaboration avec la revue Genre & Histoire

Genre et classes populaires : nouvelles perspectives de recherche

Jeudi 9 juin, 10-17h30, ISH, 14 av. Berthelot, Lyon 7e, salle Elise Rivet

A l’occasion de la parution prochaine du n°17 de la revue Genre et Histoire, consacré à « Genre et classes populaires : l’approche in situ », l’axe Genre et Sociétés du LARHRA organise une journée d’études pour réfléchir aux perspectives de recherche que l’articulation des rapports de genre et de classe in situ, appliquée aux classes populaires, permet d’ouvrir. Les organisatrices du séminaire « Genre et classes populaires » et coordinatrices du numéro de Genre & Histoire, présenteront le travail collectif engagé depuis 2011 et, à partir de quelques uns de leurs travaux, mettront en perspective ce que l’approche in situ apporte à l’analyse de la construction historique des rapports de genre et de classe.

Si le genre et la classe sont des catégories contraignantes, sources de domination, elles doivent également être envisagées comme des catégories en redéfinition permanente, dont les individus peuvent se saisir selon leur différentes appartenances sociales, de genre, de classe, de race, d’âge… Pour saisir l’agency de ces individus, et dépasser une approche strictement déterministe, la méthodologie d’un travail in situ peut s’avérer féconde. L’entrée par le lieu rend en effet non seulement possible l’observation fine de la mise en œuvre des rapports sociaux de genre et de classe, mais également celle des réajustements constants des définitions du genre et des classes populaires.

Les contributions de la journée viseront plus particulièrement à replacer les femmes des classes populaires dans les aspects les plus concrets et les plus banals de leur vie, pour mieux saisir les interactions sociales qui se jouent au quotidien, dans les lieux mêmes où se font et se dénouent les dominations sociales et sexuées. Une large part sera faite à la présentation des méthodes d’analyse que l’approche par le lieu requiert : méthodes de l’observation compréhensive et intensive de l’ethnographie utilisées dans une perspective historique, approche de la micro-histoire pour mieux saisir les interactions sociales qui se déroulent en des lieux précis.

La journée se veut ouverte aux masterant.es et doctorant.es et à toute et tout chercheur.e en sciences humaines et sociales, tant les perspectives ouvertes par l’approche in situ croisent non seulement l’histoire, mais également la sociologie, l’ethnologie, la géographie…

Programme

– 9h30 : accueil

– 10-12h30 : 

– Fanny Gallot (UPEC-ESPE, CRHEC (EA 4392)), Clyde Plumauzille (EHESS/IEC, CRH), Mathilde Rossigneux-Méheust (Université Paris 1, CRH XIX) : Présentation du groupe Genre et Classes populaires, problématiques de recherche et travaux réalisés depuis 2011.

– Anne Beroujon (UPMF Grenoble, LARHRA) : Genre et classes populaires : perspective comparée. Epoque moderne-époque contemporaine.

– 12h30-14 : pause déjeuner

– 14-16h30 :

– Présentation du numéro 17 de Genre & Histoire : l’approche in situ

– Clara Chevalier  (EHESS, CRH) : Comment spatialiser les mouvements populaires et leur répression ? (Paris, XVIIIe siècle)

– Anaïs Albert  (Université Paris 1, CRH XIX) : Ecrire le genre, questions autour d’une écriture épicène de l’histoire sociale.

– Eve Meuret-Campfort (Université de Nantes, CENS): L’approche in situ de mobilisations de femmes ouvrières : ressources locales et effets de lieux. Années 1960- années 1990.

Ingrid Hayes Sous Réserve, (Université Paris 1, CHS) : L’engagement des femmes des classes populaires : entre dominations et émancipation

16h30 : Conclusion de la journée : Vincent Porhel (Lyon1-ESPE, LARHRA)

 


Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

A propos Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *