Une question à: Pauline Brangolo, en master 2 d’histoire à Paris 1

Comment s’articule le genre et les classes populaires dans votre recherche sur LIP?

Ayant choisi d’étudier les investissements et prises de parole des femmes au cours de conflits sociaux qui ont eu lieu dans une usine, mon travail ne pouvait se faire sans prendre en compte le facteur « classe sociale ». En effet, l’histoire de ces femmes ne démarre pas en 1973 : ce sont d’abord des salariées (ouvrières, employées et à de très rares occasions, des cadres) à qui on a attribué une certaine classification, qui sont affiliées à un secteur de l’usine, qui ont un salaire, qui sont épouses ou mères, etc. L’accès aux archives de l’entreprise, notamment à la liste du personnel dressée juste avant le licenciement des salariés[1], m’a permis de replacer les conflits étudiés dans une périodisation plus large et d’avoir ainsi accès aux caractéristiques sociales de ces dernières. Si les ouvriers spécialisés (les OS) sont en très grande majorité des femmes[2], toutes les femmes de l’usine ne sont pas au plus bas de l’échelle hiérarchique.

Se pencher sur les différents parcours individuels et les rapports entretenus entre les Lip elles-mêmes était une manière de questionner le mythe d’unité créé autour de ce conflit. Aussi, la prise en compte de ces disparités m’a permis d’appréhender et d’interroger de manière plus approfondie la dimension populaire du groupe social « femmes ».

Le conflit de 1973 vient bouleverser de manière significative l’ordre et la hiérarchie de l’usine mais il m’a très vite semblé que les caractéristiques sociales de ces femmes ne pouvaient pour autant être laissées de côté. Si la majorité des plus dominantes (les femmes cadres) est rapidement partie, certaines des plus démunies (OS au plus bas de l’échelle hiérarchique, célibataires avec des enfants) quittent le conflit plus tôt que les autres. Les quelques indices qui m’ont permis de me pencher sur celles qui n’ont pas, ou très peu, pris part à la mobilisation mettent donc en exergue des cas de figure où genre et classe ne peuvent être dissociés. Par conséquent, les profils sociaux de ces femmes peuvent être décisifs pour l’intensité, la forme et même la durée de leur mobilisation.

 

Afin d’avoir accès à des discours plus variés sur les anciennes salariées de chez Lip, il a été nécessaire de croiser un certain nombre de sources. Si les documents produits en interne sur la question des femmes sont déjà très nombreux, j’ai cherché à diversifier les sources exploitables. Les ouvrages pourtant sur la question[3] et les premiers matériaux recueillis m’ont permis d’envisager la suite de mes recherches à la lumière du genre et de la classe mais c’est à la lecture de ces sources que cette tension m’est apparue primordiale.

Je me suis tout d’abord penchée sur les archives préfectorales et policières afin d’avoir accès aux prises de parole pendant les assemblées générales ainsi qu’au regard porté par ces acteurs sur les femmes mobilisées. Le genre intervient souvent dans les représentations dressées par les auteurs de ces document[4] et les femmes, très souvent qualifiées d’« ouvrières », sont perçues comme des personnes à surveiller. Dans ce cas, bien qu’elles soient moins associées à la violence que les « gauchistes », leur appartenance aux classes populaires est prise en compte et se trouve à l’origine d’une certaine appréhension, notamment à cause de la vente illégale de montres[5]. Pourtant, concernant leur rapport à l’illégalité et à la violence, la balance entre détermination pour sauver son emploi et crainte d’être arrêtée varie largement selon les profils des femmes.

