Séance 26 avril 2013. Le lycée (Podcast+Compte-rendu)

Voici la séance du séminaire qui s’est tenue le 26 avril 2013 autour du Lycée en podcast.

Ce nouveau lieu dans le cadre de notre réflexion in situ a été l’occasion de la discussion entre un historien et un sociologue sur le même lieu. Après une introduction d’Anne Jusseaume et Clyde Plumauzille, Stéphane Lembré (Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais) a présenté une intervention intitulée : « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ». A sa suite Ugo Palheta (Maître de conférences (Lille-3), rattaché à l’équipe Proféor du CIREL) a présenté une intervention intitulée : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”. La discussion qui s’en est suivie est revenue sur les différents enjeux que comporte ce lieu dans la construction de la classe et du genre.

A écouter :

– L’intervention de Stéphane Lembré : « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) »

– L’intervention d’Ugo Palheta : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

– La discussion avec la salle.

BONNE ÉCOUTE !

Compte-rendu:

Ugo Palheta, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3 (OSC) : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Source : enquête de l’Education Nationale qui suivent des cohortes ; enquête de terrain ethnographiques dans des LEP et dans des centres d’apprentissage (période d’observation de classe dans des classes choisies, entretien avec les élèves).

Terrain : Les élèves suivant une formation dans l’enseignement secondaire, après la troisième menant à des emplois d’exécution, dans les LEP et les CFA.

Problématique autour du rôle de l’enseignement professionnel dans la construction des rapports de sexe, et de classe. Quelles sont les fonctions sociales accomplies par l’enseignement professionnel ? quelle est leur place dans la totalité que constitue le système éducatif ?

Il interroge la notion de réussite scolaire des filles en analysant les années qui suivent la formation strictement scolaire.

L’enseignement professionnel reproduit des frontières de classe dans la société. Mais cette frontière a tendance à mettre de côté celle de genre, qu’elle minore. Les divisions internes à l’enseignement professionnel traduisent et consolident des inégalités de genre. Et ce ne sont pas les mêmes échelles qui font jouer les stigmates.

Les rapports de genre prennent des configurations spécifiques du fait que c’est un espace socialement dominé. Du coup ça oblige à saisir les classes pop en cassant l’homogénéité (fondées sur l’idée d’une double dépossession). L’orientation des filles et des garçons s’opère dans l’évidence de la division sexuée du monde du travail. Le discours de vocation est d’autant plus fort que le métier est sexué.

 

Et

 

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

 

Terrain : les EPCI, créés en 1892, plus ancêtres des filières technologiques que des lycées professionnels. Elles dispensent un enseignement primaire et complémentaire, plus un enseignement technique à partir de 13 ans et pendant environ trois années.

Non seulement la création de ces établissements impose aux contemporains de réfléchir à ce que peut et doit être l’enseignement professionnel ms les EPCI sont aussi des instruments d’assignation de genre et de classe ainsi qu’un instrument d’ascension sociale.

Si on est revenu de certaines idées reçues (ex : les formations féminines ne sont pas beaucoup plus tardives que les formations de filles, mais elles sont moins institutionnalisées), il y a peu de travaux en histoire sur la question de la formation de la classe et sur les mécanismes sociaux qui conduisent dans ces établissements (contrairement à la sociologique).

Plusieurs approches, plusieurs types de sources : les débats sur les finalités de l’enseignement, les contenus transmis ou devant l’être et les dossiers de bourses et leur attributions– ce qui est une façon de réfléchir à l’articulation entre les élévations individuelles et les promesses d’élévation du groupe.

CC : On destine davantage les filles au monde de la bienfaisance au travail féminin et à celui de l’industrie. Presque tout est féminin dans les epci. Ce sont des filières sélectives (HEC) qui forment les professionnels hommes au commerce, alors que les filles st formées dans des epci. A la fin du XIXe, le besoin de formation technique n’est pas admis, et n’est jamais pensé comme une évidence. Pour les filles, les formations y sont souvent ambiguës sur leur destination. On oscille toujours entre une formation professionnalisante et une formation domestique. Une des trouvailles de l’historiographie, c’est d’avoir montré que l’histoire de cet enseignement technique ne répond pas particulièrement à une demande sociale. Travailler sur les dominations dans ce domaine permet de comprendre comment fonctionne l’enseignement technique en France. La scolarisation peut être vécue comme un progrès mais aussi être interprété comme un ensemble nouveau d’assignations.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.