J’ai par ailleurs cherché à rencontrer des femmes qui n’ont pas forcément été mises sur le devant de la scène pendant les conflits de 1973 et de 1976. En effet, on observe qu’au cours des luttes, certaines sont devenues des figures de proue parmi lesquelles demeurent aujourd’hui des garantes de la mémoire des Lip. Elles se présentent et sont qualifiées d’« ouvrières » de manière constante. C’est certainement l’une des clés, en termes de représentations, pour penser ces conflits au regard du genre et des classes populaires : si quasiment toutes sont issues d’un milieu populaire, le contexte de ces luttes ainsi que les solidarités qui se sont créées ont fait de l’« ouvrier » et de l’« ouvrière » une référence ultime de l’opprimé-e à laquelle il est nécessaire qu’elles s’identifient. J’ai donc essayé de rencontrer des femmes qui étaient moins engagées, moins politisées. Ce sont toutes d’anciennes ouvrières dont plusieurs étaient situées au plus bas de l’échelle hiérarchique. Derrière cette démarche se cache une question plus large : comment saisir les parcours d’ouvrières ordinaires, de ces anonymes n’ayant pas laissé de traces ? S’il est évidemment difficile de répondre à ce problème, identifier les obstacles que j’ai rencontrés semble déjà constituer un indice. Concernant les contacts que j’ai tenté de nouer avec ces femmes, l’articulation entre genre et classes populaires est au cœur du problème : ces femmes n’ont pas l’habitude d’être interrogées et ont pour la plupart refusé de se prêter à l’exercice. Pourtant, l’accès à quelques témoignages m’a permis de découvrir qu’elles ont envisagé ces conflits de façon quotidienne et qu’ils ont été faits d’arrangements et de solidarités nécessaires à leur mobilisation. Leurs rôles de mères, leurs âges et leurs sociabilités constituent des facteurs déterminants (et souvent des freins) à leur investissement et à une théorisation de leurs engagements. Les références des classes populaires interviennent à chaque instant : difficultés financières, impossibilité de payer une nourrice, omniprésence du « travail » qui continue de les attendre au sein de la sphère reproductrice, etc.

 

Pour finir, le recueil de ces sources m’a mené à envisager un dernier axe de recherche : celui du rapport au politique et plus particulièrement au féminisme de ces femmes issues des milieux populaires. Je me suis penchée sur les représentations et le vocabulaire de ces femmes mobilisées afin d’essayer de m’approcher au plus près de cet aspect. C’est une relation ambiguë, structurée par des références très ancrées, des acteurs identifiés qui se dessine : le syndicaliste, le gouvernement, Pierre Messmer et Jean Charbonnel, Georges Pompidou et Valery Giscard d’Estaing, etc. Concernant l’adjectif « féministe », il semble péjoratif et n’est accepté ni par les femmes de la commission (elles lui préfèrent l’expression « cause des femmes ») ni par les autres.

Pourtant le politique est omniprésent dans les documents que j’ai récoltés. Plutôt que d’étudier ces relations en termes de réception, ce qui décrirait un mouvement unilatéral et une sorte de passivité de la part de ces femmes, la réappropriation faisait plus sens dans leur cas : la rencontre de ces actrices avec le politique, avec le féminisme, n’est ni hétérogène ni à sens unique, c’est une histoire complexe qu’il m’aurait été difficile d’appréhender sans prendre en compte de manière simultanée le genre et la classe.

 

 

[1]             AM de Besançon, fond de l’Union des industries et métiers de la métallurgie du Doubs, 10Z1

[2]   D’après la base de données que j’ai réalisée en Master 1 : entre 81% et 85% des OS sont des femmes. L’écart est dû à la soixantaine de prénoms mixtes présents dans la liste du personnel et qui n’ont été intégrés ni dans la table « femmes » ni dans la table « hommes ».

[3]             DORLIN Elsa (dir), Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, 313 p. KERGOAT Danièle, Se battre disent-elles… , Paris, La Dispute, 2012, 354p.

[4]             AD du Doubs, fond du Préfet du Doubs, 1026W, Liste intitulée « personnel Lip signalé ».

[5]          AD du Doubs, fond du Préfet du Doubs, séries 1026W6 : Marche sur Besançon, 1026W10 : Le conflit Lip,                     1026W12 : Manifestations, maintien de l’ordre et incarcérations.

Présentation de l’auteure:

Pauline Brangolo étudie « la mobilisation et les prises de parole des femmes pendant les luttes chez Lip (73 et 76) » sous la direction de Frank Georgi.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *